background preloader

Meilleure pour la santé ou non ?

Facebook Twitter

Meilleure pour nous ET pour les écosytèmes, l'eau, les sols etc.

Covid-19 : « Il faut réimplanter tout le système alimentaire sur le territoire » 8 mai 2020. La crise provoquée par le Covid-19 peut-elle entraîner une pénurie alimentaire massive ?

Covid-19 : « Il faut réimplanter tout le système alimentaire sur le territoire » 8 mai 2020

Comment transformer notre système alimentaire pour le rendre durable et sûr face aux chocs à venir ? Les réponses de Félix Lallemand et Arthur Grimonpont, co-fondateurs des Greniers d’abondance, association dédiée aux questions de résilience alimentaire. Face à l'urgence climatique, le Parisien, Konbini news, France Culture et Usbek & Rica s'unissent pour proposer chaque mois une grande enquête sur un enjeu qui engage générations présentes et futures.

Ce mois-ci, on s'est intéressés à l'alimentation. #SauverLePresent Au mois de mars, le confinement eut entre autres pour conséquences de vider les rayons de supermarchés, provoquant des pénuries temporaires de certains produits, comme les farines. La bio en questions - livret. Manger bio : le vrai impact sur l’environnement. 24 % de l’empreinte carbone des ménages en France proviennent de l’alimentation et 67 % des émissions de gaz à effet de serre des aliments sont issues de l’agriculture.

Manger bio : le vrai impact sur l’environnement

Manger bio peut donc se révéler doublement gagnant, pour la santé et la planète. De nombreuses études ont déjà montré les bénéfices d’une alimentation biologique notamment l’étude NutriNet-Santé qui indique qu'elle réduit le risque d’obésité, de syndrome métabolique, et le risque de cancer. Study-shows-its-never-too-late-to-go-organic. Étude INRA/INSERM sur le bio et le cancer. Générations Futures salue cette publication et demande au gouvernement d’amplifier son soutien à l’agriculture biologique et à l’alimentation biologique pour tous, dans une logique de prévention santé.

Étude INRA/INSERM sur le bio et le cancer

Dans le suivi de la cohorte NutriNet-Santé réalisée sur une population d’adultes français, une nouvelle étude[1] vient d’être publiée comparant le risque de développer un cancer chez les consommateurs de produits issus de l’agriculture biologique par rapport aux non-consommateurs ou consommateurs épisodiques d’aliments bio. L’analyse a porté sur un échantillon de 68 946 participants (78 % de femmes, âge moyen 44 ans) de la cohorte française NutriNet-Santé pour lesquels a été renseignée la consommation d’aliments bio ou conventionnels. Le résultat est sans appel puisque l’étude montre que les consommateurs réguliers de produits issus de l’agriculture biologique présentent un risque moindre de 25 % de développer un cancer par rapport aux non consommateurs ou consommateurs épisodiques. Eating-organic-can-dramatically-reduce-your-cancer-risk.

Can Organic Food Really Cut Cancer Risk? L’alimentation bio peut-elle diminuer le risque de cancer. En 2015, l’Agence internationale de recherche sur le cancer (IARC) a classé 3 pesticides couramment utilisés comme cancérigènes pour les humains.

L’alimentation bio peut-elle diminuer le risque de cancer

Or, aujourd’hui, dans les pays occidentaux, tout le monde ou presque est exposé au moins à des taux faibles de pesticides, en premier lieu via la consommation de fruits et légumes issus de l’agriculture conventionnelle. Des études ont montré qu’adopter une alimentation biologique permettait de diminuer les taux de pesticides dans les urines, suggérant ainsi une exposition moindre aux pesticides. Néanmoins on connaît encore mal les conséquences d’une alimentation conventionnelle sur la santé, et encore moins celles d’une alimentation bio. En effet, les essais cliniques randomisés qui permettraient d’avoir les meilleurs niveaux de preuves sont peu praticables pour ce sujet à cause du coût élevé des aliments bio d’une part et de la longue période de suivi nécessaire pour détecter des cancers d’autre part.

Manger bio réduirait le risque de cancer. Pour la défense de l’agriculture biologique cyberaction. #agriculture #biologique Appel à manifester - Mercredi 8 novembre - Rennes Pour la défense de l’agriculture biologique en Bretagne Où sont les objectifs de développement de la bio en Bretagne ?

Pour la défense de l’agriculture biologique cyberaction

[ 2 348 participations ] Cyberaction mise en ligne le 04 novembre 2017 Proposée par Cyberacteurs Elle sera envoyée à Président du Conseil Régional de Bretagne En soutien à FNAB, FRAB. Fruits et légumes : lesquels acheter bio ? Certains fruits et légumes sont plus chargés en pesticides que d’autres.

Fruits et légumes : lesquels acheter bio ?

Lesquels choisir et pour quels bénéfices ? Il suffit de quelques jours d'une alimentation bio pour voir chuter les taux de plusieurs résidus pesticides dans l'organisme, d'où l'intérêt de bien choisir les produits alimentaires qu'on achète. Faut-il pour autant tout acheter en bio ? Pas nécessairement. Le lait, les oeufs devraient faire partie d'un panier bio, comme les fraises, le raisin. Une famille s'est mise à manger bio pendant deux semaines et voici les effets sur sa santé. Comment le label « bio » influence notre perception des aliments. Un label "bio" nous fait percevoir un aliment comme plus sain, plus nutritif et plus goûteux.

Comment le label « bio » influence notre perception des aliments

C'est la démonstration de la puissance d'un label, en l'occurence le bio : une étude menée par l'Université Cornell, sous la direction du Pr Brian Wansink, montre l'étendue de cette influence. Brian Wansink est l’auteur de dizaines d’expériences de ce type, dont les enseignements ont été rassemblés dans le best-seller Conditionnés pour trop manger. Lire aussi : Ne tombez pas dans le piège des portions trop grosses Pour cette nouvelle étude, 115 personnes ont été recrutées dans un centre commercial à Ithaca, dans l’Etat de New York pour participer à cette étude. Elles ont été invitées à évaluer 3 paires de produits alimentaires - 2 yaourts, 2 cookies et 2 portions de chips. Organic Apples, Pears to Be Antibiotic-Free. 17 Essential Reasons to Eat Organic Food. Is Organic Food A Hoax? The popularity of organic foods has surged in recent years as consumers seek to avoid synthetic fertilizers and pesticides used in modern farming.

Is Organic Food A Hoax?

But organic foods are considerably more expensive, leading many people to ask whether the benefits are worth the cost, or for that matter, even measurable. A recent controversial study out of Stanford University concluded that fruits and vegetables labeled organic were, on average, no more nutritious than their conventional counterparts. Nevertheless, many people are sure to continue buying organics -- the study did confirm that organic food reduces exposure to pesticides and antibiotics. And many believe there are environmental benefits to organic agriculture that are just as important. Is organic food healthier? A new analysis adds … a question mark. A new paper on nutrition in organic foods just came out.

Is organic food healthier? A new analysis adds … a question mark

It’s a meta-analysis — which means, instead of doing any new measurement or experimentation, it’s simply combining the findings of past studies. According to the report, there are more antioxidants and carbohydrates in organic food, but less protein, pesticide residue, and less cadmium. So what does all this mean in terms of health? Protein and carbohydrates: “Most people in Europe and North America are consuming adequate levels of protein, or even too much,” pointed out Charles Benbrook, one of the co-authors on the study. Antioxidants: The “antioxidant” category contains tons of different chemicals, and it’s pretty unclear what effect any of them has on health. Basically, there’s a whole suite of mysterious compounds in plants, and we don’t know what they do to us.

Tempête à l'INRA autour d'un rapport sur l'agriculture biologique. Ils sont agronomes, géographes, économistes, sociologues, généticiens ou encore chercheurs en cancérologie.

Tempête à l'INRA autour d'un rapport sur l'agriculture biologique

Ils travaillent dans des écoles d’agronomie, des universités ou des instituts reconnus de la recherche française, tels que le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) et l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Ce matin, ils sont cent seize chercheurs à avoir signé en leur nom propre une longue lettre adressée au PDG de l’INRA.

Reporterre a pu se la procurer : elle demande le retrait de ce qui était présenté comme une grande synthèse scientifique de l’institut sur l’agriculture biologique. Une copie a même été adressée au ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll. Lettre à télécharger : Les associations environnementales dénoncent le lobbying fait par l’industrie de la biotechnologie. Des membres de la société civile ont été calomniées dans les médias par des représentants des technologies génétiques au Haut conseil des biotechnologies. Calomnies. C’est le mot employé par des associations environnementales, pour qualifier les paroles prononcées par «plusieurs représentants des technologies génétiques au Comité économique, éthique et social (CEES) au Haut conseil des biotechnologies (HCB)» dans les médias à leur égard.

Dans leurs rangs se trouvent la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf), les Amis de la Terre (AdT), France Nature Environnement (FNE). Ces représentants de la société civile dénoncent le fait de s’être fait affubler de qualificatifs tels que «obscurantistes», ou «antisciences». Notamment lors du procès des 60 faucheurs de vignes génétiquement modifiées (GM) de Colmar, qui a eu lieu fin septembre 2011. Désespoir de la science Légumes dorés. The Benefits of Organic vs Conventional Food. Les mouches nourries au bio sont en meilleure santé ! Les mouches du vinaigre (drosophiles) nourries avec des aliments bio vivent plus longtemps que les mouches qui reçoivent des aliments conventionnels.

Et les oiseaux (sauvages) préférent les variétés (de blé) anciennes et bio au blé conventionnel voisin (si pauvre en protéines). Eux savent la différence, pas nous visiblement. :/ – alwen

L'étude a été conduite à la Southern Methodist University (Dallas,Texas) par Ria Chhabra, un élève du Lycée de Clark (Plano, Texas), sous la supervision de chercheurs. L’idée de l’expérience est venue à cet élève en écoutant les parents discuter de l’intérêt ou non de manger bio. L’université a trouvé l’idée intéressante. L'expérience a été menée dans le laboratoire de Johannes Bauer, qui étudie précisément les effets de l’alimentation sur la longévité et la santé des mouches, en particulier le diabète. Les fruits et légumes bio, plus riches en antioxydants. Une étude internationale de grande ampleur démontre les bénéfices pour la santé humaine des productions issues de l'agriculture biologique. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout La consommation de fruits, légumes et céréales bio peut fournir un complément en antioxydants équivalant à une consommation supplémentaire de une à deux portions de fruits et légumes par jour. Autrement dit, choisir des aliments produits selon les normes de l’agriculture biologique peut conduire à une consommation accrue d’antioxydants, bénéfiques pour la santé, sans augmentation de l’apport calorique.

Tel est le constat établi par une grande étude internationale coordonnée par l’Université de Newcastle, au Royaume-Uni, et comparant la teneur en éléments nutritifs dans les aliments bio et ceux issus de l’agriculture conventionnelle. Lire Le bio à l’âge de raison. Les aliments bio contiennent plus d’antioxydants et moins de toxiques. Les aliments issus de l'agriculture biologique ont des teneurs en antioxydants entre 19 et 69% plus élevées que les aliments issus de la culture conventionnelle. Avec moins de cadmium et de pesticides. Analysis: Organic Food Really Is Healthier. True organic food benefits environment, sustainability. Farmers’ markets and the organic food isle have become a popular destination for growing families, the healthy eater and the environmentally conscious alike. According to the U.S. Department of Agriculture, the number of direct-sales markets has increased 9.6 percent in the past year, with California and New York topping the list.

With the increase of organic eating and the high prices that come with it, one should question if eating organically is better for the consumer, the environment or both. There are two main reasons to eat organic. One is that there are fewer pesticides in organic food. Pesticides are substances that prevent or destroy pests, such as insects, plant pathogens, weeds, mollusks, birds, etc., that could have an effect on crops. Contrary to popular belief, organic does not mean pesticide free.