background preloader

TAFTA

Facebook Twitter

Si vous n’avez rien suivi au Tafta, le grand traité qui effraie. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maxime Vaudano Le projet d’accord de libre-échange transatlantique entre l’Europe et les Etats-Unis, désigné par les acronymes Tafta et TTIP, est à un tournant de son histoire.

Si vous n’avez rien suivi au Tafta, le grand traité qui effraie

Les discussions, entamées il y a près de trois ans, sont enkystées par la conjonction d’une opposition grandissante de l’opinion publique européenne et de désaccords patents entre Bruxelles et Washington sur quelques uns des chapitres de négociation les plus fondamentaux. Un treizème « round » de négociations s’ouvre lundi 25 avril à New York. Lire en édition abonnés : La négociation du Tafta sur le point de capoter 1. Le Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) est un projet de zone de libre-échange lancé début 2013 par Barack Obama et les dirigeants de l’Union européenne, José Manuel Barroso et Herman Von Rompuy, avec le soutien des 27 Etats-membres européens (qui sont maintenant 28). 2.

Le poulet au chlore Les tribunaux d’arbitrage La coopération réglementaire 3. Trois millions de signatures contre le traité transatlantique Tafta/TTIP. Le site de l'initiative citoyenne européenne auto-organisée Stop TTIP/Tafta.

Trois millions de signatures contre le traité transatlantique Tafta/TTIP

C'est à une mise en scène symbolique, mais néanmoins lourde de sens, que se sont livrées mercredi 7 octobre les organisateurs du collectif Stop Tafta. Cette coalition d'organisations de la société civile, de syndicats et de citoyens défavorables au traité transatlantique Tafta/TTIP ont en effet remis à la Commission européenne une pétition de 3,2 millions d'Européens appelant à l'arrêt immédiat des négociations de cet accord de libre-échange géant entre l'Europe et les Etats-Unis. Le lendemain, des organisations françaises en ont fait de même avec le secrétaire d'Etat au commerce extérieur Matthias Fekl : Le collectif Stop Tafta est passé outre cet obstacle en "auto-organisant" une pétition sur son site, qui rassemble au bout de quinze mois plus de trois millions de signataires.

Dans le meilleur des scénarios, un ou plusieurs grands pays européens pourraient réclamer l'arrêt des négociations. Bruxelles présente sa version relookée des tribunaux d’arbitrage du Tafta. La commissaire européenne au commerce Cecilia Malmstrom, à Bruxelles, le 11 mai 2015.

Bruxelles présente sa version relookée des tribunaux d’arbitrage du Tafta

(AFP PHOTO/Emmanuel Dunand) Cette fois, c'en est (presque) fini des déclarations d'intentions et des promesses lointaines. Sur la question très sensible des tribunaux d'arbitrage du traité transatlantique, la Commission européenne est entrée mercredi 16 septembre dans le vif du sujet en rendant une copie très précise détaillant ses intentions de réforme du mécanisme d'Investor-State Dispute Settlement (ISDS), décrié pour donner aux multinationales le pouvoir de contester dans une cour hors-sol les décisions démocratiques des Etats. Traité transatlantique : pourquoi la France menace de stopper les négociations.

Le secrétaire d'Etat au commerce extérieur Matthias Fekl, le 22 juillet.

Traité transatlantique : pourquoi la France menace de stopper les négociations

(AFP / THOMAS SAMSON) Un an après sa nomination comme secrétaire d'Etat au commerce extérieur, Matthias Fekl a décidé de hausser le ton dans le principal dossier de son portefeuille : le traité transatlantique Tafta/TTIP. Dans une interview parue lundi 28 septembre dans Sud-Ouest (lien payant), le quotidien de son fief de Marmande, M. Fekl menace les Etats-Unis de suspendre les négociations du grand accord commercial en discussion entre les deux rives de l'Atlantique si ceux-ci ne montrent pas un peu plus de bonne volonté. Jusqu'alors plus conciliant, le « M. L'accès des entreprises européennes aux marchés publics américains, pour l'instant réservés en immense majorité aux entreprises américaines au nom du protectionnisme.L'accès aux marchés agricoles et agroalimentaires et la reconnaissance des indications géographiques, comme les appellations « Champagne » ou « Camembert de Normandie ».

Si M. Ractopamine, ce produit dopant dont notre porc pourrait bientôt être gavé. Le Tafta va-t-il avoir la peau du porc made in France ?

L'UE,veut réduire les prestations sociales, dont les soins santé et augmente les risques pour la santé. Elle nous empoissonne ,nous et nos enfants. L'UE est devenue une nuisance sanitaire, démocratique et économique. Verrons nous des manifestations des pauvres petits agriculteurs pollueurs? J'en doute fort, ils sont tellement proches, tellement complices des lobbys agro alimentaires. – nrr67
D'un côté des porcs (humains) qui ne pensent qu'au profit et crieront "je ne savais pas" quand le scandale éclatera, une fois que les consommateurs seront bien atteints, et de l'autre ces derniers, dindons de la farce, rats-de-laboratoire malgré eux. Seule issue à cette folie, manger moins de viande et uniquement en provenance de son boucher, si on a confiance en lui – nrr67
Ce type de nourriture animale, utilisée dans l'élevage industriel de masse, rend la viande toxique à long terme - et aussi plus abordable, ce qui aggrave la toxicité en augmentant les doses. Ensuite, on se plaint de ne pas avoir assez de reins à greffer... Et on s'offusque du marché noir d'organes... – nrr67

Les discussions sur l'accord de libre-échange transatlantique s'enlisent encore et toujours.

Ractopamine, ce produit dopant dont notre porc pourrait bientôt être gavé

Mais la Commission européenne a peut-être la solution pour donner un nouveau souffle aux négociations. La question est cruciale : en cas de réussite, le traité instaurerait la zone de libre-échange la plus importante de l'histoire, soit 45,5% du PIB mondial. Au coeur du projet, l'harmonisation des normes sanitaires et environnementales entre les continents américain et européen devrait avoir des répercussions très concrètes, notamment dans nos assiettes et pourrait introduire en Europe des pratiques jusque-là interdites dans l'agroalimentaire. Moins connu du grand public que les OGM ou les boeufs nourris aux stéroïdes de nos voisins américains, l'utilisation de la ractopamine, un médicament dopant, dans la filière porcine, pourrait aussi faire son apparition en Europe.