background preloader

Energies

Facebook Twitter

Mécanique. Énergie éolienne. Éolienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Éolienne

Une éolienne est un dispositif qui transforme l'énergie cinétique du vent en énergie mécanique, qui est le plus souvent transformée en énergie électrique. Les éoliennes produisant de l'électricité sont appelées aérogénérateurs, tandis que les éoliennes qui pompent directement de l'eau sont parfois dénommées éoliennes de pompage, dont un type particulier est l'éolienne Bollée. Ernest Sylvain Bollée a utilisé ce mot « éolienne » pour la première fois (1885) comme nom commun et non plus comme un adjectif (énergie éolienne). Le mot se retrouve dans le Larousse quelques années plus tard en 1907. [réf. nécessaire] Les termes de parc éolien ou de ferme éolienne sont utilisés pour décrire les unités de production groupées (installées à terre ou en mer). Les états dans le monde où les champs éoliens sont les plus nombreux sont la Chine, l'Allemagne, l'Espagne, les États-Unis et le Danemark. Description, modélisation[modifier | modifier le code]

Énergie pneumatique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Énergie pneumatique

L'énergie pneumatique est l'énergie emmagasinée dans un gaz comprimé. Elle est exploitée dans un système pneumatique. Dans un système pneumatique, le gaz comprimé est utilisé comme moyen de transport et de stockage d’énergie. De production facile, le système pneumatique présente un certain nombre d’avantages. Comme un système hydraulique, un système pneumatique est fondé sur une différence de pression entre deux zones, qui crée une force, puis un mouvement. Choix du gaz[modifier | modifier le code] L'air est souvent utilisé, sauf quand des contraintes diverses conduisent à choisir d'autres gaz : Énergie cinétique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Énergie cinétique

Energie cinétique Les véhicules des montagnes russes atteignent leur maximum d'énergie cinétique au bas de leur parcours. Lorsqu'ils commencent à monter, l'énergie cinétique est transformée en énergie potentielle. La somme des énergies cinétique et potentielle du système reste constante, si on néglige les pertes (relativement faibles) dues aux frottements. Historique[modifier | modifier le code] Gottfried Leibniz, s'opposant ainsi à Descartes, qui estimait que la quantité de mouvement se conservait toujours, développa l'idée de la « force vive » (vis viva), à laquelle il attribuait la valeur. Volant d'inertie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Volant d'inertie

Pour les articles homonymes, voir Volant. La taille et la masse de cette roue lui confèrent un pouvoir inertiel important. Physico - Chimique. Thermodynamique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thermodynamique

On peut définir la thermodynamique de deux façons simples : la science de la chaleur et des machines thermiques ou la science des grands systèmes en équilibre. La première définition est aussi la première dans l'histoire. La seconde est venue ensuite, grâce aux travaux pionniers de Ludwig Boltzmann. Avec la physique statistique, dont elle est désormais une partie, la thermodynamique est l'une des grandes théories sur lesquelles se fonde la compréhension actuelle de la matière. Système thermodynamique typique - la chaleur se déplace du chaud (évaporateur) vers le froid (condenseur) et le travail est extrait. Machine thermique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Machine thermique

Une machine thermique est un mécanisme qui fait subir à un fluide des transformations cycliques. Au cours de ces transformations, le fluide échange avec l'extérieur de l'énergie sous forme de travail et de l'énergie avec des sources froides et des sources chaudes sous forme de chaleur. La théorie des machines thermiques s'attache à la description et à l'étude physique de certains systèmes thermodynamiques qui permettent de transformer l'énergie thermique en énergie mécanique, et vice versa. Fondée au milieu du XIXe siècle, elle s'appuie sur la thermodynamique, et en particulier sur ses deux premiers principes. Naissance[modifier | modifier le code] Thermoélectricité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thermoélectricité

Module Peltier Aspects historiques[modifier | modifier le code] Situation contemporaine et renaissance[modifier | modifier le code] Depuis 1960, la recherche scientifique en matière de thermoélectricité était devenue insignifiante et aucune école de par le monde n’enseignait plus cette discipline, tandis qu’à l’INPI, seules quelques très rares demandes de brevets y avaient encore été déposées pour des applications. Le premier choc pétrolier de 1973 n’avait rien changé à cette situation. En 1996 se produisit un fait nouveau : l’INPI enregistra soudainement de très fortes demandes de brevets d’inventions en matière de thermoélectricité.

Ainsi, aujourd’hui, soit un demi-siècle après Abram Ioffé, on enregistre plusieurs centaines de demandes de brevets à l’INPI, chaque année pour la thermoélectricité, alors qu’avant 1996, les demandes étaient réduites à une ou deux unités par an et le plus souvent, à aucune ! Une différence de température selon : et. Effet photoélectrique. Transition de phase. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Transition de phase

En physique, une transition de phase est une transformation du système étudié provoquée par la variation d'un paramètre extérieur particulier (température, champ magnétique...). Cette transition a lieu lorsque le paramètre atteint une valeur seuil (plancher ou plafond selon le sens de variation). La transformation est un changement des propriétés du système ; cela peut être : Acétate de sodium. Sulfate de sodium. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sulfate de sodium

Histoire[modifier | modifier le code] La forme naturelle décahydratée du sulfate de sodium porte le nom de sel de Glauber, ou sal mirabilis. Elle a été baptisée d'après Johann Rudolf Glauber, qui la découvrit au XVIIe siècle. Elle se présentait sous la forme de cristaux blancs ou transparents, utilisés originellement comme laxatifs.

Propriétés physiques et chimiques[modifier | modifier le code] Le sulfate de sodium est très stable chimiquement. Na2SO4(aq) + H2SO4(aq) ⇔ 2 NaHSO4(aq) En réalité, l'équilibre est beaucoup plus complexe et dépend à la fois de la concentration et de la température, tout en mettant en jeu d'autres sels d'acide. Isomérique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Isomérique

La transition isomérique est un mode de désintégration radioactive par lequel un isomère nucléaire libère tout ou partie de son énergie d'excitation sans subir de transmutation : les nucléons se réorganisent au sein du noyau dans une configuration de moindre énergie mais l'atome ne change pas de nature chimique. Le terme « transition isomérique » rappelle la « transition électronique », mais ces deux processus sont similaires dans leur principe mais différents dans leur nature : le premier concerne les noyaux atomiques et la distribution des nucléons sur les différents niveaux d'énergie nucléaires,le second concerne les atomes eux-mêmes et la distribution des électrons sur les différentes orbitales atomiques.

Isomérie nucléaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On appelle isomérie nucléaire le fait qu'un même noyau atomique puisse exister dans des états énergétiques distincts caractérisés chacun par un spin et une énergie d'excitation particuliers. L'état correspondant au niveau d'énergie le plus bas est appelé état fondamental : c'est celui dans lequel on trouve naturellement tous les nucléides. Les états d'énergie plus élevée, s'ils existent, sont appelés isomères nucléaires de l'isotope considéré ; ils sont généralement très instables et résultent la plupart du temps d'une désintégration radioactive. On note les isomères nucléaires en adjoignant la lettre « m » — pour « métastable » — à l'isotope considéré : ainsi l'aluminium 26, dont le noyau a un spin 5+ et est radioactif avec une période de 717 000 ans, possède un isomère, noté 26mAl, caractérisé par un spin 0+, une énergie d'excitation de 6 345,2 keV et une période de 6,35 secondes.

Fusion nucléaire. Fission nucléaire.