Méfaits de la crise

Facebook Twitter

La Finance est coupable de Crime contre l'Humanité. Dechiffrages : Réduire la dépense publique,... L'austérité, c'est mauvais pour la santé. Les politiques d'austérité ont des conséquences désastreuses en matière de santé publique en Europe et en Amérique du Nord, où elles provoquent suicides, dépressions et maladies infectieuses tout en limitant l'accès aux soins et à la prévention, estiment ce lundi des chercheurs.

L'austérité, c'est mauvais pour la santé

L'économiste politique David Stuckler, de l'Université d'Oxford, en Grande-Bretagne, et Sanjay Basu, maître-assistant en médecine et épidémiologiste à l'Université de Stanford, aux Etats-Unis, sont parvenus au terme d'une décennie d'études à une conclusion sans appel: l'austérité est mauvaise pour la santé. 10.000 suicides et un million de cas de dépression Dans un livre à paraître cette semaine en anglais, les deux chercheurs écrivent que plus de 10.000 suicides et jusqu'à un million de cas de dépression peuvent être directement associés à la crise économique et aux mesures de rigueur qu'elle a générées en Europe et en Amérique du Nord.

Séïsme austéritaire made in USA : ça fait peur ! « Le président des Etats-Unis a signé vendredi le décret sur la mise en place du « séquestre », plan de coupes budgétaire massives d’un montant de 85 milliards de dollars, mettant ainsi fin a des semaines de bras de fer entre la Maison Blanche et les républicains qui s’accusent mutuellement d’être responsables de l’échec des négociations. » ( source ) Imaginez.

Séïsme austéritaire made in USA : ça fait peur !

Nous sommes en France. François Hollande annonce la même chose. Une journée dans la vie d'Eric, SDF à Paris. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Soren Seelow 6 h 59.

Une journée dans la vie d'Eric, SDF à Paris

L'alarme sonne. La crise accentue encore les inégalités. Malaise à l’hôpital - Sciences. Misère en Floride - Vidéo Dailymotion#rel-page-6#rel-page-6. Sans-abri : Il ne s'agit plus de sauver les banques, il s'agit de sauver des vies. Dexia : Baroin confirme étudier la piste d'une scission. Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le La banque franco-belge Dexia, rattrapée par la crise trois ans après avoir échappé de peu à la faillite, semble aller tout droit vers un démantèlement.

Dexia : Baroin confirme étudier la piste d'une scission

Il ferait d'elle le premier établissement européen victime de la crise de la dette. Mardi 4 octobre au soir, à l'issue d'une séance extraordinaire, le gouvernement belge a annoncé avoir approuvé la création d'une "bad bank", c'est-à-dire une structure dans laquelle les actifs toxiques pourraient être logés pour être progressivement liquidés. "Il y a eu un accord pour isoler les charges du passé, avec le cas échéant l'octroi de garanties des Etats belge et français afin de préserver l'activité de Dexia Banque Belgique", a déclaré le premier ministre belge, Yves Leterme.

La Cour des comptes épingle les dépenses de com' du gouvernement. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Lemarié Un rapport de la Cour des comptes épingle les dépenses de communication, notamment en "sondages" et "coaching", d'une dizaine de ministères, les plus importants, et de celles du premier ministre.

La Cour des comptes épingle les dépenses de com' du gouvernement

Ce rapport, publié sur le site de France Télévisions, met en lumière l'absence de mise en concurrence ou l'irrégularité des procédures engagées concernant ces dépenses. "Pas toujours facilement mesurables", elles représentent 600 millions d'euros sur 2006-2010, selon ce rapport, qui a été commandé à l'automne dernier par la commission des Finances de l'Assemblée. Il a été mentionné publiquement lors d'une réunion jeudi sur l'examen des crédits du budget 2012.

#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20120228-[titres]#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20120228-[titres]#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20120228-[titres] LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Anne Rodier Les accords dits "compétitivité-emploi", négociés par les centrales syndicales et le patronat depuis le 17 février, et destinés à restaurer la compétitivité des entreprises, ont été dénoncés par plusieurs syndicats, comme prétexte pour remettre en cause le droit du travail.

#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20120228-[titres]#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20120228-[titres]#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20120228-[titres]

"Il faut retrouver des leviers de compétitivité, certes. Mais c'est une vision réductrice de croire que ça ne passe que par un détricotage du droit du travail", déclarait ainsi Jean-Paul Bouchet (CFDT-cadres) à la veille de l'ouverture des négociations sur ces accords d'entreprise qui permettraient de modifier, en fonction de la conjoncture - et sans avoir à demander le consentement du salarié -, la durée du travail, les salaires, la mobilité géographique et l'organisation du travail. Notre crise, leurs bonnes affaires. Tel était, par un beau matin, le message publicitaire qui a attiré mon attention sur le site Internet de l' .

Notre crise, leurs bonnes affaires

Le ton de cette affirmation, à des années lumière du discours moralisateur généralement de rigueur sur ces questions, m'a poussé à cliquer. Il s'agissait d'une publicité pour une publication en ligne qui se propose de vous envoyer tous les jours une newsletter sur l'investissement ne contenant . Les perspectives juteuses du naufrage. Le Blog d'Olivier Berruyer sur les crises actuelles. Dans un rapport choc pour la fondation Terra Nova, l’ex-Monsieur Solidarité du gouvernement Fillon dénonce la flambée des hauts revenus et leur impact négatif sur l’économie.

Le Blog d'Olivier Berruyer sur les crises actuelles

Interview par NouvelObs.com. Martin Hirsch (JS EVRARD/SIPA) Les spéculateurs peuvent aller se rhabiller. Pascal Canfin “Des banques françaises parient sur le risque de faillite de la France... c'est délirant !” - Idées. M. STIGLITZ N’EST PAS AU COURANT. 16 février 2012 15 FÉVRIER 2012 par PAUL JORION Est-ce parce que le Produit Intérieur Brut de la Grèce aura baissé de 7% en un an, et de 16% depuis le début de la crise en 2007 ?

M. STIGLITZ N’EST PAS AU COURANT

Ou bien parce qu’avec les défections parmi les parlementaires grecs à l’occasion du vote dimanche, suivies d’exclusions de leur parti, complétées de sondages d’opinion favorables à la gauche et à l’extrême-gauche, le gouvernement grec donne maintenant l’impression de ne plus représenter l’opinion publique du pays et que, du coup, tout accord au plan voté dimanche ne signifie plus rien ? C’est en tout cas désormais l’hésitation parmi les dirigeants de la zone euro.

Blog sur l'économie, la société, et la politique.