background preloader

La "classe à l'envers", petite révolution pédagogique au Canada

La "classe à l'envers", petite révolution pédagogique au Canada
"Bonjour, ici Madame Annick". Celle qui s’exprime ainsi sur une vidéo YouTube avec un joli accent canadien n’est pas une animatrice de la télé, mais professeure de maths, d’histoire et d’anglais dans une école publique, l’école Le Mascaret à Moncton, à l’extrême sud-est du Canada. Annick Arsenault Carter, 41 ans, adresse ses leçons (environ 10 minutes) sur les probabilités, les diagrammes circulaires ou les décimales à ses élèves de 7e (11-12 ans). Comme elle le ferait en classe, mais justement, elle ne le fait pas en classe. Et ça change tout. Depuis le printemps 2012, la professeure a décidé de mettre ses élèves à l’heure de la "classe inversée". Les sécheurs démasqués Mine de rien, c’est une petite révolution dans cette classe pas facile (la moitié des élèves se trouvent en difficulté) : "Au départ, j’avais envie d’aider mes élèves qui peinaient le plus à avancer, avant de réaliser que la méthode pouvait aider tout le monde", explique la professeure. A plusieurs vitesses

http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20130107.OBS4612/au-canada-une-nouvelle-pedagogie-pour-aider-les-eleves.html

Related:  ExpériencesConcept "Classe inversée"classe inverséeClasse inversée - BYODPédagogie : nouveaux dispositifs

La Flip Class : un concept facile à comprendre mais difficile à mettre en place Rédacteur : Matthieu Clément Le but du présent article est d’apporter quelques éclaircissements et analyses de pratiques à l’aune d’une tentative d’expérience de Flip Class en classe de seconde en histoire-géographie. Flip Class = classe inversée : une traduction bien maladroite…

Faire la classe mais à l’envers : la «flipped classroom»: Service de soutien à la formation Accès rapides UdeS en bref Direction Les études Classe inversée Table ronde – Rencontre FLE Barcelone 2013 (photo, Garcia Ortega) Vendredi dernier, s’est tenue la première table ronde de la Rencontre FLE de Barcelone qu’organisent les Éditions Maison des langues en collaboration avec Difusión et l’Institut Français de Barcelone. C’était l’heure de la sobremesa, moment idéal pour la tertulia, ce moment de discussion autour d’un café sur un sujet qui général fait débat. Le nôtre, c’était Le numérique et l’enseignement/apprentissage du français dans lequel nous voulions parler de tout ce qui de près ou de loin est en lien avec les TNI, les manuels numériques, les tablettes, les accès à Internet, les Smartphones dans la classe, le web 2.0, les plateformes, les CLOM (Cours Ouvert et Massif en Ligne), ce gallicisme pour MOOC (ces Massiv Open On-line Courses) dont on parle tant, etc. Et un long etcétéra souvent accompagnés de nombreuses et légitimes questions.

À la découverte de la pédagogie inversée: le pourquoi « Annick Arsenault Carter Comment se fait-il que certaines régions du Monde parlent de classe inversée depuis déjà deux ans et que j’en ai seulement fait connaissance il y a quelques mois? Vous la connaissez? Si vous lisez ce billet, il y a de fortes chances que vous êtes familiers ou familières avec celle-ci et/ou que vous cherchez, tout comme moi, à la comprendre davantage. Pourquoi fait-elle fureur?

TIC et pédagogie inversée Le concept de pédagogie inversée est de plus en plus populaire actuellement même si cette approche est loin d'être novatrice, comme on le constate dans ce billet d'eSchoolNews consacré au flipped learning. Un certain nombre de contributions en ligne s'en font néanmoins l'écho depuis le début de l'année 2012. Qu'est-ce que la pédagogie inversée ? Pour reprendre la définition de ZoneTIC, la pédagogie inversée est "une stratégie d’enseignement où la partie magistrale du cours est donnée à faire en devoir, à la maison, alors que les traditionnels devoirs, donc les travaux, problèmes et autres activités, sont réalisés en classe". Cette approche aux contours encore flous repose à l'évidence sur l'usage des outils numériques et vise à éviter la dérive d'un enseignement trop frontal et magistral.

Comment réinvestir les élèves dans leurs apprentissages ? David Bouchillon, Professeur d’Histoire Géographie et Education civique au Collège Aliénor d’Aquitaine, Salles, en Gironde nous communique son expérience et son cheminement vers la classe inversée. Les enseignants se plaignent souvent, moi aussi d’ailleurs, de l’absence de motivation des élèves, de leur absence d’intérêt pour leurs apprentissages. Il faut dire que la passivité des élèves en classe, le manque de travail à la maison pourrait confirmer ces plaintes. C’est de ce constat que je suis parti il y a maintenant deux ans. De l’évaluation par compétences... Depuis plusieurs années, j’ai tenté à plusieurs reprises de mettre en place le travail et l’évaluation par compétences.

La classe inversée: Définition et réflexions On parle beaucoup ces jours-ci sur le web du concept de classe inversée. Mais qu’est-ce que la classe inversée? C’est une approche qui a pour but d’inverser les rôles traditionnels d’apprentissage. Pédagogie inversée : des résultats scolaires nettement supérieurs Au Calhoun Community College, en Alabama, les étudiants sont responsables de connaître la matière avant d’arriver en classe. Sur place, ils travaillent ensemble sur des projets leur permettant de progresser dans leurs apprentissages, tout en menant des discussions significatives avec l’enseignant. Bienvenue à l’ère de la classe inversée! Le concept de classe inversée est très populaire ces temps-ci. L’idée a notamment fait du chemin avec la popularité grandissante de la Khan Academy, un espace Web qui fait la promotion de l’apprentissage libre et gratuit pour tous.

Classe inversée « CinemaTICE Avec l’explosion des TIC, l’enseignement tente de diversifier les pédagogies en cherchant à optimiser la plus-value des technologies par une intégration au sein de la classe. On a vu fleurir les CD, CD-ROM, DVD d’images et de sons exploitables comme documents authentiques, des logiciels d’aide à la pédagogie – des exerciseurs, des tableaux noirs qui deviennent blancs et numériques – les TBI/TNI, des plateformes de cours et d’enseignement à distance – Moodle par exemple. Les nouveautés techno-pédagogiques et le Web 2.0 ont permis un concept de dynamique horizontale de transmission des savoirs ainsi qu’une connaissance ascendante (Dominique Cardon, chercheur associé au Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS/EHESS). Les rôles traditionnellement assignés aux acteurs de l’apprentissage ont alors été bousculés. Facteurs de réussite :

Et si on inversait la classe Ce modèle part d’une idée très simple : le précieux temps de classe serait mieux utilisé si on s’en servait pour interagir et travailler ensemble plutôt que de laisser une seule personne parler. La classe inversée, Florent Berthet y croit très fort, aide ceux qui veulent s’y mettre et nous en parle. Comment décririez-vous le principe de la classe inversée ? Le principe est simple : l’élève visionne des cours en vidéo chez lui au moment des devoirs, et le temps de classe est utilisé pour les exercices et du soutient personnalisé. Ce modèle a deux avantages : d’une part, les élèves peuvent mettre en pause les vidéos et revenir en arrière dès que nécessaire, ils avancent à leur rythme, ce qui est impossible quand le cours est donné en classe.

Related:  Classe inverséePédagogie inverséePédago geekLa classe inversée (à découvrir)classe inversée