background preloader

Vaccins et maladies

Facebook Twitter

Pourquoi il est si difficile de démontrer la responsabilité des vaccins dans le développement de certaines maladies… Le vaccin de l'hépatite B est-il responsable de certaines scléroses en plaque ? Pour les observateurs critiques de la vaccination, c'est évident, et ils sont appuyés en cela par quelques décisions de justice et par quelques études épidémiologiques récentes. Pour la science académique, qui conteste ces études et s'appuient sur d'autres publications écartant le lien de causalité, il n'en n'est rien, le lien chronologique entre le vaccin et la maladie n'étant qu'une coïncidence sans valeur statistique.

Comment comprendre une telle contradiction ? Peut-on connaître les véritables complications des vaccins ? Des complications reconnues Certains effets secondaires des vaccins sont inscrits dans leur monographie et font l'objet de précautions ou de contre-indications. Des complications non reconnues ou contestées En fait, c'est la nature des méthodes scientifiques d'évaluation qui pose problème ! Un exemple de causalité linéaire démontrée sans équivoque Quelle solution ? MALADIES APRES VACCINATIONS. Vaccinose (pathologies post-vaccins) 60 Lab Studies Now Confirm Cancer Link to a Vaccine You Probably Had as a Child. La myofasciite à macrophages et les vaccins : le revirement de jurisprudence. Par Catherine Taurand, Avocat. Il y a 20 ans, un homme avait, préalablement à son recrutement comme fonctionnaire par la ville de Paris et à la demande de son employeur, reçu deux injections du vaccin contre l’hépatite B.

A la suite de cette vaccination, il a constaté une augmentation des douleurs musculaires dont il souffrait antérieurement et présenté un état de faiblesse généralisée, une fatigue chronique, des douleurs articulaires, des troubles du sommeil, puis des troubles cognitifs. A la suite d’une biopsie musculaire ayant révélé qu’il souffrait de lésions focales de myofasciite à macrophages, il avait été placé en congé de longue maladie à plein traitement mais, après de nouvelles expertises, le maire de Paris l’avait placé en congé de maladie ordinaire.

Cette maladie, extrêmement handicapante lui causait irrémédiablement et de plus en plus de souffrance tant physique que morale. Dans cet arrêt, le Conseil d’Etat considère clairement que : Des troubles neurologiques liés aux vaccinations massives anti-H1N1. Une étude publiée fin juillet dans la revue spécialisée Brain, établit pour la première fois un lien en France entre la grande campagne de vaccination contre le virus de la grippe H1N1 de l’hiver 2009 et de nombreux cas de troubles neurologiques chez des enfants et des adultes. Cette étude financée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) en 2010, a été menée par une équipe de chercheurs français, dont un des meilleurs spécialistes mondiaux de la discipline, le Pr Yves Dauvilliers, neurologue et directeur du laboratoire de sommeil au CHU Montpellier. Pour mener à bien leur étude, les scientifiques ont planché sur les effets de plusieurs vaccins et pas seulement le H1N1: ceux contre l’hépatite B, la diphtérie, le tétanos, et la grippe saisonnière.

«Or un seul vaccin a des liens avec la narcolepsie: le H1N1», explique le Pr Dauvilliers. Pour les chercheurs, le Pandemrix serait aussi concerné que le Panenza. Sources : Brain / Santé-Figaro / Le JDS. Des troubles neurologiques rares liés au vaccin anti-H1N1. Publiée fin juillet dans la revue spécialisée Brain , une étude établit pour la première fois un lien en France entre la grande campagne de vaccination contre le virus de la grippe H1N1 de l'hiver 2009 et plusieurs cas de narcolepsie chez les enfants et les adultes. La narcolepsie est une maladie très rare (1 cas sur environ 3300 à 5000 personnes), caractérisée par un important besoin de sommeil et par des endormissements incontrôlés plusieurs fois par jour, pouvant survenir à n'importe quel moment de la journée (quand le sujet est au volant, dans la rue ou même en train de parler).

Elle est souvent associée à des crises de cataplexie, une perte soudaine du tonus musculaire déclenchée par une forte émotion, ce qui peut entraîner une chute alors même que le patient est éveillé. Alain de la Tousche, le président de l'Association française de narcolepsie-cataplexie, lui-même atteint de cette maladie, raconte ainsi lors d'une crise avoir entendu son entourage s'écrier: «Mais il est mort!»

Des troubles neurologiques rares liés au vaccin anti-H1N1. Une découverte significative de l’Université de l’État de Washington montre que l’ail est 100 fois plus efficace que deux antibiotiques populaires pour combattre des maladies causées par des bactéries responsables de toxi-infections alimentaires. Leur travail a été publié récemment dans le Journal de Chimiothérapie Antimicrobienne, une suite des précédentes recherches de l’auteur dans Microbiologie Appliquée à l’Environnement qui a démontré de manière concluante qu’un concentré d’ail était efficace pour inhiber la croissance de la bactérie Campylobacter jejuni.

L’ail est probablement l’un des plus puissants aliments naturels. C’est l’une des raisons pour laquelle les gens qui suivent un régime méditerranéen ont des vies aussi saines et longues. L’ail est aussi très performant en laboratoire de recherche. L’une des découvertes les plus intéressantes est que l’ail augmente le niveau global d’antioxydants dans le corps. Source Traduit par Bistro Bar blog relayé par wikistrike Comments comments. Narcolepsie après vaccination anti-H1N1 : l’Angleterre indemnise, la France renacle.

Le gouvernement anglais va indemniser les enfants victimes d’une narcoplepsie apparut après une vaccination contre la grippe H1N1 par le Pandemrix ; Et en France ? Le gouvernement Britannique a en effet accepté de reconsidérer son refus initial d’indemniser les enfants victimes de narcolepsie causé par le Pandemrix (GlaxoSmithKline), un vaccin contre la grippe H1N1, suite à la publication d’un rapport de la Health Protection Agency montrant qu’un enfant de 5 à 18 ans sur 55 000 vaccinés par le Pandemrix, souffrait de narcolepsie. Les enfants, handicapés à 60% ou plus à cause de cette simple vaccination contre la grippe H1N1 par le Pandemrix devraient donc recevoir une somme de 120 000 livres sterling (143 000 euros), peu pour compenser une vie gâchée.

La firme d’avocats Hodge Jones & Allen qui se bat en Angleterre aux côtés des victimes du Pandemrix estime que cette prise de conscience du gouvernement Anglais est un pas important mais que la compensation reste insuffisante. Source. H1N1 : le vaccin a provoqué de graves troubles du sommeil. Le Japon retire deux vaccins du marché après la mort de 4 bébés. Mesure de précaution ou mesure d'urgence? Les autorités japonaises ont suspendu ce week-end l'usage de deux vaccins produits par les géants pharmaceutiques Pfizer et Sanofi-Aventis, le temps de mener une enquête sur un lien éventuel avec la mort de quatre bébés.

Les deux vaccins sont le Prevenar du groupe américain Pfizer, utilisé contre la pneumonie à streptocoque, et l'ActHIB de la firme française Sanofi-Aventis, destiné à prévenir la méningite bactérienne, a annoncé le ministère de la Santé. Le Prevenar fait partie des 77 médicaments que l'Afssaps à placé sous surveillance renforcée le mois dernier. Les quatre jeunes enfants, morts entre le 2 et le 4 mars, étaient âgés de moins de deux ans. Le ministère a précisé que certains de ces enfants souffraient d'affections diverses. La division vaccins de Sanofi-Aventis, Sanofi Pasteur, a présenté "ses sincères condoléances aux enfants décédés et aux familles concernées". Deux morts de nourrissons en France Avec. Grippe en France: 75 cas graves en réanimation, la majorité sont des adultes vaccinés!

Autres articles Intéressante information que l'on a eu la gentillesse de nous signaler: le journal Le Parisien indiquait en date du 26 janvier dernier que 75 cas liés à la grippe auraient abouti en réanimation. Et de préciser: "L'âge des 75 patients admis en réanimation variait de 10 mois à 90 ans, mais les malades étaient majoritairement des adultes vaccinés. " Malgré cet aveu, l'article signé Christine Mateus ose encore relayer qu'il est d'autant plus important de se faire vacciner et qu'il n'est pas trop tard évoquant une prétendue "virulence" du virus H1N1! En réalité, ces chiffres ne sont guère étonnants et ils ne sont qu'une petite partie des chiffres des hospitalisations pouvant être liées aux effets désastreux des vaccins. Paralysée après un vaccin. «Je cherche encore aujourd’hui la solution qui me redonnera mon visage… » Stéphanie Fontes a 28 ans. Mariée, jeune maman, cette technico-commerciale en congé maternité a posé ses valises à Créancey, dans le canton de Pouilly-en-Auxois.

Sa détresse ? Une paralysie faciale qui lui bloque la partie gauche du visage. La raison ? « On faisait confiance » Sa singulière histoire débute dans les Bouches-du-Rhône. Mais pour Stéphanie, cette gêne s’installe. De spécialiste en spécialiste, d’avis en avis, Stéphanie va même tenter une opération du visage à Paris. Et maintenant, des douleurs articulaires Sa bouffée d’oxygène ? Le lien entre le vaccin ROR et l'autisme était "un trucage" L'autisme et la vaccination ROR - La santé en question. L'autisme et la vaccination ROR La santé en question Des associations américaines représentant près de 5000 familles dont les enfants sont devenus autistes après avoir, semble-t-il, reçu une vaccination ROR (rougeole, oreillons et rubéole) ont porté l'affaire en justice sous le motif qu'il y avait un lien plausible de cause à effet entre l'autisme et ces vaccins pédiatriques.

Depuis la fin des années 1990, l'autisme fait coulé beaucoup d'encre et alimente une importante littérature, tant livresque que sur Internet, et de plus en plus polémique. Bien qu'il n'existe aucune preuve selon laquelle un vaccin pourrait déclencher une maladie, le sujet est suffisamment grave pour mériter quelques commentaires. Penchons-nous un instant sur cette maladie et les raisons qui ont poussé ces victimes à porter l'affaire sur la place publique. Avant toute chose, définissons l'autisme. Qu'est-ce que l'autisme ? Actuellement nous ne connaissons pas de remède contre cette maladie handicappante. Fréquence Verdict. Les vaccins causent l'autisme. Fatigue chronique, fibromyalgie & vaccinations. Des documents secrets révèlent que des chercheurs qui étudiaient le lien entre le syndrome de fatigue chronique et la vaccination se sont vu refuser les financements. Des documents secrets qui, depuis des années, avaient été dissimulés dans des archives, montrent clairement que, quand des chercheurs en matière médicale ont sollicité un financement pour étudier plus en détail le lien entre les vaccinations et la maladie débilitante que représentent l’Encéphalomyélite Myalgique (EM, aussi appelée « fibromyalgie ») et le Syndrome de fatigue chronique (SFC), leurs demandes ont été rejetées.

Il leur a été conseillé de s’orienter de préférence vers des recherches en psychiatrie. Pendant de nombreuses années, des chercheurs et des professionnels de santé ont soupçonné qu’il pouvait y avoir un lien entre les vaccins et l’EM/SFC. La chose a été difficile à prouver parce que de nombreuses preuves qui appuyaient cette thèse ont été ignorées ou dissimulées pour toute une série de raisons. Conclusion. Les vaccins activent les maladies auto-immunes. De Michel Dogna, édifiant ! Je vous en supplie, prenez le temps de lire... Extrait: Quand des antigènes deviennent incontrôlables ou sont auto générés, les anticorps attaquent simplement les tissus de l'hôte au lieu de la maladie inexistante qui les cause.

Ceci définit en gros la maladie auto-immune : le système immunitaire déréglé attaque son hôte (humain ou mammifère.) .... RAPPEL : 'Seuls' 3 vaccins sont obligatoires en France pour les bébés. On vous en impose 6 regroupés dans un 'seul' vaccin, restez vigilants, vous en serez rarement informés (le pack des 3 vaccins obligatoires est soi-disant indisponible, il rapporte beaucoup moins d'argent, c'est évident!). Il existe depuis longtemps des rapports d’enquêtes épidémiologiques confirmant les soupçons selon lesquels, sur le long terme, ceux qui sont vaccinés n’ont souvent pas une aussi bonne santé que ceux qui sont exemptés de vaccinations, mais l’on veut que vous n’en sachiez rien. Vaccins et maladies inflammatoires chez l'enfant. Le docteur Classen, éminent immunologiste américain, à l'origine de cette étude est en effet depuis longtemps considéré par les institutions médicales comme un agitateur et ses travaux sont systématiquement contestés.

Ils sont pourtant d'une rigueur scientifique absolue mais il s'attaque malheureusement à des gens beaucoup plus puissants que lui. Que dit cette étude* ? Le Dr John Barthelow Classen met en évidence que la sur-stimulation immunitaire induite par les vaccins provoquerait chez la majorité des enfants américains toute une série de maladies comme le diabète de type 1 et de type 2, les « syndromes métaboliques », les troubles auto-immuns, l'asthme et les allergies alimentaires. Ce qui est assez interpellant, c'est de constater que cette augmentation est directement proportionnelle à l'accroissement du nombre de vaccins obligatoires préconisés par le calendrier officiel de vaccination des enfants. L'uniformisation des vaccins nuit à beaucoup d'enfants.

FAUSSE SCIENCE ET AUTISME....MERCURE (THIMEROSAL) DANS LES VACCINS - MALADIES EMERGENTES ET METAUX LOURDS. Fausse Science et Autisme La science qui prétend qu’il n’existe pas de liens entre les vaccins et l’autisme est fausse. Alors que cette pseudo-science continue de prospérer, les taux d’autisme n’arrêtent pas de croître. Les fabricants de vaccins sont protégés de tout risque de poursuite alors que des vies entières sont dévastées… et la fausse science continue de soutenir ce régime ! Par Jagannath Chatterjee, 28 avril 2013 C’est une épidémie mondiale d’autisme qui a véritablement explosé ! C’est en mars 2013 que les Centres Américains de Contrôle des Maladies (CDC) ont déclaré que l’autisme affecte aujourd’hui 1 enfant sur 50 aux Etats-Unis.

Le taux de croissance de l’autisme est terrifiant si on le compare au taux de 1970 dans le Wisconsin où, à l’époque, on relevait 1 cas d’autisme sur 14.857. Les premiers écrits sur l’autisme datent de 1943 quand le Dr Leo Kanner a décrit les cas de 11 enfants atteints de troubles qui n’avaient jamais été observés.