background preloader

Publique ou privée ?

Facebook Twitter

Livret thématique #29 - Eau, bien commun. Mort annoncée de la gestion communale de l'eau, par Marc Laimé (Les blogs du Diplo, 17 juin 2016) La simplification du « mille-feuilles territorial » engagée par les lois de décentralisation élaborées puis mises en oeuvre à partir de 2012 — la loi MAPTAM en janvier 2014 (1), puis la création de Grandes régions en janvier 2015 (2), avant la loi NOTRe d’août 2015 (3) — va mettre un terme à plus de deux siècles de compétences communales, avec pour objectif affiché de rationaliser la gestion de l’eau.

Mort annoncée de la gestion communale de l'eau, par Marc Laimé (Les blogs du Diplo, 17 juin 2016)

C’est la Révolution française qui avait confié aux communes, héritières des paroisses de l’Ancien régime, la responsabilité de l’approvisionnement en eau des populations. Elles s’en acquitteront en créant des fontaines publiques, puis en contrôlant les porteurs d’eau dans les villes, avant le développement des premiers réseaux de distribution. La création de syndicats avec des communes voisines sert ensuite à mutualiser les investissements nécessaires à la réalisation des réseaux et ouvrages. Nouvelles politiques publiques de l’eau Le chantier est colossal, les enjeux économiques aussi. Corporate Accountability International. Dear Dr.

Corporate Accountability International

Kim, Dr. Cyberaction Máxima : Agua si, oro, no ! De l'eau, oui, de l'or, non ! [ 592 participations ] cyberaction mise en ligne le mardi 19 janvier 2016 Proposée par Cyberacteurs Elle sera envoyée à Mme Cristina VELITA de LABOUREIX En soutien à Máxima Acuña Chaupe et sa famille Elle prendra fin le : mardi 19 avril 2016 Comme tout pays où les ressources sont abondantes, le Pérou est la cible de grands groupes qui tentent de s’approprier les terres paysannes notamment à la recherche de minerais précieux.

cyberaction Máxima : Agua si, oro, no ! De l'eau, oui, de l'or, non !

De l'argent public pour des bénéfices privés… C’est en catimini que ce mauvais coup s’est fait et c’est une fois encore en ouvrant le journal local que l’on apprend que le maire de Moissac, M.

De l'argent public pour des bénéfices privés…

Henryot ci-devant président du SIEPA (Syndicat Intercommunal d’Eau Potable et d’Assainissement) a littéralement vendu, l’usine de traitement des eaux de Moissac à une filiale du groupe VEOLIA. Cela en est fini des espoirs d’une grande partie de la population qui a cru aux promesses de retour dans le giron du service public de la distribution de l’eau pour Moissac et ses environs. L’usine de traitement des eaux de pompage du Tarn d’un montant de 5,2 millions d’euros passe sous la coupe de Véolia qui sans bourse déliée bénéficie d’un équipement haut de gamme neuf et performant là ou les mêmes auraient dû depuis de longues années remettre en état le réseau et s’assurer que demain il n’y aura plus de scories plombées, de métaux lourds et de pesticides dans les verres issus des robinets. Alors que partout dans la région (cf.

Où l'eau dans le monde redevient publique. Corp Accountability sur Twitter : "We stand with Lagos, Nigeria. NO to water privatization! #OurWaterOurRight #Right2Water @followlasg @tundefashola. How Civil Society helped block secret plot by Lagos Govt., World Bank to privatise water. The announcement sent a collective sigh of relief to the water corporation staff and civil society activists.

How Civil Society helped block secret plot by Lagos Govt., World Bank to privatise water

After months of negotiation on how to privatize the water supply in Lagos, between the World Bank and the Lagos Water Corporation, the bank has called off the talks. But before the bank’s decision, activists and civil servants had mounted pressure on the water company against such a move, which they said would raise the cost of having access to water beyond the reach of ordinary Lagosians. The Corporation’s staff, who stood to lose their jobs, went a step further to threaten to do “everything to frustrate” the move. Last month, the World Bank issued a statement announcing a breakdown in talks between its International Finance Corporation and the Lagos Water Corporation. “Contrary to recent reports, IFC has not signed any agreement with the Lagos Water Corporation (LWC),” the bank said in the statement. Shrouded in secrecy He did neither. No Privatization Plans Mr. Jean-pierre Collet.

ICE sur l'eau acceptée !

Véolia. L'eau, un marché sous pression. Nestlé (profite d'une eau publique pour la vendre à titre privé) Remunicipalisation : vers une une gestion publique et démocratique de l’eau. Plainte d'une association contre des factures d'eau estimées illégales. Naissance d’un collectif pour la gestion publique de l’eau potable en Seine Amont. Naissance d’un collectif pour la gestion publique de l’eau potable en Seine Amont Actualités mardi 19 mars 2013 La Communauté d’agglomération Seine Amont qui réunit les villes d’Ivry-Sur-Seine, Choisy-Le-Roi et Vitry-Sur-Seine, vient de se constituer.

Naissance d’un collectif pour la gestion publique de l’eau potable en Seine Amont

Beaucoup de militants de l’eau y voient, à juste titre, une opportunité de relancer la bataille pour la gestion publique de l’eau, engagée à l’occasion du renouvellement du contrat du SEDIF et perdue par défection de quelques voix de gauche !!! Tracts et pétitions sont prévus, un débat aura lieu le 14 mai à Choisy-Le-Roi. On peut contacter le collectif à daniel.hofnung@orange.fr. Lettre aux élus de Seine Amont Objet : études d'investigation d'un passage en Régie publique du service public de l'eau potable Monsieur le Président de la Communauté d'Agglomération Seine Amont, Maire de Choisy le Roi.

NeuroMarketing-Votre cerveau les intéresse. Water makes Money - une vidéo Expression Libre. Detroit Water Brigade. In Detroit’s water wars, a pause that refreshes. Tuesday, as I drove around Detroit interviewing people about the city’s water crisis, my email kept filling with congratulatory messages.

In Detroit’s water wars, a pause that refreshes

“I’m excited to let you know about a big win that happened today in Detroit,” read one, from the organizers of Netroots Nation, the conference that helped call attention to the biggest and most celebrity-bedazzled protest the crisis has seen so far. “Control of the Detroit Water and Sewage Department (DWSD) has been returned back to the hands of the people. Your activism, energy and help in generating media attention at Netroots Nation played a big role here.” “Victory!” Read another one, from the Detroit Water Brigade. What had happened was this: Earlier that day, Kevyn Orr, Detroit’s much-maligned emergency manager, had called a press conference and announced that he was relinquishing control of DWSD and putting it under the care of Mike Duggan, the city’s mayor.

An interesting move, for sure. Victory is an important tool in political circles. « L'eau nécessite une réponse politique » L'eau est un bien commun à tous ; la politique d'irrigation ne peut pas continuer comme ça !

« L'eau nécessite une réponse politique »

», a martelé Noël Mamère invité, hier après-midi, au rendez-vous écologiste des écluses de Bernouët à Saint-Jean-d'Angély. Le député-maire Europe Écologie les Verts (EELV) de Bègles (Gironde) s'est joint aux militants de la défense et du partage de la ressource en eau qui, pour la troisième année consécutive, se retrouvaient sur ce site. Ils étaient 200 l'an dernier, moins de 150 hier. Pour une fois, l'eau coulait dans le lit de la Boutonne mais « 200 litres/seconde, c'est à peine la moitié du débit de crise décidé par les pouvoirs publics, débit en deçà duquel tout prélèvement est interdit », fit remarquer Jean-Noël Biteau, animateur du club local de canoë-kayak, engagé lui aussi dans le combat de l'eau.

Quel plan pour les gravières qui mettent en danger la nappe phréatique ? - Ariège. La mobilisation des associations écologiques continue contre les projets d'exploitation massive des gisements de graviers de la basse Ariège.

Quel plan pour les gravières qui mettent en danger la nappe phréatique ? - Ariège

La nappe phréatique est menacée. Les extractions de graviers pour les besoins du bâtiment posent de véritables problèmes pour l'avenir de la ressource en eau. La plus grosse nappe phréatique du département selon l'association nommée « le Chabot », va du secteur appaméen à Lavelanet. Située entre deux mètres et quatre mètres de profondeur, elle est vulnérable. Encore plus depuis que de nouveaux projets d'extraction de graviers se profilent à l'horizon. Publique, privée : quelle eau boire à Saint-Pierre-des-Corps ? C’est le grand débat du moment à Saint-Pierre-des-Corps.

Publique, privée : quelle eau boire à Saint-Pierre-des-Corps ?

L’eau que boivent les Corpopétrussiens – nom donné aux habitants de la ville – doit-elle être privée ou publique ? Puisée dans le Cénomanien, à 188 mètres sous terre, sa gestion est actuellement sous la coupe du groupe Veolia Environnement à travers sa division Veolia Eau. Le 2 juillet prochain, la commune doit décider si elle renouvelle pour douze ans sa délégation de service public (DSP) – quatre candidats ont répondu au nouvel appel d’offres - ou si elle bascule vers une régie municipale. Le sujet est aussi complexe que passionnel.

Il stimule beaucoup l’opposition municipale, très présente depuis plusieurs semaines à la sortie des écoles ou sur le marché pour faire signer des pétitions en faveur d’un abandon du privé. Signature de pétition à la sortie d'une école. ©Helene Jayet.