background preloader

Etienne Chouard - Argent dette & creation monétaire

Related:  DETTE

Dette publique et "loi Rothschild" : le silence des médias C'est le point aveugle du débat : la dette publique est une escroquerie ! En cause, la loi Pompidou-Giscard de 1973 sur la Banque de France, dite "loi Rothschild", du nom de la banque dont était issu le président français, étendue et confortée ensuite au niveau de l'Union européenne par les traités de Maastricht (article 104) et Lisbonne (article 123). D'une seule phrase découle l'absolue spoliation dont est victime 99% de la population : "Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la banque de France". Contraint d'emprunter aux banques privées En clair et pour faire simple, la Banque de France a désormais interdiction de faire crédit à l’État, le condamnant à se financer en empruntant, contre intérêts, aux banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la banque de France qui lui appartient. Qui gouverne ? Silence médiatique Inlassable propagande des conservateurs-libéraux ? Mais les éminents confrères ?

Traité de Lisbonne, article 123 : le coup d'état de la finance Comme chacun sait, est actuellement en première ligne des pays attaqués par la finance sur son point faible : la dette souveraine. Cette situation est cependant valable pour la plupart des pays occidentaux endettés, y compris , la seule différence étant que les plus vulnérables subissent en premiers les coups de boutoir de ladite finance. Les suivants sur la liste commencent d’ailleurs également à être touchés (Portugal, Espagne) à travers les agences de notation. Cet article va évoquer une question fondamentale que personne ou presque ne se pose, à savoir pourquoi les états en sont arrivés à se financer sur le marché privé. C’est bien la finance qui coule : démonstration La dette d’un état Comme tous les pays en déficit, doit lever régulièrement sur le marché mondial des fonds pour financer son déficit. Toute dette comprend 2 parties : cumul des déficits antérieurs ou capital charge de la dette ou intérêts financiers La situation de 2009, la situation de est la suivante : Et dans tout ça ?

Reprendre le contrôle de la monnaie Moi dit : 30 décembre 2009 à 15:37 @Etienne Chouard: « Je te rappelle que même les billets de banques ont été, pendant des siècles, des reconnaissances de dettes, des titres de dette qui circulent, ne prenant leur valeur que dans la confiance qu’on portait à leur émetteur. Même avec le cours légal. » Pas « même avec le cours légal ». Le cours légal a transformé les billets de banque en argent, ce ne sont plus des reconnaissances de dettes. Le cours légal est ce qui différencie l’argent de l’infinité des autres monnaies possibles (et qui sont effectivement utilisées). Étienne Chouard dit : 30 décembre 2009 à 18:49 @ Moi, Ne confondez-vous pas le cours légal et le cours forcé ? Il me semble qu’on a vu souvent et partout l’un sans l’autre (même s’ils vont bien ensemble). L’important est de ne pas se laisser piquer la machine à produire des titres de dettes… Sinon, en perdant la souveraineté monétaire, on perd sûrement la souveraineté politique avec. Amicalement. Étienne Paul, Étienne Vraiment.

269 – Derudder – Holbecq: Manifeste… « Plus loin que Jorion Manifeste pour que l’argent serve au lieu d’asservir ! Une Nation souveraine a le pouvoir et la légitimité d’émettre sa propre monnaie. Dette et austérité sont des choix idéologiques. Savez-vous que: - Les intérêts de la dette publique absorbent la totalité de l’impôt sur le revenu ! - La BCE a prêté 1000 milliards aux banques mais refuse de prêter aux États pour alléger leur fardeau ! - Le retour du droit de création monétaire par la Banque Centrale au service des États leur éviterait de dépendre de la spéculation et leur permettrait de financer les urgences sociales et écologiques ! Au lieu de cela en Grèce des familles en sont réduites à abandonner leurs enfants. Pourquoi sauver les banques et non pas les peuples ? Pour beaucoup d’entre nous, c’est parfaitement incompréhensible ! Pure utopie pensez-vous ? Contrairement à ce que croient encore certains, ce ne sont pas les États qui émettent la monnaie, mais le système bancaire privé, simplement lorsqu’il accepte une demande de crédit.

L'appel de Mikis Theodorakis : "Les banques ramèneront le fascisme en Europe !" Alors que la Grèce est placée sous tutelle de la Troïka, que l’Etat réprime les manifestations pour rassurer les marchés et que l’Europe poursuit les renflouements financiers, le compositeur Mikis Theodorakis a appelé les grecs à combattre et mis en garde les peuples d’Europe qu’au rythme où vont les choses les banques ramèneront le fascisme sur le continent. Interviewé lors d’une émission politique très populaire en Grèce, Mikis Theodorakis, figure emblématique de la résistance à la junte des colonels, a averti que si la Grèce se soumet aux exigences de ses soi-disant "partenaires européens", c’en sera "fini de nous en tant que peuple et que nation". Il a accusé le gouvernement de n’être qu’une "fourmi" face à ses "partenaires", alors que le peuple le voit comme "brutal et offensif". Si cette politique continue, "nous ne pourrons survivre (…) la seule solution est de se lever et de combattre". Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. A lire aussi:

Résumé de la conférence "l'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique " de Myret Zaki et Etienne Chouard Je vous recommande vivement l'écoute de la vidéo accessible en bas de cette note présentant une conférence débat de décembre 2011 en Suisse intitulée "L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique" avec la participation de Myret Zaki, rédactrice en chef de la revue économique Bilan et Etienne Chouard, enseignant en économie et gestion. Les deux intervenants, parfois emportés par leur passion ou leur colère, apportent un éclairage extrêmement intéressant sur les causes des crises économiques mondiales que nous subissons depuis 2008 et nous proposent une solution radicale. À leur écoute, j'ai parfois des doutes sur le degré d'exactitude de leurs affirmations et sur leur parti pris, mais leur démonstration de l'absurdité et de la perversité du monde politique et économique qui nous gouverne est claire et convaincante. Pour ceux qui n'auraient pas 2h30 à consacrer à la visualisation de cette vidéo, en voici mon résumé. Didier - Citoyen du Monde Pour approfondir :

Ce mec a emprunté 500 000 euros avec la ferme intention de ne jamais les rembourser En 2008, le militant anticapitaliste Enric Durán a emprunté 492 000 € à 39 organismes de crédits différents sans aucune intention de les rembourser. Mais –comme on peut s’y attendre de la part d’un militant anticapitaliste –, il n’a pas tout claqué dans des couteaux de cuisine en diamants et des frisbees de luxe. Au lieu de ça, il a reversé son fric à quelques causes anticapitalistes indéterminées et le reste à Crisi, un journal gratuit qui a détaillé sa façon de procéder et encouragé la population à faire pareil. Ce geste hardi de Robin des Bois des temps modernes a fait de lui un héros du jour au lendemain. Ça faisait deux ans que j’essayais d’interviewer Enric, mais – que les 14 organismes de crédit qui essayent de l’envoyer en prison pour détournement de fonds en témoignent – c’est un mec sur lequel il est assez difficile de mettre la main. Enric avec un exemplaire de son journal, Crisi VICE : Hey Enric, qu’est-ce qui s’est passé exactement avec ton procès ? Je vois.

Le sauvetage des banques : qui paye ? The European : Mais ce n’est pas le cas. Lanchester : C’est un peu comme si l’idole était tombée de son piédestal. Tous confus, nous restons les bras ballants, regardons autour de nous, puis nous époussetons rapidement la statue avant de la replacer sur son socle. The European : Selon le contexte, la notion de dette peut revêtir des connotations très différentes. Lanchester : La pensée économique est une métaphore dont nous abusons volontiers. The European : Il n’en reste pas moins que la notion de dette tire ses origines de contextes culturels et religieux. Lanchester : Au fil du temps, le langage économique a incorporé un élément moral qui n’est pas toujours d’une grande utilité. The European : Aujourd’hui, moins de trois pourcents de l’argent existe sous forme d’espèces. Lanchester : L’histoire de l’argent est une histoire qui tend de plus en plus vers l’abstraction. Les grosses parts de gâteau, c’est fini Lanchester : Crise et confiance sont étroitement liées. Original anglais.

Compteur des intérêts de la dette publique française : les intérêts payés par la France Conséquences de la charge de la dette française Rappel : La dette publique comprend les dettes de l'Etat, de la sécurité sociale et des collectivités territoriales. Chaque année, les administrations publiques doivent payer les intérêts correspondant aux sommes empruntées. Dès lors, plus la dette augmente, plus le montant des intérêts à payer chaque année s'accroît, et moins les administrations publiques peuvent utiliser à leur gré les ressources à leur disposition pour des dépenses utiles. Déficit public, différence entre les recettes fiscales et les dépenses publiques, inclus évidemment dans ces dernières ce recours à l'emprunt qui équivaut à un cumul des besoins en capital nouveau, mais aussi en intérêts à payer sur la dette existante. Les intérêts de la dette en France en 2014 46.700.000.000 euros par an La Loi de Finance 2014 prévoit une charge de la dette, les intérêts sur notre dette publique, de 46.7 Mrd EUR en 2014 pour la France. 1.644 euros Les intérêts de la dette en France en 2013

L'arnaque monétaire internationale ou la face cachée de la mondialisation "Par essence, la création monétaire ex nihilo* que pratiquent les banques est semblable, je n'hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi." (Maurice Allais - 1999) A l'heure où l'on nous rabâche à longueur de temps le problème de la dette publique, qui sert à justifier les réformes liberticides et anti-socialistes que notre cher gouvernement fait passer avec plus ou moins de tact, il importe de se poser la question : Comment un État souverain peut-il devoir plus de 1 000 milliards d'euros à différents créanciers ? Lorsque tous les "experts" jurent que la relance de la croissance résoudra tous nos maux en diminuant le chômage et en augmentant notre pouvoir d'achat, il est bon de s'interroger sur les fondements de telles assertions. Signé : Crazy Horse (Agoravox)Ce texte incontournable se retrouve sur d'autres sites et sous d'autres signatures.

Crise financiere grecque, origine americaine, explications francaises - Creer sa monnaie, cela vous tente ? Crise financiere grecque, origine americaine, explications francaises : . Pour comprendre le declenchement de la crise financiere grecque. Edifiant ! . . . .Myret Zaki : origine technique de la crise financiere en Europe : .Que s'est-il vraiment passe ? . . . ''(..)quand vous vendez a decouvert en tres grande quantite la dette d'un pays, les taux d'interets montent et le pays fait faillite (... la grece ne pouvait plus se financer sur les marche financiers'' (0:6:00) . . ''(...) . . ''(...) les 5 Hedge Funds se sont mis a vendre (vente a decouvert ou ''short'') en masse, (...) et puis les autres investisseurs egalement, ils ne comprenaient pas ce qu'il se passait et ont panique'' (0:8:00) . ''(...) voyant que ca avait bien marche, les Hedge Funds ont continue avec l'Irlande (...) et meme la France et l'Allemagne '' (0:09:00) . ''(...) le marche des pdts derives n'est pas reglemente et ce sont ces instruments qui sont utilises'' (0:10:00) . . . . . . . . . . '' (...) . . . . . . . . . . . . . . . . .

L’inégalité du partage des richesse à travers le monde. Voici une vidéo qui traite de la (très équitable) répartition des richesses au niveau mondiale. Dans un monde où 1% des plus riches possèdent 43% des richesses mondiales pendant que 80% des plus pauvres en possèdent 6%, il est nécessaire de comprendre comment ce système fonctionne pour analyser ses conséquences. Ces deux petites vidéos nous ouvre la voix sur ce problème qui bien souvent est sous évalué par nous tous. La première vidéo traite le problème à l’échelle mondiale tandis que la deuxième concerne l’inégalité du partage des richesses aux Etats-Unis. Les inégalités ne cessant d’augmenter. En 2013, alors même que plus de 880 millions de personnes vivent dans la pauvreté absolue avec moins de 1 dollar par jour, le monde n’a jamais compté autant de milliardaires en dollars.

Suisse : la banque la plus puissante au monde annonce « le crash » (Source : Le Veilleur) N’est-il pas intéressant de voir que ce sont les pays exploiteurs de pays pauvres qui sont les plus endettés? Il est vrai qu’on doive faire la guerre pour piller les ressources des autres. Mais la guerre n’est-elle pas lucrative? Ah, mauvais karma, je suppose… Que je vous dise d’abord ce qu’est la BRI (Banque des règlements internationaux). L’alerte que vient de lancer la BRI la semaine passée dans un rapport signé de son chef Jaime Caruana est rouge cramoisi. Et ce n’est pas le recul mortifié de Ben Bernanke, patron de la Fed américaine, renonçant mercredi à limiter comme promis l’injection massive de 85 milliards de dollars chaque mois pour soutenir l’économie défaillante de son pays, qui va arranger quelque chose. Le compteur affolé William White, ancien économiste en chef de la BRI, confirme les prévisions sinistres de Caruana. Toutes les déséquilibres antérieurs sont toujours là. C’est dire le poids des chaînes qui nous lient à nos prêteurs. Notes :

Pourquoi les Etats cèdent-ils devant les banques ? - Documentaire "La dette" En 2010, la crise de la dette est allumée en Grèce, dans l’un des berceaux de la démocratie. Elle se répand dans toute l’Europe jusqu’à ce jour, menaçant les fondements mêmes de l’Union Européenne. Mais d’où vient la dette ? Quelles logiques et quels intérêts se cachent derrière ce mot ? Qui de la puissance publique ou des banques aura le privilège d’émettre de la monnaie ? La monnaie ne pourrait-elle pas faire partie des biens communs ? On trouvera avec ce film, produit et diffusé par la coopérative Direction Humaine des Ressources, un outil au service du débat. Présentation du film par les auteurs, Nicolas Ubelmann et Sophie Mitrani : Comment êtes-vous arrivés à réaliser ce film ? Nicolas Ubelmann : J’ai eu un déclic en écoutant une émission sur France Inter, à laquelle participait un petit groupe d’experts économiques. J’ai alors tapé une question sur internet : « d’où vient l’argent ? Sophie Mitrani : Le sujet nous avait intrigués beaucoup plus tôt, dès 1996. Projections/débats :

Related: