background preloader

Projet de neuroéducation

Projet de neuroéducation
Formation profs sur une journée (6H) : Lycée Bichat - Lunéville (54)-juin 2010 Collège Bichat - Lunéville (54) - février 2011 Lycée Delorme-L'Isle d'Abeau (38) - avril 2011 Collège Cassin-Eloyes (88)-décembre 2011 Collège Buvignier-Verdun (55)-décembre 2011 Collège Demange-Boulay (57)-janvier 2012 Lycée Callot-Vandoeuvre (54)-janvier 2012 Collège Callot-Vandoeuvre (54)-janvier 2012 Collège Theuriet-Bar le Duc-(55)-janvier 2012 Collège Verlaine-Malzéville (54)-janvier 2012 Collège Les Avrils-Saint Mihiel (55)-janvier 2012 Lycée Eiffel-Talange (57)-février 2012 Collège Carles-Ancerville (55)-février 2012 Collège Pasteur-Faulquemont (57)-mars 2012 Collège Prouvé-Laxou (54)-mars 2012 Collège Ferry-Briey (54)-mars 2012 Lycée Mayer-Creutzwald (57)-avril 2012 Lycée Saint-Exupéry-Fameck (57)-avril 2012 Collège Armand-Nancy (54)-mai 2012 Lycée Delorme-L'Isle d'Abeau (38)-mai 2012 Collège Curie-Fontoy (57)-juin 2012 Lycée Reiser-Longlaville (54)-juin 2012 Internat d'Excellence- Montpellier (34)-juillet 2012

http://www.neurosup.fr/#Neurosup_programme_de_neuroeducation.C

Related:  Cahiers d'apprentissages et metacognitionApprendre, mémoriserNeurosciences ThéorieIntelligences multiples et NeurosciencesSources Présentées le 25/03/2015

Métacognition et réussite des élèves Suffit-il de mettre les élèves en activités en classe pour qu’ils s’approprient les savoirs, savoirs faire sur lesquels est construite la séance qui leur est proposée ? L’analyse ergonomique des situations d’apprentissage scolaire amène à être très réservé dans la réponse. En effet, quels que soient les modalités pédagogiques, les supports didactiques prévus, un constat s’impose : les enseignants n’arrivent pas toujours à atteindre les objectifs visés.Eviter qu’il y ait autant d’élèves en difficultés d’apprentissage, d’élèves en décrochage scolaire voire en refus scolaire, d’élèves en souffrance, d’élèves en danger, c’est bien l’ambition de tous ceux qui oeuvrent dans ce monde complexe de l’Éducation.Que faire devant cette réalité ? Les enseignants tentent de les aider à retrouver le chemin des apprentissages scolaires afin qu’il apprennent les savoirs scolaires que l’Ecole s’engage à leur donner et définissent sur cette base la plupart des activités qu’ils leur proposent.

Comment intégrer la neuroéducation en classe pour de meilleurs apprentissages des élèves ? avec Marie Soulié, une enseignante précurseur et référente en France de la classe inversée « C’est au cours d’un stage auquel j’ai participé proposé par Eric Gaspard dans l’académie de Montpellier, que j’ai commencé à réfléchir à la neuroéducation ». Le programme d’Eric Gaspard sur la neuroéducation s’appelle Neurosup. Marie a cherché à s’approprier des principes exposés dans ce programme comme par exemple, la mémorisation : « comment les élèves mémorisent notamment en classe inversée ? »

Neuroéducation #1: l’étude du cerveau pourrait nous aider à mieux enseigner - #PROFPOWER La neuroéducation est un champ très à la mode ces temps-ci. Vous avez toujours rêvé de connaître ce qu’il se passe dans le cerveau de vos élèves lors de l’apprentissage ? De savoir quels sont les effets de vos enseignements sur leurs capacités cérébrales ? De pouvoir adapter votre pédagogie à chaque élève, en fonction de la constitution et du développement de son cerveau ? On se propose de vous exposer en avant-première les découvertes d’une toute jeune discipline à la croisée des chemins : la neuroéducation.

Des stratégies pour favoriser la métacognition et la conscience de soi chez les élèves La recherche montre que les habiletés métacognitives se développent considérablement entre 12 et 15 ans. Comment favoriser le développement de ces habiletés chez les élèves? Cet article de la psychologue, chercheuse et auteure Marilyn Price-Mitchell porte sur la conscience de soi et la façon dont cette conscience est liée aux habiletés métacognitives. Défis : Trouver des neuromythes ! Qu’est-ce qu’un neuromythe ? C’est une croyance fausse concernant les capacités de notre cerveau. Le neuromythe est souvent basé sur des résultats scientifiques mal interprétés ou trop vieux. Il résiste à l’information récente car il est souvent associé à une communication qui nous donne l’illusion qu’il est fiable par exemple des images de cerveaux ou des termes savants dans le texte. Ecouter du Mozart nous rend plus intelligent.

Métacognition et réussite des élèves Suffit-il de mettre les élèves en activités en classe pour qu’ils s’approprient les savoirs, savoirs faire sur lesquels est construite la séance qui leur est proposée ? L’analyse ergonomique des situations d’apprentissage scolaire amène à être très réservé dans la réponse. En effet, quels que soient les modalités pédagogiques, les supports didactiques prévus, un constat s’impose : les enseignants n’arrivent pas toujours à atteindre les objectifs visés.Eviter qu’il y ait autant d’élèves en difficultés d’apprentissage, d’élèves en décrochage scolaire voire en refus scolaire, d’élèves en souffrance, d’élèves en danger, c’est bien l’ambition de tous ceux qui oeuvrent dans ce monde complexe de l’Éducation.Que faire devant cette réalité ? Les enseignants tentent de les aider à retrouver le chemin des apprentissages scolaires afin qu’il apprennent les savoirs scolaires que l’Ecole s’engage à leur donner et définissent sur cette base la plupart des activités qu’ils leur proposent.

Les dernières découverts en neuroéducation Steeve Masson, chercheur canadien en neuroéducation, propose de répondre dans la vidéo ci-dessous à la question : en quoi mieux connaître le cerveau peut-il nous aider à mieux enseigner ? Cette vidéo dure 1 heure et 15 minutes et je vous en résume les grandes lignes dans plusieurs articles : Mieux connaître le cerveau pour mieux enseigner (1/5) – Les dernières découvertes en neuroéducation Mieux connaître le cerveau pour mieux enseigner (2/5) – Utiliser la neuroplasticité pour enseigner efficacement Intelligences multiples Et voilà. La dernière copie vient d’être corrigée. Il est tard, trop tard pour chercher les raisons bonne sou mauvaises. Alors parfois, on part se coucher avec ce sentiment amer d’avoir perdu son temps.

Du neurone aux neurosciences cognitives : fondements, histoire et enjeux des recherches sur le cerveau Nées au XIXe siècle du désir de comprendre l'origine des maladies mentales, les neurosciences se développent en même temps que les innovations technologiques, les instruments de mesure et de visualisation. Une multitude de disciplines travaillent à la connaissance du fonctionnement cérébral par des approches aussi différentes que la recherche moléculaire, la génétique, l'exploration cognitive ou la clinique. Cet ouvrage écrit par deux spécialistes incontestés du domaine de la biologie et de la physiologie a la particularité rare de conjuguer les acquis les plus récents avec le fil historique des recherches depuis le XIXe siècle. Il présente les enjeux actuels des recherches sur le cerveau (connaissances acquises et questionnements en suspens), enjeux considérables pour la société (santé, éducation, apprentissage, vieillissement, …). Introduction. Le XXème siècle : date de naissance des Neurosciences

L'art de donner l'envie d'apprendre Socle de Pédagogie, donner l'envie d'apprendre est vraisemblablement un des objectifs les plus difficiles à atteindre en formation. Envie d'apprendre et étymologie du mot "Savoir"... Un peu d'étymologie ne fait jamais mal ... et mon ancienne professeure de latin-grec serait ravie de cette référence de ma part, elle qui m'en a tant voulu d'avoir abandonné les langues mortes en terminale !

Cerveau et pédagogie : Des principes réellement soutenus par la science En seconde partie de sa présentation lors du symposium « La persévérance scolaire – Ce que la neuroscience peut nous enseigner », organisé par l’Association canadienne d’éducation (ACE) », le Dr Steve Masson a énoncé des principes neurologiques aux réelles retombées positives en éducation. Après avoir secoué les conceptions et défait les neuromythes en éducation (voir notre article d’hier), Steve Masson a énuméré des principes pédagogiques en lien avec le fonctionnement du cerveau qui, pour leur part, sont effectivement soutenus par la science. Activer ses neurones de façon régulière Le premier se nomme « l’activation neuronale répétée ». « Lorsqu’on apprend, le cerveau change », résume le chercheur, en faisant référence à la plasticité du cerveau. Il illustre le tout avec l’analogie de la forêt. « Si on emprunte souvent le même sentier dans la forêt, un chemin se développe et on y circule plus facilement. Étudier plus souvent, moins longtemps

Related: