background preloader

PERSONNALITÉS

Facebook Twitter

Mary AINSWORTH - psychologue du développement. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La strange situation[modifier | modifier le code] Cette expérience se fait avec un bébé, sa mère (ou la personne qui s'occupe de lui habituellement), et un adulte inconnu, et comporte cinq parties principales : 1) le bébé est en présence de sa mère, 2) le bébé, la mère, et l'adulte qui parlent ensemble 3) le bébé, la mère et l'adulte qui s'intéresse à l'enfant 4) le bébé avec l'adulte seul 5) le bébé, avec le retour de la mère, et le départ de l'adulte. Sont étudiés les capacités d'attachement et de séparation à travers l'existence ou non des signes d'inquiétude, d'alarme, de tristesse, etc. L'expérience n'est pas prolongée très longtemps, mais elle est renouvelée, et à la deuxième séparation les réactions du bébé sont encore plus parlantes.

Dans la population globale on remarque 5 % d'enfants montrant un type d'attachement désorganisé, à risque de vulnérabilité psychique. Les pleurs du nourrisson[modifier | modifier le code] Hannah ARENDT - Philosophe. Hannah Arendt en 1975 Hannah Arendt, née Johanna Arendt[1] à Hanovre le 14 octobre 1906 et morte le 4 décembre 1975 à New York, est une politologue, philosophe et journaliste allemande naturalisée américaine, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme, la modernité et la philosophie de l'histoire. Elle soulignait toutefois que sa vocation n'était pas la philosophie mais la théorie politique (« Mein Beruf ist politische Theorie »)[2]. C'est pourquoi elle se disait « politologue » (« political scientist »)[3] plutôt que philosophe. Son refus de la philosophie est notamment évoqué dans Condition de l'homme moderne où elle considère que « la majeure partie de la philosophie politique depuis Platon s'interpréterait aisément comme une série d'essais en vue de découvrir les fondements théoriques et les moyens pratiques d'une évasion définitive de la politique »[4].

Biographie[modifier | modifier le code] Vie et études en Allemagne[modifier | modifier le code] John BOWLBY - psychanalyste. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Bowlby. John Bowlby, né le 26 février 1907 à Londres et mort le 2 septembre 1990 (à 83 ans) sur l'île de Skye, en Écosse, est un psychiatre et psychanalyste britannique, célèbre pour ses travaux sur l'attachement, la relation mère-enfant. Pour lui, les besoins fondamentaux du nouveau-né se situent au niveau des contacts physiques. Le bébé a un besoin inné du sein, du contact somatique et psychique avec l'être humain. Biographie[modifier | modifier le code] La famille Bowlby appartenait à la classe aisée à Londres. Ces expériences dans l’enfance l’ont conduit à avoir une sensibilité particulière pour la douleur des enfants durant toute sa vie.

Influence de l'éthologie[modifier | modifier le code] Même s'il a suivi l'enseignement de Mélanie Klein, éminente psychanalyste anglaise et analysé par Joan Riviere on ne peut pas considérer la suite de son œuvre comme appartenant à la psychanalyse. Gregory Bateson 1904-1980 (Schismogenèse) Pierre BOURDIEU - sociologue.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vous lisez un « bon article ». Pour les articles homonymes, voir Bourdieu. Pierre Bourdieu Pierre Bourdieu (1930-2002) est l'un des sociologues français les plus importants de la deuxième moitié du XXe siècle et qui, à la fin de sa vie, devint, par son engagement public, l’un des acteurs principaux de la vie intellectuelle française. Sa pensée a exercé une influence considérable dans les sciences humaines et sociales[1], en particulier sur la sociologie française d’après-guerre. Son œuvre sociologique est dominée par une analyse des mécanismes de reproduction des hiérarchies sociales. L’œuvre de Bourdieu est ainsi ordonnée autour de quelques concepts recteurs : habitus comme principe d’action des agents, champ comme espace de compétition sociale fondamental et violence symbolique comme mécanisme premier d’imposition des rapports de domination. Biographie[modifier | modifier le code] Il est le père du réalisateur Emmanuel Bourdieu.

T. Berry BRAZELTON - Pédiatre. Après avoir terminé ses études de médecine à New-York en 1943, T. Berry Brazelton choisit Boston pour entreprendre une spécialisation en pédiatrie. Le grand intérêt qu’il porte dès le début au développement de l’enfant le mène à compléter sa formation en pédopsychiatrie. C’est en travaillant avec le Pr Jerome Bruner, au Center for Cognitive Studies de l’Université de Harvard, qu’il put se concentrer sur ses deux pôles d’intérêt-­ les premiers soins en pédiatrie et la pédopsychiatrie - et les intégrer dans ses travaux.

Brazelton a étudié plus particulièrement le comportement des nourrissons et les moments clés de la petite enfance dans le processus de renforcement de la cellule familiale. En 1972, la création, à Harvard, de la Child Development Unit (centre de recherche et de formation en pédiatrie du développement), couronna ses efforts. Le Pr T. Au cours de ses années de pratique et de recherche, le Professeur T. Albert BANDURA - Psychologue. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Albert Bandura (né le ) est un psychologue canadien connu pour sa théorie de l'apprentissage social et son concept d'auto-efficacité. Biographie[modifier | modifier le code] Docteur en psychologie, il enseigne à l'université Stanford depuis 1953. Après avoir été influencé par le courant béhavioriste, il s'en est radicalement détourné, en soulignant l'importance des facteurs cognitifs et sociaux dans ses recherches.

Le noyau épistémologique de son œuvre place l’individu au cœur d’une triade d’interactions entre facteurs cognitifs, comportementaux et contextuels. Publications[modifier | modifier le code] Bandura, A., & Walters, R. Voir aussi[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Article connexe[modifier | modifier le code] Expérience de la poupée Bobo Liens externes[modifier | modifier le code] Portail de la psychologie.

Aaron Temkin Beck 1921- (Triade de Beck) Jean-Martin CHARCOT - neurologue. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Charcot. Jean-Martin Charcot Signature Il est le père du médecin et explorateur Jean-Baptiste Charcot. Biographie[modifier | modifier le code] L'ascension sociale par la science[modifier | modifier le code] Jeunesse (1825-1848)[modifier | modifier le code] Jean-Martin Charcot n'a pas laissé d'écrits biographiques, et ce que l'on connaît de son histoire personnelle repose essentiellement sur ses travaux et le témoignage de ses collègues. Il les poursuit par une année consacrée à obtenir le baccalauréat ès sciences, une année préparatoire et une année d'externat, en 1846-1847, à la faculté de médecine, cursus qui inclut des stages à l'hôpital Necker et à celui de la Charité, puis, en 1848, à l'hôpital Saint Louis, auprès du professeur Lugol[4].

Internat (1849-1853)[modifier | modifier le code] Carrière ascendante à l'ombre de Rayer (1854-1861)[modifier | modifier le code] Jean COTTRAUX - Psychiatre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Formation[modifier | modifier le code] Après une formation psychiatrique classique et une psychanalyse personnelle, il part au cours des années 1970 au Royaume-Uni puis aux États-Unis s'initier aux psychothérapies cognitivo-comportementales (TCC).

Enseignement[modifier | modifier le code] Il commence l'enseignement universitaire des TCC au début des années 1980 au laboratoire de psychologie médicale de l'hôpital neurologique de Lyon qu'il ne quitte qu'à sa retraite et où il crée l'unité de traitement de l'anxiété. T.C.C[modifier | modifier le code] Auteur de nombreux ouvrages sur les TCC, après des tentatives de synthèses entre différentes approches, son œuvre se démarque de plus en plus du courant psychanalytique, notamment sur des questions telles que l'efficacité des psychothérapies et leur évaluation. Son travail a permis à plusieurs centaines de psychiatres et de psychologues francophones de par le monde de se former aux TCC. Georges CANGUILHEM - Philosophe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Georges Canguilhem Philosophe français XXe siècle Georges Canguilhem est un philosophe et médecin français, né le à Castelnaudary et mort le à Marly-le-Roi.

Spécialiste d'épistémologie et d'histoire des sciences, il publia des ouvrages très importants sur la constitution de la biologie comme science, sur la médecine, la psychologie, les « idéologies scientifiques » (il réinterprète un concept majeur de Karl Marx dans L'Idéologie allemande) et l'éthique, notamment Le normal et le pathologique et La connaissance de la vie. Disciple de Gaston Bachelard, il s'inscrit dans la tradition de l'épistémologie historique française, et eut une influence notable sur Michel Foucault dont il fut le directeur de thèse. Sa thèse principale est que le vivant ne saurait être déduit des lois physico-chimiques ; il faut partir du vivant lui-même pour comprendre la vie.

Biographie[modifier | modifier le code] Une philosophie de la science[modifier | modifier le code] Émile DURKHEIM - Sociologue. Pour les articles homonymes, voir Durkheim. David Émile Durkheim, né le à Épinal et mort le à Paris[1], est un sociologue français considéré comme l'un des fondateurs de la sociologie moderne. En effet, si celle-ci doit son nom à Emmanuel-Joseph Sieyès et a été popularisée par Auguste Comte à partir de 1848, c'est grâce à Durkheim et à l'École qu'il formera autour de la revue L'Année sociologique[2] (1898) que la sociologie française a connu une forte impulsion à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Formé à l'école du positivisme, Durkheim définit le « fait social » comme une entité sui generis, c'est-à-dire en tant que totalité non réductible à la somme de ses parties. L'apport de Durkheim à la sociologie est fondamental, puisque sa méthode, ses principes et ses études exemplaires, comme celle sur le suicide ou la religion, constituent toujours les bases de la sociologie moderne.

Biographie[modifier | modifier le code] Années de formation[modifier | modifier le code] Norbert ELIAS. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Elias. Norbert Elias Norbert Elias (1987) Norbert Elias est un écrivain et sociologue allemand, né le à Breslau, mort le à Amsterdam. Il est l'auteur d'un ouvrage majeur de sociologie historique, Sur le processus de civilisation, paru, en France, en deux volumes, La Civilisation des mœurs et La Dynamique de l’Occident.

Biographie[modifier | modifier le code] Issu d'une famille de commerçants juifs aisés et particulièrement intéressés par la psychanalyse[réf. nécessaire], Norbert Elias est le fils unique de Hermann et Sophie Elias. Breslau De 1907 à 1915, il est élève au Johannes-Gymnasium de Breslau[1]. Mobilisé durant la Première Guerre mondiale en 1915, il passe une période de six mois sur le front oriental, où il est affecté dans le service des transmissions[1]. En 1924, Elias obtient son doctorat de philosophie avec une thèse intitulée Idee und Individuum.

Idées[modifier | modifier le code] Erik ERIKSON - Psychanalyste. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Erickson . Erik Erikson Erik Erikson (° - † ) est un psychanalyste américain, auteur d'une théorie du développement psychosocial en huit stades successifs. Biographie[modifier | modifier le code] Erik Erikson est né le à Francfort-sur-le-Main en Allemagne, d'un père inconnu d'origine danoise, et de Karla Abrahamsen qui l'élèvera seule durant ses trois premières années. Il fut marié à Joan Erikson, avec qui ils eurent 3 enfants, Kai, Jon et Sue. Théorie du développement psychosocial[modifier | modifier le code] À chaque stade du développement psychosocial survient une crise qui doit se résoudre par l'atteinte d'un équilibre entre des forces qui s'opposent, faute de quoi le développement du Moi risque d'être compromis. Première crise: confiance versus méfiance fondamentale (0 - 18 mois) Le premier stade coïncide avec le stade oral chez Freud.

Deuxième crise: autonomie versus la honte et le doute (18 mois - 3 ans) Paulo FREIRE - Pédagogue. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Freire. Paulo Freire Paulo Freire ( à Recife, Brésil - à São Paulo) est un pédagogue brésilien. Il est surtout connu pour ses efforts d'alphabétisation visant les personnes adultes de milieux pauvres, une alphabétisation militante, conçue comme un moyen de lutter contre l'oppression. Biographie[modifier | modifier le code] Ses parents lui inculquent très tôt l'importance du dialogue et du respect du choix des autres, ce qu'il applique dans son approche pédagogique.

Lorsque la situation familiale se rétablit, il s'inscrit à l'Université de Recife pour y étudier le droit, la philosophie et la psychologie du langage. Caricature de Paulo Freire. En 1944, il épouse Elza Oliveira, une enseignante au primaire. Pendant les années 1960, le Brésil est agité. L'engagement social et éducatif de Freire augmente avec les années. De 1970 à 1980, Freire s'exile à Genève avec sa famille. Ouvrages[modifier | modifier le code]

Sigmund FREUD - Neurologue. Signature Sigmund Freud (prononciation allemande : [ˈziːkmʊnt ˈfʁɔʏt] ; prononciation française [fʁøːd] ou [fʁœjd][1]), né Sigismund Schlomo Freud le 6 mai 1856 à Freiberg (Autriche) (actuelle République tchèque) et mort le 23 septembre 1939 à Londres, est un neurologue autrichien, fondateur de la psychanalyse.

Freud regroupe une génération de psychothérapeutes qui, peu à peu, élaborent la psychanalyse, d'abord en Autriche, en Suisse, à Berlin, puis à Paris, Londres et aux États-Unis. En dépit des scissions internes et des critiques, la psychanalyse s'installe comme une nouvelle discipline des sciences humaines dès 1920. En 1938, Freud, menacé par le régime nazi, quitte Vienne pour s'exiler à Londres, où il meurt d'un cancer de la mâchoire en 1939. Le terme de « psycho-analyse » apparaît pour la première fois en 1896 dans un article écrit en français, publié dans cette langue le 30 mars 1896, puis en allemand le 15 mai 1896. Biographie[modifier | modifier le code] Sigmund Freud (trad. Erving GOFFMAN - Sociologue. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Biographie[modifier | modifier le code] Après un séjour à l'université Harvard, au Center for International Affairs durant lequel il s'intéresse, en compagnie de Thomas Schelling, à la « théorie des jeux », il occupe une chaire à l'université de Pennsylvanie, où il retrouve Ray Birdwhistell de 1968 à 1982.

En 1974, il publie Les Cadres de l'expérience, ouvrage que certains critiques[réf. nécessaire] qualifieront de « structuraliste », cherchant à identifier une incohérence dans l'évolution de son œuvre. S'inspirant de la « métaphore cinématographique », le cours de l'existence est, selon lui, composé de multiples « constructions de la réalité », par différents « cadrages » (« frames ») s'articulant les uns aux autres. Il propose une typologie selon laquelle des « cadres primaires » (« naturels » ou « sociaux »), orientant nos perceptions ainsi que nos comportements, pourraient être « transformés » (« modalisation » ou « fabrication »). Maurice GODELIER - Anthropologue.

Harry HARLOW - psychologue. Carl Gustav JUNG - Psychologue. Melanie KLEIN - Psychanalyste. Claude LÉVI-STRAUSS - Anthropologue. Konrad LORENZ - biologiste. Mary MAIN - psychologue. Bronisław MALINOWSKI - Anthropologue. Daniel Marcelli. Elton MAYO - Psychologue/Sociologue. Maria MONTESSORI - pédagogue. Edgar MORIN - Sociologue. Jean PIAGET - psychologue. Pierre RABHI - Philosophe.

Paul Ricœur. Carl ROGERS - Psychologue. Amartya SEN - économiste. René SPITZ - psychanalyste. Rudolf STEINER - Philosophe. Daniel STERN - psychologue. Robert STERNBERG - Psychologue. Edward THORNDIKE - Psychologue. Alain Touraine. Lev VYGOTSKI - psychologue. Henri WALLON- Psychologue. Paul Watzlawick 1921-2007 (Thérapie familiale) Donald WINNICOTT - Psychologue / pédiatre.