background preloader

Alice Miller - Abus et Maltraitance de l'Enfant

Alice Miller - Abus et Maltraitance de l'Enfant
La rubrique courrier, n'est plus en activité, en consultant les lettres déjà publiées, vous trouverez peut être des réponses à vos questions Vous pouvez joindre Brigitte Oriol à l'adresse e-mail brigitteoriol@sfr.fr Alice Miller (12 janvier 1923 - 14 avril 2010), docteur en philosophie, psychologie et sociologie, ainsi que chercheur sur l'enfance, est l'auteur de 13 livres, traduits en trente langues. Des 192 membres des Nations Unies, seuls 19 ont jusqu'à présent interdit le châtiment corporel des enfants. Continuez... Les humiliations, les coups, les gifles, la tromperie, l'exploitation sexuelle, la moquerie, la négligence etc. sont des formes de maltraitances parce qu'ils blessent l'intégrité et la dignité de l'enfant, même si les effets ne sont pas visibles de suite. C'est à l'âge adulte que l'enfant maltraité jadis commencera à en souffrir et en faire souffrir les autres. Haut

http://www.alice-miller.com/index_fr.php

Related:  Non violenceDeveloppement personnel

Prévention et lutte contre les violences en milieu scolaire : point d'étape En vidéo : intervention de Vincent Peillon lors du point d’étape sur les travaux de la délégation ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire En vidéo : Eric Debarbieux présente l'"Enquête de victimation et climat scolaire auprès des personnels du second degré" Agir ensemble avec détermination en faveur d’un climat scolaire apaisé et serein

Hypnose ericksonienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'hypnose ericksonienne est issue de la pratique de Milton Erickson (1901-1980). Caractérisée par une approche souple, indirecte (métaphores) et non dirigiste, cette forme d'hypnose a donné naissance à de nombreux courants de psychothérapie moderne : thérapie familiale, thérapie brève (stratégique, systémique), programmation neuro-linguistique (PNL)... Thérapie[modifier | modifier le code]

Alice Miller Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Miller. Alice Miller (née le [1] à Piotrków Trybunalski[2], en Pologne et morte le (à 87 ans) à Saint-Rémy-de-Provence[3], France) est une doctoresse suisse en philosophie, psychologie et sociologie et chercheure sur l'enfance. Ses ouvrages et ses thèses sur la violence cachée, qui selon elle caractérisent souvent les relations entre parents et enfants, l'ont rendue célèbre[4]. À partir de 1980, sa réflexion sur ce sujet l'amène à une nouvelle approche de la thérapie à laquelle elle intègre, entre autres, le dessin.

La maltraitance dans le cerveau La maltraitance dans le cerveau L'hippocampe cérébral de jeunes adultes maltraités durant leur enfance est plus petit que celui d'adultes non maltraités. Cette réduction du volume serait un facteur de risque d'apparition de maladies mentales. Les personnes ayant été maltraitées ont plus de risques de développer des troubles de l'humeur, de l'anxiété et de la personnalité, de consommer des drogues, de souffrir de maladies psychiatriques et de se suicider. Et souvent, leur hippocampe – une région cérébrale impliquée dans la mémoire et les émotions – est plus petit que celui des personnes n'ayant pas souffert. Cette particularité cérébrale est-elle la conséquence de la maltraitance ou résulte-t-elle du trouble mental qui en découle ?

Alice Miller Revue "Non-Violence Actualité" Janvier/Février 2013 La colère chez l’enfant, signe de bonne santé psychique. Nous avons tous entendu dire : « T’es pas belle quand tu es en colère – Tu fais des caprices – Puisque tu cries, je te laisse»…. Accabler l’enfant par ces réflexions, c’est comme lui envoyer un « projectile » dans le cerveau qui, en attendant d’exploser à tout moment de sa vie (l’adolescence, l’âge adulte), le détruit à petit feu. Dès notre naissance, nous sommes dotés d’un système émotionnel très sophistiqué qui nous permet de ressentir la colère, la peur, l’angoisse de séparation et c’est grâce au déclenchement de ces émotions que nous pouvons assurer notre survie en appelant la présence de nos parents pour nous rassurer. Si les nourrissons sont constamment assaillis par ces émotions, c’est parce que leur cerveau cognitif qui permet d’analyser les situations, de faire des déductions et de se calmer tout seul, n’est pas encore assez développé pour lui permettre de réfléchir.

Psychologie de la forme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie gestaltiste a été proposée au début du XXe siècle, notamment par Christian von Ehrenfels, et se base sur plusieurs postulats. Premièrement, les activités psychiques ont lieu dans un système complexe et ouvert, dans lequel chaque système partiel est déterminé par sa relation à ses méta-systèmes. Deuxièmement, un système est conçu dans la théorie gestaltiste comme une unité dynamique définie par les relations entre ses éléments psychologiques. Le cerveau de l'homme flirte avec la physique quantique Le cerveau de l'homme flirte avec la physique quantique La mécanique quantique est une description du monde élaborée au début du XXème siècle pour expliquer mathématiquement un certain nombre de phénomènes physiques inexplicables par la physique classique. C’est une méthode descriptive qui fonctionne admirablement bien au sens où elle décrit de manière pertinente des phénomènes réels, mais elle n’est basée sur aucune “théorie quantique du monde”, même si certaines propositions de ce type sont apparues depuis lors. La mécanique quantique fait grand usage d’un monde mathématique virtuel appelé “espace de Hilbert“ ; au sein duquel l’état de quelque chose est représenté sous la forme d’un vecteur d’état dont la direction varie selon le contexte (par exemple les contraintes expérimentales). Le raisonnement humain se comporte comme nos photons ci-dessus : nos choix seront de nature rationnelle dans les cas simples, mais de nature interférentielle ou “quantique” dans des cas plus complexes.

Parentage positif La parentalité positive renvoie à un comportement parental qui respecte l'intérêt supérieur de l'enfant. Les parents qui agissent ainsi veillent au bien-être de l'enfant, favorisent son autonomie, le reconnaissent comme un individu à part entière et le guident en fixant les limites dont l'enfant a besoin, de manière à l'aider à s'épanouir pleinement. La parentalité positive respecte les droit de l'enfant et l'élève dans un milieu non violent, excluant tout châtiment corporel ou psychologiquement humiliant lors de la résolution de conflits ou l'apprentissage de la discipline et du respect. La vraie discipline ne peut être enseignée par la violence. De l'inutilité de la punition... Les punitions : un incontournable de l'éducation? J'entends beaucoup parler de la punition, il serait nécessaire de punir pour faire comprendre à l'enfant qu'il a fait une bêtise... Il faudrait contraindre l'enfant à accepter les règles en usant de punitions. Mais qu'est ce qu'une punition? Sur les réseaux sociaux et dans la vie en générale, les parents utilisent comme punition : le coin, la suppression d'un jeux ou de télévision, la suppression d'une activité, la fessée, la privation de dessert, ou simplement la menace de la punition...

Related: