background preloader

Etienne Klein - Cours introductif de Philosophie des Sciences 1/9

Etienne Klein - Cours introductif de Philosophie des Sciences 1/9

http://www.youtube.com/watch?v=NA2XOTSTs8w

Related:  Points de vuePhilosophie des sciencesA Classer 5

De Descartes à Heidegger : science, techno-science et technique - Aphorismes Voila huit ans que je suis entré dans un cursus scientifique… que de chemins parcourus depuis mon orientation en « première S ». Je ne sais si ce choix fut pleinement « conscient », mais je dois reconnaître que jusqu'à ces dernières années, j’ai pris beaucoup de plaisir à étudier les sciences (dites de la nature) : la géologie, la biologie, la chimie et surtout la physique. J’avais l’impression de découvrir les clés qui m’ouvriraient les portes du monde. Le « bac S » en poche, j’entrai en classes préparatoires scientifiques. Ce fut des années laborieuses, sacrifiées au nom d’un travail acharné, mais paradoxalement peut être, vraiment heureuses.

L'économie est-elle une science ? Le prix nobel de l'économie vient d'être décerné au français Jean Tirole L'occasion pour moi de vous parler d'économie. Parler d'économie sur un blog de philosophie des sciences ? Mais enfin, l'économie est-elle une science ? Et bien, c'est justement la question qu'on va se poser ! [N'étant pas expert en ce domaine, je me suis largement basé sur cet article de Stanford Encyclopedia of Philosophy.] Etienne Klein L'invité Physicien au Commissariat à l'énergie atomique, Etienne Klein est, depuis 2007, directeur du laboratoire des recherches sur les sciences de la matière, LARSIM. Il a participé à divers grands projets, en particulier la mise au point du procédé de séparation isotopique par laser et l'étude d'un accélérateur à cavités supraconductrices. Au CERN, il a participé à la conception du grand collisionneur de particules européen, le LHC2. Il a enseigné pendant plusieurs années la physique quantique et la physique des particules à l’Ecole Centrale de Paris, et est professeur de philosophie des sciences.

Philosophie nouvelles technologies L'étude des nouvelles technologies pose deux types de problèmes à la philosophie. Un, elle reçoit des objets déjà élaborés dans d'autres disciplines (socio, psycho cognitive, histoire des techniques, sciences de l'information, etc...) et, les recevant tout faits, elle se contente trop souvent de leur ajouter un jugement moral (c'est bon, c'est mauvais - selon des critères flous) ou même un jugement prophétique (à la Virilio). Mais, second problème, il ne suffit pas non plus de dire que l'on doit commencer par maîtriser l'aspect technique de ces nouveaux objets, parce qu'alors on prend déjà position.

Avons nous encore le temps ? Le Nouvel Observateur. — Notre civilisation de l'urgence s'est donné comme principal objectif, et à tous les niveaux de l'activité humaine, de gagner du temps sur le temps. Comment peut-on apprécier cette ambition ? Joël de Rosnay. — Le siècle qui commence est celui de la vitesse, c'est bien certain,. Mais de quelle vitesse s'agit-il ? La vitesse n'est-elle pas relative ? Nos actions s'évaluent par rapport à une échéance donnée. Jean-Michel Cornu, Nouvelles technologies, nouvelles pensées ? La convergence des NBIC 1Que dire et comprendre des NBIC sans en avoir une perception spécialisée ? En tant que simple citoyen ou individu non initié, comment prendre part aux différentes problématiques d’envergure qu’imposent les NBIC ? Mais surtout, plus essentiellement, qu’entend- on sous l’appellation abrégée NBIC ? C’est à travers ces interrogations que le livre prend tout son sens, puisqu’il a pour objectif de vulgariser le champ de recherche spécifique aux « nanotechnologies, biotechnologie, information et cognition » (NBIC), globalement méconnu et lointain du grand public. Dans cet indispensable ouvrage, Jean-Michel Cornu tente de donner les clés élémentaires de compréhension sur la complexité et l’enchevêtrement des concepts des domaines convoqués.

Temps 3D Suite à l'intérêt que j'ai porté à la recherche de possibilités d'études et de "mises en équation" de la théorie du temps 3D vue par Eric Julien (dénommé "l'auteur" dans la suite de mon texte), il m'a proposé de m'envoyer une avant-version de son livre (la Science Des Extraterrestres); proposition que j'ai acceptée afin de voir ce qu'il avait pu faire de consistant. Tous ceux qui connaissent ses travaux sur le temps 3D et les diverses polémiques qui s'en suivirent sauront de quoi je parle lorsque je dirai qu'un différent était présent entre Eric Julien et moi concernant ses propos sur le temps 3D. En effet, après recherches je m'étais aperçu que d'autres scientifiques russes (Kozyrev, Bartini, Veinik, Chernobrov dont les noms avaient été cités diversement ici sur les forums et par d'autres personnes) avaient déjà travaillé sur des théories du temps à densité variable, et avaient eu des idées d'application à des phénomènes paranormaux (télépathie).

EPICURE Epicure est un philosophe du 3em siècle avant J. C. soit deux cent ans après Socrate et Platon et cent ans avant Aristote. Il est contemporain de l'apparition du stoïcisme, auquel il s'opposera. Stoïcisme et Epicurisme vont se développer dans tous le bassin méditerranéen.

Le facteur temps ne sonne jamais deux fois Dans un passage de Le facteur temps ne sonne jamais deux fois, son second livre sur le temps (le premier étant Les tactiques de Chronos), Etienne Klein exprime sa sympathie pour une solution intermédiaire entre le présentisme et la théorie de l’univers-bloc (la théorie B éternaliste). Cette solution est le non-futurisme, également appelée théorie de l’univers-bloc en croissance (growing block theory). Je vous propose ici l’extrait en question, suivie d’une critique inspirée par une communication que j’ai présenté en 2009. “Mais ces deux interprétations, univers-bloc et présentisme, sont loin d’avoir clos le débat. Dans le premier cas, l’existence même du cours du temps est relativisée, ou bien, selon une manœuvre idéaliste assez classique, transformée – sans que l’on nous précise comment – en un produit de notre conscience : ce serait seulement par et pour une conscience que se succéderaient les instants du monde.

Related: