background preloader

Le site d'information sur l'actualité en architecture, urbanisme et mobilité : participatif et indépendant. Suggérez nous vos projets et vos reportages photos.

Le site d'information sur l'actualité en architecture, urbanisme et mobilité : participatif et indépendant. Suggérez nous vos projets et vos reportages photos.

http://projets-architecte-urbanisme.fr/

Related:  2. Les aires urbainesLes aires urbaines, une nouvelle géographie d'une France ...Urbanisme et ArchitectureRevues d'architectureUrbanisme

La ville grignote les campagnes INFOGRAPHIE - Selon l'Insee, les Français s'installent toujours plus nombreux en grande banlieue. Désormais, la France est sous la coupe des villes. Seuls 5% des Français ne dépendent pas d'un centre urbain.

Pourquoi l’étalement urbain pourrait être mauvais pour la santé Historiquement, le développement urbain des villes anciennes comme, par exemple, Florence en Italie, s’est fait le long de voies denses et serrées, connectées les unes aux autres à angles droits – le mieux pour se déplacer avant l’automobile. Puis, dans la seconde moitié du 20ème siècle, nous avons commencé à concevoir les formes urbaines fantaisistes que l’on peut rencontrer dans le périurbain, avec de nombreuses voies sinueuses et construites en culs-de-sac plus ou moins privatisés. L’image ci-dessous donne une illustration de cette évolution depuis des rues denses et serrées à gauche jusqu’au développement pavillonnaire caractéristique de l’étalement urbain… en forme d’amibe: Cette trajectoire a eu beaucoup de conséquences intéressantes, qui ont été étudiées au cours des dernières années par Norman Garrick de l’Université du Connecticut et Wesley Marshall à l’Université du Colorado.

Charles Ambrosino : Comment Banksy réinventa-t-il Bristol ? Activisme culturel, pratiques créatives et transformation urbaine. Charles Ambrosino Stokes Croft (Bristol, Grande-Bretagne), avril 2011. Il est plaisant de découvrir une ville par la marche et Bristol s’y prête tout particulièrement. Trimestriel Des politiques s’y sont également essayés, tel Thomas More qui, en 1516, publie Utopia, souvent considéré comme la référence première du socialisme utopique. Sa critique du système inégalitaire de l’Angleterre du XVIe siècle (y compris vis-à-vis des femmes) lui fait imaginer la création d’une communauté agricole sur l’île d’Utopia, fondée sur la propriété collective des moyens de production et l’absence de monnaie. Revers de la médaille : des règles coercitives sont imposées pour éviter tout dérapage inégalitaire, jusqu’à élever les enfants séparément des parents et imposer un déménagement tous les dix ans aux familles... Cela n’est pas sans rappeler certaines expériences tentées au XXe siècle, en Russie soviétique ou dans des kibboutz israéliens, entre autres.

« Déclin urbain » et Shrinking Cities : une évaluation critique des approches de la décroissance urbaine La campagne électorale pour les élections municipales de 2008 a mis sous la lumière médiatique un phénomène peu discuté en France : le déclin des villes. Différents articles de presse (Les Échos, 12 février 2008) ont évoqué les difficultés de villes devant faire face à la fois à des mutations économiques et à une perte de population. Alors que les analyses du déclin étaient en France cantonnées jusque-là surtout aux espaces ruraux et aux régions industrielles en crise, ces analyses électorales témoignent de l’émergence dans notre pays d’un enjeu qui occupe et anime depuis déjà plusieurs années la scène politique et les débats académiques dans d’autres pays. Le déclin des villes n’est pas un phénomène récent. Jusqu’aux années soixante-dix et 80, le déclin urbain était l’apanage quasi exclusif des pays développés, qui accueillaient environ 70 % des villes en décroissance, particulièrement concentrées aux États-Unis, au Royaume Uni et en Allemagne.

La tentation du bitume : tous responsables, pas coupables Partout dans le monde, les villes enflent, s’étalent, arrachant aux campagnes leurs habitants et leurs terres cultivables. Depuis 1950, le pourcentage de la population mondiale vivant en ville est passé de 30 à 50 %. D’ici 2030, cette proportion pourrait atteindre 60 %. Comment vivre dans des villes toujours plus étendues, toujours plus dévoreuses d’espaces et de matières premières et de plus en plus source d’inégalités pour ses habitants ? A propos d’étalement urbain, réponse à Natacha Polony [Tribune] La chroniqueuse Natacha Polony, que l’on connaît notamment pour ses diatribes conspuant le port de la burqa, le mariage gay ou la construction européenne, développe depuis peu une aversion à l’étalement urbain et au déclin des villes moyennes. Dans son livre Ce pays qu'on abat (rien que ça), recueil de ses chroniques parues dans Le Figaro (Plon, 2014), elle décrit ces "villages mourants et villes éteintes. Des maisons à vendre, que personne n'achètera, des boutiques aux vitrines poussiéreuses". Et encore : "le pavillon ressemble à un autre pavillon, la zone commerciale à une autre zone commerciale". Pas moins de trois tribunes ont récemment été publiées, signées de son nom, dans Le Figaro, sur le thème des "paysages" que "l’on assassine" ou qui connaissent une "insupportable uniformisation".

L’indépassable « laboratoire grenoblois » Autorisons-nous un regard dans le rétroviseur. Il y a de cela quelques mois, alors qu’un grand nombre d’équipes socialistes échouent à se maintenir à la tête de leur ville, le « laboratoire grenoblois » s’offre l’occasion de « réinventer la gauche ». C’est en tout cas ce que l’on peut lire dans bon nombre de grands quotidiens et hebdomadaires nationaux : la victoire du candidat écologiste aux élections municipales est présentée comme la manifestation d’un genius loci frondeur, créatif et résolument déterminé à éprouver localement ce qui, demain, pourrait advenir nationalement (Payre 2014 ; Mareschal 2014 ; Wiel 2014). Le laboratoire désigne avant tout un local où l’on réalise à l’aide d’instruments des observations, des analyses ainsi que des expériences dans des conditions contrôlées. Grenoble, laboratoire de la technopole

Le monde à l'envers De tout bois Revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon Trois numéros parus ISSN 2426-3486 Publication trimestrielle, 20x28cm, 32 pages, 2 euros Cette revue se donne pour but de faire vivre la lutte contre le Center Parcs de Roybon (Isère) et d'en laisser des traces. Au-delà du cas particulier de cette lutte, la revue De tout bois tâche de tisser des liens avec les grands enjeux actuels (écologie, crise du capitalisme, nouvelles formes de luttes). Numéro 4, hiver 2015/2016 - à paraître (janvier 2016) ISBN 979-10-91772-10-5 Numéro 2, printemps 2015 - disponible ISBN 979-10-91772-08-2 Au sommaire : « Guerre à la guerre économique », par le comité de rédaction ; « À ceux qui soutiennent le projet de construction du Center Parcs de Roybon », par Henri Mora ; « La douloureuse - Quelques propositions suite à l’expulsion de la Zad de Sivens le 6 mars 2015 », par un agrion de Marcuse et une lézarde dans la muraille ; carte de la Zad de Roybon ; fiche pratique ; reportage photographique.

Detroit, la ville qui rétrécit L'ex-fleuron de l'industrie automobile américaine vient de se déclarer en faillite. En 2010, nous étions allés à la rencontre des habitants, urbanistes, politiques qui tentaient de panser les plaies de leur ville. Une petite neige cinglante tombe sur Exeter Street, tournoie autour des maisons de bois peint, s'infiltre dans les toits délabrés et à travers les fenêtres sans vitres.

L'exception territoriale : un atout pour la France Le recensement de 1999 confirme certaines tendances. L'urbanisation se poursuit, non pas tant par une concentration de la population dans les zones urbaines que par une extension du périmètre urbain. La moitié des 4,5 M d'habitants supplémentaires recensés en France entre 1975 et 1999 sont installés dans six aires urbaines seulement (Paris, Toulouse, Lyon, Montpellier, Bordeaux, Nantes). Figure 3.1 - Evolution comparée des populations urbaines DATAR, Aménager la France de 2020 - Mettre les territoires en mouvement, Paris,La Documentation française, 2002, p.24. La France compte aujourd'hui 52 aires urbaines de plus de 150 000 habitants, qui représentent 52 % de la population du pays.

Portraits d'un Nouveau Monde Vivre dans une maison, le rêve des Français Autrefois, il y avait la campagne et la ville. On pouvait imaginer mettre la ville à la campagne ou la campagne à Paris, mais dans l'ensemble, les choses étaient claires. UFO - Projets Site : Urbaana - Outil : Unlimited Cities Pro Déploiement du dispositif sur le lieu d'une ancienne voie de chemin de fer dans le cadre du projet Européen "OPEN CITIES". Commanditaire : Commission Européenne, 7e PCRD Accompagnement des bêtatests : Institut Mines-Telecom Porteur du projet : R+P Architectes Conception des points de vue interactif : R+P Architectes (interprétation du projet Saana, un projet inventé par des artistes, des concepteurs et des développeurs privés) voir www.urbaana.fr Concepteurs et artistes participants :

Related: