background preloader

ALGERIE

Facebook Twitter

Les supplétifs Algériens dans l'armée française pendant la guerre d'Algérie. Prisonniers ont dû choisir l'uniforme français sous menaces de mort ; des suspects, voire des enfants de 13 ans, ont cédé au chantage policier ou militaire1.

Les supplétifs Algériens dans l'armée française pendant la guerre d'Algérie

Simultanément, les violences exercées par les moudjahidines contre certains douars ou les membres de ç off (clans) adverses, les exécutions inexplicables de petits notables ou de simples fonctionnaires, ont provoqué en réaction des engagements qui avaient pour but soit la volonté de vengeance, soit le besoin de protection. Selon la police des Renseignements généraux, «les engagés dans les GMPR seraient dans la majorité des cas des individus à rencontre desquels l'ALN a commis des erreurs ou des injustices».

Aux yeux de nombreux officiers des services de renseignement, les conflits intertribaux expliquaient des mouvements d'ampleur comme «la dissidence des Aurès», née de l'opposition entre Nememcha qui se disaient d'origine arabe et Chawiya berbères2. Politique. 1. 4. La guerre d’Algérie vue par trois photographes amateurs. L’ECPAD mène une politique de collecte d’archives audiovisuelles privées.

La guerre d’Algérie vue par trois photographes amateurs

Celles-ci, entrées par voie extraordinaire[1], permettent de compléter les collections photographiques et cinématographiques institutionnelles conservées par l’établissement. De nombreux documents de cet ordre relatifs à la guerre d’Algérie ont intégré les fonds et les enrichissent par le regard différent qu’ils offrent car ils s’inscrivent en marge d’un système officiel de production et de diffusion des images réalisées, au sein de l’institution militaire, par le SCA (service cinématographique des armées) d’Alger. Ces regards au long cours de soldats photographes amateurs, spécifiquement individuels, inscrits dans des parcours de vie singuliers, fournissent une matière iconographique fondamentale qui pose la question sans cesse renouvelée de la représentation de la guerre d’Algérie du point de vue du soldat. . [1]. Archives.ecpad. Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, environ soixante-dix[1] attentats éclatent sur une trentaine de points du territoire algérien.

archives.ecpad

Le bilan s’élève à huit morts, quatre blessés et d’importants dégâts matériels. La Section administrative spécialisée (SAS) de Khemis. Le drapeau français flotte sur le village de Khemis organisé en Section administrative spécialisée (SAS), dans le cadre de la Pacification.

La Section administrative spécialisée (SAS) de Khemis.

L’officier impliqué dans la gestion de la SAS a de nombreuses prérogatives. Il joue un double rôle, administratif et militaire, d’encadrement de la population, d’action psychologique et de renseignement mais également d’assistance sociale et médicale. Il dispose d’un local pour les liaisons radio et d’un dispensaire dans lequel exerce un médecin, soignant plus particulièrement les enfants. Recrutement des harkis à Palestro.

Les activités de la harka de Collo. Les écoles d’El Kremis, de Bou Ighzer et la section administrative spécialisée (SAS) de Pirette, en Kabylie. L’image photographique, une source pour écrire l’histoire de la guerre d’Algérie / Guerre de libération ? Nourrie de mon expérience de recherche, cette intervention proposera une réflexion historiographique et méthodologique sur l’utilisation de la source photographique en histoire.

L’image photographique, une source pour écrire l’histoire de la guerre d’Algérie / Guerre de libération ?

À quelles conditions la photographie peut-elle être une source pour l’écriture de l’histoire en général et pour celle de la guerre d’Algérie en particulier ? Après un bref rappel historiographique sur l’utilisation de la « source image » par les historiens, j’évoquerai les problèmes spécifiques posés par la mise en oeuvre d’une catégorie particulière de sources iconographiques : les photographies. Enfin, je montrerai quelle peut être la contribution de l’étude des photographies à l’histoire de la guerre d’Algérie / guerre de libération. Quels rapports les historiens entretiennent-ils avec les images ? Par « images », j’entends ici la gamme très étendue et très div ersifiée des sources iconographiques, qui peut aller de la mosaïque à la peinture en passant par la photographie ou le cinéma. Figure 1 Figure 2 Notes. L’image photographique, une source pour écrire l’histoire de la guerre d’Algérie / Guerre de libération ?

LES MEMOIRES DE LA GUERRE D'ALGERIE : UNE MISE AU POINT. Cette question nouvelle d’un nouveau programme de Terminale est porteuse de réflexion et audacieuse à plus d’un titre: On en vient à cette double interrogation: les mémoires plurielles de la guerre d’Algérie sont-elles devenues une histoire à part entière?

LES MEMOIRES DE LA GUERRE D'ALGERIE : UNE MISE AU POINT

Une histoire apaisée de la guerre d’Algérie est-elle enfin possible? I - L’occultation d’un mot: la guerre innommable Le conflit qui commence le 1er novembre 1954 a fait l’objet d’un travestissement sémantique soigneusement pesé. Les actions par lesquelles le FLN va affronter la France “impériale” avec une violence qui n’a d’égale que celle de la conquête coloniale sont pudiquement qualifiés par le gouvernement français, pendant toute la durée du conflit, d”événements”.

LES MEMOIRES DE LA GUERRE D'ALGERIE : UNE MISE AU POINT. Textes sur l'image. Entretien entre Michael Haneke et Benjamin Stora in l’hebdomadaire La Vie, 4 octobre 2005, à propos du film "Caché".

Textes sur l'image

Prix de la mise en scène au Festival de Cannes de 2005, Caché, est un saisissant thriller psychologique. Mais aussi une œuvre qui nous invite à revisiter notre passé. En particulier la guerre d’Algérie. Le jury du Festival de Cannes 2009 lui attribue la Palme d’Or pour Le Ruban blanc, son premier film en costumes et en noir et blanc qui narre le basculement d'une société villageoise allemande dans l'obscurantisme à l'aube de la première guerre mondiale.

Le jury du Festival de Cannes 2012 lui remet une seconde Palme d'or pour Amour, avec Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva. « Surtout ne réduisez pas « Caché » à une œuvre sur le passé colonial de la France ! Lire la suite... Benjamin Stora. Propos recueillis par Nadjia Bouzeghrane pour El Watan.com. Le retour de la guerre d'Algérie. Le retour de la guerre d'Algérie [mercredi 28 mars 2012 - 10:00] L’histoire de la guerre d’Algérie fait son chemin au gré des événements mémoriels et de l'apparition de nouvelles sources.

Le retour de la guerre d'Algérie

La décolonisation. 1er novembre 1954 : la Toussaint rouge. 1er novembre 1954 - «Toussaint rouge» en Algérie. Le 1er novembre 1954, en Algérie, des indépendantistes commettent plusieurs dizaines d'attentats, dont certains meurtriers.

1er novembre 1954 - «Toussaint rouge» en Algérie

C'est la « Toussaint rouge ». Ces événements surviennent dans une Algérie française découpée en plusieurs départements mais profondément divisée entre : – 8 millions de musulmans qui ont un statut d'indigène et relèvent du droit coranique coutumier, – près d'un million de citoyens français : immigrants de la métropole et du bassin méditerranéen, juifs locaux naturalisés en 1870, musulmans en très petit nombre ayant renoncé à leur statut coranique. Un soulèvement peu médiatique Quelques mois plus tôt, en Indochine, les Français ont été défaits par le Vietminh. Les indépendantistes algériens y voient un encouragement à se lancer à leur tour dans la lutte armée contre la puissance coloniale, bien qu'ils soient en très petit nombre (quelques centaines au plus) et presque totalement dépourvus d'armes.

On compte au total dix morts (*). Chapitre 8 la decolonisation. ALG01. 5 algerie. Blois 2015- Rencontre avec Jacques ... Ce jeudi 8 octobre, la rencontre avec Jacques Ferrandez a été l’une des premières interventions des Rendez-Vous de l’Histoire 2015.

Blois 2015- Rencontre avec Jacques ...

Au moment où le salon était pourtant en pleine préparation et le public encore très clairsemé, la salle capitulaire du Conseil départemental a été remplie. Jacques Ferrandez, 8 oct. 2015 Jacques Ferrandez tient une place à part dans le monde de la bande dessinée : c’est l’un des rares à s’être intéressé à l’Algérie, d’abord pour des raisons qui tiennent à une mémoire familiale. Son grand-père, originaire du Roussillon, a été muté en Algérie au début du XXe siècle. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé chef de gare à Beni Ounif, dans le sud Oranais, près de la frontière avec le protectorat marocain. Les Carnets d’Orient de J. Des extraits des Carnets, projetés, ont ensuite permis à Jacques Ferrandez d’apporter un éclairage sur son travail. Blois 2015- Rencontre avec Jacques ... Exemple : la proclamation du FLN.

Ce sujet combine l’étude de la décolonisation et celle de la France depuis 1945. Et 2003 est l’année de l’Algérie en France. Cette proclamation exprime l’opinion des fondateurs du FLN en 1954, et seulement celle-ci. Le candidat veillera donc à garder du recul par rapport au contenu de ce document, des idées qu’il expose et de la façon dont elles sont exposées.

Université d'été « Apprendre et enseigner la guerre d'Algérie et le Maghreb contemporain » - Les ateliers. Télécharger le compte rendu des ateliers (38,11 ko) Télécharger l'intégralité de ces actes. (566,26 ko) Entendre la guerre d'Algérie : interview, récits et témoignages Animateurs : Joël Cantaut, professeur au lycée Pierre Mendès France de Tunis et Hubert Néant, inspecteur d'académie-inspecteur pédagogique régional de l'académie de Paris. Algerie acte 111489. Blois 2015 - Lettres filmées d’Algérie. L’un des personnages du film de Florent Emilio Siri, L’Ennemi Intime (2007), est un appelé qui possède une caméra. L’un des passages les plus poignants est constitué par la projection de son film lors du réveillon de Noël, au cours duquel les appelés du poste revoient certains de leurs camarades disparus.

Il s’agit du seul film de fiction où l’on voit un militaire utiliser une caméra. Jean-Pierre Bertin-Maghit [1] a justement publié un travail [2] qui vient apporter un éclairage particulier sur la guerre d’Algérie. Il a rassemblé soixante-douze films d’amateurs, tous mobilisés dans le conflit, que ce soit des appelés du contingent ou des engagés, hommes du rang ou gradés. Il s’agit d’anonymes, sauf quelques exceptions comme Pierre-Alban Thomas, alors capitaine dans le Sud-Oranais.

Que donnent-ils à voir ? Ces films étaient donc destinés à la famille et à soi-même. Frédéric Stévenot, pour Les Clionautes.