background preloader

Google Glass: la vie en réalité augmentée, ce n'est pas si cool

Google Glass: la vie en réalité augmentée, ce n'est pas si cool
«Comment la réalité augmentée va foutre en l’air votre vie amoureuse»: c’est le titre que The Atlantic consacre à Sight, le petit film de près de huit minutes qui fait son chemin sur les sites spécialisés en technologie et les blogs de geeks. Sight, projet de fin d’études de deux étudiants de l’Académie des arts de Bezalel à Jérusalem, est un film d’anticipation inspiré par le projet Google Glass, présenté cette année par l’entreprise californienne qui souhaite le mettre sur le marché dès 2013. Dans ce court-métrage remarquablement réalisé, l’entreprise fictive Sight Systems propose des lentilles hyperconnectées, créant une interactivité constante avec les objets et les individus qui entourent l’utilisateur, dans un flux informationnel permanent… Un peu comme les fameuses smart-lunettes de Google, donc. Dans ce futur proche, la moindre activité quotidienne est «gamifiée»: découpe de rondelles de concombre, cuisson de l’œuf au plat, et surtout organisation d’une date pour le soir même. Related:  L'internet des objets

Ne soyons pas snobs avec la réalité virtuelle, c’est vraiment excitant « La réalité virtuelle est la prochaine frontière du journalisme », a décrété en novembre dernier, la prestigieuse Columbia Journalism Review. Après la médecine, l’art et le porno, de plus en plus de médias prennent au sérieux l’idée d’utiliser la réalité virtuelle pour faire du journalisme – un concept qui aurait semblé lunaire il y a seulement dix ans. Pour l’instant, la réalité virtuelle a surtout été utilisée pour des documentaires, comme « Project Syria » (dont on vous avait longuement parlé en septembre), qui plonge l’utilisateur dans une rue d’Alep juste avant une explosion meurtrière, ou « Harvest of Change », un reportage dans une famille de fermiers en Iowa (mais développé pour Oculus, au coût prohibitif). L’étape suivante, c’est de faire du reportage, sur le vif, avec la réalité virtuelle. Et depuis quelques mois, c’est précisément ce que commencent à faire certains médias américains, et pas des moindres : Vice et le New York Times. Votre smartphone et des lunettes en carton

Spécial courts-métrages : Science-fiction, amour et villes futuristes Le monde de demain est une source d’inspiration inépuisable pour les cinéastes en herbe. Découvrez les courts-métrages Tears of Steel et Lost Memories qui vous embarquent dans des villes futuristes, où l’amour et la technologie sont intimement liés. Commençons par Tears of Steel, un court métrage se déroulant dans un Amsterdam futuriste. Le héros voudra corriger son erreur passée 40 ans après grâce à la technologie. Guerre contre des robots rappelant Transformers, effets spéciaux déments et love story futuriste vous attendent dans ce petit bijou réalisé par Ian Hubert. Lost Memories, court-métrage écrit, réalisé et produit par François Ferracci, nous plonge lui dans Paris, complètement envahi par les hologrammes en l’an 2020. On vous laisse apprécier ces deux magnifiques courts-métrages à la fois impressionnant pour l’un et touchant pour l’autre, mais traitant tous les deux à leur manière de ce que pourraient être nos relations avec la technologie dans le futur…

Petit message à Robert Plant : le droit d’auteur aurait empêché Led Zeppelin d’exister aujourd’hui ! [Pointes de S.I.Lex] Si quelqu’un par hasard a le mail de Robert Plant, le chanteur du groupe mythique Led Zeppelin, il serait gentil de lui faire passer ce billet, écrit suite à l’énorme coup de sang que m’a donné la lecture de cet article paru hier sur PCInpact. On y apprend qu’un ensemble de veilles gloires de la pop et du rock anglais – Robert Plant donc, mais aussi Elton John, Roger Daltrey et Pete Townshend des Who, Roger Taylor et Brian May de Queen – se sont fendus d’une lettre ouverte sur le site du journal The Telegrah pour réclamer « une législation solide en matière de copyright afin d’exceller au niveau mondial ». Cette adresse met en avant le rôle moteur que peut jouer le secteur de la musique dans le développement économique de l’Angleterre et la nécessité de mieux protéger les artistes : En tant que nation avancée sur le plan du numérique, dont la langue est parlée partout dans le monde, la Grande Bretagne est bien positionnée pour accroître ses exportations à l’ère numérique.

Le papier contre le numérique » Article » OWNI, News Augmented Pour certains, la cause est entendue : en changeant de support, nous avons perdu de notre capacité à nous plonger dans de longs textes. Un point de vue trop simpliste, comme en témoignent les analyses présentées dans ce texte. Nouveau support, nouvelle culture Lit-on de la même manière sur le support papier que sur le support électronique ? Il n’est pas sûr que ce texte parvienne à réconcilier les tenants de chaque position. « Google nous rend-il stupide ? « À chaque fois qu’apparaît un nouveau média, une nouvelle façon de distribuer le savoir et l’information, il se trouve quelqu’un pour crier à l’abêtissement des masses », attaque Luc Debraine dans Le Temps. Ces dernières années, j’ai eu la désagréable impression que quelqu’un, ou quelque chose, bricolait mon cerveau, en reconnectait les circuits neuronaux, reprogrammait ma mémoire. Nos références culturelles changent À en croire l’inventeur Daniel Hillis, ce n’est pas Google qui nous rend stupide. Le choc des cultures

Objets connectés : que feront les entreprises de vos données ? Il y a d'abord eu les smartphones, puis les bracelets et les montres connectées. Il y aura bientôt les voitures. A terme, 80 milliards d'objets connectés devraient être en circulation en 2020, selon les prospections du cabinet IDATE, partagées ce mardi 7 avril en ouverture du premier salon professionnel consacré à l'Internet des objets, le SIdO, à Lyon. Brosses à dents, sex-toys ou encore robinets : nombreux sont les objets concernés par cette grande révolution, qui verra le moindre meuble intégrer un identifiant unique sur le réseau, lui permettant de communiquer avec d'autres objets afin d'offrir des services au consommateur. « L'Internet des objets va générer des données, beaucoup de données, notamment personnelles, ce qui explique que les grands groupes américains investissent beaucoup dans ce domaine, explique Samuel Ropert, consultant pour IDATE. « Quand vous avez un objet qui est connecté, vous restez au plus près du consommateur. « Les données, c'est comme le vin »

Les techniques secrètes pour contrôler les forums et l’opinion publique Attention, c'est du lourd ! Le 12 juillet dernier, le site Cryptome, sorte d'ancêtre à Wikileaks, qui publie des documents que les gouvernements et les sociétés n'aimeraient pas voir sur le net, a mis en ligne le témoignage et les explications techniques d'un ex-agent de Cointelpro. Cointelpro est une organisation US liée au FBI dont la mission était de faire de la désinformation et de foutre le bordel parmi les groupes d'activistes. Officiellement, Cointelpro a disparu en 71, mais l'organisation a juste changé de noms. Maintenant en plus d'infiltrer de manière classique des groupes d'activistes, cette ou ces organisations gouvernementales officient sur Internet pour enterrer les bad buzz et noyer le poisson sur les forums d'activistes. Le 18 juillet, ce témoignage sur Cryptome a été mis en avant sur Slashdot par un contributeur de longue date. Mais peu importe... Techniques pour manipuler les forums sur Internet Technique #1 – " FORUM SLIDING " Technique #2 – " CONSENSUS CRACKING " 1. 1.

Haut débit : la France 30e au classement Akamai La vitesse moyenne mondiale de connexion à Internet a été estimée à 2,6 Mbit/s au premier trimestre 2012, soit une hausse de 11 % sur un trimestre et de 25 % sur un an. Un constat dressé par le spécialiste américain du CDN (Content Delivery Network) Akamai dans le cadre de son État des lieux trimestriel. Dans ce rapport, le haut débit se caractérise par une vitesse de connexion de 4 Mbit/s minimum, tandis que le très haut débit est réservé au lignes d’au moins 10 Mbit/s. Elles concernent désormais 10 % des connexions au niveau mondial (+19 % sur un trimestre). Une fois de plus, la Corée du Sud arrive en tête avec un débit moyen de 15,7 Mbit/s. Outre la Corée du Sud, deux autres pays d’Asie, le Japon (10,9 Mbit/s) et Hong Kong (9,3 Mbit/s), occupent le trio de tête en termes de débits. Le haut débit à moins de 5 Mbit/s L’Asie passe à l’offensive Au premier trimestre 2012, plus de 42 % des attaques de trafic ont eu pour origine un pays de la région Asie-Pacifique/Océanie.

Laurent Chemla : ils sont trop forts ces voleurs 2.0… Vous aviez lu une interview de Laurent Chemla sur Reflets. Laurent, c’est un dinosaure du Net français. Et à ce titre, il a vécu toutes les époques de ce réseau. Alors, voila. On m’a demandé de venir vous parler. Ça fait très longtemps que j’ai pas fait ça, alors je vous prie d’excuser ma nervosité, mais voilà. Le problème c’est que personne ne m’a dit de quoi je devais vous parler. On m’a juste demandé de venir vous parler. Bref. De quoi donc pourrais-je vous parler ? Du coup j’ai pensé vous parler des trucs à la mode vus depuis ma grotte de vieux con. Le cloud par exemple. De mon temps, en préhistoire, il me semble qu’on appelait ça en français « stockage à distance ». Et que la seule limite c’était qu’on ne pouvait pas (encore) faire du streaming en temps-réel. Je sais pas vous, mais à moi ça me semble exactement la même chose que le « cloud » de 2012. En plus comme aucun grand opérateur ne proposait ça, on utilisait nos propres services de « stockage à distance ». Ah, les voleurs… Pas con.

Télés connectées : un espion dans le salon ? Soupçonnés de mettre leurs utilisateurs sur écoute, les téléviseurs connectés collectent de grandes quantités de données personnelles. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Damien Leloup Les téléviseurs Samsung sont l'équivalent du télécran du roman 1984 : un objet de surveillance qui enregistre tout ce qui est dit dans une pièce et épie les faits et gestes des utilisateurs. Depuis, un vent de panique s'est emparé de possesseurs de téléviseurs connectés de la marque sud-coréenne et d'une partie de la presse. « Nous vous signalons que, si les mots que vous prononcez contiennent des informations privées ou confidentielles, ces informations feront partie des données transmises à un tiers lorsque vous utiliserez le service de reconnaissance vocale. » Glaçante, la phrase n'est pourtant pas une nouveauté : elle figure depuis longtemps dans les conditions d'utilisation des téléviseurs Samsung. Actif ou passif ? « Tempête dans un verre d'eau » De vastes quantités de données personnelles collectées

Related: