background preloader

Personnalités et organismes de référence

Facebook Twitter

Communs de la connaissance et enclosures : une réponse à l’historien Allan Greer. En mars dernier, un article de l’historien canadien Allan Greer a été publié sur le site de « La Vie des Idées » dans une traduction en français. Intitulé « Confusion sur les communs », ce texte m’a rapidement paru important, car il émettait des critiques argumentées à propos d’un des points essentiels de la théorie des Communs : la pertinence de la notion d’enclosure pour désigner les menaces pouvant peser sur les ressources partagées sous la forme de biens communs. Plus précisément, Allan Greer considère que le terme « enclosures » renvoie à un phénomène historique bien déterminé (le mouvement des enclosures ayant frappé les terres en Angleterre en plusieurs vagues à partir du XIIème siècle) et qu’on ne peut l’employer sans tomber dans une métaphore trompeuse à propos de la connaissance et de l’information.

La Vie des Idées a accepté de publier une réponse que j’ai écrite cet été à cet article d’Allan Greer. Field Dyke (Stone Wall). Par Ian R Maxwell. Biens communs. 10 définitions. | Note(s) Thomas Landrain. Si je devais parler du bien le plus commun qui puisse exister à mes yeux, pour les humains entre autres, ce serait la biologie, ce serait la vie. Tout simplement parce que l’on peut très facilement s’y relier, puisque l’on en fait partie. Nous sommes inscrits, en-soi, dans un système complexe que l’on ne maîtrise pas, mais dont on tire tous parti. Et je pense que notre appartenance à cet écosystème fait du vivant un bien commun. On considère la nature comme étant un objet gratuit, dans lequel tout le monde peut puiser. Frédéric Sultan. Il y a une définition que j’aime bien actuellement, c’est l’idée que les biens communs sont un laboratoire de gouvernance.

L’auteur qui m’a inspiré cette phrase c’est Philippe Aigrain. Cela implique que c’est d’abord un processus, que c’est quelque chose de vivant et que cela nécessite des expérimentations. Je pense également qu’il est important de préciser que cette définition est datée. Valérie Peugeot. Samuel Goëta. Félix Treguer. Pour en savoir plus sur les biens communs · Bpi. Brest en Biens communs 2013 : 1ère réunion d'organisation le 21 mars à 17h30 à la cantine @AnDoalVras - @ Brest | La Cantine Brest | Libre et collaboration. Association des développeurs et utilisateurs de logiciels libres pour les administrations et les collectivités territoriales. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Association des Développeurs et Utilisateurs de Logiciels Libres pour les Administrations et les Collectivités Territoriales L’association ADULLACT a été créée en 2002 en France à l'initiative d'élus, de directeurs informatiques et de passionnés pour « constituer, développer et promouvoir un patrimoine commun de logiciels libres métiers » [ 1 ] . D'après le cabinet Gartner qui lui consacre une note en juillet 2005 , elle est la première initiative de ce genre [ réf. souhaitée] . L'ADULLACT met à la disposition des collectivités un ensemble de logiciels libres métiers répondant à leurs besoins. L'association encourage le développement et pas seulement l'utilisation de logiciels libres, mais aussi la mutualisation sur fonds publics, en particulier au sein des collectivités .

Membres [ modifier ] L'ADULLACT regroupe : Au total, plus de 7 000 structures territoriales sont adhérentes de l'ADULLACT, directement ou indirectement. Structure [ modifier ] Promouvoir et défendre le logiciel libre | April. AFUL: Logiciel libre et interoperabilite. REMIX THE COMMONS - REMIX BIENS COMMUNS - Remixtheremix. Portail:Rencontres 2011 - Brest en biens communs. Philippe Aigrain. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Aigrain. Philippe Aigrain Philippe Aigrain (né en 1949) est un informaticien, chercheur, ancien chef du secteur technique du logiciel à la Commission européenne. Ses idées sont devenues emblématiques dans le militantisme en faveur des biens communs et contre les abus de la propriété intellectuelle et de l'appropriation de l'information par quelques uns.

Elles sont notamment développée dans son livre Cause commune : l'information entre bien commun et propriété (sous licence Creative Commons), devenu une référence dans la réflexion sur le sujet. Éléments de biographie[modifier | modifier le code] Philippe Aigrain obtient en 1980 un doctorat en informatique de l'université Paris VII-Denis-Diderot sur « L'interprétation globale des pressions APL ». Soutien au logiciel libre et à l'Open data[modifier | modifier le code] Enfin, Philippe Agrain est cofondateur du webmedia Nonfiction. Œuvres[modifier | modifier le code] Communs / Commons.

Hervé Le Crosnier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Hervé Le Crosnier à Brest en octobre 2011 Hervé Le Crosnier est enseignant-chercheur à l'Université de Caen. Il dispense des enseignements sur les technologies du web (informatique) et la culture numérique (sciences de l'information).

Ancien conservateur des bibliothèques, de 1984 à 1995, Hervé Le Crosnier a créé la liste de diffusion Biblio-fr qui a servi de forum aux bibliothécaires et professionnels du livre et de la documentation de 1993 à 2009[1]. Premier modérateur de la liste, il a été remplacé à cette fonction par Sara Aubry à partir de 2001. Sa recherche porte sur les relations entre Internet, et plus généralement le numérique et la société. Il travaille également sur la théorie des biens communs, et sur la communication scientifique.

Ses enseignements de culture numérique sont disponibles en ligne sous la forme de ressources éducatives libres. Il est membre de plusieurs associations, notamment l'association VECAM. Centre d'Enseignement Multimédia Universitaire (C.E.M.U.) Université de Caen Basse-Normandie - Les producteurs - Canal-U. SavoirsCom1. Elinor Ostrom. Pour analyser les dilemmes sociaux, Ostrom met au point un cadre d'analyse : l'IAD (Institutional Analysis and Developpment), qui est rapidement recommandé par les institutions internationales.

L'IAD repose sur la prise en compte des caractéristiques du monde physique environnant, sur celles de la communauté en proie au problème, sur les règles et normes en vigueur dans le champ de la situation d'action ainsi que sur les interactions entre les acteurs. Les notions de normes, de règles et de droit occupent une place centrale dans sa pensée. Les normes sont des attributs de la communauté, les règles au contraire sont fixées de façon beaucoup plus consciente pour résoudre un dilemme social et servent de cadre à l'établissement de droits. Ostrom reprend la conception du droit de propriété en termes de faisceau de droits de John Rogers Commons et du réalisme juridique américain.

Ses travaux sont peu critiqués de son vivant. Biographie[modifier | modifier le code] Ronald Coase en 2003. Valérie Peugeot. Valérie PEUGEOT Chercheuse à Orange Labs, en charge des questions de prospective au sein du laboratoire de sciences humaines et sociales Présidente de l’association VECAM Après une formation initiale en droit et sciences politiques, Valérie Peugeot a travaillé successivement au Parlement européen puis dans différents think tanks autour des enjeux de politique européenne, de mondialisation et de société de l’information. Elle a rejoint le Groupe Orange en 2005, et est actuellement en charge des questions de prospective au sein du laboratoire de sciences humaines et sociales d’Orange Labs. Ses sujets de travail touchent relèvent des domaines suivants : futur du Web, ouverture des données, internet des objets, usages des communautés créatives, place des données personnelles dans l’économie du web, innovation ouverte, économie collaborative, etc.