background preloader

Bibliographie

Facebook Twitter

Les différentes élections / Les élections en France. L'élection présidentielle La durée du mandat présidentiel ainsi que le mode de scrutin ont évolué. Sous la seconde République (1848-1852), le Président de la République était élu au suffrage universel direct : il n'y en a eu qu'un seul Louis-Napoléon Bonaparte. De la IIIe République (1870-1940) à la IVe République (1946-1958), il fut élu par les membres de l'Assemblée nationale et du Sénat réunis en Congrès. En 1958, le Président de la République a été élu au suffrage universel indirect par un collège électoral spécifique composé des membres du Parlement, des conseillers généraux et des représentants élus des conseils municipaux, soit environ 80 000 électeurs.

Ce système n'a fonctionné qu'une seule fois pour l'élection de Charles de Gaulle à son premier mandat présidentiel. Le scrutin est un scrutin uninominal majoritaire à deux tours : Pour être élu au premier tour, il faut réunir la majorité absolue des suffrages exprimés. Les élections législatives Les élections sénatoriales. Comment voter ? Fonctionnement d'un bureau de vote / Comment voter ? Le fonctionnement d’un bureau de vote est régi par le code électoral. De l’organisation matérielle du vote à la publication des résultats, en passant par les acteurs concernés, ce fonctionnement particulier garantit la liberté du vote.

Chaque commune est divisée, par arrêté préfectoral, en autant de bureaux de vote que l'exigent les circonstances locales et le nombre d'électeurs. Afin de faciliter le bon déroulement des opérations électorales, il est préconisé de ne pas excéder le nombre de 800 à 1 000 électeurs inscrits par bureau. L'agencement des bureaux de vote Le bureau de vote dispose obligatoirement de plusieurs éléments : un espace d’affichage, une table de décharge, un ou plusieurs isoloirs ainsi que des tables de vote et de dépouillement. L'agencement des bureaux de vote est le suivant : Un espace d’affichage Doivent être affichés dans chaque bureau de vote : La table de décharge Elle est généralement placée à l’entrée du bureau de vote. Les isoloirs La table de vote Le procès-verbal. Comment se déroule le vote ?  - Comment se déroule une journée dans un bureau de vote. Voter : toutes les autres questions <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.

</p> Avant que le scrutin soit ouvert, les bulletins de vote des candidats sont disposés sur une table appelée « table de décharge ». Le président du bureau de vote constate officiellement l’heure d’ouverture et de clôture du scrutin. Pendant le scrutin, au fur et à mesure de leur arrivée, les électeurs présentent leur carte électorale et leur pièce d’identité, afin qu’on puisse vérifier qu’ils sont bien inscrits sur les listes électorales. Ils prennent ensuite une enveloppe électorale et les différents bulletins de vote. Ils doivent se rendre alors dans un isoloir (obligatoire depuis 1913) pour introduire dans l’enveloppe le bulletin qu’ils ont choisi.

Les électeurs se dirigent ensuite vers la table où se trouve l’urne. Ils émargent (signent) à côté de leur nom sur la liste prévue à cet effet. Régionales en Outre-mer : on vote aussi ! La Guadeloupe (971). Après des élections départementales en mars 2015, c'est la deuxième fois ce dimanche que les habitants de l'île se rendront aux urnes. Cette fois pour choisir 43 conseillers de cette collectivité unique. La taille du territoire n'a pas changé avant et après la réforme qui a refondu l'ensemble du territoire français.

En mars, la majorité est restée à gauche. Selon un sondage de début novembre, Ary Chalus, divers gauche, devancerait le socialiste Victorin Lurel de quelques points. L'ex-ministre de l'Outre-mer arrivera-t-il à inverser la tendance ? Les têtes de listes sont : Jean-Marie Nomertin (Liste Extrême gauche), Mélina Seymour (Divers droite), Ary Chalus (Divers gauche), Mona Cadoce (Parti communiste français), Henri Yoyotte (Divers droite), Victorin Lurel (Parti Socialiste), Stephan Viennet (Front National), Marie-Christine Myre (Liste Régionaliste), Laurent Bernier (« Les Républicains »), Alain Plaisir (Divers gauche). La Martinique (972). La Guyane (973).