background preloader

Agriculture biologique en région Centre

Facebook Twitter

LE PARISIEN 16/10/20 Dans le Loiret, la réinsertion par l’agriculture biologique. Dans une autre vie, Amar était chauffeur de taxi.

LE PARISIEN 16/10/20 Dans le Loiret, la réinsertion par l’agriculture biologique

Aujourd'hui, ce passionné d'oiseaux de collection s'occupe d'un atelier de poules pondeuses bio qu'il a monté au sein des Jardins de la voie romaine, une association de maraîchage bio fondée en 2010 à Beaune-la-Rolande (Loiret). En quelques mois, cette structure d'insertion lui a remis le pied à l'étrier après cinq années de galère. Un projet « magnifique », en passe d'être pérennisé, qui illustre bien la vocation de l'association. « Nous défendons une économie de la coopération en circuit court. Notre but est d'associer maraîchage et tiers lieux pour développer des projets et proposer un autre modèle de société », explique le directeur Timothée Huck. L'association Les Jardins de la voie romaine, qui compte 50 salariés et 650 adhérents, a déjà essaimé à Pithiviers-le-Vieil en 2018.

Séduits par cette vraie réussite, les élus courtisent désormais l'association. Deux nouveaux projets par an Dans une autre vie, Amar était chauffeur de taxi. FRANCE 3 CENTRE VIA YOUTUBE 30/09/20 Mont-Près-Chambord : 14 producteurs bio se sont associes pour vendre leurs produits a Blois. LE POPULAIRE DU CENTRE 28/09/20 Les cantines scolaires de Saint-Junien se mettent au bio.

20 % de produits bio servis aux 1.100 enfants mangeant dans les cantines scolaires de Saint-Junien d’ici 2022.

LE POPULAIRE DU CENTRE 28/09/20 Les cantines scolaires de Saint-Junien se mettent au bio

L’objectif fixé par la loi Egalim est ambitieux, mais tout à fait atteignable selon les signataires de la charte Interbio Nouvelle-Aquitaine que sont le maire Pierre Allard et Gaël Brabant, administrateur de l’association Interbio, soutenue par la Région. Ce dernier a tenu à féliciter la commune pour sa démarche lors de la signature officielle, mercredi : « Saint-Junien est la première ville de Haute-Vienne à signer cette charte, vous pouvez en être fiers ». Formation et approvisionnement. L ECHO REPUBLICAIN 21/09/18 Deux fois plus de produits bio dans les écoles de Châteaudun. Les élèves trouvent repas à leur goût La Ville de Châteaudun franchit un nouveau palier dans sa politique de qualité de la restauration scolaire. 25 % des denrées préparées à la cuisine centrale pour les écoles étaient issues d'aliments bio et\(ou) labellisés l'an dernier.

L ECHO REPUBLICAIN 21/09/18 Deux fois plus de produits bio dans les écoles de Châteaudun

Devant la réussite de l'expérience, qui favorise les circuits courts, ce seuil passe à 50 % cette année puis s'établira à 75 % en 2018\19. Cette montée en puissance progressive a un double objectif : offrir une alimentation de qualité dans le respect de l'environnement et du développement durable, et participer à l'éducation du goût des enfants. Avant de franchir ce nouveau cap, la municipalité s'est assurée du retour des rationnaires et de la fiabilité des fournisseurs. Ils sont positifs. FRANCE BLEU 25/02/19 2019 : l'année du bio en Indre-et-Loire ? Grégoire Joubert, éleveur et producteur laitier à Perrusson, a décidé de sauter le pas il y a un an.

FRANCE BLEU 25/02/19 2019 : l'année du bio en Indre-et-Loire ?

Il est donc en conversion : pas encore certifié bio. Il faudra deux ans pour obtenir le label, le temps que les dernières traces de pesticides disparaisse : "j'en utilisais très peu, mais j'en utilisais, notamment pour le démarrage des prairies au printemps, explique-t-il, je mettais un peu d'engrais azoté pour démarrer plus vite, là, on va voir ce que ça va donner...

". Il est donc obligé de changer ses habitudes. FRANCE BLEU 21/03/19 Les produits bio et locaux conquièrent les cantines du Loiret. On devrait manger de plus en plus de bio dans les cantines scolaires et les restaurants d'entreprises.

FRANCE BLEU 21/03/19 Les produits bio et locaux conquièrent les cantines du Loiret

La loi EGalim, adoptée le 2 octobre 2018, prévoit que d'ici 2022, les restaurants collectifs proposent au minimum 20% de produits bio et 50% d'aliments locaux. Une question qui a été très largement discutée ce mercredi lors du forum de la restauration collective qui se tenait à Orléans à l'initiative de l'association Bio Centre. Du bio et du local dans toutes les écoles, tous les collèges et lycées, ça peut potentiellement ressembler à un petit défi.

L ECHO REPUBLICAIN 13/06/19 Un collectif de onze producteurs locaux et bio vont s'installer en centre-ville de Nogent-le-Rotrou. Pour la plupart, ce sont des producteurs locaux et bio que la clientèle percheronne retrouve le vendredi après-midi, sur le marché de la halle de Margon ou le samedi matin, sur le marché hebdomadaire de la place Saint-Pol.

L ECHO REPUBLICAIN 13/06/19 Un collectif de onze producteurs locaux et bio vont s'installer en centre-ville de Nogent-le-Rotrou

C’est donc bientôt en voisin, sans doute à la rentrée prochaine, que ces onze producteurs associés vont investir les anciens locaux du magasin Besse Primeurs, une institution qui a fermé à la fin de l’été dernier. La Ville de Nogent-le-Rotrou a en effet validé son choix pour la reprise de cet emplacement très bien situé. FRANCE 3 13/06/19 L'agriculture bio progresse, lentement, en Centre-Val de Loire. Le Centre-Val de Loire est au 13ème rang français pour les surfaces cultivées en agriculture biologique.

FRANCE 3 13/06/19 L'agriculture bio progresse, lentement, en Centre-Val de Loire

Elles représentent 3% de la Surface Agricole Utile, bien loin des 22% espérés pour 2022. Ce n'était qu'un clin d'oeil, voire une aimable provocation à l'attention des politiques, mais les défenseurs de l'agriculture biologique du Centre-Val de Loire avaient évoqué, au début de l'actuelle décennie, l'objectif de 22% de cultures bio en 2022. Ce curseur était bien trop ambitieux pour être réaliste. L ECHO REPUBLICAIN 18/05/20 Les 400 hectares de culture du domaine de Baronville, à Béville-le-Comte, passent au bio. Le domaine de Baronville n’est pas n’importe quel domaine.

L ECHO REPUBLICAIN 18/05/20 Les 400 hectares de culture du domaine de Baronville, à Béville-le-Comte, passent au bio

Entre forêts, champs et ensemble architectural remarquable, son histoire s’étend sur plusieurs siècles. En 1882, le marquis de Pomereu d’Aligre, propriétaire du domaine et de son château, construisait, déjà, une « ferme modèle ». 140 ans plus tard, son arrière-arrière-petit-fils, Aymeric de Rougé, suit les traces de son aïeul. DRAAF CENTRE VAL DE LOIRE 02/07/20 Plan régional Ambition bio 2022. Ambition bio 2022 : un plan régional tourné vers les filières, notamment les grandes cultures Définir les orientations régionales en faveur du développement de l’agriculture biologique a été en 2019 l’objet d’un chantier piloté par la DRAAF qui a mobilisé l’ensemble des acteurs professionnels et partenaires de l’agriculture biologique.

DRAAF CENTRE VAL DE LOIRE 02/07/20 Plan régional Ambition bio 2022

Ces travaux ont été menés à la suite du lancement du programme national « Ambition Bio 2022 » présenté le 25 juin 2018 à l’issue du grand conseil d’orientation de l’Agence Bio. Il s’agissait de répondre aux enjeux de l’agriculture de demain, notamment en contribuant à développer les surfaces agricoles cultivées en bio en France et en région Centre-Val de Loire. À cette fin, les parties prenantes ont cherché à fixer collectivement les priorités pour la région. Ces axes ont été précisés par des objectifs stratégiques et des objectifs opérationnels présentés dans le document ci joint. FRANCE BLEU 21/07/20 Indre : le GDAB 36 veut inciter les communes à se tourner vers l'agriculture bio et locale pour les cantines. Non, les agriculteurs bio berrichons ne fournissent pas uniquement les particuliers et les marchés.

FRANCE BLEU 21/07/20 Indre : le GDAB 36 veut inciter les communes à se tourner vers l'agriculture bio et locale pour les cantines

C'est le message que veut faire passer le GDAB 36 (Groupe de développement de l'agriculture biologique dans l'Indre). Pour convaincre les collectivités, il a organisé une visite d'une exploitation bio à Villiers ce mardi 21 juillet. Objectif : montrer que les agriculteurs bio du secteur peuvent être en capacité de fournir la restauration collective. Les élus "sont curieux.

Conversion en agriculture biologique en région Centre

NOUVELLE REPUBLIQUE 29/08/17 ALIMENTATION Manger bio et local sans dépenser plus : ils relèvent le défi. FRANCE 3 06/09/17 Relèverez-vous le défi de manger mieux et bio en famille à Bourges ? Non, il n’est pas toujours plus compliqué et plus cher de manger local ou bio.C’est le mot d’ordre de l’association BioBerry qui organise le défi « famille à alimentation positive » sur Bourges et son agglomération. Le principe est simple : cinq à dix foyers entrent en relation pour s’échanger des bons plans sur les producteurs locaux.

Durant plusieurs mois, ils incorporent à leur consommation des produits bio locaux en jetant un œil sur leur budget. Objectif : prouver que se nourrir à partir d’une agriculture biologique locale est possible, accessible et pas plus cher qu’une alimentation classique. Le défi aura lieu sur 10 mois. HORIZONS JOURNAL 13/09/17 L'agriculture bio se découvre chez Sylvain Pothier. La filière bio de la région a organisé du 4 au 15 septembre la seconde édition de la Quinzaine de la bio. En Eure-et-Loir, le rendez-vous a été fixé le 7 septembre, dans la ferme de Sylvain Pothier à Péronville. « La principale difficulté en bio, c'est l'enherbement », a expliqué Sylvain Pothier qui organisait au sein de son exploitation bio de Péronville le 7 septembre, l'un des rendez-vous de la seconde Quinzaine de la bio organisée du 4 au 15 septembre par la filière régionale.

Et c'est donc sans rien cacher des difficultés de l'agriculture biologique que l'exploitant, qui préside le Groupement des agriculteurs biologiques d'Eure-et-Loir (Gabel), s'est adressé à la vingtaine d'exploitants qui avait fait le déplacement. Il y avait là principalement des jeunes, qui étaient soit en cours de conversion, soit ayant un projet de ce type, soit encore en pleine réflexion. Région Centre-Val de Loire TV VIA YOUTUBE 20/09/17 Du bio et du local dans les cantines des lycées de la région Centre-Val de Loire. NOUVELLE REPUBLIQUE 23/01/18 Le bio en Touraine : pas que pour les "bobos" FRANCE 3 04/09/18 Cher : une cantine bio pour les écoliers du village de Saint-Just.

FRANCE 3 VIA YOUTUBE 10/09/18 Eure-et-Loire : livraison de produits BIO. FRANCE 3 07/06/18 Agriculture bio : le Centre-Val de Loire à la traîne. La région Centre -Val de Loire a décidé de reconduire pour la 12e année son dispositif d'aide à la certification d'agriculture biologique. Le coup de pouce plafonné à 459€/exploitation vient s’ajouter à un panel d’aides financières qui proviennent en grande partie de l’Union européenne. Entre 2016 et 2017, une centaine de producteurs bio se sont installés dans la région ou se sont convertis au bio. (+ 10,5%). FRANCE 3 CENTRE 17/03/18 L'avenir de l'agriculture, un tournant bio en Centre-Val de Loire ? Revoir l'émission spéciale. La France importe chaque année 1 milliard d’euros de produits biologiques qu’elle est incapable de produire. Alors, un tournant vers une agriculture sans pesticides est-il possible ?

C’est le débat que nous vous proposons : LA REPUBLIQUE DU CENTRE 03/03/17 L'offre de produits bio s'étoffe dans le Giennois. L'offre bio s'étoffe dans le Giennois «Quand j'étais petite, on m'appelait Brigitte Bardot. » Des années plus tard, son aversion pour la viande et sa passion pour les bêtes n'ont pas quitté Dorothée Moine, 36 ans. Cette végétalienne (*), qui vit à Blancafort (Cher), s'apprête à ouvrir une boutique bio, le samedi 18 mars, à Briare. L ECHO REPUBLICAIN 04/03/17 Centre-Val de Loire - Objectif 20 % de produits bio dans les assiettes des lycéens. L ECHO REPUBLICAIN 12/05/17 La Région Centre-Val de Loire génère 2,4 millions d'aide au bio. Les agriculteurs bio de la Région Centre-Val de Loire vont très vite bénéficier d'un sérieux coup de pouce à la conversion mais aussi au maintien en agriculture biologique.

La commission permanente de la Région a en effet dégagé hier une manne de 200.000 € sur ses fonds propres au profit des aides au maintien, laquelle va générer une enveloppe de 2,4 millions d'euros pour la période 2017-2018, en provenance de l'Etat pour 200.000 € mais également du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) pour deux millions d'euros, dont 1,2 M€ d'aide au maintien et 800.000 € d'aide à la conversion. DRAAF CENTRE 02/12/09 Préfecture du Loiret - Appui du ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche à l'agriculture biologique en région Centre. DRAAF CENTRE 25/10/12 Présentation : 5ème conférence sur l'agriculture biologique en région Centre.

HORIZONS JOURNAL 09/10/15 Agriculture biologique : création d’un lieu d’échange technique régional. NOUVELLE REPUBLIQUE 15/03/16 Agriculture bio : le succès fait exploser l'enveloppe. L’enveloppe régionale prévue jusqu’en 2020 a déjà été consommée ! En cause, une explosion des conversions en 2015, que l’assèchement des aides fragilise. Si j'ai choisi de convertir le domaine en bio, c'est pour une raison éthique, pas économique. Mais ces aides, ce n'est franchement pas du luxe. S'il faut faire sans, ça va être encore plus dur… Valérie Forgues n'est pas du genre à se plaindre. Mais cette vigneronne dynamique de la vallée du Cher vient de réaliser que les aides 2015 auxquelles elle a droit pour accompagner sa conversion pourraient ne jamais arriver. Son cas est loin d'être unique. NOUVELLE REPUBLIQUE 27/07/16 INDRE ET LOIRE - Les fruits bio de Luc Rivry. FRANCE 3 CENTRE 16/03/16 L'agriculture bio, victime de son succès ? ECHO REPUBLICAIN 19/09/14 La minoterie Viron investit plus de deux millions d’euros pour produire de la farine bio.

Il ne faut pas s’y tromper. Si extérieurement les murs du moulin de Crouzet à Saumeray, semblent encore défraîchis, d’énormes investissements y ont été faits par Alexandre Viron. « Au total, cette opération va coûter plus de deux millions d’euros », souligne le PDG de la minoterie Viron. Il y produit des farines bio, à base de seigle, de blé et d’épeautre, broyé à la meule. « Ça répond à une demande de plus en plus pressante des consommateurs qui ont un vrai désir d’être rassurés sur la qualité des produits. Ils reviennent vers les boules de meule et les tourtes au seigle. » Mais pour se lancer sur ce marché de la farine bio, Alexandre Viron a dû relever un véritable défi. « Trouver un moulin digne de ce nom, capable de broyer à la meule, équipé et qui tournait. Alexandre Viron est confiant dans les débouchés de sa farine bio. « Tout est prêt pour augmenter la production.

Jacques Joannopoulos. AGGLO PAYS DREUX - DEC 2014 - Projet d’agriculture biologique à Vert-en-Drouais. Accueil > Actualités > Décembre 2014 > Projet d’agriculture biologique à Vert-en-Drouais. L ECHO REPUBLICAIN 17/05/15 Quand la diversification des agriculteurs d'Eure-et-Loir passe par les légumes bio. Mener à bien un projet de diversification en agriculture se construit petit à petit. C’est en 2012 que l’idée a germé dans la tête de Christophe Petiot, Sophie et son époux Laurent Ducrocq. DRAF CENTRE 15/03/13 L’agriculture biologique en région Centre-Val de Loire - Résultats du recensement agricole 2010. PREFECTURE D EURE ET LOIR - MARS 2015 - L'agriculture biologique en Eure-et-Loir. PREFECTURE D EURE ET LOIR - MARS 2015 - Fiche Agriculture Biologique - AB en Eure et Loir. INPACT37 - Comment développer l'agriculture biologique et paysanne dans le Pays Loire Touraine ? Deux projets novateurs, coordonnés par InPACT 37 et le GABBTO.

BIOCENTRE via CALAMEO - 2013 - guide manger bio en Région centre. INPACT 37 via CALAMEO - 2013 - Guide pour l'introduction des produits biologiques et locaux dans les cantines scolaires. REGION CENTRE 28/11/13 VIDEO : Les cuisiniers des lycées, vedettes des Rendez-vous 100% Bio ! Diagnostic_filiere_AB_Centre_valide_cle0b5116. CORDINATION RURALE 15/03/13 Vers un doublement du nombre d’agriculteurs bio en région Centre ? DDT INDRE ET LOIRE 22/08/12 L’évolution de l’agriculture biologique en Indre-et-Loire.