background preloader

Analyses musicales

Analyses musicales

Articles et études publiés dans musicologie.org A : Alevizos Konstantinos — Arras Jeff — Aubert Marie-Patrick B : Baranov Ecaterina — Besingrand Jean-Patrick — Beuvard Yvan — Bretaudeau Isabelle — Brétéché Sylvain — Buhler François C : Cazaban Costin — Charlier Claude — Chartier Yves — Coadou François — Dejos Virginie D : Dewagtere Bernard — Dubreuil Dominique — Duchamp Jean — Duhautpas Frédérick — Dupuis Joachim E : Erdos Jacques — Eusebius — Estang Flore G : Genty Pierre — Granoux Jean H : Heyden Catherine — Himelfarb Constance — Hufschmitt Aline I : Ingelaere Marie-Laure K : Karhausen Lucien R. — Kohler Alain — Kua-Nzambi Toko L : Lambert Alain — Lefebvre Noémi — Lefèvre Stefan — Legrand Raphaëlle — Lopes Garcia Ricardo M : Mafucci Angelo — Marin-Urrego Clara — Meïmoun François — Meredith Laurent —Moll Olga — Mondengo Maurice Iyoka B. — Montes Beatriz C. N : Niaux Viviane — Norac Frédéric P : Petit Élise — Petit Jean-Louis — Pinaud Pierre-François R : Rebours Gérard — Rusquet Michel T : Tarabay Miled —Tadros Émile —Thiry Emmanuel Arras Jeff G.

Analyse musicale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir analyse. L'analyse musicale est une discipline consistant en l'étude d'une œuvre musicale de façon à en comprendre la genèse, l'architecture et les desseins. Ce cheminement herméneutique peut aboutir à une compréhension tant esthétique qu'intellectuelle, à une appropriation totale de l'écriture du compositeur, autorisant une liberté d'interprétation aussi fidèle que personnelle au musicien et permettant au mélomane lecteur une écoute éclairée. Présentation de l'œuvre[modifier | modifier le code] Contexte historique[modifier | modifier le code] Structure et thématique[modifier | modifier le code] l'ossature[modifier | modifier le code] En musique classique, certains modèles souvent initiés par Joseph Haydn, sont facilement reconnaissables. Nous pouvons obtenir ainsi les enchaînements : la mélodie[modifier | modifier le code] la polyphonie[modifier | modifier le code] L'harmonie[modifier | modifier le code] à suivre :

Musique de film Le klariscope: Wagneralgie, ringopathie, théoptose, wagnoplexie Je crois que le parcours musical de tout un chacun passe par des lubies et des phases d'expérimentation. J'en ai déjà plusieurs à mon actif : gamine, j'ai écouté d'une traite tous les 33-tours de la discothèque familiale , jusqu'à l'écoeurement. Les lubies peuvent adopter des formes variées, selon le patient : monopianomanie, boulezophilie, syndrôme de COE, etc, etc. J'étais persuadée de pouvoir échapper à la wagnerose (le personnage m'est assez antipathique) ainsi qu'à sa forme la plus aigüe, la ringite. Mais je ne savais pas à quelle point cette affection est contagieuse. Le virus a gentiment incubé quelques années, entretenu en douceur par les chroniquettes d'amis blogueurs. Si, en me plongeant dans le Ring, je retrouve la jubilation qui s'empare de tout ado normalement constitué qui découvre Star Wars ou le Seigneur des Anneaux (ou n'importe quelle saga digne de ce nom), je réalise qu'il faut soigneusement se préparer. Il va falloir potasser sec.

Les postludes schumanniens analysés par Philippe Cassard L’Humoresque Op.20, parfois appelée Grande Humoresque est écrite en seulement une semaine au tournant des annéees 1838 – 1839, Schumann avoue à Clara : « Elle est peu gaie, et peut-être ce que j’ai écrit de plus mélancolique. » Il est vrai que le parcours expressif de l’œuvre, plein d’allégresse au début, traverse ensuite des paysages plus austères, mais très changeants, justifiés par une structure formelle tout à fait inédite et très audacieuse pour l’époque. L’épilogue (Zum Beschluss, En guise de conclusion) s’avance tout d’abord d’un pas hésitant et nous emmène dans une sorte de climat méditatif qui paraît toujours provisoire, mais contrairement à l’attente qui s’installe lorsque la densité des accords donne plus d’assurance au chant tournoyant sur lui-même sans trouver d’échappatoire, nulle libération ne vient soulager la tension. La grande passion du ténor Cyrille Dubois réside dans le lied et la mélodie, dont il se fait un émissaire recherché. Sur le même thème

Comment analyser une oeuvre musicale ou un extrait sonore ? Comment analyser un extrait sonore ? I. Replacer l’œuvre musicale dans son contexte. II. Les différents paramètres de la musique qui vont être détaillés ci-dessous ne sont pas forcément de même importance dans une œuvre musicale. · Le tempo et le rythme : Quelle est la vitesse (tempo) de la musique ? · La formation et les instruments : Quels instruments jouent ? · La voix : Quel est le registre (grave, aigu / soprano, basse, ténor…) ? · L’intensité et la dynamique (le volume du son) : Quel est le volume (intensité) du son ? · L’impression produite : Quel est le « caractère » de la musique (très agitée, très calme, très joyeuse…) ? · La forme et la structure : Comment s’organise le morceau de musique et quelles sont les différentes parties du morceau (introduction, coda, exposition du thème, transition, couplet, refrain, pont…) ? III. La musique et les images sont-elles synchronisées ?

MUSIC COMPOSITION TECHNIQUES Site d'éducation musicale – Montigny & Peltre -

Related: