background preloader

Cultivons l'optimisme - Des solutions pour une meilleure vie

Cultivons l'optimisme - Des solutions pour une meilleure vie
Related:  Mieux-être

La morale des sentiments Recensé : Michael Slote, A Sentimentalist Theory of the Mind, Oxford University Press, 2014, 272 p. Michael Slote, professeur d’éthique à l’université de Miami, connu pour ses travaux de recherche associant éthique des vertus et éthique du care, veut proposer une alternative à l’éthique libérale et rationaliste en s’appuyant sur le sentimentalisme moral qui défend la thèse selon laquelle la bonne action et son évaluation reposent non sur la raison mais sur les sentiments. Cependant il bute dans ce projet sur un obstacle de taille : notre conception de l’esprit est entièrement rationaliste. Il s’est donc donné pour nouvel objectif de proposer une théorie sentimentaliste de l’esprit, c’est-à-dire aussi de la croyance, de l’action et de la connaissance. Le rôle de l’empathie Slote considère l’empathie comme le fondement de l’action morale et de son évaluation mais il veut aussi montrer son importance pour une conception sentimentaliste de l’esprit. Croyance et faiblesse de la volonté

Méditer pour être heureux 58 phrases positives à dire aux enfants Bien que les mots perdent leur sens s'ils ne sont pas suivis d'action; ils détiennent néanmoins un grand pouvoir. En utilisant des phrases positives dans le quotidien de la vie familiale, ou lors de séances de jeu éducatif, vous renforcerez l'estime que les enfants ont d'eux-mêmes. En outre, cette pratique leur permettra d'acquérir les bases d'une bonne personnalité. Et c'est bien connu, les enfants imitent le comportement des parents, alors donnez-leur le bon exemple en les habituant à entendre des phrases positives. Encourager les enfants est primordial. Lorsqu'ils essaient un nouveau jeu, une activité inédite ou un sport, le principe reste le même : leur donner confiance en eux-mêmes afin qu'ils ne se découragent pas. Voici 58 phrases positives qui aideront à renforcer votre relation avec votre enfant, jour après jour : Vous avez d'autres idées ? Si vous êtes nouveau sur le blog, n'oubliez pas de vous inscrire pour recevoir les articles et d'autres infos ! Source : jeuxeducatif.org

Des exercices de pleine conscience contre les troubles post-chimiothérapiques Une nouvelle étude publiée dans le "Journal of Cancer Survivorship" montre que des patients ayant guéri d'un cancer et participant à un programme anti-stress basé sur la pleine conscience (comportant des activités comme le yoga et la méditation) peuvent voir s'améliorer leurs troubles cognitifs résultant des traitements anticancéreux. Les anomalies cognitives post-chimiothérapie, parfois désignées par le mot anglais "chemobrain" ("cerveau chimio"), sont un problème courant chez les personnes atteintes d'un cancer. Elles affectent les relations sociales, la confiance en soi, la performance au travail et la qualité de vie. Elles peuvent durer plus de dix ans après la fin des traitements, et peu d'options thérapeutiques sont actuellement disponibles pour les contrer. Un programme jugé utile par 95 % des participants Après ces huit semaines, les participants aux séances de réduction du stress par la pleine conscience ont pu faire part d'une amélioration significative de leur attention.

Méditation, accéder à la pleine conscience ou mindfulness 30 propositions pour encourager les enfants efficacement Complimenter consiste à dire une formule d’appréciation positive sur un fait, une action accomplie, passée ou sur un état, sur la personne. Par exemple, affirmer qu’un dessin est joli,qu’un enfant est un bon garçon/ une bonne fille car il/ elle a fini son assiette,qu’un enfant est beau. On peut féliciter gratuitement, énoncer un compliment à la va-vite, à l’envolée, en jetant un coup d’œil rapide au dessin que l’enfant nous tend fièrement, parfois même sans le penser. Le compliment n’engage pas la discussion, peut avoir un côté enfermant, l’enfant se voit coller une étiquette. Certains psychologues mettent même en garde contre les compliments contre-productifs. Les enfants peuvent même devenir dépendants des compliments, ne plus être capables d’agir sans compliment de la part d’un tiers, ils en oublient leur motivation intrinsèque (voir cet article à propos de la motivation intrinsèque). Les enfants attendent des félicitations mais pas seulement. L’encouragement efficace implique donc :

Aide les autres pour taider toi-même ! Actualité publiée le 14-12-2015 Clinical Psychological Science "Aide les autres pour t’aider toi-même !", écrivent les auteurs. Car aider l’autre, c’est aussi s’apporter beaucoup à soi-même et même se donner un peu de vie en plus, lorsqu’on traverse des situations stressantes, avait déjà conclu une précédente étude de l’Université de Buffalo. Car apporter son aide à des amis, des connaissances, et même des étrangers va atténuer l'impact des facteurs de stress quotidiens sur nos émotions et notre santé mentale. De précédentes expériences en laboratoire ont montré que le soutien peut aider les personnes à composer avec le stress et à renforcer la pensée positive. Ø aider les autres accroît le bien-être quotidien des participants, quasiment en temps réel, Ø un plus grand nombre de comportements d'aide est associé à des niveaux plus élevés d'émotions positives et à une meilleure santé mentale en général. Aider influe aussi sur la réponse au stress. Réagissez à cette actu sur Santé Blog Neuro

Severine Perron - Coach - Accompagne la Réinvention de Soi Papa positive ! - Être père et entreprendre, c'est possible ! Contrôler son cerveau pour réussir Dans ce numéro L'essentiel - Nous sommes souvent tiraillés entre des plaisirs immédiats et la réalisation plus lente de nos objectifs. - Les zones cérébrales permettant de se contrôler mettent du temps à se développer. - Exercer sa mémoire, développer sa capacité d'imagination pour visualiser les objectifs fixés, ou pratiquer la méditation régulièrement renforce les capacités cognitives essentielles pour le contrôle de soi. L'auteur Sébastien Bohler est docteur en neurobiologie etrédacteur en chef adjoint à Cerveau & Psycho. Du même auteur Réussir tient parfois à un mot. Chez lui, Théo s'attable également face à ses cours quand son voisin vient lui proposer de regarder une série télévisée. Tout petits, Luca et Théo auraient eu des réactions bien différentes dans le test du marshmallow (voir l'interview page 50) : le premier aurait pris une friandise sur-le-champ, sans pouvoir attendre une récompense certes plus grande mais aussi plus tardive. L'IRM de la tentation

Musique de relaxation gratuite , détente, sons de la nature, écoute gratuite ... (Powered by CubeCart) Les étapes du deuil : ce qu'il faut savoir Partager Aujourd’hui, nous allons parler des étapes du deuil. On va aborder ce sujet avec prudence car décrire le deuil en terme d’étapes recèle un piège : celui de la simplification à outrance d’un processus complexe. Les étapes du deuil | Le concept est très populaire, c’est souvent l’une des seules choses, que l’on connaît à propos du deuil. Le modèle le plus connu est, sans doute, celui d’Elisabeth Kübler-Ross, une psychiatre pionnière dans le mouvement des soins palliatifs. Mais à l’origine, Kübler-Ross décrit ce qui se passe chez la personne en fin de vie, c’est-à-dire chez une personne qui fait face à l’annonce de sa propre mort, de sa propre fin. Néanmoins, les enjeux du processus de deuil sont différents. D’autres chercheurs et cliniciens remettent en cause la notion même d’étapes. Pour notre part, on a remarqué que connaître les étapes qui peuvent jalonner son deuil est souvent utile. “Ce n’est pas possible” L’étape 1 : la phase de sidération, de choc Le téléphone, encore.

Related: