background preloader

1. Les approches mercatiques

Facebook Twitter

Crowdsourcing : Définition et cas concrets. Quelle marque ne voudrait pas créer le produit que tout le monde s’arracherait ?

Crowdsourcing : Définition et cas concrets

Aucune, je pense. Pour cela, il n’y a qu’un seul moyen : prendre en compte les attentes des consommateurs et les faire participer à la conception du produit. C’est ce que l’on appelle le crowdsourcing ou la co-conception. Crowdsourcing : Définition Le crowdsourcing consiste, pour les éditeurs de sites, à utiliser les internautes pour créer des contenus, répondre aux questions d’autres visiteurs, voire participer à la conception du site.

Source : Journal du net Le crowdsourcing est un néologisme conçu en 2006 par Jeff Howe et Mark Robinson, rédacteurs à Wired magazine. Source : Wikipédia Crowdsourcing : Cas concrets Les exemples en matière de crowdsourcing sont de plus en plus nombreux. Peugeot organise depuis l’année 2000 un jeu concours de design. Peugeot – Concours de design Walker’s, la marque de chips américaine, s’est appuyée sur les contributions des internautes pour faire évoluer son offre. Marketing de crise : être proactif et non réactif. Cet article fait partie d’un dossier de 7 articles sur le Marketing en temps de crise : Etre proactif et non réactif face à la crise.

Marketing de crise : être proactif et non réactif

Revoir ses projets d’investissements ne signifie pas obligatoirement sacrifier l’expérience client. En effet, l’expérience client est ce qui va permettre de fidéliser des clients existants. Or comme les budgets sont serrés, l’acquisition de clients coûte cher. Le moyen de limiter les coûts est de se concentrer sur la rétention, le cross-sell et l’up-sell. Les changements à envisager pour les responsables Marketing. Des budgets resserrés ou remis aux calendres grècques Bien que l’expérience client soit stratégique et importante en période de crise, il n’empêche que les Directeurs Marketing seniors risquent de s’opposer à l’attribution d’un budget, réagissant de ce fait à l’ancienne. Pourquoi mixer marketing proactif et marketing réactif ? [1191]

En matière de marketing direct, il est aujourd’hui particulièrement important de mixer savamment deux notions complémentaires : le marketing proactif et le marketing réactif .

Pourquoi mixer marketing proactif et marketing réactif ? [1191]

Pendant longtemps, le marketing a été plutôt proactif. Beaucoup d'argent a été consacré aux campagnes créatives, testées dans des « focus groups » , mais sans autre réactivité que celle liée à l'évolution du chiffre d'affaires - assez longtemps après une campagne. Le marketing proactif Sur Internet, le marketing proactif est utilisé de manière traditionnelle pour aiguiller le client sur un chemin donné.

Il s'agit d'envois de newsletters, d'e-mailings ou encore de promotions contextuelles sur des sites . Cette dernière permet, tout d'abord, de distinguer un client actif d'un non actif et de définir des critères fondamentaux de ciblage en utilisant l'historique du comportement des clients. La nécessaire combinaison du e-marketing proactif et réactif. En matière de marketing direct, il est aujourd’hui particulièrement important de mixer savamment deux notions complémentaires : le marketing proactif et le marketing réactif.

La nécessaire combinaison du e-marketing proactif et réactif

Pendant longtemps, le marketing a été plutôt proactif. Beaucoup d'argent a été consacré aux campagnes créatives, testées dans des « focus groups », mais sans autre réactivité que celle liée à l'évolution du chiffre d'affaires - assez longtemps après une campagne. Sur Internet, le marketing proactif est utilisé de manière traditionnelle pour aiguiller le client sur un chemin donné. Il s'agit d'envois de newsletters, d'e-mailings ou encore de promotions contextuelles sur des sites. Des envois massifs à toute une base de contacts ne sont plus acceptables : Ils engendrent le mécontentement et le refus des personnes sollicitées.

Quand les marques cherchent à s’emparer du crowdsourcing. Les marques cherchent à impliquer leurs clients en leur demandant leur avis en ligne, jusque dans la conception du produit, du design, de son emballage, ou même du processus de production.

Quand les marques cherchent à s’emparer du crowdsourcing

Elles tentent de se mettre à l’heure du crowdsourcing… Grâce à lui, la prise du pouvoir de l’internaute, du « peuple du web », cesserait-elle d’être un mythe? En tous cas, le concept du crowdsourcing commence à irriguer tous les domaines du Web. Au point que les marques cherchent à leur tour à s’en emparer. Car depuis sa naissance en 2006, où il avait été formalisé par Jeff Howke et Howard Robinson, journalistes chez Wired, ce concept (littéralement « approvisionnement par la foule ») mêle des concepts tels que partage d’un savoir commun, Web participatif, ou encore co-création. Innover avec les internautes-contributeurs. La consommation collaborative gagne progressivement les Français.

Le consommateur français se positionne désormais comme un acteur économique à part entière, qui participe à la fois à la co-conception, à la co-production mais aussi à la co-distribution des biens et services.

La consommation collaborative gagne progressivement les Français

La consommation collaborative permet aux consommateurs d’avoir accès à des biens de meilleure qualité et qu’ils ne pourraient pas forcément acheter. Face à la baisse du pouvoir d’achat, Edouard Dumortier, co-fondateur d’ILokYou, réseau social de location d’objets et services entre particuliers, affirme dans son livre blanc intitulé «L’avènement de la consommation collaborative, quel modèle économique en France en 2030 ?» Que ce mode de consommation pourrait être une solution.