background preloader

En parler aux élèves : comment ?

En parler aux élèves : comment ?
3. Comment aborder cette question avec les élèves ? 3.1. Quelques postures et cadres pédagogiques Comment nous l’avons dit en introduction, aborder la question de l’identité numérique avec les élèves n’est pas chose aisée et si l’on veut que notre message de prévention passe, il faut préalablement choisir une posture pédagogique adaptée qui tempère les effets du conflit de génération inévitable entre nos élèves et nous sur la question de l’identité numérique. Pourquoi conflit inévitable ? Pour limiter au plus le conflit de génération, voici quelques postulats pédagogiques pour exploiter au mieux les pistes que nous proposons ci-dessous : 1- Être au plus près des pratiques des élèves, non par démagogie mais parce qu'aborder la question de l'identité numérique c'est un peu comme parler sexualité avec les élèves. 2- Faire court : on est vite dans le péremptoire, dans la morale, dans le jugement. 1. Domaine 2 du B2i collège et lycée : « J’adopte une attitude responsable ». 2. 3. 4. 5. 6. 7.

Comment les jeunes expriment leur identité numérique Elle s’appelle Nayra VACAFLOR Docteur qualifiée et ATER en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bordeaux III, au sein du laboratoire de recherche MICA elle vient d’être remarquée au Colloque Scientifique de l’Université d’été Ludovia 2011. Remarquée par le sujet de son intervention : « l’expression identitaire « mobile » des jeunes : vers une autre narration de soi ». Dans une étude faite en 2007 parmi une population jeune ( 18-28 ans ) et multiethnique de la CUB et partagée avec le chercheur Mahdi AMRI, Nayra VACAFLOR s’interroge sur les représentations narratives et expressives du téléphone mobile chez les jeunes ; comment ces jeunes expriment leur identité à travers les productions numériques ? Sa méthode ? Une immersion de 11 mois dans 5 municipalités pour observer comment les jeunes des cités produisent du numérique. Remarquée également par l’originalité de la forme de sa communication. On attend avec intérêt son intervention ..à Ludovia 2012.

Indenti? num?rique et les jeunes ? Bernard Manzerolle, mentor en TIC Je crois que l’identité numérique est un sujet rarement discuté en classe avec des élèves du secondaire. Pourtant, si je me fie à ma dernière intervention en classe durant le cours de développement vie-travail (DVT), les élèves aiment et s’intéressent à ce sujet. C’est l’enseignant, Mme Kim, qui est venue me demander si je pouvais préparer une activité sur le sujet de “l’identité numérique” dans le cadre de son cours. Lors de ma présentation, je ne voulais surtout pas jouer le “moralisateur”. C’est donc moi qui posait les questions et eux qui tentaient d’y répondre. Voici ma présentation De plus, je me suis permis de “désobéir” à la règle de l’école . Maintenant la question que je me pose est : L’éducation aux médias ne devrait-elle pas se faire plus tôt à l’école et ….par qui? Quelques sites à consulter Vidéo

Bilan de l'action "Former les élèves à un usage responsable d'Internet, au collège et au lycée" (2010-2011)" Les travaux académiques mutualisés ont pour objectif de permettre de faire connaître et de mettre en valeur au niveau national, les travaux des académies et de favoriser entre les académies la mutualisation de la réflexion et des pratiques concernant l’usage des technologies de l’information et de la communication. Le thème de travail de l'année 2010-2011 "Former les élèves à un usage responsable d'Internet, au collège et au lycée" a été source de travaux diversifiés tant sur les modalités d'apprentissage que sur les niveaux. Une réflexion commune sur les notions, compétences et connaisasnces à mettre en oeuvre dans une formation pour atteindre un objectif aussi large a la base de la première réunion nationale des équipes. De l'identité numérique, à la question "qui fait l'info ?" dans un pure-player, l'éventail est largement ouvert et a permis à chacun de prendre le temps de construire, de co-construire, de tester, d'adapter, de produire des projets pédagogiques. 2.1 - Les points forts

L’identité numérique L’identité numérique est devenue, avec l’accélération de l’utilisation des réseaux sociaux par nos élèves et la prolifération des données personnelles sur le Web un thème de formation essentiel en information - documentation pour les aider à contrôler leur e-réputation, maîtriser leur image publique et gérer, anticiper même, les traces laissées sur le net. Plusieurs ressources proposent des pistes pédagogiques ou des dossiers plus généraux sur lesquels fonder la formation à l’identité numérique avec les élèves. Ces derniers mois la réflexion professionnelle s’est ouverte à la question de la présence numérique. Deux pistes d’évolution de l’enseignement autour de l’identité numérique se dessinent actuellement : Une première fait la promotion de la notion de "présence numérique" qui met en avant une posture moins défensive, moins marchande ("soigner son identité numérique personnelle") et plus éclairée de la gestion des traces laissées sur internet. Quelle est notre identité sur le web ?

Identité numérique, mode d’emploi : apprendre et agir Hélène Huynh, professeur documentaliste au Lycée Professionnel Edmond Labbé à Barentin (76) a conçu une séquence pédagogique pour des élèves de première sur la thématique de l’identité numérique. Ce thème dans sa compréhension et dans les stratégies mises en place pour maitriser son image en ligne est porteur que ce soit en terme de recherche d’emploi que de responsabilités sur ce qui est exposé sur Internet. Définition de l’identité numérique et apprendre à protéger ses données personnelles sur Internet Les documents pédagogiques proposés permettent de mettre en avance une activité longitudinale sur l’identité numérique avec deux objectifs : « connaître ce qu’est l’identité numérique et apprendre à protéger ses données personnelles sur Internet. » Présentation de la séance (1 page, fichier au format .doc) : titre de la séquence, objectifs, modalités de la séance, outils pédagogiques, supports, matériel utilisé, évaluation, déroulement de la séance. Licence :

Spotted sur Facebook: outil de drague ou d'intimidation? «Au monde qui bitch par spotted... Arrêtez un peu c'est pas le but de la page. Merci» Voilà la réflexion d’une élève du Cégep Garneau à Québec face au phénomène Spotted. Spotted, qui signifie «repéré» en français, est une nouvelle utilisation totalement anonyme de Facebook qui a pour fonction originelle d’aider les timides ou les romantiques à déclarer leur flamme à leur voisin ou voisine de classe. Lancé en Angleterre début 2013, le succès a été planétaire. Difficile depuis quelques semaines de trouver un cégep ou une université au Québec sans sa page Spotted et ses milliers de mentions «j’aime.» «On commence à en parler au Cégep. Et on peut comprendre ses craintes. Alors qu’en règle générale les universitaires ont gardé l’esprit «courrier du cœur» de l’application, les collégiens se sont montrés plus agressifs en insultant, en diffamant, en intimidant leurs camarades. «Nous sommes conscients de cette problématique qui touche un grand nombre de cégeps au Québec.

Réseaux sociaux : comment la notion de vie privée a évolué au fil du temps Réseaux sociaux et vie privée : deux notions antagonistes comme le pense Forbes ? Une nouvelle étude du Journal of Privacy and Confidentiality explique pour la première fois la relation (fluctuante) entre les réseaux sociaux et les notions de vie privée et d'ouverture. Cette analyse a étudié un panel de 5 076 utilisateurs Facebook afin de déterminer l'évolution de leur comportement vis à vis de la notion de vie privée entre 2005 (la préhistoire des réseaux sociaux) et 2011. Leur analyse met en avant trois tendances : l'étude de la base de données montre que les utilisateurs ont eu - dans un premier temps - un intérêt (et un souci) grandissant à protéger leur vie privée - en diminuant petit à petit le nombre d'informations personnelles partagées avec des inconnus sur les réseaux sociaux. Graphique qui montre les différentes infos partagées par les utilisateurs Facebook entre 2005 et 2011 (Capture)

Lettre ouverte aux parents déconnectés Chers parents déconnectés, Oui, vous, les parents réticents, vous que je croise régulièrement dans des débats auxquels je suis invitée ou dans les mails que vous m’envoyez, chers parents qui êtes parfois à la limite de l’agressivité dès qu’il s’agit d’écrans, j’aimerais tenter de répondre à quelques-unes de vos interrogations, celles qui reviennent régulièrement et qui semblent vous perturber. D’abord, oui, certains d’entre vous sont très virulents dans ce qui s’apparente davantage à une croisade anti-écrans qu’à des questionnements légitimes. À ceux-là, que répondre ? Pas grand chose. Cela étant posé, voici les réponses au top 3 des questions récurrentes. Quel besoin les enfants ont-ils d’aller sur Internet (valable aussi pour Facebook, et tout ce qui ressemble de près ou de loin à une connexion) ? Cette question est un vrai succès. C’est un peu pareil pour les écrans. À quoi ça sert ? Hum hum, vaste question. À partir de quel âge ? Voilà. Laurence Bee

Près de 50 % des jeunes voient les réseaux sociaux comme un outil de travail 01net le 25/03/13 à 12h01 De nombreuses entreprises se plaignent que leurs salariés surfent au bureau à des fins personnelles. La quasi-totalité des jeunes actifs possède une boîte e-mail personnelle, qu’ils consultent aussi depuis leur bureau. Une population exigeante Pour ces jeunes, la frontière entre vie privée et vie professionnelle est de plus en plus floue. 54 % d’entre eux déclarent travailler depuis leur domicile. Mais une chose est claire pour eux. Par ailleurs, 28 % seraient « très tentés » de refuser un poste dans une entreprise lui interdisant d’accéder aux réseaux sociaux depuis son matériel personnel. 12 % refuseraient même un tel poste. Pour Tanguy de Coatpont, directeur général de Kaspersky Lab France, il est clair que « ces jeunes révolutionnent le monde de l’entreprise en imposant de nouveaux usages et de nouvelles règles.

Related: