background preloader

Article - Des méthodes d'enseignement efficaces

Article - Des méthodes d'enseignement efficaces
Dans ce numéro L'auteur John Dunloski est professeur de psychologie à l'Université d'État de l'Ohio, à Kent, aux États-Unis. Katherine Rawson y est professeur de psychologie. Elisabeth Marsh est professeur de psychologie et de neurosciences à l'Université Duke. Mitchell Nathan est professeur de psychologie et d'éducation à l'Université du Wisconsin, à Madison. Daniel Willingham est professeur de psychologie à l'Université de Virginie. L'enseignement est souvent centré sur un sujet précis, par exemple l'algèbre, les éléments du tableau de Mendeleïv ou la conjugaison. Comment expliquer ce paradoxe ? Une technique est considérée comme efficace si elle s'applique à plusieurs conditions d'apprentissage, par exemple seul ou en groupe, et si elle est utile quels que soient l'âge de celui qui s'en sert, ses capacités et son niveau préalable de connaissances. Ces critères nous ont permis d'identifier deux méthodes pertinentes dans de nombreuses situations et produisant des résultats à long terme. Related:  Ressources pour l'enseignementPEDAGOGIEaide personnalisée

pédagogie différenciée Voici un petit pense-bête, à la fois théorique et pratique, permettant de favoriser la mise en place de pratiques différenciées dans sa classe. 1/ Dans une classe, l’hétérogénéité est la règle ! L’homogénéité étant l’exception, il faut cesser d’être surpris de ne pas pouvoir faire avancer tout le monde de la même manière même si les programmes en donnent l’illusion. 2/ La différence entre élèves est normale ! Qu’il s’agisse d’écarts de vitesse, d’autonomie, de motivation, d’intérêt, de compréhension, on ne peut plus être « indifférents aux différences » mais devons inclure cette approche dans le fonctionnement habituel de la classe. 3/ Dans aucune classe, le travail est accompli en même temps avec la même efficacité. 4/ La différenciation n’est pas un problème, c’est une solution ! 5/ Tous les élèves ont besoin de différenciation ! 6/ La différenciation n’est pas le différentialisme ! 7/ L’individualisation s’équilibre avec une pédagogie coopérative. Le temps (en donner plus ou moins)

Le statut de l'erreur Quel statut donner à l’erreur ? L’erreur peut être considérée comme une faute dans un modèle d’apprentissage dit transmissif. Une faute mise à la charge de l’étudiant qui ne se serait pas assez investi, motivé et qui n’aurait pas mis en œuvre toutes ses compétences. Dans ce contexte, l’erreur sera souvent sanctionnée lors d’une évaluation finale. L’erreur peut être considérée comme un disfonctionnement dont l’origine serait une mauvaise adaptation de l’enseignant ou des contenus de la formation au niveau des étudiants. Dans ce cas, l’enseignant fera un effort de réécriture de la progression, en décomposant éventuellement les difficultés en étapes plus simples. L’erreur peut également servir d’indicateurs des processus intellectuels en jeu lors d’un apprentissage. L’enseignant peut avoir ce rôle : il doit situer les erreurs dans leur diversité afin de déterminer les modalités de l’intervention didactique à mettre en œuvre. Typologie des erreurs.

L'enseignant à l'épreuve de l'autodidaxie Le maître ignorant de Jacques Rancière raconte l’histoire d’un professeur, Joseph Jacotot, qui dans les années 1820 doit enseigner le français à des étudiants flamands dont il ne connait pas la langue et qui ne connaissent pas la sienne. Un seul outil médiateur, un ouvrage bilingue alors publié aux Pays-Bas. Il fait la curieuse expérience suivante : il demande à ses étudiants avec l'aide d' un interprète d’en lire la moitié en s’aidant de la traduction, de répéter sans cesse ce qu’ils ont appris, de lire l’autre moitié et d’écrire en français ce qu’ils en pensent. A son grand étonnement ses étudiants ont appris assez de français pour s'exprimer correctement et ce, sans qu'il leur apprenne quoi que ce soit ! Nous fonctionnons encore sur l’idéologie pédagogique normale qui est de croire que l’élève apprend ce que le maître lui enseigne. Le travail de l'enseignant dans le cas de Jacotot est de « mettre une intelligence en possession de son propre pouvoir.»

10 méthodes pour réviser, mémoriser et apprendre Dans les situations d’apprentissage, le bachotage est décrié et tous les enseignants conseillent à leurs élèves de relire leur leçon le soir-même pour mieux mémoriser. Mais, pour les élèves, les questions demeurent les mêmes : comment faire pour relire efficacement ? Les élèves disent parfois : « Les profs, ils nous disent de relire nos leçons le soir mais moi, ça me sert à rien. Comment trouver des moyens de dire au cerveau que l’information lue, écrite, consultée et apprise est importante, qu’elle a de la valeur, de l’intérêt pour le long-terme… et qu’elle mérite donc d’être retenue ? 1. Une manière de signaler une information importante au cerveau est d’en parler, de jouer soi-même au professeur. J’ai rédigé un article consacré à l’art de (se) poser des questions pour apprendre : Apprenons aux enfants à se poser des questions. 2. Pour en savoir plus sur les flash cards, vous pouvez lire cet article : Technique de mémorisation et méthode de travail, les flash cards. 3. 4. Phrases exemples

La Classe Inversée | Enseigner avec TNT Pour lire mon rapport sur mes classes inversées, cliquez ICI (pdf, 3 Mo)Une liste d’articles sur la classe inversée, compilée par Pédagogie Universitaire La classe inversée, c’est quoi ? C’est une façon différente d’enseigner et d’apprendre. Comparativement à une classe traditionnelle, la prise de note se fait à l’extérieur de la classe (à la maison, à la bibliothèque, dans le métro, bref, n’importe quel endroit où des capsules vidéo présentant la théorie peuvent être visionnées) et le temps de classe libéré est utilisé pour approfondir, appliquer et assimiler les notions. Puisque le professeur n’a plus à « présenter » la matière, il est disponible pour accompagner, motiver et soutenir les élèves dans leur apprentissage. Cette façon de faire est utilisée aux États-Unis au niveau primaire, secondaire, collégial et universitaire depuis 2007. La classe inversée en image En vidéo La classe inversée, c’est quoi ? Et voici certains trucs pour inverser sa classe avec succès Comment ? Liens utiles

Simulations d'apprentissage : l'essentiel pour en créer Accueil > Dossiers et articles > Simulations d'apprentissage : l'essentiel pour en créer Par Christine Vaufrey | redaction@cursus.edu Analyses Créé le mardi 25 novembre 2014 | Mise à jour le mardi 25 novembre 2014 Les simulations sont aujourd'hui de véritables terrains d'expérimentations et d'apprentissage. Illustration : Erik, Flickr, licence CC BY-NC-SA Liste des réseaux d’enseignants « Isabelle Quentin Dans la plupart des disciplines scolaires, des enseignants en exercice se sont regroupés en structures associatives (déclarées ou non) avec comme objectifs principaux : La défense d’une discipline et sa représentation auprès du ministère de l’Education NationaleLes réflexions pédagogique et didactiqueL’aide aux enseignants dans l’exercice de leur métierLa promotion des technologies numériques dans l’enseignement Ces différentes structures associatives produisent à la fois de l’information (espaces de communication descendantes et / ou espaces d’échanges entre pairs) et des ressources professionnelles (banques de ressources pédagogiques et / ou conception d’outils ou de logiciels pour enseigner). Des entreprises ou des associations s’inscrivent également dans ce créneau et proposent des outils ou des plateformes qui permettent aux enseignants de travailler en réseau. Il en manque sûrement, merci par avance de votre aide pour m’aider à compléter ! Les journaux et les revues en ligne

[Infographie] Apprendre à mieux apprendre - le blog de Solerni – plateforme de MOOCs Avec notre dossier « Sciences cognitives et apprentissages » nous avons noté votre intérêt pour les sciences cognitives et les clés qu’elles nous offrent pour mieux comprendre la manière dont notre cerveau gère nos apprentissages. Et plus particulièrement, comment fonctionne notre mémoire. Les progrès techniques et scientifiques dans le domaine des neurosciences, c’est l’opportunité pour chacun d’apprendre à mieux apprendre, notamment en développant des approches plus en phase avec ses potentiels mais également ses limites biologiques ou plutôt ses contraintes neuro-physiologiques ! Mais c’est d’abord mieux identifier les différentes étapes qui jalonnent l’apprentissage afin d’en optimiser le déroulement pour s’assurer d’ancrer durablement les compétences et les connaissances dont nous avons besoin. Rendez-vous la semaine prochaine, bonne lecture ! Crédits images de l’article et éléments de l’infographie @Freepik

Ressources pour l'accompagnement personnalisé Pour la mise en oeuvre de l'accompagnement personnalisé, éduscol propose un ensemble de ressources issues des académies ainsi des vidéos d'interviews. Modules pour l'accompagnement personnaliséUn ensemble de modules pour l'accompagnement personnalisé au lycée de la seconde à la terminale, en voie générale et technologique et en voie professionnelle. Chacun d'eux est axé sur un thème précis et propose une description complète de la séance et des activités à mettre en oeuvre.Interviews sur l'accompagnement personnaliséLors du séminaire accompagnement personnalisé : bilan et perspectives du 30 mai, 7 interviews ont été réalisées pour illustrer la mise en place et les bénéfices de l'accompagnement vue par différents acteurs de terrain ( professeur, formateur, IA-IPR, Chef d'établissement, CPE...).

Concept & principes pédagogiques – 4 : le conflit socio cognitif Le conflit socio cognitif est un concept développé dans le champ de la pyschologie sociale génétique au début des années 80. Il met en évidence l’influence positive des interactions sociales sur l’apprentissage. L’apprentissage entre pairs peut être supérieur, sous certaines conditions, à l’apprentissage seul ou face à un formateur car il suscite des confrontations de point de vue générant la remise en cause de représentations, et par conséquent l’émergence de connaissances nouvelles. Il invite les formateurs à favoriser les apprentissages coopératifs. Comment fonctionne le conflit socio cognitif ? Face à un problème ou une question, chaque membre d’un groupe de personnes a au démarrage une représentation qui lui est propre du problème ou de la question. Quels sont les effets du conflit socio cognitif ? Le C.S.C accélère la plupart du temps l’apprentissage ou le changement de point de vue pour trois raisons essentielles : Du conflit socio cognitif à l’apprentissage coopératif En résumé

Comment enseigner le découragement en 5 minutes Je suis tombé sur une vidéo très intéressante qui tourne pas mal sur les réseaux sociaux ces derniers jours. On y voit Charisse Nixon, prof de psychologie à la Penn State Behrend (Pennsylvanie), proposer un exercice très simple à ses étudiants. Chacun d’eux reçoit une feuille sur laquelle figurent trois mots et doit trouver une anagramme pour chaque mot. La suite, je vous laisse la découvrir ici (la vidéo n'est pas très longue). Tout l’intérêt de cette petite expérience réside dans le fait que le troisième mot est le même pour tout le monde. « Repensez à ce qui c’est passé en vous, quand vous avez vu ceux à droite lever la main car ils avaient résolu l’exercice. - Je me suis senti stupide. - J’avais envie de partir. - Je me sentais encore plus confuse. - Frustrée… - J’ai perdu confiance en moi. - … Vous venez de faire l'expérience de l’impuissance apprise, conclut C. - il a du mal à comprendre qu’il peut avoir prise sur les événements (déficit cognitif)

Ce que les enfants devraient savoir sur leur cerveau à l'école Les neurosciences apparaissent comme un domaine réservé aux meilleurs étudiants en sciences. Or une étude américaine a démontré que Au plus tôt on apprend à l’école comment fonctionne notre cerveau, au mieux c’est. Suite à une étude menée sur des enfants de 4 à 13 ans, les psychologues Peter Marshall et Christina Comalli ont découvert que les jeunes enfants ne connaissent ni les fonctions ni le fonctionnement de leur cerveau. 1. les parents et les enseignants ne mentionnent que très rarement le cerveau quand ils apprennent aux enfants comment leurs corps fonctionnent. 2. l’enseignement portant sur l’anatomie et les fonctionnalités du cerveau ne commence qu’au collège. 3. les enfants ne peuvent pas observer leur propre cerveau et sont forcés d’imaginer ce qui se passe à l’intérieur de leur tête. Marshall et Comalli ont alors élaboré une leçon d’une vingtaine de minutes à destination d’élèves de primaire. Je vous propose deux vidéos (en anglais) destinées aux enfants. 1. 2. 1. 2. 3. 4. 5.

BO 2013 compétences de l'enseignant Article 1 - La liste des compétences que les professeurs, professeurs documentalistes et conseillers principaux d'éducation doivent maîtriser pour l'exercice de leur métier est précisée à l'annexe du présent arrêté. Article 2 - L'arrêté du 12 mai 2010 portant définition des compétences à acquérir par les professeurs, documentalistes et conseillers principaux d'éducation pour l'exercice de leur métier est abrogé. Toutefois ses dispositions demeurent applicables aux personnels enseignants et d'éducation stagiaires, lauréats des concours de recrutement ouverts antérieurement au 1er septembre 2013. Article 3 - Le présent arrêté entre en vigueur le 1er septembre 2013. Article 4 - Le secrétaire général, le directeur général de l'enseignement scolaire et les recteurs sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française. Fait le 1er juillet 2013 Ce référentiel de compétences vise à Sont ainsi définies : 1. 2. 3.

Related: