background preloader

Etablir une bibliographie

Facebook Twitter

Importer une bibliographie au format texte dans Zotero. Tutoriel serveur Zotero. Exporter des références depuis HAL vers Zotero. Initiation à Zotero. Se former aux logiciels de bibliographie. L’analyse des résultats de l’enquête relative aux usages et besoins de formation « au numérique » des historiennes et historiens – voir le billet – a fait ressortir plusieurs séries d’outils considérés par les répondants comme des priorités.

Comme je l’avais noté 3 sortent particulièrement du lot : les logiciels de bibliographieles logiciels de bases de donnéesles logiciels de cartographie et SIG L’objectif de ce billet et de ceux qui suivront est de donner quelques pistes à celles et ceux qui souhaiteraient partir à la découverte de ces outils. En effet, il existe aujourd’hui de très nombreuses ressources qui permettent d’envisager une autoformation à certains outils – même si en pratique, les enseignements présentiels et le conseil personnalisé restent les plus efficaces. Je commencerai donc ici par les logiciels de bibliographie tandis que les deux prochains billets seront consacrés aux bases de données puis à la cartographie.

. « Une bibliographie : pourquoi ? [édit.] Biber Docear. Découvrez Zotero 3.0 en deux heures [vidéo] Zotero - Compte-rendu d'un atelier de formation - Isidore et Ganesh. Cette année, je commence à donner des cours sur les pratiques numériques pour la recherche. Les cours s’adressent principalement à des étudiants en master et doctorat et prennent diverses formes (présentation, atelier). Comme il s’agit de ma première expérience d’enseignement, je tâtonne encore beaucoup pour rendre mes cours efficaces et clairs. Par ailleurs, les formats ne se prêtent pas toujours à de longs développements ni à une mise en pratique des méthodes présentées, c’est pourquoi je vais tâcher de publier ici mes notes et références, pour compléter et enrichir les cours dispensés.

Le point de départ de mes interventions méthodologiques en master et doctorat à l’École du Louvre était la présentation du logiciel Zotero. Intoduction : qu’est-ce que Zotero et pourquoi s’y former ? L’accroche du cours et quelques réflexions sur l’apprentissage des outils numériques… Face à cet état de fait, Zotero peut apparaître comme LA solution miracle. Zotero qu’est-ce que c’est ? Installer Zotero. Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [1/2] [Dans un précédent billet – “Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ?” – trois exercices permettant de bien démarrer ont été évoqués : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques Sur Devenir historien-ne. La question des définitions provisoires ayant été traitée, c'est au tour de la bibliographie. Ce billet (publié en deux parties) est co-écrit par Amaury Catel et Sophie Cinquin] Les guerres de religion du XVIe siècle ont donné lieu à des disputes théologiques entre catholiques et protestants.

Apprentis historiens ou historiennes, nous sommes les héritiers de cette tradition. L’objet de ce billet n’est pas de redonner les règles de présentation des références bibliographiques, pour lesquelles on se reportera à un précédent billet. Encore faut-il s’entendre sur une définition a minima de la bibliographie.

Une bibliographie, pourquoi ? Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [2/2] [Dans un précédent billet – “Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ?” – trois exercices permettant de bien démarrer ont été évoqués : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques Sur Devenir historien-ne. Après les définitions provisoires et la première partie du billet sur la bibliographie qui a été publiée le 25 octobre, en voici la suite (et fin), co-écrite par Amaury Catel et Sophie Cinquin] La bibliographie est un travail constant C’est l’une des choses les plus importantes, à ne perdre de vue en aucun cas : le document bibliographique s’élabore dans la durée, il accompagne en temps réel l’avancée de votre recherche, des toutes premières lectures effectuées jusqu’à la rédaction finale du mémoire.

La bibliographie implique une organisation de la lecture Et quel en serait l’intérêt ? La bibliographie est un outil intellectuel de la recherche. Gérer la documentation I - Quelques considérations générales. Émilien a lancé cet été une réflexion sur la gestion de la documentation, en partant de sa situation de fin de thèse et spécifiquement d’un incident qui l’amenait à revoir ses pratiques de sauvegarde. J’aimerais revenir sur ces questions – dans un premier billet avec quelques possibilités informatiques existantes pour gérer l’information nécessaires à la rédaction d’un travail conséquent de recherche, puis dans un deuxième où j’ouvrirai en quelque sorte les placards pour montrer mes choix personnels pour ma thèse. La documentation – quels types de document, quels formats ?

Quand on parle de documentation pour une thèse, et ici spécifiquement en histoire, cela comprend une multitude de documents divers dans beaucoup de formats différents : La lecture de travaux secondaires fait de même : exemplaires physiques et/ou numériques de livres et articles, listes de réferences bibliographiques, notes de lecture, citations extraites d’ouvrages Métaphores et choix L’exemple du Zettelkasten. Gérer la documentation II - une approche possible utilisant Zotero. Dans un premier billet, j’ai évoqué les possibilités logicielles qui existent pour gérer la documentation d’une thèse. Dans ce billet-ci, je reviens sur mon mode de fonctionnement personnel, pour l’essentiel une utilisation intensive du logiciel de gestion de bibliographie Zotero (bien connu des lecteurs de ce blog).

Pourquoi ce choix ? Au départ c’est une volonté d’éviter l’éparpillement. Il me fallait de toute façon un outil pour gérer la bibliographie et il me semblait naturel d’y stocker mes notes concernant la lecture de la dite bibliographie. Un autre argument – de taille – m’a orienté dans mon choix de l’outil : le fait que je puisse exporter mes références avec leurs notes et fichiers joints dans plusieurs formats d’échange bien identifiés. Mes bonnes habitudes de collecte Rentrer tout ce que l’on croise ou consulte Avec ce fonctionnement général, j’ai pu créer deux recherches enregistrées. Effectuer un classement par thématique et/ou projet de recherche Conclusions. Ce qui est nouveau dans Zotero 4.0. Un billet très bref pour vous signaler que Zotero 4.0 est sorti cette semaine (vos installations devraient vous proposer la mise à jour).

Vous trouverez plusieurs améliorations attendues depuis longtemps et qui facilitent grandement la vie : Couleurs de tags : Depuis fort longtemps les utilisateurs de Zotero réclamaient sur les forums de Zotero et sur les réseaux sociaux une possibilité de distinguer visuellement certaines références – celles qui sont importantes pour l’utilisateur, ou celles qui sont à lire, par exemple. Comme les développeurs de Zotero font un travail très conscientieux et qu’ils testent longtemps une nouvelle fonctionnalité avant de la lancer pour tout le monde, il a fallu attendre cette version 4.0 pour voir émerger cette possibilité.

Dans ma bibliothèque personnelle, j’ai un tag pour désigner tout ce que j’ai lu – désormais un petit carré vert me permet d’identifier aisément ces ouvrages Zotero et de faire un clic droit sur le tag qui vous intéresse. Utiliser Zotero avec Google Docs, Scrivener, Pages... Une brêve pour vous signaler que notre logiciel de bibliographie préféré Zotero vient de gagner, grâce à un nouveau plug-in, des fonctionnalités très intéressantes. Ceux qui fréquentaient les forums de Zotero le savent – la possibilité d’utiliser le logiciel avec des traitements de texte autre que Microsoft Word et Open/Libre-Office était très recherchée. Deux bénévoles de la communauté de Zotero ont pris la chose en main et vous pouvez désormais ajouter le plugin RTF/ODF-Scan à votre installation et libérer votre écriture !

Tout est expliqué de manière très claire dans un billet de blog d’un des concepteurs ici . Il ne nous reste plus qu’à féliciter les deux auteurs de ce projet et de constater le dynamisme du logiciel libre ! Zotero + Google Docs - une combinaison possible ! Une des extensions présentées est Easybib qui permet d’insérer une listes d’ouvrages cités selon trois normes américaines de citation. Depuis la sortie de cette nouvelle, on retrouve un peu partout sur Twitter et sur les forums de Zotero des questions sur la mise à disposition d’une telle extension par Zotero. La réponse par un de leur bénévoles dans le forum explique bien que, premièrement, ce n’est pas actuellement prévu (faute surtout de capacités de développement et d’autres priorités) et deuxièmement, il est déjà possible de travailler avec Zotero et Google Docs.

Voici un tutoriel en images pour vous montrer les deux façons de faire. 1. La fonction Copie rapide/Quick copy – pour des documents simples et courts Deux raccourcis clavier vous permettent de citer en note/auteur-date ou en bibliographie dans n’importe quel document, éditeur et traitement de texte – et donc aussi dans Google Docs. 2. Introduction à Zotero 3.0 : nouveau tutoriel ! - La boîte à outils des historiens. Nous avons saisi l’occasion d’une présentation de Zotero (qui a lieu en ce moment même à l’EHESS) pour mettre à jour ce tutoriel et l’agrémenter d’éléments qui manquaient dans la version précédente.

Introduction (Qu’est-ce que Zotero ? Pourquoi Zotero ? À quoi sert Zotero ?) ;Installation de Zotero (Quelle version choisir ? Installation dans Firefox ; Installation de la version Standalone) ;Collecte de référence bibliographiques (automatiquement via internet, isbn, métadonnées pdf ou manuellement) ;Organisation de la bibliothèque (1. Collections, annotations, fichiers ; 2. Marqueurs, connexes et recherches ) ;Synchronisation avec le serveur (Création d’un compte, connexion de Zotero au serveur, faut-il synchroniser les fichiers joints ?) Comme le précédent, ce tutoriel est diffusé sous licence Creative Commons (by-nc-nd 3.0). N’hésitez surtout pas à nous faire part de vos commentaires !