background preloader

La Mémoire Humaine

La Mémoire Humaine

La maladie d'Alzheimer Entre 50 et 70 pour cent des personnes atteintes de démence souffrent de la maladie d'Alzheimer, maladie dégénérative détruisant lentement et progressivement les cellules du cerveau. Cette maladie doit son nom à Aloïs Alzheimer, neurologue allemand qui en 1907 a décrit pour la première fois les symptômes et les caractéristiques neuropathologiques de cette maladie, comme la présence de plaques et de nœuds dans le cerveau. La maladie affecte la mémoire et le fonctionnement mental (réflexion, langage etc.), mais peut également entraîner d'autres problèmes comme la confusion, les troubles du comportement et la désorientation dans l'espace et le temps. Au premier abord, les symptômes comme les troubles de la mémoire et la perte des facultés intellectuelles sont tellement légers qu'ils passent inaperçus du malade et de son entourage. Jadis, le terme « maladie d'Alzheimer » était plutôt utilisé pour désigner une forme de démence présénile, par opposition à la démence sénile.

almanachronique des villes et des campagnes Mémoire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : mémoire, sur le Wiktionnaire Southampton. Monument à la mémoire des officiers mécaniciens du Titanic inauguré le 22 avril 1914. En neurosciences, la mémoire est le stockage de l'information, subjectivement le souvenir. Sciences humaines[modifier | modifier le code] Dans l'approche behavioriste la mémoire est vue comme une faculté cognitive animale ou humaine. La notion de mémoire peut être associée à un groupe d'individus : mémoire collective, mémoire familiale. Médecine[modifier | modifier le code] Les troubles de la mémoire : amnésie, syndrome amnésique, mémoire sélective, hypermnésie. Documents écrits[modifier | modifier le code] Informatique et systèmes d'information[modifier | modifier le code] Sciences[modifier | modifier le code] Œuvres artistiques et autres[modifier | modifier le code]

Gastrulation Gastrulation occurs when a blastula, made up of one layer, folds inward and enlarges to create a gastrula. This diagram is color-coded: ectoderm, blue; endoderm, green; blastocoel (the yolk sack), yellow; and archenteron (the gut), purple. Gastrulation is a phase early in the embryonic development of most animals, during which the single-layered blastula is reorganized into a trilaminar ("three-layered") structure known as the gastrula. These three germ layers are known as the ectoderm, mesoderm, and endoderm.[1][2] Lewis Wolpert, pioneering developmental biologist in the field, has been credited for noting that "It is not birth, marriage, or death, but gastrulation, which is truly the most important time in your life." The terms "gastrula" and "gastrulation" were coined by Ernst Haeckel, in his 1872 work "Biology of Calcareous Sponges".[7] In amniotes[edit] Overview[edit] The major distinctions between deuterostomes and protostomes are found in embryonic development: Loss of symmetry[edit]

Mémoire Dossier réalisé en collaboration avec le Pr. Francis Eustache, Directeur de l'unité Inserm-EPHE-UCBN U1077 "Neuropsychologie et neuroanatomie fonctionnelle de la mémoire humaine" – Octobre 2014 La mémoire repose sur cinq systèmes de mémoire © Inserm, G. Auzias/S. Cette représentation de neuro-imagerie est un exemple de la technique dite de recalage interindividuel guidé par les sillons (DIffeomorphic Sulcal-based COrtical ou DISCO). La mémoire se compose de cinq systèmes de mémoire impliquant des réseaux neuronaux distincts bien qu’interconnectés : La mémoire de travail (à court terme) est au cœur du réseau. Cet ensemble complexe est indispensable à l’identité, à l’expression, au savoir, aux connaissances, à la réflexion et même à la projection de chacun dans le futur. La mémoire de travail La mémoire de travail (ou mémoire à court terme) est en fait la mémoire du présent. 7, le nombre magique Le chiffre 7 serait le "nombre magique" de la mémoire de travail. La mémoire sémantique Actualités

II. La mémoire et ses défaillances - La mémoire de notre TPE B. Le syndrome de Korsakoff (pathologie lié à l'alcoolisme). Commençons par définir ce qu'est la mémoire épisodique : c'est la mémoire des évènements. Notre choix est de parler plus en détail d'un syndrome particulier, celui de Korsakoff. L'alcool à des effets extrêmement néfaste pour le cerveau, en effet, il passe directement du tube digestif aux vaisseaux sanguins. L’activité neuronale se trouve donc diminuée, d’où l’effet sédatif de l’alcool. En raison de la perte de cellule, le cerveau d'un homme alcoolique en comparaison avec un homme sain est massivement rétréci. Pourquoi l'alcool provoque une diminution de l'activité neuronale ? Les vitamines du groupe B (appelées thiamine) jouent un rôle clef dans le métabolisme énergétique des cellules, son rôle est déterminant dans l'assimilation des aliments et la transformation du glucose en énergie. En effet, ce n'est pas l'alcool qui provoque la carence en vitamine B1, mais sa consommation. A gauche : homme sain.

What's your sign? Contexte de léchec L'échec et la phobie de l'échec en étude peuvent dépendre notablement du contexte psychopathologique de l'individu. Plusieurs cliniciens dont Freud ont essayé de déterminer l'étiologie possible du sentiment d'insécurité et de l'angoisse provoquée par la peur de l'échec, ainsi que les compensations utilisées. Suite de : Les études et l'Echec : Introduction 3. 3.1. Les troubles minimes de l’humeur s’observent de façon très banale dans les névroses d’échec. Réaction dépressive : Après la concentration soutenue souvent pendant plusieurs années, la brusque chute de l’effort, la détente brutale entraînent une impression d’insécurité qui lorsque le succès n’est pas aussitôt suivit d’un dépaysement, d’un départ en vacances, peut parfois s’organiser sur un mode anxieux et dépressif. Lorsqu’il s’agit d’une véritable réaction d’échec l’état dépressif profond durable affirme une symptomatologie banale marquée par les thèmes particuliers liés aux circonstances d’apparition. 3.2. 4. 4.1. 4.2. 4.3.

Phineas Gage Phineas P. Gage (1823–1860) was an American railroad construction foreman remembered for his improbable[C] survival of a rock-blasting accident in which a large iron rod was driven completely through his head, destroying much of his brain's left frontal lobe, and for that injury's reported effects on his personality and behavior over the remaining twelve years of his life—effects so profound that (for a time at least) friends saw him as "no longer Gage." Long known as "the American Crowbar Case"—once termed "the case which more than all others is calculated to excite our wonder, impair the value of prognosis, and even to subvert our physiological doctrines"[2]—Phineas Gage influenced nineteenth-century discussion about the mind and brain, particularly debate on cerebral localization, and was perhaps the first case to suggest that damage to specific parts of the brain might affect personality.[1]:ch7-9[3] Background[edit] Gage's injury[edit] Harlow took charge of the case around 6 p.m Dr.

Mémoire humaine 1020 Signaux neuronaux durant une vie. Selon Von Neumann (The Computer and the Brain). 1013 à 1015 Basé sur la quantité de synapses. 0,5 1011 Dans les années 1970, Mark Rosenzweig: en estimant qu'un être humain puisse mémoriser dix nouvelles informations par seconde durant toute sa vie, son cerveau n'utiliserait que la moitié de sa capacité. (80 x 365 x 24 x 3600 x 10 x 2 = 4,4 1010) 1013 Avec la même hypothèse que ci-dessus, mais en considérant qu'une information est un mot équivalent à 16 bits de données. 109 Basé sur une étude expérimentale de Landauer qui estime que la vitesse de mémorisation humaine est de 2 bits par seconde. Thomas K. Some Estimates of the Quantity of Learned Information in Long-term Memory. La difficulté d'estimation est flagrante: comment estimer la mémoire nécessaire à tous nos phénomènes reflexes comme conduire une voiture? comment quantifier ce qui touche à la mémoire globale plus ou moins consciente, la mémoire associative?

Le syndrome de Korsakoff, qu'est-ce que c'est? - Le syndrome de Korsakoff Le syndrome de Korsakoff est un syndrome se caractérisant par une amnésie (perte de mémoire), une fabulation (voir plus loin) et chez les alcooliques par une polynévrite (inflammation des tissus nerveux). Ce syndrome peut être causé par un traumatisme crânien grave des thromboses et embolies (formation d'un caillot empêchant la circulation normale dans les vaisseaux) au niveau des artères du cerveau et plus particulièrement dans sa partie postérieure ou par une tumeur cérébrale. Mais il affecte essentiellement les alcooliques chroniques(qui représentent 80% des personnes atteintes du syndrome). Les effets de l'alcool entrainent une forte carence en vitamine B1. Appelée aussi thiamine(C12H17CIN4OS), cette vitamine joue un rôle déterminant dans l'assimilation des aliments et la transformation du glucose en énergie, notamment pour le cerveau.

Patrimoine de France Les vertus d’un échec Les vertus de l’échec Monsieur le Professeur, laissez-moi tout d’abord vous remercier pour votre aimable et généreuse introduction. C’était si complet et si beau que seule ma mère aurait souhaité qu’elle soit un peu plus longue. Je suis très honoré d’être invité au sein de cette vénérable Université pour y recevoir le titre de Docteur Honoris Causa. Malgré mes protestations, votre Président m’a demandé de prononcer un discours en Français. Ceux d’entre vous qui connaissent les Etats-Unis savent bien que l’Amérique profonde ne brille pas par ses connaissances linguistiques. J’ai choisi d’intituler mon discours « Les vertus de l’échec. Si la nature d’un travail de recherche est vraiment innovante, il est difficile de prédire ce qui va en ressortir. Je crois que ce principe est bien reconnu dans de nombreux domaines. L’apprenti chercheur doit apprendre à un moment donné à accepter l’échec, et prendre le risque d’essayer d’autres approches.

Conditionnement classique : bases neurobiologiques Afficher le sommaire Après avoir étudié le conditionnement classique, posons-nous la question des bases neurobiologiques de ce conditionnement. L'aplysie (organisme des plus simples) peut également faire l'objet d'un apprentissage associatif. Le stimulus inconditionnel (SI) est un choc sur la queue comme dans la sensibilisation. Phénomènes présynaptiques Du point de vue neurobiologique, nous avons déjà décrit les phénomènes présynaptiques qui interviennent dans la sensibilisation. Dans le conditionnement classique, les phénomènes présynaptiques sont identiques à une différence près, mais de taille. Le SN provoque l'entrée du Ca++ dans le neurone qui se lie à la calmoduline ( infos). La calmoduline possède quatre sites de liaison au calcium. La Ca++calmoduline ou calmodulineCa++ se fixe sur l'adénylcyclase qui libère l'AMPc ( infos). Puis, le SI provoque la fixation de la sérotonine sur le récepteur (SI) et induit la cascade décrite dans la sensibilisation. Phénomènes postsynaptiques Apprentissage

Related: