background preloader

Comment le système monétaire profite aux banques

Comment le système monétaire profite aux banques
En analysant la création de monnaie, le blogueur canadien Le Minarchiste arrive à une conclusion sans appel : le système monétaire profite avant tout aux banques et aux états... au détriment des salariés. Dans le précédent article, nous parvenions à la conclusion que c’est la création monétaire qui entraine l’inflation. Dès lors, se pose la question des règles monétaires actuellement qui permettent de créer de la monnaie. C’est l’objet de ce second article, où nous essayerons de voir à qui profite la création de monnaie. Comment et pourquoi est apparue la monnaie ? C’est l’essor du commerce et de la spécialisation du travail qui ont nécessité l’apparition de la monnaie pour faciliter les échanges. Ainsi, si vous êtes cordonnier et que vous voulez acheter du bœuf, il n’est plus nécessaire de trouver un boucher mal chaussé ! Les caractéristiques d’une bonne monnaie sont : Ce stratagème n’a pas échappé aux bonzes de l’État. La banque centrale Pourquoi le taux de change fluctue-t-il ? Non ! Related:  monnaie

LA LEGITIMITE DU REVENU MINIMUM D’EXISTENCE Pour un nouveau contrat social Pourquoi la planche à billets fait exploser les prix Derrière l'impression que le coût de la vie augmente régulièrement, le blogueur canadien Le Minariste retrouve l'un des fondements de l'inflation : l'augmentation permanente de la masse monétaire. N’est-il pas fascinant que les prix ne cessent d’augmenter, d’année en année? Le phénomène de variation des prix, nommé inflation, est généralement mesuré par l’Indice des Prix à la Consommation (IPC) qui est calculé en suivant la valeur d’un panier de biens dans le temps. Si le taux d’inflation a été de 3% cette année, cela signifie que les prix de ce panier de biens ont, en moyenne, grimpé de 3%. Cela signifie aussi que le pouvoir d’achat du dollar a baissé de 3%, c’est-à-dire qu’il vous faudra dorénavant 3% plus de dollars que l’an passé pour acheter ce panier de biens. Sur le site de la Banque du Canada, on peut s’amuser à calculer la valeur d’un panier de biens de $100 de 1914 à aujourd’hui (2010). Avez-vous déjà entendu l’expression « l’argent lui brûle dans les poches » ? Lew57

revenudexistence.info Le site a rencontré l'erreur ci dessous. Relancer l'application (revenudexistence) Le champ 'ZR_REQ_INFOS_DERNIERE' n'a pas pu s'initialiser, car il a rencontré l'erreur HyperFileSQL suivante : ============================= L'accès au serveur vous est refusé. Vérifiez que le nom d'utilisateur <alternatives> et le mot de passe sont corrects. ============================= L'accès au serveur vous est refusé. Dump de l'erreur du module <WD140PAGE.DLL><14.00Dgd>. - Niveau : erreur fatale (EL_FATAL) - Code erreur : 310085 - Code erreur WD55 : 4001 - Pas de code d'erreur système - Pas de message d'erreur système - Que s'est-il passé ? Une autre monnaie que l'Euro, c'est possible Christophe Levannier dirige une entreprise de matériel industriel à Traunstein, en Haute Bavière. Parmi ses clients, beaucoup de locaux. Par exemple, le meunier du coin. Il le connaît bien et, surtout, il peut le payer, non pas en euros, mais en Chiemgauers. Depuis 2003, le boulanger accepte aussi que ses clients le paient avec cette monnaie locale. La monnaie, un moyen de paiement et d'échange La monnaie est tellement enracinée dans nos vies, dans notre culture et dans notre histoire, que l'on ne s'interroge même plus sur son utilité. Selon Bernard Lietaer, économiste et spécialiste de la monnaie, la monnaie n'est rien de plus qu'un accord, au sein d'une communauté donnée, sur un moyen d'échange et de paiement. Christophe Levannier, responsable du Chiemgauer dans la ville de Traunstein, en Bavière, préfère, pour sa part, filer la métaphore : La monnaie dans notre système économique, c'est comme le sang dans le corps humain : si elle s'arrête de circuler, c'est la mort du système." ..."

Réinventer le système monétaire par le dividende universel Pour prolonger les débuts de réflexion que j’effleurais dans plusieurs de mes derniers articles Pourquoi le système financier est un château de cartes ; Pour un retour de la « finance utile », ainsi que dans 10 (mauvaises) raisons de ne pas croire au revenu de vie, je vous propose aujourd’hui de réfléchir à ce qui pourrait être un système monétaire optimal. Commençons par un petit retour en arrière sur un de mes articles précédents, que je concluais en écrivant : le système financier et monétaire n’est qu’un château de carte dont la dette est la clé de voute. En substance, il faut comprendre que la très grande majorité de la monnaie en circulation l’est sous forme de dette. Note de contexte : la faillite est imminente La « crise des dettes souveraines » place actuellement à la croisée des chemins de ces questions. En plus des états, les banques commerciales sortent difficilement la tête de l’eau suite à la crise des subprimes de 2008. ). Vers une création monétaire centrale contrôlée ? .

Création monétaire: les bases | Expansive Passion J’ai décidé d’écrire des articles courts pour expliquer la création monétaire et ses nombreuses conséquences. Le but est de permettre à chacun d’intégrer à son rythme cette information absolument essentielle pour comprendre l’argent: le sang dans les veines de nos sociétés. Ce premier article donne quelques bases. Si ce qui va suivre vous paraît difficile à croire, trop simpliste, ou invérifiable, je vous suggère d’attendre les articles suivants, où je détaillerais les conséquences de la création monétaire, et déconstruirais certains mythes durs à cuire. Les bases Toute création monétaire commence par la création d’une dette. Et l’Etat, là-dedans, il ne crée jamais de monnaie ? L’Etat ne crée des pièces et billets que pour permettre l’usage de la monnaie sous cette forme physique. L’état n’a absolument plus le droit de créer la monnaie lui-même. Les banques n’ont-elle aucune limite à la quantité de monnaie qu’elle peuvent creer ? Voici l’article suivant Like this: Like Loading...

Allocation Universelle Debt: The First Five Thousand Years Anthropologist David Graeber argues that it is only with a general historical understanding of debt and its relationship to violence that we can begin to appreciate our emerging epoch. Here he begins to fill in our historical knowledge gap What follows is a fragment of a much larger project of research on debt and debt money in human history. The first and overwhelming conclusion of this project is that in studying economic history, we tend to systematically ignore the role of violence, the absolutely central role of war and slavery in creating and shaping the basic institutions of what we now call ‘the economy'. What's more, origins matter. Let me start with the institution of slavery, whose role, I think, is key. This sort of logic has at least two very interesting consequences, though they might be said to pull in rather contrary directions. But at the same time the logic of debt as conquest can, as I mentioned, pull another way. One might ask, then, what is the alternative? I. II.

Revenu garanti: « la première vision positive du XXIe siècle » » Article » OWNI, Digital Journalism Selon Mona Chollet, plus qu'une utopie de plus, le revenu universel est un véritable projet de société qui répond à de nombreuses problématiques du XXIème siècle. Après avoir vécu douze ans dans une roulotte de cirque, pour être libre et pour économiser un loyer, Susanne Wiest s’est installée à Greifswald, dans le nord de l’Allemagne. Elle travaille comme maman de jour, sans gagner suffisamment pour joindre les deux bouts : elle doit accepter l’aide de ses parents. Quel travail feriez-vous si votre revenu était assuré ? Derrière la carte – et la question -, il y a Enno Schmidt, un artiste allemand établi en Suisse alémanique, et Daniel Häni, qui dirige à Bâle Unternehmen Mitte, une ancienne banque reconvertie en centre social et culturel (une exception notable à la règle qui veut que seules les usines désaffectées connaissent ce destin). Susanne Wiest, Enno Schmidt et Daniel Häni Une “valeur travail” plus ancrée en France qu’en Allemagne ou en Suisse Une utopie élitiste ? Susanne Wiest

comprendre l'actualité économique Les formes de la monnaie Au manteau de Thespis je ne fais pas de trou.Edmond Rostand - Cyrano de Bergerac. La crise monétaire qui sévit de nos jours a remis les questions monétaires au centre des préoccupations politiques et médiatiques. On a récemment assisté à des évènements que l’on croyait d’un autre âge, ou réservés à des pays « exotiques » : paniques de clients des banques qui se manifestèrent par d’invraisemblables files d’attentes devant les guichets, chacun souhaitant solder son compte en réclamant des billets ; faillites de banques que l’on pensait infaillibles de par leur ancienneté, leur réputation et leur taille ; nationalisation totale ou partielle de banques et d’établissements financiers, etc. On redécouvre ainsi que la monnaie occupe une place centrale dans nos économies, et plus largement, dans l’équilibre social et politique de nos pays. Dans une économie moderne, on utilise, pour financer les transactions de toutes sortes, trois types de monnaie. Récapitulons.

Non, le revenu de vie n'est pas une utopie. Après avoir écrit l’article provocateur “Le problème, ce n’est pas les riches, c’est les pauvres” sur le revenu de vie, de nombreux commentaires m’ont incité à me pencher plus sérieusement sur cette idée. Voici une présentation plus “sérieuse” de ce concept révolutionnaire. Qu’est-ce que le revenue de vie ? Connu également sous de nombreux noms, le revenue de vie, ou aussi dividende universel, dotation inconditionnelle de citoyenneté, allocation universelle, revenu de base, revenu forfaitaire, revenu garanti, revenu de citoyenneté, revenu social de solidarité semble au premier abord totalement utopique. “Ce revenu serait inaliénable, universel, inconditionné, insaisissable, cumulable avec les autres rentrées d’argent, professionnelles ou patrimoniales. Comment le financer ? L’infâme gauchiste que je suis proposait un brin sardoniquement de prendre aux riches pour donner aux pauvres. Principales objections : Le risque de créer une population d’assistés. Mais qui ferait le sale boulot ?

Création Monétaire Allocation universelle Livre de référence: L'allocation universelle par Yannick Vanderborght et Philippe Van Parijs (Repères 402, Paris: La Découverte 2005, téléchargeable gratuitement avec l'aimable autorisation de la maison d'édition), également publié en traduction allemande (Campus), italienne (Bocconi), espagnole (Paidos) et portugaise (Record). Réseau mondial: Basic Income Earth Network (BIEN) Revue internationale: Basic income studies (BIS) C'est au 3 Place Montesquieu, à Louvain-la-Neuve, que l'expression "allocation universelle" a été utilisée pour la première fois (1982). Lors de son congrès de Barcelone (2004), le BIEN s'est mondialisé sous le nom de Basic Income Earth Network, Yannick Vanderborght (FUSL et UCL, Chaire Hoover) en est devenu le newsletter editor, David Casassas (Universitat de Barcelona et Hoover Fellow en 2005-06) le secrétaire, et Philippe Van Parijs président de son International Board.

Physical Bitcoins by Casascius

Related: