background preloader

Avec Internet et les écrans, mon cerveau a-t-il muté ? - L'actu Médias / Net

Avec Internet et les écrans, mon cerveau a-t-il muté ? - L'actu Médias / Net
Lecture en diagonale, perte de concentration... le Net et les technologies numériques bousculent nos façons de penser. Faut-il s'en inquiéter ? Pas forcément. On vous explique pourquoi. Sur le mur d'une galerie d'art de Toronto, ce slogan : « Mon cerveau d'avant Internet me manque » (1). C'est drôle. « Mon cerveau d'avant Internet me manque » ? Les pupilles baladeuses Au Lutin (Laboratoire des usages en technologies de l'information numérique), à Paris, des chercheurs observent au plus près le lecteur du XXIe siècle en activité. Ainsi, sur écran, nous avons les pupilles baladeuses. Sur la Toile, le cheminement de la pensée n'est pas contrôlé par l'auteur, mais par le lecteur. Comme le résume l'essayiste américain Nicholas Carr dans un livre remarquable (meilleur que son titre : Internet rend-il bête ? Mon cerveau fait du jet-ski « En échange des richesses du Net, nous renonçons à notre bon vieux processus de pensée linéaire. » Nicholas Carr, essayiste J'apprends, donc je me reconfigure Related:  CERVEAU & NEUROSCIENCES

Cerveau et Perception de la Réalité 3/3 Allégorie de la grenouille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'allégorie de la grenouille se fonde sur une observation concernant le comportement d'une grenouille placée dans un récipient d'eau chauffée progressivement pour illustrer le phénomène d'accoutumance conduisant à ne pas réagir à une situation grave. Comportement de la grenouille[modifier | modifier le code] Cette thèse se fonde sur l'idée que si l'on plongeait subitement une grenouille dans de l'eau chaude, elle s'échapperait d'un bond. Applications[modifier | modifier le code] Cette allégorie cherche à illustrer des phénomènes de prises d'habitudes se révélant dans des situations de crise — récurrentes ou sous forme de continuum. L'allégorie est utilisée par Al Gore dans le film Une vérité qui dérange pour illustrer la manière dont l'humanité court à sa perte si elle ne réagit pas au lent réchauffement climatique de la planète. Origines et controverses[modifier | modifier le code] En 2002, le Dr. Voir aussi[modifier | modifier le code]

Petite leçon de cyber-intelligence économique pour les entreprises Internet bouleverse les méthodes de renseignement Avec le numérique et le big data, les méthodes d’acquisition de renseignement par les entreprises ont connu « un véritable bouleversement » , explique Alain Juillet, président de l’Académie de l’Intelligence Economique. Avant, les entreprises disposaient de « réseaux internationaux spécialisés sur leur secteur » . Aujourd’hui, les entreprises recherchent les informations sur internet, grâce à des techniques et des outils spécifiques . Elles réalisent ensuite une synthèse à partir de laquelle elles vont se baser pour rechercher les informations manquantes. Ce renversement de méthode confère aux entreprises une plus grande efficacité et réactivité , à condition de savoir vérifier les informations recueillies. Définir ses priorités stratégiques Se doter des bons outils Recouper les informations et en faire la synthèse « Sur le web, 20 % des informations sont fausses » Alain Juillet, président de l’Académie d’Intelligence Economique

Que fait le cerveau quand il ne fait rien ? Même au repos, le cerveau demeure très actif. En fait, il ne s’arrête jamais. Plusieurs régions cérébrales, distantes les unes des autres mais activées de façon synchrone, forment un réseau étendu dont on découvre l’implication dans de nombreuses pathologies neuropsychiatriques comme la maladie d’Alzheimer, la dépression, la schizophrénie, l’autisme. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Marc Gozlan Tout commence en novembre 1992 par une découverte fortuite faite par Bharat Biswal, un étudiant ingénieur électricien alors âgé de 25 ans. « Je ne pouvais travailler que tous les samedis soir car le reste du temps presque tous les scanners étaient pris par les cliniciens. « Réseau du mode par défaut » Ce réseau est composé de régions du cortex préfrontal en avant et du cortex pariétal en arrière. Le cerveau reste donc actif au repos. Activités mentales d'introspection Le RD serait associé à des activités mentales d’introspection, de référence à soi. Imagerie cérébrale

Cerveau et Perception de la Réalité 2/3 Apprendre dans une classe de l'avenir | Pascale Breton En ce début d'après-midi, le cours de sciences bat son plein. Réunis en petits groupes devant les écrans blancs qui couvrent les murs de la classe, les élèves discutent, échangent, s'animent. Du bout du doigt, l'un d'eux glisse un mot dans une catégorie, hésite, se ravise. Un autre clique sur le mot en question pour valider sa définition. «C'est de la pédagogie interactive», explique Éric Durocher, enseignant de sciences, mais aussi coordonnateur du Programme d'enrichissement des apprentissages informatisés (PEAI). Le programme est en fait un projet-pilote qui s'est amorcé cet automne et qui s'échelonne de la première à la troisième secondaire. En sciences, par exemple, «cette interaction va faire en sorte que, lorsque l'élève va comprendre que la masse volumique est une propriété caractéristique de la matière, il va s'en souvenir toute sa vie parce qu'il y a eu tout un cheminement pour y arriver», souligne M. La technologie est omniprésente dans la vie des adolescents.

Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archive » Comment accompagner les enseignants dans l’usage des outils numériques ? « Comment faire boire un cheval qui n’a pas soif ? » On attribue cette phrase à Célestin Freinet, qui a trouvé là une belle image pour évoquer la tâche du maître devant les élèves contraints d’aller à l’école alors même qu’ils n’expriment aucun besoin d’apprendre ce qui leur est enseigné. La réponse de Célestin Freinet à cette question, c’est l’Education nouvelle, le projet, la collaboration entre élèves, l’objectif concret qui donne du sens aux apprentissages. Des « chevaux », il en existe de toutes sortes, dans le monde de l’éducation et de l’enseignement. Donc, comment faire ? Cette question étant réglée, comment faut-il s’y prendre ? Reste alors l’exemplarité, et la disponibilité. Ce dispositif ne peut fonctionner que s’il y a au moins une certaine curiosité, une demande exprimée simplement par celui qui est désireux d’apprendre quelque chose. Sans curiosité, sans demande formulée, l’enseignant technophile risque de demeurer longtemps seul avec ses belles habiletés.

DÉPRESSION Quand la musique active la chimie du cerveau En ce 21 juin, jour de la Fête de la musique, je vous propose un billet un peu spécial, sous la forme d’une courte interview vidéo avec le neurologue Pierre Lemarquis, dont un des thèmes préférés est, précisément, l’action de la musique sur le cerveau et notamment la manière dont elle active la production d’un certain nombre de molécules chimiques, de neurotransmetteurs (dopamine, endorphines, adrénaline…). Ce qui explique par exemple pourquoi certains airs vous donnent des frissons. La plupart de ces substances sont associées à des effets bénéfiques mais il faut toutefois préciser que dans le cerveau, la musique ne joue pas forcément la mélodie du bonheur (pour rappel, ma dernière chronique sur la science improbable s’intitule « La musique country incite-t-elle au suicide ? »). Cette vidéo est offerte aux lecteurs du monde.fr et de « Passeur de sciences » par le site Thinkovery, dont je suis le conseiller éditorial.

e-learning : doit-on vraiment individualiser la formation ? Question provocatrice s’il en est lorsque l’on évolue dans le monde de la formation en ligne non ? Car aujourd’hui, il y a bien une quête de la personnalisation des apprentissages et des parcours. Que ce soit via le paramétrage des plateformes de management des apprentissages (LMS) ou dans la forme de la formation (Serious Game), l’apprenant se voit occuper une place centrale vers lequel convergent des savoirs qui lui seraient adaptés personnellement. Si je ne remets pas en cause cette remise de l’apprenant au cœur des dispositifs, j’ai rencontré dernièrement des articles qui m’incitent à me poser la question de la personnalisation. En lisant ce bref état des lieux, je me suis alors demandée tout naturellement si la personnalisation des apprentissages via le le elearning en entreprise ne pourrait pas avoir d’effets secondaires silmilaires ? Le elearning est déjà une pratique « solitaire » puisqu’il assigne le collaborateur à son ordinateur pour suivre la formation en autonomie. Like this:

CERVEAU Cerveau et Perception de la Réalité 1/3

Related: