background preloader

Territoires et dynamiques spatiales de la finance mondiale - Globe

Territoires et dynamiques spatiales de la finance mondiale - Globe
En écho à l’émission que Planète Terre consacre aujourd'hui à la géographie de la finance mondiale (disponible à la réécoute et au podcast ici), Globe vous propose de découvrir les démarches de recherche de ses deux invités : Olivier Crevoisier et Maude Sainteville. Alors que l'avènement du capitalisme financier a été présenté par certains analystes comme l'annonce de la "fin de la géographie", la géographie peut-elle vraiment nous aider à décrire les flux financiers, si mobiles qu'ils semblent abolir les distances ? Quels sont les principaux enseignements de ces travaux pour la compréhension du fonctionnement de l'industrie financière ? Quel est l'apport de la géographie au débat sur la réforme du système financier après la crise de 2008 (dont les mécanismes sont rappelés dans cette vidéo et illustrés par cette carte) ? "Les territoires de l'industrie financière" (O. Crevoisier, T. Les territoires et les circuits de la globalisation financière : De (nouveaux ?) I. Sources : - Colloques :

http://www.franceculture.fr/blog-globe-2011-01-26-territoires-et-dynamiques-spatiales-de-la-finance-mondiale.html

Related:  La Planète financièreViolence des riches

La troisième phase de la grande crise mondiale Par déficit de coordination et par myopie, l'Europe et le monde sont entrés dans la troisième phase de la crise mondiale qui les déstabilise depuis 2008. Une crise qui a pris racine dans un excès d'épargne mondiale, un déficit chronique de demande, donc, et dont chaque étape, chaque complication successive, révèle le vrai visage et la profondeur. La première manifestation de la crise fut l'explosion de la bulle de crédit aux Etats-Unis. Les mensonges du Point sur « la France des assistés » La France, pays d’assistés ? C’est l’un des préjugés les plus répandus, dénonce ATD Quart Monde. « Chaque campagne électorale on y a droit, chaque mois de novembre paraît un sondage concluant que 8 Français sur 10 pensent que la France est un pays d’assistés… », déplore Jean-Christophe Sarrot, rédacteur en chef de Feuille de route, le mensuel du mouvement. « Une rengaine libérale fétide », tranche l’économiste Christophe Rameaux. Un propos « démagogique, destiné à flatter une partie de l’électorat sur des conceptions populistes », analysait le sociologue Serge Paugam dans Politis en mai 2011, en réaction aux déclarations de Laurent Wauquiez, alors ministre des affaires européennes, selon lequel « dérives de l’assistanat [seraient] le cancer de la société française ». Mais cette semaine, prenant à contrepied ce qu’il défendait la semaine dernière, Le Point fait sa Une du 24 octobre sur le thème : « Les Assistés, comment la France les fabrique ? {Le Point} du 24 octobre 2013.

L’Espace Politique « Firmes et géopolitique » 1Les communications réunies dans ce numéro de L’Espace Politique sont issues du colloque « Firmes, géopolitique et territoire » organisé les 10 et 11 septembre 2010 à la Maison des Sciences de l’Homme de l’université de Nancy 2. Ce colloque, initié conjointement par les commissions « géographie politique » et « industrie et emploi » du CNFG, a donné lieu à 35 communications de chercheurs français et étrangers permettant de réfléchir et de proposer une image objectivée de la place qu’occupent les firmes en tant qu’acteurs géopolitiques. Outre ce numéro, d’autres communications ont été publiées par la Revue Géographique de l’Est. 2La crise financière et économique, l’instabilité des marchés, les spéculations sur les États, la concurrence pour les ressources, les multiples problèmes environnementaux locaux ou globaux ont mis les firmes sur le devant de la scène. 3L’approche des relations entre politique et économie a variée au fil du temps.

Le tournant territorial de l'économie globale Le fait territorial, insoupçonné en période fordiste, apparaît aujourd’hui sous de multiples formes, en fonction des contextes productifs où il se manifeste. On en trouve en effet des émergences tant dans les économies industrielles que dans celles du Sud et tant dans les villes que dans le milieu rural. G. 737 maîtres du monde contrôlent 80 % de la valeur des entreprises mondiales - Capitalisme Une étude d’économistes et de statisticiens, publiée en Suisse cet été, met en lumière les interconnexions entre les multinationales mondiales. Et révèle qu’un petit groupe d’acteurs économiques – sociétés financières ou groupes industriels – domine la grande majorité du capital de dizaines de milliers d’entreprises à travers le monde. Crédit : Michael Aston Leur étude, à la frontière de l’économie, de la finance, des mathématiques et de la statistique, fait froid dans le dos. Trois jeunes chercheurs de l’Institut fédéral de technologie de Zurich [1] ont scruté les interactions financières entre multinationales du monde entier. Leur travail – « The network of global corporate control » (le réseau de domination globale des multinationales) – porte sur un panel de 43.000 groupes (« transnational corporations ») sélectionnés dans la liste de l’OCDE.

Une sélection de ressources du site Géoconfluences pour le programme 2015 des concours d’entrée aux ENS Le site Géoconfluences propose une sélection des ressources susceptibles de donner des éclairages sur les thèmes des programmes de géographie des concours d'entrée aux ENS. ENS Lyon : La planète financière : espaces et territoires à l'ère de l'économie globalisée La présentation du programme de l'épreuve de géographie 2015 par le jury et le commentaire en date du 20 mai 2015 Nouveaux regards cartographiques sur la mondialisation : une collection de conférences filmées avec les documents d'accompagnement enregistrées lors de la journée de réflexion organisée par l'ENS de Lyon, le site Dgesco-Géoconfluences et l'Institut français de l'Education (IFÉ), le 18 mai 2011.

Monique Pinçon-Charlot : « La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps Basta ! : Qu’est-ce qu’un riche, en France, aujourd’hui ? Monique Pinçon-Charlot [1] : Près de 10 millions de Français vivent aujourd’hui en-dessous du seuil de pauvreté. Celui-ci est défini très précisément. Mais il n’existe pas de « seuil de richesse ». C’est très relatif, chacun peut trouver que son voisin est riche.

Les grands défis de la planète financière L'année 2012 devrait réserver son lot de bonnes et mauvaises surprises aux établissements financiers européens qui sortent d'une année 2011 cauchemardesque. Les banques n'ont en effet jamais été autant au centre du viseur et devront faire face à de multiples pressions de la part des régulateurs et des dirigeants européens. Même leur modèle économique est remis en cause.

Mona Chollet : Rêves de droite, Défaire l’imaginaire sarkozyste Lyber Zones Mille mercis à Grégoire Chamayou, Thomas Lemahieu et Fred Le Van pour leur aide inestimable, leurs suggestions et leurs critiques, ainsi qu’à Alain Gresh pour sa lecture et ses commentaires. Merci également à Hugues Jallon. Mona Chollet Rêves de droite

t1675f II. Rappel de notions de base simples en économie générale, economie de marché et de gestion à l'attention des formateurs 2.1. Qu'est-ce que l'économie? 2.2. Jean-Marie Harribey » Blog Archive » Démondialisation ou altermondialisme ? La violence de la crise mondiale est telle que, face à la faillite des politiques économiques dont l’objectif n’est pas d’en venir à bout mais de préserver les privilèges acquis par une minorité de possédants, des propositions en apparence iconoclastes fusent de partout. Notamment, en Europe, où la crise prend le visage d’une crise de la dette publique, née de l’amoindrissement délibéré des recettes fiscales et du sauvetage désespéré du système bancaire par des États désormais à la merci des marchés financiers dont les exigences deviennent exorbitantes. Comme il est avéré que l’origine fondamentale de cette crise est la financiarisation de l’économie mondiale dont la face visible avait nom « mondialisation », l’idée de « démondialisation » fait son chemin. À gauche, autour d’intellectuels comme Emmanuel Todd et Jacques Sapir, mais aussi à droite.

Procès du Carlton : le néolibéralisme annule la dette de la violence économico-sexuelle Depuis des années, on nous sert ad nauseam la narrative des “amours” de DSK et d’autres “libertins” puissants. Sauf que voilà : il n’y a pas de “consentement” dès lors qu’il y a contrainte économique. La femme séparée/divorcée avec ses enfants, pauvre, obligée de compromettre son intégrité physique et psychique pour assouvir les “besoins” des hommes riches et puissants - voici la trame qui se dessine à travers les témoignages des femmes à la barre du procès du Carlton, des femmes abîmées non pas par “la vie”, mais par d’autres hommes - et les institutions qu’ils gouvernent. « La violence économique est une des conditions de l’exercice des violences sexuelles, tout comme la violence sexuelle est l’un des piliers du renforcement des inégalités économiques » Jules Falquet, DSK ou le continuum entre les violences masculines et les violences néolibérales

Cash Investigation de France 2 du 3 mars 2015 en replay C'est la crise pour tout le monde, sauf pour les actionnaires ! Les 56 milliards d’euros de dividendes distribués en 2014 par les entreprises du CAC 40 font de la France l'un des pays les plus généreux en la matière. C'est une partie non négligeable des plus de mille milliards de dollars de rémunération des actionnaires dans le monde... Pour réaliser de telles performances, les grandes entreprises françaises ont notamment recours à des stratégies et des méthodes difficilement avouables.

Related: