background preloader

VIOLENCE ET APPRENTISSAGE

Facebook Twitter

Violences en cuisine : levons le voile. Il y a d’abord les faits : un apprenti volontairement brûlé sur les bras avec une petite cuillère chauffée à blanc.

Violences en cuisine : levons le voile

Un lieu : dans l’un des plus grands restaurants parisiens, le Pré Catelan, riche de ses trois étoiles au guide Michelin. L’auteur : un chef de partie en mal de sensations. Ces actes ne datent pas : ils viennent d’avoir lieu, il y a tout juste quelques jours. Le chef, Frédéric Anton, rapidement averti des faits, n’a pas tardé à réagir. L’apprenti a quitté l’établissement, le coupable a été mis à pied immédiatement, puis évincé de la brigade. Jusqu’à maintenant de tels actes ne sortaient pas de l’antichambre des cuisines. Si chacun reconnaît que les moeurs évoluent, ces faits récents viennent rappeler avec force qu’ils n’ont pas disparu et que leurs auteurs peuvent être jeunes et déjà riche d’un beau parcours – Vernet, George V, Park Hyatt, Lasserre – pour le chef de partie.

Franck Pinay-Rabaroust / © Kzenon – Fotolia.com. Violence en cuisine, la fin du tabou. Alors que les apprentis sont à l'honneur avec objectif top chef, l'émission de Philippe Etchebest qui prépare top chef 2015, ils font aussi l'actualité d'une autre façon.

Violence en cuisine, la fin du tabou

En effet, les chefs et les acteurs de la restauration ont décidé de dénoncer un tabou dans le monde de la cuisine : celui de la violence faite sur les apprentis cuisiniers. "Touche pas à mon commis ! " A travers des articles, des conférences et un manifeste, plusieurs grands chefs veulent mettre fin à une violence jugée récurrente en cuisine. Entre brûlures, coups de pieds ou même claques, les commis de cuisine sont les victimes régulières des chefs pour lesquels ils exercent. Il faut "refuser la banalisation des petites violences ordinaires à tendance bizutage ou considérées comme des rites initiatiques", écrit le chef Gérard Cagna dans un manifeste signé par cinq des "meilleurs ouvriers de France", dont le chef des cuisines de l'Elysée, Guillaume Gomez.

Actualité: violence apprentis. Salariés maltraités dans les restaurants : "Le chef m'appelait 'le chien' et aboyait pour s'adresser à moi" Par Kocila Makdeche Mis à jour le , publié le "Ça a commencé par des insultes, puis des coups de torchon et il a fini par me frapper.

Salariés maltraités dans les restaurants : "Le chef m'appelait 'le chien' et aboyait pour s'adresser à moi"

" Franziska, 19 ans, suit une formation d'hôtellerie dans les cuisines d'un restaurant étoilé des beaux quartiers de Paris. Pendant six mois, elle subit les humiliations quotidiennes de son chef de partie. Cauchemar en cuisine pour les commis. Europe 1Fabienne Cosnay et Eve Roger Petites violences ordinaires.

Cauchemar en cuisine pour les commis

Les chefs se mobilisent contre les violences en cuisine. "Touche pas à mon commis!

Les chefs se mobilisent contre les violences en cuisine

" Face à une violence qu'ils jugent récurrente dans les cuisines de restaurant, plusieurs chefs français ont décidé d'interpeller leurs pairs pour "lever l'omerta" sur des actes "indignes de la profession". Coups de pied, coups d'ustensiles, brûlures... Il faut "refuser la banalisation des petites violences ordinaires à tendance bizutage" ou considérées "comme des rites initiatiques", écrit le chef Gérard Cagna dans un manifeste signé par cinq "meilleurs ouvriers de France", dont le chef des cuisines de l'Elysée, Guillaume Gomez. S'il estime que ces pratiques sont le fait d'une minorité, Gérard Cagna, qui a cédé en 2005 son restaurant à ses enfants et rendu ses deux étoiles au Michelin, appelle l'ensemble des "grands chefs français à s'élever solennellement contre la violence" en rejoignant le manifeste. "Aujourd'hui, la profession a besoin d'une vraie éthique en la matière", dit-il.

Violence en cuisine: une conférence pour protéger les commis. C'est un sujet dont on ne parle pas, ou très peu.

Violence en cuisine: une conférence pour protéger les commis

Pourtant la violence en cuisine existe. Bizutage, coups, harcèlement sexuel, machisme, racisme, menaces sont autant de violences dont sont parfois victimes les jeunes cuisiniers. Pour lever le voile sur ce thème, le guide de restaurants "Fooding", organise ce lundi une grande conférence sur le thème des violences en cuisine, en collaboration avec le site d'information Atabula, dédié à l'univers de la gastronomie. Face à une violence qu'ils jugent (un peu trop) récurrente dans les cuisines des restaurants, plusieurs chefs français ont décidé de lever 'l'omerta" dans les locaux de Sciences Po à Paris (7e arrondissement). Parmi les intervenants, des chefs de renom (Cyril Lignac, Adeline Grattard, Grégory Marchand, Ludo Lefebvre, etc.) seront présents pour alimenter le débat sur ce sujet. Rendez-vous dès 19 h 15, dans l'amphithéâtre Chapsal de Sciences Po (Paris, 7e arr.). Violences en cuisine. Des chefs s'insurgent et protègent leurs commis.