background preloader

Mémoire M2

Facebook Twitter

These_Hersant.pdf (Objet application/pdf) L'erreur comme source de progrès en mathématiques ? Les erreurs langagières en mathématiques. RECHERCHE EN COURSLa chronique où l'on porte à votre attention une recherche qui, de près ou de loin, pourra contribuer à l'amélioration du français dans les collèges Marco Bélanger et Margot De Serres enseignent les mathématiques au collège Jean-de-Brébeuf et participent actuellement à une recherche intitulée « Intervenir sur les langages en sciences ».

Les erreurs langagières en mathématiques

Leur article fait ressortir l'importance de maîtriser les langages symbolique, graphique et naturel pour réussir en mathématiques. Il montre, entre autres, que des erreurs de syntaxe en langage naturel (en l'occurrence, en français) entraînent fréquemment des erreurs en mathématiques. Comme quoi la syntaxe n'a pas sa place que dans les cours de français !

Par Marco Bélanger et Margot De Serrescollège Jean-de-Brébeuf Aux yeux de beaucoup de gens, les mathématiques sont difficiles, voire rebutantes. Le langage mathématique Apprendre les mathématiques, c'est entre autres apprendre une langue, comme l'arabe ou le russe. Interview de Stella Baruk. Interviewée par un journal syndical, Stella BARUK, spécialiste réputée de la didactique des mathématiques, part en guerre contre le "système" : contre les conceptions anti-pédagogiques de l'évaluation, pour la construction du sens.

Interview de Stella Baruk

Les familiers de la "pédagogie de maîtrise à effet vicariant" reconnaîtront dans ce discours les préoccupations qui sont ou ont été les leurs. Les formules qu'ils utilisent répondent largement, comme ils pourront le constater, à la problématique exposée par Stella BARUK. Stella BARUK : Ce que je remets en question dans le système actuel, c'est le fait qu'une note ne peut pas rendre compte de l'état de la compréhension d'un élève. S'il n'y a pas des allers-retours de sens, la note ne restitue rien. L'U.S. : Peut-on se passer de la note ?

En math

Traitement de l'erreur. Statut de l'erreur. Erreur et apprentissage - SAPEA. Auteur : Ph.

Erreur et apprentissage - SAPEA

Dessus, IUFM GrenobleDate de création : janvier 2006Objectif : On a accordé récemment à l'élève un "droit à l'erreur", et les programmes officiels ont mentionné que cette dernière était "l'outil privilégié du maître". Cet intérêt pour l'erreur est-il si récent ? Est-il si avantageux pour l'apprentissage de se centrer ainsi sur l'erreur ? Ce document examine ces questions. Introduction Il est inévitable que l'élève, au cours de son apprentissage, fasse un certain nombre d'erreurs (c'est-à-dire produise des réponses qui diffèrent de la réponse correcte).

N'importe quelle erreur n'est pas utile, n'est pas utile à tous (enseignant/élève), n'est pas utile dans n'importe quel apprentissage, et enfin n'importe quel feed-back à son propos. Erreur. Jean-Pierre Astolfi, didacticien et professeur de sciences de l’éducation à l’Université de Rouen, s’interroge longuement sur le statut de l’erreur dans les apprentissages.

erreur

Premier constat: l’erreur scolaire est plutôt source d’angoisse alors qu’en dehors de l’école (dans le domaine sportif par exemple) elle est davantage source de défi pour les jeunes. Le didacticien identifie ensuite les principaux types d’erreurs scolaires pour lesquelles il propose médiations et remédiations. Une manière de transformer l’erreur en tremplin afin de débloquer les démarches d’apprentissage. Quel est le statut de l’erreur à l’école? Pour Jean-Pierre Astolfi, l“aversion spontanée pour l’erreur, et le rejet didactique qui en résulte souvent, correspond d’abord à une certaine représentation de l’acte d’apprendre, représentation largement partagée par les enseignants, les parents et le sens commun.” Piaget, Vygotski, Freinet... tous coupables ? - [L'école démocratique - De democratische school]

Avant toute chose, il faut s’entendre sur le sens des mots.

Piaget, Vygotski, Freinet... tous coupables ? - [L'école démocratique - De democratische school]

Outre son acception particulière en histoire de l’art, le terme « constructivisme » recouvre au moins deux théories extrêmement différentes, selon que l’on se situe dans le champ de la psychologie et de la pédagogie d’une part, de la philosophie, de l’épistémologie et parfois de la sociologie d’autre part. Les deux sens du mot « constructivisme » En pédagogie, le constructivisme désigne un ensemble de conceptions issues notamment des travaux du psychologue suisse Piaget (1896-1980) et, davantage sans doute, du Russe Vygotski (1896-1934).

Pour désigner l’héritage de ce dernier, on parle parfois de « socio-constructivisme », parce qu’il mettait davantage l’accent sur l’importance des relations sociales de l’enfant (avec son environnement, ses condisciples, ses professeurs) que sur le développement autonome de son intelligence.