background preloader

Internet des objets

Facebook Twitter

Objets connectés et sécurité des données. CES 2014 : la révolution connectée est en marche — l'adoption massive du smartphone favorise la multiplication des objets connectés, mais faut-il s'en inquiéter ? Faut-il craindre pour la sécurité de nos données personnelles ? Des questions complexes auxquelles certains consommateurs aimeraient bien avoir une réponse avant de se lancer dans l'aventure... La démocratisation du smartphone — 44,4 % de la population française de 11 ans et plus en est équipée* — constitue un terrain plus que favorable à l'arrivée massive des objets connectés. Le CES de Las Vegas a confirmé cette tendance : notre futur sera connecté (téléphones fixes, appareils électroménagers, shakers, sous-vêtements, voitures...). Qu'est-ce qu'une donnée personnelle ? Les Français sont sensibles à ces questions de données ; lors d'une étude réalisée par le CSA sur "les Français et leurs données personnelles", 85 % des participants se déclarent préoccupés par la protection de leurs données personnelles sur Internet.

CES : 5 objets connectés qui vont changer votre quotidien - 6 janvier 2014. Le plus grand salon de l'électronique grand public, le Consumer Electronics Show (CES), s'est ouvert dimanche 5 janvier à Las Vegas. Les entreprises du secteur, grandes et petites, dévoilent les nouveautés qui vont dessiner les tendances de l'année 2014. Et déjà, de nombreux gadgets ont surpris. 1/ Le plus hygiénique : la brosse à dent intelligente L'an dernier, une fourchette intelligente française avait remporté un franc succès.

Cette année, c'est une brosse à dent made in France qui fait parler d'elle. Présentée comme la première du genre, elle promet de "réinventer les soins dentaires". "L'idée est de brosser non pas plus fort, mais plus intelligemment", explique Loic Cessot, le co-fondateur de la start-up française Kolibree qui a conçu la brosse, présentée dimanche à Las Vegas avant l'ouverture du salon. Quand vous utilisez une brosse à dents normale, vous ne savez jamais vraiment ce que vous avez nettoyé", fait valoir Loic Cessot. 2/ Le plus inutile : le mini drone de Parrot. Chiffre. Étude Havas Media : les objets connectés (IOT) séduisent les internautes français.

Les résultats d'une nouvelle étude Havas Médias-CSA (1) dévoilée ce matin montrent que la France est bien partie sur le chemin de l'IOT (Internet of Things). Non seulement plus de la moitié des internautes entre 15 et 49 ans savent ce qu'est un objet connecté, mais près d'un tiers serait prêt à s'équiper en montre, voiture et bracelet connectés. En général, les internautes vont même plus vite que les fabricants puisqu'ils croient déjà disponibles sur le marché des produits qui n'y figurent pas encore, comme la voiture ou le réfrigérateur. Ces résultats sont d'autant plus encourageants pour les marques que l'étude a été réalisée en novembre dernier, soit avant les reportages sur les nouveautés présentées au CES de Las Vegas qui vient de fermer ses portes.

En tête du palmarès des objets les plus attrayants arrive la voiture, plébiscitée par 61 % des internautes interrogés, et ce aussi bien parmi les hommes que les femmes. Iot-report-en-us.pdf. IDC prédit un avenir radieux à l'Internet des objets. Le cabinet d’études IDC prévoit une forte croissance des investissement liés aux technologies de la sphère « Internet des objets » dans la période 2012 – 2020. Editeurs de solutions, fournisseurs de services IT, équipementiers (télécoms, hardware…) et développeurs…Tout l’écosystème IT sera bousculé. Concrètement, IDC prévoit une croissance annuelle de 7,9% du marché, qui passerait de 4800 milliards de dollars en 2012 à 8900 milliards de dollars en 2020. Un vaste domaine qui regroupe notamment les voitures connectées, la domotique, les technologies intégrées dans la conception des villes intelligentes, etc.

Selon IDC, pas moins de 212 milliards « d’objets Internet » seront connectés fin 2020. Bien plus que les 80 milliards estimés par l’institut français Idate à la même échéance. Visiblement, il n’est pas évident de délimiter le périmètre de marché de l’Internet of Things. D’après Silicon.fr, IDC intègre plus de 30 milliards d’objets connectés de manière autonome. ——Quiz—— Le marché des objets connectés - Etudes sectorielles. L'informatique est entrée dans une nouvelle ère, celle de l'Internet des objets. Et les entreprises françaises (Parrot, Netatmo, Withings, etc.) sont en pointe dans le domaine !

À l'origine de la mutation en cours : la baisse drastique du prix des capteurs électroniques et l'essor des smartphones comme hub de la vie numérique. Les fabricants ont su également proposer des appareils aux usages et design innovants en phase avec les attentes des ménages en matière de bien-être et de gestion de l'énergie. Pourtant, la part des objets intelligents dans les dépenses high-tech des Français ne dépassait pas 1,5% en 2013 selon les estimations exclusives de Xerfi. Dans ce contexte, quelles sont les réelles perspectives de croissance pour le marché des objets connectés ? - le contexte concurrentiel, dont notamment le rôle des distributeurs (Fnac, Apple) et des prescripteurs (assureurs, énergéticiens, etc.) pour démocratiser les objets connectés ; Les déterminants du marché des objets connectés.

80 milliards de 'choses' dans l'Internet des objets en 2020. L’Idate est formel : à l’horizon 2020, près de 80 milliards de dispositifs communiqueront en ligne. L’institut d’études basé à Montpellier s’aligne là sur les prédictions des principaux acteurs du secteur (opérateurs, équipementiers, prestataires de services), dont Ericsson. Cette croissance serait essentiellement portée par les industries pharmaceutique et du textile. D’ici 7 ans, le marché se composera à 85% d’objets, connectés directement à Internet ou via un terminal intermédiaire; 11% des connexions seront le fait de terminaux communicants ; 4% trouveront leur origine dans le M2M (Machine-to-Machine). Il est fort probable que l’on assiste à des évolutions disparates entre ces trois catégories, non seulement en raison de l’hétérogénéité des marchés que recouvre l’Internet des objets, mais aussi au vu de la variété des technologies matérielles utilisées. Ainsi, la RFID et les codes-barres 2D (‘Flashcodes’) interagissent directement avec nombre d’articles de la grande consommation.

Mobile Augmented Reality Revenues to Exceed $1bn Annually by 2015, Juniper Research Finds. Smart Glasses Offer Longer Term Monetisation Opportunities Hampshire, UK – 4th February 2014: A new report from Juniper Research has found that annual revenues from mobile augmented reality (AR) services and applications will reach $1.2 billion by 2015, up from just over $180 million last year. The report, Mobile Augmented Reality: Smartphones, Tablets and Smart Glasses 2013-2018, found that games (which accounted for more than 40% of AR downloads in 2013) will continue to deliver the largest revenue stream for the foreseeable future. However, it observed that with AR increasingly deployed within mainstream lifestyle, enterprise and general entertainment applications, each of these sectors should achieve annual mobile AR revenues in excess of $1 billion within 5-6 years.

Brand Engagement Boosting Consumer Adoption Other findings from the report include: • AR app user numbers will approach 200 million by 2018.• Developers must be aware of device limitations when scoping out AR apps. Author. Global RFID market will reach $7.88 billion in 2013: IDTechEx. The market for RFID has grown steadily despite the economic meltdown due to the diverse nature of its applications from tagging retail apparel to transport ticketing to animals. Historically and today, Governments have driven most RFID orders as they improve efficiency (transit systems), safety (passport tagging) and protect industries (animal tagging). Since 2000 there has been a strong push to use passive RFID to improve supply chain visibility, with a wide range of investment in new RFID technologies, new standards and much publicity.

Inevitably as with most new technologies, aspects were over hyped and demand not in sync with capacity, but as we entered 2010 the industry emerged from the hype cycle and over the following years until now, has entered a period of rapid growth and profitability for some. There are different rates of growth for different applications and many challenges - and opportunities still exist. Fig. 1 Total RFID Market Projections in US$ billions. Internet des Objets. L’Internet des objets - Évolutions techniques de l’internet des objets. 1Même si de nombreux progrès ont été réalisés, avant de pouvoir utiliser l’IdO comme l’internet il reste encore un certain nombre de points à résoudre. Dans ce chapitre, nous listerons dans la première partie les principales nouveautés technologiques qui limitent le développement de l’IdO, puis nous aborderons les problématiques de concurrence entre technologies (deuxième partie) mais aussi les principales démarches de standardisation en cours (troisième partie). 2Trois enjeux majeurs se posent actuellement : améliorer la performance des solutions, permettre une meilleure interopérabilité des systèmes en garantissant un niveau de sécurité optimal et enfin concevoir une gestion efficiente des données.

Garantir la performance des solutions en contexte d’usage 1 Van Liehout, M., Grossi, L., Spinelli, G., Kool, L., Pennings, L., Stap, R., Veugen, T., van der Wa (...) 2 Van der Togt, R., et al. (2008 : 2884-2890). Assurer la pérennité des solutions Garantir la flexibilité Garantir la sécurité. Objet Connecté : histoire et définitions | Internet des Objets, IoT, objets connectés… Autant de termes qui peuvent paraître flous pour les moins technophiles, imprécis pour les autres. A l’heure où les objets connectés se démocratisent un peu plus chaque jour, revenons un moment sur leur histoire et l’origine de ce que nous appelons l’IoT.

Définitions des objets connectés, de l’Internet of Things (IoT) et de l’Internet des Objets (IdO) Toutes ces notions se mélangent un peu, pas vrai ? Et il est souvent difficile d’établir avec précision à partir de quand un objet et connecté et à partir de quand débute l’Internet des Objets. Parfois raccourci en IdO, ou plus souvent en IoT (Internet of Things), ce concept représente l’expansion du réseau Internet à des objets et/ou des lieux du monde physique. Le terme d’Internet des Objets ne possède pas encore de définition officielle et partagée, qui s’explique par le fait que l’expression est encore jeune et que le concept est encore en train de se construire. La question délicates des datas.

L'Internet des objets : battage médiatique ou réalité ? Il y a près de 15 ans, Kevin Ashton, pionnier de la technologie RFID, inventait l'expression Internet des objets, convaincu que l’on pouvait changer le monde « avec des ordinateurs capables de connaître tout ce qu'il y a à savoir sur les objets qui nous entourent. » Ce discours est aussi puissant maintenant qu'il l'était à l'époque. Autrefois vision du futur, le concept a fait du chemin. Aujourd’hui, c’est une réalité pour les entreprises. Pour autant, la définition d’Internet des objets conserve une part de mystère, même si l'expression est de plus en plus usitée. Les possibilités de l’Internet des objets * On estime à 44 millions le nombre de vaccins gaspillés chaque année en raison du non-respect des températures requises.

Le chemin de l'adoption Il arrive de lire ou d'entendre dire que l'Internet des objets n'est que battage médiatique. Les décideurs des entreprises internationales connaissent bien l'expression Internet des objets. Une vision devenue réalité. Internet_of_Things_IoT_IBSG_0411FINAL. Le boom de l'Internet des Objets (IOT) : enjeux et tendances marché. Véritables stars du CES Las Vegas 2014, les objets connectés semblent être la tendance dans laquelle tous les industriels veulent parier. Un enthousiasme compréhensible compte tenu des prévisions de développement de ce secteur : en 2020, 80 millions d'objets seront connectés, sur un marché estimé à 5 milliards de dollars dès 2015. Voilà pourtant quelques années déjà que des précurseurs clament l'avènement imminent du « tout connecté ». Après 15 ans de maturation, les objets connectés sont enfin prêts et accessibles au marché de masse. Les Objets Connectés existent depuis longtemps, et l'industrie utilise leurs applications depuis des années, mais ils sont aujourd'hui accessibles au marché de masse, grâce à la conjonction de plusieurs évolutions sociétales, démographiques et technologiques.

Nos modes de vie « always on », rendus possibles grâce aux Smartphones ont ouvert le marché des box domotiques pour le grand public. La e-santé : le marché de demain pour les Objets connectés. A Study on Augmented Reality as a Marketing Tool. Réalité augmentée : technologies et marché. RFID. RFID (Radio Frequency IDentification)

Décembre 2015 Introduction à RFID L'abréviation RFID signifie « Radio Frequency IDentification », en français, « Identification par Radio Fréquence ». Cette technologie permet d’identifier un objet, d’en suivre le cheminement et d’en connaître les caractéristiques à distance grâce à une étiquette émettant des ondes radio, attachée ou incorporée à l’objet. La technologie RFID permet la lecture des étiquettes même sans ligne de vue directe et peut traverser de fines couches de matériaux (peinture, neige, etc.). L’étiquette radiofréquence (transpondeur, étiquette RFID), est composée d’une puce (en anglais « chip ») reliée à une antenne, encapsulées dans un support (RFID Tag ou RFID Label).

On distingue 3 catégories d’étiquettes RFID : Les étiquettes en lecture seule, non modifiables, Les étiquettes « écriture une fois, lecture multiple », Les étiquettes en « lecture réécriture ». Par ailleurs, il existe deux grandes familles d'étiquettes RFID : Exemples d’applications opérationnelles : Définition de la RFID. Accueil > La RFID pour tous Insérer une clé pour démarrer un véhicule, badger pour accéder à un bâtiment ou une salle, utiliser les remontées mécaniques lors d’un séjour au ski, valider un titre de transport dans le bus ou le métro sont des gestes entrés dans le quotidien de bon nombre d’entre nous. Nous utilisons, sans en être toujours conscient, des technologies de capture automatique de données basées sur les ondes et rayonnements radiofréquence.

Cette technologie est connue sous le nom de RFID pour Identification RadioFréquence. Ce que chaque être humain fait dans sa vie quotidienne, les objets le font également depuis leur lieu de fabrication jusqu’au point de vente en passant par les lieux de stockage. Ils sont, comme nous, porteurs d’étiquettes RFID. La différence entre les objets et nous, c’est qu’ils ne présentent pas « volontairement » leur étiquette ou badge RFID lorsqu’on leur demande. Ceci dit, la RFID ne peut pas se résumer à une seule technologie. RFID active : définition et utilisations du système RFID actif. Tout comme le système RFID passive, la RFID active permet l'identification à distance d'objets et de personnes, mais son utilisation et le système qui le compose diffère en grande partie.

Qu'est-ce que la RFID active ? La radio identification active est une forme de technologie d'identification caractérisée par l'usage de tags actifs également appelés étiquettes actives. Les tags sont de petits objets qui peuvent être collés sur des objets ou insérés dans ces mêmes objets, ils sont composés : d'une puce électronique, d'une antenne. Ainsi, on parle de RFID active lorsque les étiquettes ou tags sont actifs c'est-à-dire qu'ils sont alimentés par une source d'énergie embarquée: batterie, pile... Cette source d'énergie permet à la puce de diffuser un signal vers le lecteur RFID.

Utilisations de cette RFID Les applications où la technologie de RFID active offre un avantage certain sont nombreuses et diverses, exemples : RFID active : points forts et limites du système Avantages Inconvénients. RFID, des sauts de puces vers Orwell ?