background preloader

Travailler en îlots

Travailler en îlots
Nous profitons de la sortie du livre de Marie Rivoire sur le travail en îlots pour lancer une discussion sur les conditions d’un travail de groupes réussi. Deux réactions à ce livre sont à découvrir : une recension élogieuse, par Raoul Pantanella. Et le document à charge contre ce mode de travail, d’un groupe de chercheurs, Christian Puren, Maria-Alice Médioni, Eddy Sebahi. Et vous, qu’en pensez-vous ? Nous souhaitons que ce soit l’occasion de nous poser cette question : à quelles conditions le travail par groupes peut-il être efficace et faire progresser tous les élèves ? L’est-il même réellement ? Travailler en îlots bonifiés pour la réussite de tous Marie Rivoire, Génération 5, Chambéry, 2012 Recension par Raoul Pantanella Elle prend en compte dans sa méthode, deux tendances profondes que l’on peut observer chez les élèves. Les notes et le jeu Une pédagogie de groupe bien organisée • Les élèves se placent librement et par affinité, à quatre ou cinq autour d’un « îlot ». Raoul Pantanella

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Travailler-en-ilots

Related:  Ilots bonifiésAmenagerPédagogie formationTravailler en îlotsILOTS BONIFIES

www.marierivoire.fr/index.php/fr/pédaggogie-îlots-bonifiés-travail-de-groupe-quelle-différence La question est d’importance, car il y a un monde entre les deux ! Le travail de groupe a toujours existé. Des générations de professeurs et d’instituteurs en ont, depuis la nuit des temps, exploité les bienfaits pédagogiques. Je ne revendiquerai donc aucune innovation quant au travail de groupe que nous connaissons, et avec lequel j’ai commencé ma carrière. Aménager autrement sa salle de classe : une clé de la réussite des élèves Depuis le début de l’année scolaire, j’ai pris l’habitude de m’exiler dans d’autres salles que la mienne. J’ai enseigné dans la classe de mon collègue d’Arts plastiques, au CDI, en salle informatique, dans la salle polyvalente, dans une prairie surplombant la ville ou dans les couloirs des musées. L’activité menée avec les élèves justifie de changer d’espace de travail. Débat argumenté, lecture de paysage, cours magistral, travail de groupes, TICE, atelier artistique : le panel des activités pédagogiques nécessite un équipement et une configuration de l’espace spécifiques. Sortir de sa classe, c’est une respiration bénéfique aux professeurs comme aux élèves. On change d’air, d’autres adultes interviennent (professeur-documentaliste, médiateur culturel, artiste) et notre pratique s’enrichit.

Didactique professionnelle : vademecum pour débutants La didactique professionnelle a pour but d’analyser le travail en vue de la formation des compétences professionnelles. Elle est née en France dans les années 1990, au confluent d’un champ de pratiques, la formation des adultes, et de trois courants théoriques : la psychologie du développement, l’ergonomie et la didactique. S’intéressant d’abord au travail en milieu industriel, elle s’étend aujourd’hui aux activités de service et d’enseignement.Trois piliers fondateursPour la didactique, c’est Bachelard, Brousseau ou Chevallard qui forment le cadre initial. Les disciplines sont mises à contribution, avec le concept de « situation didactique », c’est à dire les conditions à remplir pour confronter celui qui apprend avec ce qu’il y a à apprendre. La « transposition », c’est le passage du savoir savant en savoir à enseigner, et plus généralement les transformations à réaliser pour permettre les situations d’enseignement.

Travailler en îlots Nous profitons de la sortie du livre de Marie Rivoire sur le travail en îlots pour lancer une discussion sur les conditions d’un travail de groupes réussi. Deux réactions à ce livre sont à découvrir : une recension élogieuse, par Raoul Pantanella. Et le document à charge contre ce mode de travail, d’un groupe de chercheurs, Christian Puren, Maria-Alice Médioni, Eddy Sebahi. Et vous, qu’en pensez-vous ? Nous souhaitons que ce soit l’occasion de nous poser cette question : à quelles conditions le travail par groupes peut-il être efficace et faire progresser tous les élèves ?

îlots bonifiés Depuis plus de trois ans, vous êtes nombreux à télécharger l'e-book sur la pédagogie des îlots bonifiés et à témoigner de votre enthousiasme sur le forum, toutes disciplines confondues. Suite à ce succès une maison d’édition connue de la région de Chambéry « Génération 5 » a décidé de le publier sous format papier. A peine plus d'un an après, la deuxième édition est sortie, enrichie des fiches activité et du document "les devoirs et leur correction en îlots". Le « système des îlots bonifiés », de fausses bonnes solutions à de vrais problèmes, par Christian PUREN, Maria-Alice MEDIONI, Eddy SEBAHI Article publié sur plusieurs sites en réaction à l’analyse parue sur le site de l’Académie de Dijon au sujet des propositions de Marie RIVOIRE (Travailler en îlots bonifiés, Chambéry : Génération5, 2012). Extrait de l’introduction :Nous observons depuis quelques mois sur les listes de diffusion d’enseignants de langues, en particulier d’anglais (mais plus seulement), la multiplication d’échanges concernant un « système » dit « des îlots bonifiés », avec des comptes rendus d’utilisation enthousiastes, et des échanges de fiches de travail. Nous avions depuis le départ de fortes réserves et critiques à formuler à l’encontre de ce « système ». Télécharger l’article (pdf)

Organisation spatiale de la classe Une collègue de l’académie de Grenoble propose un retour de son expérience de travail en îlot dans la classe. C’est à lire ici. J’ai utilisé ce dispositif lors de ma tentative de mise ne oeuvre de la pédagogie Freinet et c’est vrai que cela fonctionne bien : à la fois pour les élèves qui peuvent ainsi collaborer mais aussi par le professeur qui peut passer facilement d’îlot en îlot. Pratiques collaboratives ParisTech Review – Nos systèmes éducatifs sont-ils toujours adaptés à un monde qui change à une vitesse sans cesse plus grande, qui est de moins en moins vertical et hiérarchique et de plus en plus horizontal et collaboratif ? François Taddei – Nos systèmes éducatifs sont fondés sur la résolution de problèmes classiques. Typiquement, pour entrer dans une grande école, il faut passer des concours qui consistent pour l’essentiel à résoudre des problèmes ordinaires. Or il y a d’autres formes d’intelligence, comme la résolution de nouveaux problèmes.

Travailler en îlots bonifiés Alertés par un certain nombre de collègues à propos de la « méthode des îlots bonifiés » Marie-Alice Médioni, Christian Puren et Eddy Sebahi (secteur Langues du GFEN) ont co-signé une lettre ouverte en réaction aux propositions de Marie RIVOIRE dans son ouvrage Travailler en îlots bonifiés, Chambéry, Génération5, 2012. Début de l'introduction Nous observons depuis quelques mois sur les listes de diffusion d'enseignants de langues, en particulier d'anglais (mais plus seulement), la multiplication d'échanges concernant un « système » dit « des îlots bonifiés », avec des comptes rendus d'utilisation enthousiastes, et des échanges de fiches de travail. Nous avions depuis le départ de fortes réserves et critiques à formuler à l'encontre de ce « système ». L'intégralité de la lettre ou sur le site de Philippe Meirieu avec la présentation de l'ouvrage de Marie Rivoire :

Docadida-eklablog-Les ilôts bonifiés Lorsqu'on se jette à l'eau... J'ai entendu parler de l'approche de Marie Rivoire comme beaucoup de collègues dans la salle des professeurs. J'ai longtemps repoussé le moment car je ne ressentais pas le besoin de l'utiliser dans l'immédiat. Travaillant à l'époque en lycée, je n'avais pas forcément de problèmes particuliers concernant l'autorité. Ma mutation en collège m'a rapidement poussé à revoir ma copie. Ayant essayé bon nombre de moyens pour faire face à l'énergie des collégiens, j'ai enfin décidé de télécharger le PDF de Marie Rivoire disponible sur son site et de m'y mettre le plus vite possible.

Merci à Marie Rivoire pour oser proposer un système qui fait travailler les élèves et qui permet de gérer les classes. C'est facile de critiquer, mais ceux qui critiquent n'offrent aucune solution à nos problèmes réels en classe. Un an de IUFM et aucune méthode ou système concret à mettre en place en classe, que de la théorie vide, sans rien de concret. Oui, ces universitaires, si bien formés qui font de la recherche, n'ont rien à offrir pour nos classes, pour nos élèves en detresse et démotivés. Je suis d'accord, aucun système ne peut être parfait, ni servir dans tous les contextes et avec tous les élèves, mais la base d'un système qui marche, marchera encore et encore en nous adaptant à chaque groupe et à chaque élève. J'ai appris plus en observant mes collègues faire cours, qu'en allant à des formations. On prend ce qui marche pour nous, les idées des collègues pour gérer différentes situations nous inspirent, nous donnent des idées. by mariaisabelbarrera Mar 6

Related:  francisormea