background preloader

V. - Tourisme et culture : les faiblesses et les nouvelles opportunités du tourisme culturel

V. - Tourisme et culture : les faiblesses et les nouvelles opportunités du tourisme culturel
Fondation Louis Vuitton. Le bâtiment, qui abritera des œuvres de la collection de Bernard Arnault prendra place au Bois de Boulogne, à Paris. Ouverture prévue en 2014, architecte Frank Gehry. - DR Les atouts du Tourisme culturel : - La première fréquentation touristique du monde rencontre la première offre culturelle du monde (en nombre de monuments, musées, festivals, parcours, etc. ouverts aux publics), maillant l’ensemble du territoire et en ordre de marche. Les faiblesses - Les stratégies et les objectifs très différents des deux secteurs, qui peinent à trouver un dénominateur commun De nouvelles opportunités - Une restructuration en cours, face au changement assez brutal de la donne dans plusieurs directions : crise, usage des TIC, Printemps arabe, pays émergents en demande de modèles basiques (infrastructures touristiques, équipements culturels…) Sur un fond de quelques menaces - L’évolution de plus en plus rapide des marchés et du comportement des consommateurs Mini bio Related:  tourisme culturel

Tourisme culturel Le tourisme peut contribuer de façon significative à la prospérité économique d'un pays ; il favorise la reconnaissance de son patrimoine culturel, mais peut malheureusement aussi y porter atteinte, en particulier dans des régions vulnérables. Grâce au rôle essentiel qu'ils jouent dans la préservation et la conservation du patrimoine et dans la promotion de la diversité culturelle, les musées sont à même de promouvoir l’indispensable interaction entre la protection du patrimoine culturel et le développement culturel. Vers un développement du tourisme culturel durable L’ICOM a depuis longtemps porté une attention constante aux problématiques touchant à la protection et à la conservation du patrimoine culturel et naturel mondial dans un contexte de développement du tourisme. Une charte du tourisme culturel durable Depuis les années 2000, l’ICOM a su rassembler ses experts autour de cette thématique dans le cadre d’ateliers de travail réunissant les acteurs du tourisme culturel international.

ARTS ET VIE, circuits, croisières et voyages culturels Du camping à l'hôtellerie de plein air : argument commercial ou phénomène de société ? Maia Duran Pourtant Patrick Chirac, sa tente, son slip de bain et sa boîte de Benco seraient plutôt estampillés «camping» tandis que la petite famille en mobil-home pourrait être qualifiée de clients d'«hôtellerie de plein air». Chez Michelin, on explique que l'intitulé du guide se justifie par «une volonté de traduire le mot camping». Hôtellerie de plein air serait un terme récent, plus à même de correspondre aux nouvelles exigences de la clientèle, elle-même aussi parfois récemment convertie aux joies des vacances au grand air. Toujours très nombreux, les touristes ont développé à l'égard du camping des attentes nouvelles, inspirées du meilleur des différents modes d'hébergement (proximité de la nature, confort de l'hôtellerie classique, animations des clubs de vacances...) qui ont transformé le camping-caravaning en hôtellerie de plein air. Une offre renouvelée a ainsi vu le jour au début des années 80. Exception à la règle Haut de gamme

» Tourisme culturel et patrimonial, un produit en croissance à travers le monde Selon l’UNESCO, le voyage culturel et patrimonial est l’un des segments du tourisme international qui connaît la croissance la plus rapide. Qui sont ses adeptes? Quelles expériences privilégient-ils? La taille du marché Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), le voyage culturel et patrimonial représentait 40% de l’ensemble du tourisme international en 2007 comparativement à 37% en 1995. À mesure que les voyageurs se livrent à de nouvelles activités de niche, ce type de tourisme ne cesse de se diversifier. La croissance des courts séjours et la popularité des escapades urbaines favorisent le développement du tourisme culturel. Parmi les motivations les plus évoquées par les adeptes de voyages culturels, on trouve: le désir de vivre la culture locale et d’expérimenter l’authenticité des lieux (Il ne s’agit plus seulement de voir les icônes principaux du patrimoine, mais de s’immerger dans la culture.) Sources:

Mécénat culturel, entreprise, association et mécénat environnemental Qu'est ce que le mécénat ? C'est le soutien matériel apporté, sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou une personne pour l'exercice d'activités présentant un caractère d'intérêt général. Concrètement, il s'agit d'un don en numéraire, en compétences, en nature ou en technologies au profit d'organismes ou d'œuvres d'intérêt général. Les secteurs d'intervention concernés sont la solidarité, la culture, l'environnement, le sport, la recherche. Attention ! Le mécénat est différent du parrainage ou sponsoring qui est une démarche commerciale dont les retombées sont quantifiables et proportionnées à l'investissement initial. La générosité ne se décrète pas. Depuis la loi du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations, la France bénéficie d'une fiscalité attractive. Les entreprises bénéficient : Pour les particuliers, la réduction d'impôts est égale à 66 % des sommes versées dans la limite de 20% du revenu imposable. En savoir plus Objectifs :

Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel - patrimoine immatériel - Secteur de la culture La Conférence générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture ci-après dénommée “l’UNESCO”, réunie à Paris du vingt-neuf septembre au dix-sept octobre 2003 en sa 32e session, Se référant aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme, en particulier à la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966 et au Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966, Considérant l’importance du patrimoine culturel immatériel, creuset de la diversité culturelle et garant du développement durable, telle que soulignée par la Recommandation de l’UNESCO sur la sauvegarde de la culture traditionnelle et populaire de 1989, par la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle de 2001 et par la Déclaration d’Istanbul de 2002 adoptée par la troisième Table ronde des ministres de la culture, I. Article 2 : Définitions 2.

Les Huit Filières du secteur culturel INEUM NTC : Documentation : Fiches pratiques : Les aides : Mécénat et parrainage, la recherche de partenaires privés Article mis à jour le mardi 4 mars 2014 Article créé le jeudi 23 septembre 2004 Version imprimable Définitions Dans la recherche de partenaires privés pour le montage d’un projet culturel, deux termes juridiques sont reconnus : le mécénat, "comme étant le soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général" ; le parrainage, "comme étant le soutien matériel apporté à une manifestation, à une personne, à un produit ou à une organisation en vue d’en tirer un bénéfice direct". [1] Attention : soutien matériel implique tout apport financier et en nature (produit, services, main-d’œuvre). Le mécénat À qui s’adresse le mécénat dans le secteur culturel ? Les seuls bénéficiaires (habilités à émettre un reçu de don aux œuvres, pièce indispensable pour obtenir sa réduction d’impôt auprès des services fiscaux), sont les suivants : fondations d’entreprises ; musées de France ; mécénat financier

Related: