background preloader

TAFTA

Facebook Twitter

Danger !!!

#TTIPleaks : le droit de savoir… à quelle sauce on veut nous manger. Greenpeace Pays-Bas dévoile aujourd’hui environ les deux tiers du texte confidentiel [EN] des négociations du traité de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis, confirmant les pires craintes sur ce qu’il recèle en termes de menace pour l’environnement et la santé et révélant la pression exercée par les négociateurs américains.

#TTIPleaks : le droit de savoir… à quelle sauce on veut nous manger

#TAFTA #TTIP : Le Grand Marché Transatlantique UE USA détruira l'agriculture en France. [Rapport du ministère de l'agriculture américain] Le Grand Marché Transatlantique UE USA détruira l’agriculture en France.

#TAFTA #TTIP : Le Grand Marché Transatlantique UE USA détruira l'agriculture en France. [Rapport du ministère de l'agriculture américain]

C’est un rapport du ministère américain de l’agriculture que l’explique, en s’appuyant sur une étude économique détaillée. Sans aucun mandat démocratique, dans le dos des peuples et dans le plus grand secret, la Commission Européenne est en train de « négocier » un traité de libre échange pour instituer un marché unique entre les Etats-Unis et l’Union Européenne, le Grand Marché Transatlantique.

Ce traité de libre échange est également connu sous les sigles de TAFTA, TTIP ou de GMT. Grand marché transatlantique, le dossier (Le Monde diplomatique, 27 mai 2014) Agenda • Rencontres et débats organisés par Les Amis du Monde diplomatique. • Réunions et conférences par le collectif Stop-Tafta.

Grand marché transatlantique, le dossier (Le Monde diplomatique, 27 mai 2014)

À la radio En vidéo Sur la Toile. Un bâton dans la roue du libre-échange, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, juin 2015) TAFTA, CETA, TISA, TPP… Barricadés dans des salles interdites au public, des négociateurs tapissent d’acronymes de nouvelles tables de la loi commerciale susceptibles de faire basculer le destin de plus d’un milliard de personnes.

Un bâton dans la roue du libre-échange, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, juin 2015)

Grand marché transatlantique (GMT) entre les Etats-Unis et l’Union européenne, accord de partenariat transpacifique entre l’Amérique du Nord et une dizaine de nations riveraines du grand océan (voir carte), discussions sur le commerce des services : une nouvelle vague de libéralisation déferle. Entre 1950 et 2013, zones et accords de libre-échange ont proliféré comme du pop-corn. Le volume des exportations mondiales de produits manufacturés a été multiplié par soixante-seize (1). Mais la proverbiale crevette pêchée en mer du Nord, décortiquée au Maroc avant d’échouer en barquette dans un rayonnage madrilène a-t-elle vraiment amélioré le sort de l’humanité ? Certes l’ordre démocratique a trahi ses promesses et renié ses principes. L’abominable TAFTA (GMT ? TTIP ?) pour les « nuls » ! Sur fond de campagne européenne (désastreuse campagne dans laquelle les grands partis « républicains » que sont l’UMP et le PS ont refusé de s’impliquer et les médias n’ont parlé du FN qu’en futur champion et des partis de la vraie gauche que pour dire qu’ils sont anti-européens mais sans expliquer pourquoi) on commence à entendre en sourdine une douce mélodie… Des gens susurrent des acronymes obscures : TAFTA.

L’abominable TAFTA (GMT ? TTIP ?) pour les « nuls » !

GMT. TTIP. PTCI. APT. J’ai décidé de retenir le nom de TAFTA qui signifie Transatlantic Free Trade Area (mais rassurez-vous, je vous dévoilerai aussi tous ces acronymes savoureux et vous dirai aussi pourquoi il y en a autant !) Le TAFTA, ça sert à quoi ? L’idée de mettre en place une zone de libre échange transatlantique ne date pas d’hier puisque juste après la chute du mur de Berlin, la poussière n’était pas encore retombée que les États-Unis et les États européens signaient déjà une première « résolution transatlantique ». Pourquoi cela nous concerne tous ? Conclusion. Libre-échange, la déferlante. Numéro coordonné par Pierre Rimbert Edition : Olivier Pironet Réalisation : Boris Séméniako Un bâton dans la rouePierre Rimbert I.

Libre-échange, la déferlante

Nouvelle vague. TOUR D'HORIZON SUR LES ALE (accords libre échange) Une fois n'est pas coutume, je fais un billet spécial (après mon ITW sur BLTV) pour recenser tout ce que l'on sait sur les ALE (TAFTA, TISA, CETA).

TOUR D'HORIZON SUR LES ALE (accords libre échange)

J'espère qu'il ne sera pas trop rébarbatif. Plusieurs accords sont en cours de négociation : 1 - Le TISA (Trade in Services Agreement) ou Accord sur le Commerce des Services (ACS) avec les USA, l’UE, le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, Israël et la Turquie, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Mexique, Panama, le Paraguay, le Pérou, Taïwan, Hongkong et la Corée du Sud, Le Pakistan ; ce projet de traité qui devrait confirmer l’objectif commun à tous ces pays de libéralisation progressive des échanges de services ».

Outre les Etats-Unis et l'Union européenne (au nom de ses 28 Etats membres), 22 pays (tous membres de l’OMC qui le souhaitaient.) sont associés à ce jour aux négociations. La vraie raison est qu’une véritable stagnation menace aussi la zone euro.La croissance n’y progresserait que de 0,3 point à 1,1 % en 2015. Le TAFTA aurait un effet nuisible sur l’économie européenne, démontrent deux études. Le TAFTA/TTIP, l’accord commercial secret négocié par Bruxelles et Washington, coûterait à l’Europe 600 000 emplois.

Le TAFTA aurait un effet nuisible sur l’économie européenne, démontrent deux études

En France, l’accord entraînerait aussi une baisse des salaires de 5 500 euros par travailleur et le transfert de 8 % du produit intérieur brut (PIB) du travail vers le capital. Publiée en octobre 2014, l’étude de Jeronim Capaldo, de l’Institut mondial du développement et de l’environnement à l’Université Tufts aux États-Unis, décrit les conséquences graves qu’aurait le Tafa/TTIP pour l’Union et ses États membres. Celle de Werner Raza (en allemand), directeur de la Fondation de la recherche autrichienne pour le développement international ÖFSE de Vienne, présentée le 19 octobre dernier, remet en question les pronostics optimistes des promoteurs du Tafta/TTIP, basés sur quatre études réalisées par Ecorys (2009), le CEPR (2013), le CEPII (2013) et Bertelsmann/ifo (2013). Hypothèses irréalistes Promesses non prouvées, études peu fiables… …basées sur un modèle économique inadapté.

Grand marché transatlantique, le dossier (Le Monde diplomatique, 27 mai 2014) DOSSIER - Traité transatlantique de libre-échange, dit TAFTA. Les citoyens européens consultés rejettent massivement la clause d’arbitrage du traité transatlantique de libre échange, Elisabeth Schneiter (Reporterre), 16 janvier 2015.

DOSSIER - Traité transatlantique de libre-échange, dit TAFTA

L’adoption du traité transatlantique affaiblirait les normes sur les pesticides, selon l’association Générations futures, Brève, 9 janvier 2015. Le TAFTA aurait un effet nuisible sur l’économie européenne, démontrent deux études, Elisabeth Schneiter (Reporterre), 19 décembre 2014. A Lille, convergence des luttes contre le TAFTA, le gaz de couche et les Mille vaches, Didier Harpagès (Reporterre), 14 octobre 2014. Nous refusons le traité transatlantique, qui est une attaque contre la démocratie, Julien Bayou, Pierre Larrouturou, Anne Le Strat, Vincent Liegey, Noël Mamère, Corinne Morel Darleux, Myriam Martin, Barbara Romagnan, 11 octobre 2014.

Traité transatlantique : assez de démagogie ! L’extrême gauche et EE-LV ont choisi de faire des négociations commerciales entre l’Union européenne et les Etats-Unis leur principal point de clivage avec le Parti socialiste et leur argument majeur de campagne.

Traité transatlantique : assez de démagogie !

A les en croire, le Traité transatlantique d’investissement et de commerce (TTIP), conduirait à l’alignement des Européens sur les normes alimentaires, sanitaires, sociales et environnementales en vigueur de l’autre côté de l’Atlantique. Marine Le Pen leur fait écho : «Cela signifie que demain, vous et vos familles pourriez manger du bœuf aux hormones, du poulet à la Javel, du porc à la ractopamine, les OGM cultivés en masse aux Etats-Unis.» Il s’agit d’attiser des peurs pour engranger des voix, au mépris du respect le plus élémentaire de la vérité. Nous y sommes habitués de la part du Front national et du Front de gauche, c’est plus décevant venant des Verts. Les députés socialistes ont beaucoup contribué à améliorer le mandat de négociation. Vous avez aimé le traité transatlantique, vous adorerez TISA ! Les services publics de l’eau, de l’éducation, de la santé, des transports, mais aussi l’échange sans restriction de données. Tout est sur la table du nouvel accord commercial que négocient dans le plus grand secret, les Etats-Unis, l’Union européenne et une vingtaine d’autres Etats depuis deux ans dans les locaux de l’ambassade d’Australie à Genève.

La négociation porte sur le commerce des services et vise notamment une vaste libéralisation des services publics. Les tractations de cet Accord sur le commerce des services (ACS en français, Trade In Services Agreement en anglais) devaient rester secrètes « jusqu’à cinq ans après la conclusion d’un accord » ou la fin des négociations en cas d’échec. Wikileaks a révélé le 19 juin l’annexe du traité en préparation consacré aux services financiers auquel le quotidien l’Humanité consacre sa une et un grand dossier. Un traité déjà adoré par la Chambre de commerce américaine Pour la privatisation des services publics. Stop #TAFTA / Accepter le traité transatlantique c'est renoncer à notre capacité de décider, de construire la société que nous voulons. Nous refusons ce marchandage entre la démocratie et les intérêts de quelques multinationales.

Consultation publique TAFTA : la Commission balaye l'avis de 150 000 citoyens. Faisant face à une vive opposition à l’inclusion de droits spécifiques pour les investisseurs dans le traité EU-États-Unis (TAFTA), la Commission européenne a conduit une consultation publique sur le sujet durant l’été 2014. Près de 150 000 personnes y ont contribué - le nombre le plus élevé de réponses jamais reçues lors d’une consultation publique de l’UE. Une écrasante majorité (plus de 97 %) a rejeté la perspective d’un mécanisme de règlement des différends dans l’accord transatlantique [1] comme dans ceux déjà conclus, tels que l’accord UE-Canada.

Publiée ce 13 janvier, la réponse de la Commission à cette consultation suggère que ces voix seront ignorées et que de nouvelles consultations se tiendront jusqu’au printemps, avant reprise des négociations. Le collectif Stop TAFTA dénonce le mépris de la Commission face à la mobilisation des populations européennes pour dénoncer les privilèges accordés aux investisseurs dans le projet d’accord UE-États-Unis. Le gouvernement français défend l’arbitrage privé au service des multinationales. Cette note fuitée livre des informations inédites sur la position du gouvernement et recommande en particulier de ne pas suivre la position de rejet de l’ISDS du rapporteur socialiste Bernd Langue. Le gouvernement français prêt à tout pour sauver l’ISDS ? Lors d’une réunion au sommet à Madrid samedi, les sociaux-démocrates européens se sont accordés pour sanctuariser le système de règlement des différends investisseur-État (ISDS) - en clair : pas de rejet mais des réformes mineures.

Pour parfaire la blague, le gouvernement français a salué cette nouvelle reculade comme une grande victoire de la diplomatie française. Un communiqué de la majorité, au titre mensonger [2], illustre ce double discours : critiques de façade du mécanisme face au rejet largement exprimé dans l’opinion publique [3] mais travail en souterrain pour s’assurer de son maintien dans les négociations. Le Traité transatlantique, la nouvelle arme des vendeurs de pesticides.