background preloader

Un médecin italien veut greffer des têtes humaines

Un médecin italien veut greffer des têtes humaines
Related:  News

La tête d’un ver décapité repousse… avec sa mémoire Visant à fabriquer de nouveaux organes pour remplacer ceux qui se révèlent défectueux, la médecine régénératrice est un domaine en pleine expansion. Un domaine qui pose aussi des questions inattendues lorsqu’il touche au cerveau : pour les personnes souffrant d’une maladie neurodégénérative comme la maladie d’Alzheimer, qu’arrivera-t-il aux souvenirs stockés depuis l’enfance lorsqu’on repeuplera le cerveau avec des neurones tout neufs issus de cellules souches ? Les informations seront-elles perdues comme des archives brûlées ou bien parviendront-elles à être conservées grâce à une sorte de mémoire dynamique en constant remodelage ? La réponse à ces questions fascinantes pourrait bien venir de… vers. On commence à voir où les chercheurs veulent en venir car qui dit tête, dit cerveau et mémoire. C’est ce tour de force qui est décrit dans l’article du JEB. Ensuite les chercheurs ont laissé leurs bestioles tranquilles pendant deux semaines, puis les ont testées de nouveau, avec succès.

Pourquoi ? Thèse en ligne : Ambiances olfactives dans l’espace construit Le thèse de Suzel Balez vient d’être déposée dans l’archive Tel des thèses en ligne. Elle n’était disponible qu’en version papier dans les centres de documentation du Cresson, Cerma, ENSAG. Ce dépôt est une contribution majeure au thème des ambiances olfactives. Ambiances olfactives dans l’espace construit : perception des usagers et dispositifs techniques et architecturaux pour la maîtrise des ambiances olfactives dans des espaces de type tertiaire. Balez Suzel. Cette recherche se propose d’explorer les ambiances olfactives dans l’espace construit, de façon à se donner des moyens pour en tenir compte dans la conception architecturale. Imprimer ce billet Mots clefs : odeur Posté dans : Thème, Ambiance, Thème, Architecture, Veille, Publication

Using a War Room to Create Pervasive Innovations Your teams did their market research. They ran an array of consumer insight sessions. They found the customers’ real Need. Organisations can control the end to end innovation process but there is one thing that they can’t control – competition. I am frequently called into organisations to help them manage post mortem reviews when new solutions have failed to take off or achieve the target market penetration. When creating your solution your Innovation teams must work side by side with senior stakeholders and other lines of business to develop a deep, empathetic 360 degree understanding of every competitive influencing factor, from brand perception through to channel enablement that will affect the design and eventual uptake of your product. The competition will come at you from every angle, some of which will be unexpected. Anatomy of a War Room Once the market needs have been clearly identified, create a War Room which runs parallel with the innovation process. Notes from the Front Line

iGem Synthetic Biology based on standard parts iGEM 2016 Registration for iGEM 2016 is now open! Visit 2016.igem.org for more information. The International Genetically Engineered Machine (iGEM) Foundation is an independent, non-profit organization dedicated to education and competition, the advancement of synthetic biology, and the development of an open community and collaboration. iGEM runs three main programs: the iGEM Competition - an international competition for students interested in the field of synthetic biology; the Labs Program - a program for academic labs to use the same resources as the competition teams; and the Registry of Standard Biological Parts - a growing collection of genetic parts use for building biological devices and systems. Programs Click bellow to find more information about each program. Competition iGEM runs the premiere student competition in synthetic biology. Labs Program Academic labs can also be part of the iGEM community. Registry Values Facets Previous Years Note

Quand ? Ces hommes et ces femmes sans sexe déterminé Lorsque l'enfant paraît, c'est la première question : fille ou garçon ? Pourtant, une fois sur quatre mille environ, la réponse ne s'impose pas et le joli scénario de la naissance déraille. "J'étais encore sur la table pour la délivrance quand le médecin m'a mis le sexe de mon bébé devant le nez et m'a dit : "Regardez : on ne sait pas ce que c'est." Inès (1) a bien observé ces deux minuscules testicules et ce pénis collé, "comme une boursouflure". " Pour moi, ce petit zizi, ce n'était pas grave. L'Australie a adopté une troisième case, "x", sur les papiers d'identité Et si le sexe n'était pas binaire ? En France, ces initiatives font figure de fantaisies. Fin mai, une pétition signée par plus de 270 000 personnes a eu raison de l'amendement Sommaruga (loi sur la Refondation de l'école), qui proposait de former les enseignants à l'égalité entre les genres, histoire de lutter contre les stéréotypes liés au sexe. Un homme peut passer sa vie sans s'en rendre compte Son sexe a été "customisé"

War room d'entreprise : pour apprendre à décider dans l'incertitude 25 février 2012 intelligence économique , leadership et décision anticipation , assesment center , crise , imprévu , incertitude , intelligence des risques , intelligence stratégique , leadership , simulation , war room , wargame Une des voies les plus efficaces pour apprendre à décider dans l’incertitude passe par le jeu et la simulation. Comme nous l’avons souligné dans notre précédent billet, apprendre à décider et à agir dans l’incertitude, a fortiori en situation de crise, passe par le développement d’une posture managériale et de comportements adéquats. Dans le contexte d’une crise majeure où une pression accrue s’exerce sur les épaules des décideurs, l’aptitude à opter pour un style de management approprié s’avère en effet déterminante. Faire de la war room un « training and assessment center » Considérée sous cet angle, la war room peut devenir un « training and assessment center » destiné à tester et développer la capacité des décideurs à réagir en situation extrême.

Can Glowing Trees One Day Replace Electric Streetlights? “We don’t live in nature any more – we put boxes around it. But now we can actually engineer nature to sustain our needs. All we have to do is design the code and it will self-create. Our visions today – if we can encapsulate them in a seed – [will] grow to actually fulfill that vision.” - Andrew Hessel in a recent ArchDaily interview “Engineering nature to sustain our needs” is exactly what the Glowing Plant Project aims to do. How is this possible? Bioluminescence – the production and emission of light by a living organism – is the overarching concept of the Glowing Plant Project, whose team members are essentially injecting flowering plants with genes for bioluminescence. “The Glowing Plant is a symbol of the future, a symbol of sustainability and a symbol to inspire others to create new, living things,” says project leader Antony Evans. To read more about the Glowing Plant project and to donate to the cause, click here. References: Kickstarter, PRWeb, TIME

Où ? Ca' Corner Pieces by Ay-o, George Brecht, Philip Corner, Al Hansen, Dick Higgins, Alison Knowles, Takehisa Kosugi, Shigeko Kubota, Joe Jones, George Maciunas, Walter Marchetti, Nam June Paik, Ben Patterson, Terry Riley, Tomas Schmit, Mieko Shiomi, Ben Vautier, Robert Watts and La Monte Young were presented, and for the occasion several works by John Cage were reinterpreted in the spirit of this avant-garde: Fontana Mix (1958), Sounds of Venice and Water Walk (1959), Variation III (1962).

L’usage de la war room en entreprise Dans le suivi de gestion et la prise de décision des dirigeants, il est un outil d’un grand intérêt : la War Room. Le terme peut sembler guerrier mais historiquement il l’est bien puisqu’il fait référence explicitement au cabinet de guerre du premier ministre britannique Winston Churchill. Caché sous-terre pour éviter les dangers des bombardements nazis, ce cabinet était non seulement le lieu de réunion des ministres et généraux clés mais aussi le centre de recueil des données essentielles. Centralisation des informations de la guerre, les différentes salles de réunion de ce cabinet étaient constituées de tables disposées autour de grandes feuilles de papier visuelles permettant de partager l’information et de prendre des décisions : carte d’Etat-major sur les champs de bataille, graphiques en bâton sur les pertes, etc. Le principe d’une War Room de direction générale s’inscrit dans la même logique. Il faut donc des armées pour livrer combat. Jean-Michel Huet, Directeur Associé

Glowing Plant

Related: