background preloader

Accords de Matignon : 07 Juin 1936

Facebook Twitter

Histoire-Géographie et Education Civique au collège: 1936 : lois sociales du Front Populaire. En juin 1936, le gouvernement du Front Populaire, dirigé par Léon Blum, adopte de grandes mesures sociales qui vont changer la vie des Français.

Histoire-Géographie et Education Civique au collège: 1936 : lois sociales du Front Populaire

Qu'est-ce que le Front Populaire ? Le Front Populaire, en France, désigne l'alliance gouvernementale des partis de gauche (socialiste, communiste, radical) mise en place pour les élections législatives de 1936. Cette alliance est née aux lendemains du 6 février 1934 rassemblant toute la gauche (partis, syndicats, intellectuels) contre la menace des ligues d'extrême-droite, sous le nom de Rassemblement populaire. Sur la photographie illustrant la victoire électorale, on distingue de gauche à droite Léon Blum (SFIO, socialiste, qui devient président du conseil), Edouard Daladier (au second plan, roulant une cigarette, parti radical, ministre de la Défense), Maurice Thorez (parti communiste) et Roger Salengro (SFIO, ministre de l'Intérieur).

Quelles sont les grandes mesures sociales ? Que reste-t-il du Front Populaire ? Les Accords Matignon 7 juin 1936. L'Humanité, 8 juin L'action française, 8 juin 1936 source Gallica La CGPF (Confédération générale de la production française) a été créée le 19 mars 1919Elle devient le 4 août 1936 la confédération générale du patronat français (CGPF) présidée par C-J Gignoux.

Les Accords Matignon 7 juin 1936

Le Conseil national du patronat français (CNPF) créé en décembre 1945 est rebaptisé Medef en 1998(Seillère 1998-2005, Parisot 2005-2013 puis Gattaz 2013- ). mars 1936 : Réunification de la CGT et de la CGTU lors du congrès de Toulouse (2 mars-5 mars)déc 1947 : nouvelle scission de la CGT et naissance et la confédération « CGT-Force Ouvrière » (FO). Les Accords Matignon, 7 juin 1936site de l'Assemblée « Les délégués de la Confédération générale de la production française et de la CGT se sont réunis sous la présidence de Monsieur le Président du Conseil, et ont conclu l’accord ci-après, après arbitrage de Monsieur le Président du Conseil : Art.1.

Art.2. Art.3. Art.4. Les accords Matignon du 7 juin 1936. Accords de Matignon. Qu'est-ce que les accords Matignon ? Qu'est-ce que les accords de Matignon ?

Qu'est-ce que les accords Matignon ?

Les Accords de Matignon ont été signés le 7 juin 1936 à l'hôtel Matignon entre la CGT qui est la (confédération générale du travail), les représentants du patronat comme la confédération générale de la production française (équivalent du Medef à l'époque) et l'État, représenté par Léon Blum (Front Populaire) alors président du conseil. La signature de ces accords a été déclenchée après le mécontentement des ouvriers qui réclamaient plus de droits et avaient entamé des grèves massives qui ont paralysé de très nombreuses usines dans tout le pays. Les représentants du patronat se sont sentis contraints d'accepter les négociations afin de relancer la production dans les usines. Acquis des accords Matignon Les négociations ont abouti à des acquis sociaux pour les ouvriers dont : les contrats de travaill'augmentation des salairesle libre exercice du droit syndicalla création de conventions collectivesla semaine de 40 heuresles congés payés.

Accords Matignon (1936) « Accords Matignon (1936) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior Les accords de Matignon ont été signés dans la nuit du 7 au 8 juin 1936.

Accords Matignon (1936)

Les signataires sont les représentants du patronat et ceux des salariés en présence du nouveau chef du gouvernement, le socialiste Léon Blum. Le patronat accorde des droits nouveaux aux salariés de leurs entreprises ainsi que de fortes augmentations de salaires en échange de l'évacuation des locaux de travail par les salariés grévistes qui les occupaient. Dès l'annonce des résultats des élections législatives du 3 mai 1936, résultats qui proclament la victoire électorale du Front populaire, les salariés français se mettent en grève spontanément et, fait nouveau, occupent leurs lieux de travail (ateliers, bureaux, grands magasins...). Dans toutes les entreprises les salariés peuvent se syndiquer librement. Le but est de corriger le niveau très bas des salaires versés depuis des décennies aux employés français.

Accords Matignon 7 juin 1936. 7 juin 1936, les accords de Matignon - La Croix. La victoire, le 3 mai 1936, du Front populaire aux élections législatives déclenche une série de grèves pour obtenir des réformes.

7 juin 1936, les accords de Matignon - La Croix

Dans la nuit du 7 au 8 juin, sous la présidence de Léon Blum, des accords discutés entre syndicats ouvriers et patronaux sont signés. Détaillés dans l’édition de La Croix du 9 juin 1936, ils portent sur la représentation syndicale et des augmentations de salaires, mais aussi sur l’application par le patronat de lois dont les projets doivent être déposés sur le bureau de la Chambre et qui visent les contrats collectifs du travail, les congés payés et la semaine de quarante heures. Dans son édition du 13 juin 1936, La Croix retranscrit les arguments des uns et des autres débattus à la Chambre les 11 et 12 juin, ainsi que les résultats des votes. On y apprend notamment que la semaine de quarante heures est adoptée par 385 voix contre 175, les congés payés par 563 voix contre 1, et les conventions collectives par 528 voix contre 7.