background preloader

Thématique

Facebook Twitter

Représentation des femmes en Occident. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Représentation des femmes en Occident

Cet article est consacré aux images de la femme en Occident. Préhistoire[modifier | modifier le code] Au Paléolithique supérieur ont été sculptées des figurines féminines surnommées Vénus. Elles datent pour la plupart du Gravettien, telles les Vénus de Willendorf ou de Lespugue. Leurs formes rondes et ventrues ont conduit certains auteurs à y voir un culte de la fertilité ou de la Déesse-Mère, sans possibilité toutefois de démonstration scientifique ; d'autant plus qu'elles coexistent avec des représentations schématiques longilignes. Durant les périodes plus récentes, des figures minces et dansantes sont représentées sur les parois des grottes ou sur les rochers. Antiquité[modifier | modifier le code] Grecque[modifier | modifier le code] L'exploration, au XIXe siècle, de l'antiquité grecque sélectionnne ces représentations, pour ne conserver que ce qui convient à l'époque. Celte[modifier | modifier le code] Romaine[modifier | modifier le code] Histoire de l'évolution de la condition de la femme.

« L'Histoire des femmes ».

Histoire de l'évolution de la condition de la femme

Cette expression aujourd'hui d'usage n'a fait son apparition que dans les années 1970. Auparavant, l'image de la femme était celle de la mère foyer, de l'ouvrière mais pas d'une personne faisant partie intégrante de notre Histoire. C'est notamment grâce au MLF que l'on s'est intéressé à l'histoire des femmes, c'était une demande sociale de la part des femmes qui souhaitaient affirmer leur identité et exprimer leur différence. De là est né ce besoin d'histoire et de recueil de mémoire, qui fût dans un premier temps étudié par des historiennes telles que Michelle Perrot, Yvonne Knibiehler.

Les femmes et la République en France : histoire de la reconnaissance politique des femmes, droit de vote des femmes, les grandes lois sur les femmes depuis 1944 en France, chronologie femmes, Aurore Rubio - Patrice Sawicki. Game of Thrones : une série plus féministe qu'on ne le croit ? La quatrième saison de Game of Thrones vient juste de s’achever.

Game of Thrones : une série plus féministe qu'on ne le croit ?

Pour les fans, une longue trêve insupportable débute et ne s’achèvera qu’au printemps prochain. Dans cette saison où les femmes ont montré toute leur puissance et leur influence, certains vont jusqu’à qualifier la série de “féministe”. Qu’en est-il réellement ? Daenerys Targaryen dans Game of Thrones (Crédit Image : HBO) Attention, si vous n’avez pas vu une bonne partie des épisodes de la quatrième saison de Game of Thrones, des spoilers se cachent dans cet article.

C’est la fameuse scène du viol qui avait fait particulièrement polémique dans la saison 4. Pour répondre à la polémique, George R.R Martin, auteur de la saga à succès, avait alors déclaré au New York Times : Le viol et la violence sexuelle ont fait partie de chaque guerre jamais combattues, depuis les Sumériens jusqu’à nos jours. Des personnages féminins forts. La condition des femmes au Moyen Age (1/2) Quelle était la condition des femmes au Moyen Âge ?

La condition des femmes au Moyen Age (1/2)

Celle-ci se déclinait suivant la diversité des âges et des positions sociales, suivant la place occupée dans la famille, au sein du couple par rapport à la sexualité, et au rôle primordial de la maternité. De la petite-fille à la grand-mère, de la paysanne à la moniale en passant par la gente dame, c'est tout un univers méconnu que l'on redécouvre depuis peu. L’enfance Au Moyen Âge, la vie d'une femme se divise en trois périodes: l'enfance qui dure jusqu'à l'âge de sept ans, la jeunesse jusqu’à quatorze ans, et la vie de femme de quatorze à vingt-huit ans, au-delà desquels la femme entre dans la vieillesse, alors que l'homme n'est considéré vieux qu'à cinquante ans.

La majorité est fixée par la loi canonique à douze ans pour les filles, quatorze pour les garçons. A sa naissance, l'enfant bien né est confié à une nourrice tandis que les pauvres élèvent elles-mêmes leur nouveau-né. Hommes-femmes, l'introuvable égalité. La place contradictoire des femmes dans la société française - Persée. RECHERCHES ET PRÉVISIONS N° 61 -2000 33 SOCIETE Galtier B., Les temps partiels : entre emplois choisis et emplois «faute de mieux » , Economie et statistiques, 1999, n° 321-322, 1/ 2.

Hommes-femmes, l'introuvable égalité. La place contradictoire des femmes dans la société française - Persée

Glaude M. et De Singly F., L’organisation domestique : pouvoir et négociation, Economie et statistique, avril 1986, n° 187. Goffman E., La ritualisation de la féminité, Actes de la recherche en sciences sociales, avril 1977, n° 14. Haicault M., La gestion ordinaire de la vie en deux, Sociologie du travail, 1984, n° 3. Lettre2245couleurbadinter1. Dates emancipation 1. Histoire des femmes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Histoire des femmes

Dans la perspective féministe, jusqu'au milieu du XXe siècle, les sociétés occidentales accordent un traitement favorisant les hommes et assujettissant[5] les femmes, tant au point de vue du droit que des usages et coutumes. En effet, les traditions accordent une importance particulière au rôle social de femme au foyer, qui doit se consacrer aux tâches ménagères, à la reproduction et à l'éducation des enfants. Notons cependant que la dévalorisation implicite de ce rôle de "femme traditionnelle" n'est que récente, liée au poids grandissant pris par la sphère économique dans le monde [réf. nécessaire].

Par ailleurs, ce rôle de femme au foyer n'exclut pas l'exercice d'une profession, notamment depuis la révolution industrielle. L'idée de l'égalité des sexes ne s'impose ainsi que récemment, mais les femmes ont su bien avant tirer parti de conditions historiques pour s'affranchir des contraintes et différences qui leur sont imposées. La place de la femme dans la société actuelle - FEMMES D'OCCIDENT: UN SI LONG CHEMIN. La place des femmes dans la société française au XXe siècle - Réviser le cours - Histoire - Première S.