background preloader

Tous FactCheckeurs : Réseaux Sociaux, vérifiez l'information avant de la partager

Tous FactCheckeurs : Réseaux Sociaux, vérifiez l'information avant de la partager

http://www.youtube.com/watch?v=_clveDAqaYQ

Related:  : Quand les images nous jouent des toursFake newsFiabilité des informations sur Internetfausse information: fact checkeursInformation et désinformation

Le groupe de rap n'était pas un gang (Daily Mail Australie) Pour imager ses propos sur un gang qui sévit actuellement à Melbourne, l'édition australienne du Daily Mail s'est servie d'une photo mettant en scène six hommes dans un bus, tout de noir vêtus et cagoulés de la tête aux pieds. Pensant sans doute qu'il s'agissait de leurs hommes, le quotidien de Rupert Murdoch n'a pas pris la peine de vérifier la source du cliché. A tort, puisqu'il s'agit en réalité des membres d'un groupe de rap londonien. Car-jackings, vols à mains armées, cambriolages : les membres d'un gang, celui d'Apex - comme le désigne l'édition australienne du Daily Mail - frappent actuellement à Melbourne, en Australie. Dans son article, le journaliste australien Max Margan témoigne d'un climat hostile en ville, de jour comme de nuit, interroge des victimes et évoque quelques un des membres du gang à avoir été arrêtés.

Les Observateurs - France 24 Bienvenue ! {* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! Débusquer les fausses infos sur internet : exercer son esprit critique Le quotidien Suisse Le Temps a lancé en décembre 2016 une série de vidéos thématiques gratuites consultables en ligne sur la vérification des sources et les photos mensongères sur le Web. 2 vidéos sont déjà disponibles avec analyse, conseils et outils par Catherine Frammery, journaliste qui expose clairement une méthodologie pour exercer son esprit critique sur Internet et dans les productions médiatiques (photos, vidéos, textes…). Des vidéos pour comprendre, apprendre et agir! 3 conseils pour débusquer les photos mensongères sur Internet Vidéo de 3 mn 40 s. Les messages avec des photos sont 2 fois plus partagés que les autres sur les réseaux sociaux.

Comment reconnaître du faux contenu en ligne : Fiche pratique anti-Fake News Comment reconnaître du faux contenu en ligne : 5 questions de base, c’est le titre d’une fiche pratique conseil (4 pages, en PDF) publiée début avril 2017, un vade-mecum réalisé par HabiloMédias, centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique, qui non seulement fait le point sur le phénomène des « fake news » (fausses informations) mais propose un guide pour distinguer facilement le vrai du faux sur Internet. Nous sommes les acteurs du partage des fausses informations Depuis 2016, on entend de plus en plus parler de cet aspect de l’Internet en plein boom, en particulier sur les réseaux sociaux numériques. En effet, un quart des adultes ont déjà partagé une fausse nouvelle sur Internet et nous prêtons moins attention à valider les nouvelles et infos que nous voyons dans les flux en ligne de nos connaissances car nous leur apportons immédiatement crédit. 5 questions essentielles pour reconnaître des fausses infos

Déclic' Critique n°1 : Comment vérifier l'authenticité d'une vidéo publiée sur les réseaux sociaux - CLEMI Objectifs - Identifier la source d’une vidéo - Vérifier et recouper ses sources d’information Notions clés Autres ressources DESINFORMATION sur Internet : manipulation des images Une vidéo de France 24 dans laquelle deux journalistes propose des clés pour déjouer les pièges sur Internet et décrypter les images et vidéos auxquelles peuvent être confrontées tout un chacun en donnant de nombreux exemples. CYBER-HARCELEMENT, vidéo pair à pair Découvrez la vidéo « Regards d’enfants » réalisée par les élèves de l’école élémentaire Henri Wallon de l' académie de Lille, lauréat national exaequo du prix " Mobilisons-nous contre le harcèlement", niveau primaire.

Comment vérifier les images des réseaux sociaux ? De plus en plus d’intox circulent sur les réseaux sociaux, que ce soit sur les migrants, la guerre en Syrie. En fait sur à peu près tous les sujets d’actualité. Un type de manipulation y fleurit particulièrement : les détournements de photos et de vidéos. La mauvaise nouvelle, c’est que les médias n’ont pas les moyens de vérifier toutes ces images sur le terrain. Comment Facebook, Google et les médias français vont chasser les fake news Facebook, Google et plusieurs médias français s’allient contre la désinformation en ligne pour que la campagne présidentielle ne soit pas influencée par les fake news comme aux États-Unis. Les deux géants du web ont annoncé lundi 6 février le lancement de plusieurs dispositifs de signalement des informations erronées, non-vérifiées et autres articles susceptibles de manipuler l'opinion. Associé à une quinzaine de titres de presse français, Google lance CrossCheck afin d’aider les internautes à vérifier la véracité d’un contenu en ligne. De son côté, Facebook déploie dans l’Hexagone son propre outil de vérification, sur le modèle du dispositif déjà lancé aux États-Unis et en Allemagne ces dernières semaines. Cette double initiative fait écho à l’inquiétude manifestée récemment par les autorités à l’égard des fausses informations avant d’entrer dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle française.

Les médias et l'école contre les fausses informations Diffusées massivement sur les réseaux sociaux, les fausses informations sont accusées d'avoir influencé l'élection présidentielle américaine. En France, des médias multiplient les initiatives contre ce phénomène. A l'école aussi, les enfants bénéficient d'une éducation aux médias. Tandis que la confiance dans les médias en France est au plus bas selon un récent sondage et que la consommation de l'information se fait de plus en plus sur les réseaux sociaux, les fausses informations se multiplient à l'approche de l'élection présidentielle en France. Hillary Clinton était gravement malade pendant la campagne présidentielle américaine.La France a réservé près de 80.000 logements sociaux aux migrants.L'épisode de pollution qui a touché la France en fin d'année 2016 avait pour origine des usines à charbon allemandes. Ces trois informations sont fausses.

Related: