background preloader

Agriculture biologique

Facebook Twitter

"Les nouveaux marchands de peur. Voici un thread sur le secteur du bio." Le « bio » nous a-t-il tous rendus fous ? « Tout d'un coup, il a monté le marchepied du tracteur et m'a donné une dizaine de coups de poing.

Le « bio » nous a-t-il tous rendus fous ?

J'étais coincé dans la cabine et ne pouvais pas bouger. » Le témoignage de ce céréalier de l'Ain, sauvagement frappé par un riverain au début du mois, a ému la profession. L'agresseur voulait empêcher l'agriculteur d'épandre un herbicide sur son champ, persuadé qu'il procédait à un empoisonnement. Nombreux sont ceux qui ne comprennent plus ces consommateurs devenus fous, au point que certains en viennent aux mains.

Les pesticides, un mal nécessaire depuis toujours Depuis quelques années, deux idées se sont massivement répandues dans la population. Les pesticides sont un mal nécessaire depuis toujours. Comme pour les médicaments, il ne faut pas en abuser, car ils ont aussi des effets secondaires. Contrairement à ce qui est couramment véhiculé, le « bio » utilise aussi des pesticides. Des pesticides « naturels » pour le « bio » ? La définition de « naturel » est d'ailleurs toute relative. Le lobby de l'industrie bio. L’Agriculture Biologique en France. Le bio est-il mauvais pour la planète ? Quel est le véritable bilan carbone de l'agriculture biologique et des biocarburants ?

Le bio est-il mauvais pour la planète ?

On a posé la question à Patrice Dumas, chercheur au Cired (Centre international de recherche sur l'environnement et le développpement) et co-auteur de l'étude "Améliorer l'efficience climatique des terres mondiales" parue mi-décembre dans la revue Nature. GEO : Selon vous, les biocarburants représentent-ils une fausse bonne idée ? Patrice Dumas : Ce que nous avons montré dans notre étude, en supposant une consommation mondiale constante et des rendements inchangés, c'est que la production des biocarburants émet plus de gaz à effet de serre que l'utilisation directe de combustibles fossiles. Nous avons construit un indice – le Carbon benefits index - qui nous permet de mesurer les impacts indirects des changements d'usage des sols. L'agriculture biologique nuit-elle à l'environnement ? Bio : l'Europe valide l'utilisation du cuivre pour sept ans. Permaculture, agroécologie, agriculture bio : quelles différences.

Par Cyril Dion L’agriculture biologique recouvre potentiellement le nombre le plus large de pratiques.

Permaculture, agroécologie, agriculture bio : quelles différences

Cultiver en bio veut dire ne pas utiliser d’intrans, ni de produits phytosanitaires issus de la pétrochimie. Pour autant, il existe un bon nombre d’agriculteurs bio, qui, à cette exception près, travaillent presque comme des agriculteurs conventionnels : cultures de plein champs, en rang, sur une terre dénudée, beaucoup de travail du sol, très peu de biodiversité, beaucoup de mécanisation. Agroécologie L’agroécologie (en tant que pratique agricole) va plus loin. Permaculture La permaculture n’est pas à proprement parlé un système agricole. Elle va donc pouvoir intégrer l’ensemble des bonnes pratiques de l’agriculture biologique et de l’agroécologie mais également les énergies renouvelables, l’écoconstruction… Ses applications sont multiples : villes (notamment les villes en transition), entreprises, économie, énergie… L’agriculture biologique, son lobby, ses pesticides - dossier "Agriculture et pesticides" Par Stéphane Adrover - SPS n° 315, janvier 2016 « La France doit être à l’offensive sur l’arrêt des pesticides […].

L’agriculture biologique, son lobby, ses pesticides - dossier "Agriculture et pesticides"

Le grand avenir du vin, c’est qu’un jour tous les vins soient bios […]. Il y a maintenant des maladies professionnelles reconnues chez les ouvriers viticoles ». Ainsi s’exprimait Ségolène Royal dans une interview sur France 3 [1]. Ignorance ? L’écotoxicité de la bouillie bordelaise Historiquement développée comme anti-mildiou dans le vignoble bordelais, la bouillie bordelaise et les autres dérivés minéraux ou organiques à base de cuivre sont utilisés en raison d’un spectre d’activité étendu sur les arbres fruitiers (abricotier, cerisier, poirier, pommier, prunier, noisetier), les cultures maraîchères et fruitières (tomate, artichaut, carotte, chou, haricot, mâche, poireau, melon, fraisier), la pomme de terre et la vigne : chancres bactériens, cloque du pêcher, septoriose, tavelure, mildiou, etc.

Catherine Regnault-Roger « Naturel » n’est pas synonyme d’inoffensif Références. Le naturel est chimique. Dossier - Les intoxications alimentaires par Kevin Moris - SPS n°322, octobre / décembre 2017 La chimie fait peur.

Le naturel est chimique

Manger bio.

Recherches en agriculture biologique

Pesticides. Empreinte nutritionnelle. Agroécologie. Permaculture. Greenwashing. Agriculture biodynamique. Livres. Podcasts. Magasins. Le père bio [François Xavier Demaison] Scarlette le Corre, cueilleuse de la mer.