background preloader

Le problème ! => DETTE = monnaie scripturale, créée artificielle

Facebook Twitter

La dette expliquée aux nuls. La gestion de la dette conditionnera les débats de la présidentielle, comme l'a montré l'Université d'été du PS.

La dette expliquée aux nuls

Un sujet complexe, pollué par les idées reçues et les croyances. Pour y voir plus clair, OWNI reprend les bases. Lorsque l’on parle de dette, il est de coutume de dire que « l’État vit au dessus de ses moyens », que le modèle social français n’est plus soutenable, et qu’il faut donc réduire les dépenses. Pourtant, la réalité est légèrement différente : sur 1 600 milliards de dette publique remboursée depuis 1974, environ 1 200 milliards d’euros ne sont constitués que des seuls intérêts. L’effet « boule de neige » explique en grande partie ce phénomène. En réalité, hors paiement des intérêts, les budgets sont globalement à l’équilibre comme le montre le graphique ci dessous (issu du travail de André-Jacques Holbecq) : Rembourser la dette, ce n’est donc pas payer en différé les dépenses d’éducation, de santé ou d’autres investissements.

Photos FlickR yenna ; » 0380 La dette totale américaine. La Fed venant de fournir les chiffres de la dette pour trimestre précédent, les deux graphiques suivants font un état des lieux de l’endettement de l’ensemble des agents économiques États-Unis depuis 1916 : La folle croissance de la dette totale américaine (publique + privée) depuis le début des années 1980 saute aux yeux.

» 0380 La dette totale américaine

Exprimée en % du PIB, elle a largement dépassé son pic historique d’endettement de 300 % du PIB de 1933 (dû alors essentiellement aux entreprises, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui) pour atteindre 370 % en 2009. (NB. Je précise pour les puristes que j’ai évidemment inclus dans la dette publique la dette intragouvernementale officielle – nous y reviendrons…). La hausse récente a d’abord été due au secteur financier (développement du financiarisme) et aux administrations publiques (reaganisme coupant les recettes), puis à partir de 1995, aux ménages (boom immobilier).

La dette publique. Création monétaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Création monétaire

La création monétaire, souvent appelée familièrement « la planche à billets », est le processus par lequel la masse monétaire d'un pays ou d'une région (comme la zone euro) est augmentée. Sous l'empire de la monnaie métallique (argent ou or), la masse monétaire était directement liée à la quantité de métal disponible, en fonction du destin des mines (découvertes, épuisement, « ruée vers l'or ») et des autres flux de métal (commerce, pillage, tribut et rançon, etc.). Dans le monde contemporain, l'essentiel de la monnaie est scripturale, créée par le crédit (émission de dette échangeable) dans les limites qui sont imposées aux établissements de crédits (réserves obligatoires etc.) et détruite par extinction des dettes sous-jacentes (par remboursement ou autre) ; la masse monétaire évolue constamment.

Les monnaies non fiduciaires et fiduciaires[modifier | modifier le code] Monnaie non fiduciaire[modifier | modifier le code] La banque centrale. Dette. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dette

La dette (du latin debeo signifiant « devoir, ce que l'on doit à quelqu'un[1] ») est un échange asynchrone entre deux entités (personne, groupe, entreprise, État)[réf. souhaitée]. Histoire[modifier | modifier le code] L'histoire de la dette est plus ancienne que celle de la monnaie: alors que les premières pièces datent du règne de Gygès autour de 700 avant J.C., un système économique basé sur la dette s'est développé dès la civilisation Sumer, 6000-3500 avant J.C. Antiquité[modifier | modifier le code] Dette publique de la France. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dette publique de la France

Dette publique de la France, en % du PIB, et en milliards d'euros courants, en fin d'année, 1978-2010. Dette publique et affichage des couleurs politiques des gouvernements (source : INSEE) La dette publique, « au sens de Maastricht » estimée par l'Insee, a été évaluée pour la fin du quatrième trimestre 2013 à 1 925,3 milliards d'euros, soit 93,5 % du PIB[1]. Elle représentait 663,5 milliards d'euros à la fin de 1995, ou 55,5 % du PIB et avait atteint 1 211,6 milliards d'euros (64,2 % du PIB) à la fin de l'année 2007[2]. Ce chiffre, qui sera à rembourser par les administrations publiques, est à comparer à leurs recettes annuelles.

Dette publique des États-Unis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dette publique des États-Unis

Réserves de devises et d'or, diminuées de leur dette extérieure totale (publique et privée), d'après les données de 2010 du CIA Factbook. La dette publique des États-Unis ou dette publique américaine, est la dette de l'État américain soit l'ensemble des engagements financiers pris sous formes d'emprunts par l'État ainsi que les collectivités publiques des États-Unis. Histoire[modifier | modifier le code] Philadelphie accueille la première Bourse américaine[1], en 1790, pour que les investisseurs puissent y échanger le premier emprunt obligataire américain, de 8 millions de dollars, émis pour restructurer la dette des nouveaux États-Unis.

Elle restera la principale Bourse américaine jusqu'à la Panique de 1837. Les « Naval Acts » de 1794 et 1798 luttent contre les exactions des pirates franco-cubains par l'émission d'autres obligations pour financer la création d'une US Navy, les anglais ayant confisqué les navires de guerre à l'Indépendance. Bankster.tv. Money Le film - 01.

Money Le Film - 02. Money Le Film - 03. Money Le Film - 04. «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique» par Myret Zaki et Etienne Chouard. CATASTROIKA Version Française sous titrée. Debtocracy International Version [Multi-Subs] Le site dénonçant les FAUX MONNAYEURS.

Monnaie.wikispaces.com.