background preloader

100% énergies durables

Facebook Twitter

En Iran, ces toits étranges offrent une climatisation naturelle ! Explications. Quand l’architecture se met au service de l’homme et de la nature, ça donne des projets ultra stylés… et infiniment précieux !

En Iran, ces toits étranges offrent une climatisation naturelle ! Explications

Démonstration en Iran où, pour récupérer l’eau de pluie, des architectes ont imaginé une école aux toits aussi surprenants que performants ! 65% du territoire iranien étant situé en zone aride, l’eau y est un véritable trésor. Tout doit être entrepris pour la conquérir et pour l’économiser. La France pourrait produire 100 % d’énergie renouvelable en 2050. Selon l’association d’experts négaWatt, l’Hexagone pourrait s’affranchir du nucléaire et des fossiles au milieu du siècle.

La France pourrait produire 100 % d’énergie renouvelable en 2050

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir A l’heure où la France, grelottante, s’inquiète de son approvisionnement en électricité, affirmer qu’elle pourrait à terme se passer du nucléaire et des fossiles ressemble à une gageure. C’est pourtant la perspective que trace l’association négaWatt, pilotée par une vingtaine d’experts indépendants dont les travaux font référence dans leur domaine. Son « scénario 2017-2050 », dévoilé mercredi 25 janvier, projette un mix énergétique 100 % renouvelable à l’horizon du milieu du siècle.

Elle avait déjà présenté, depuis 2003, plusieurs trajectoires faisant la part belle aux énergies vertes. Les énergéticiens de négaWatt ne prônent évidemment pas le retour à la chandelle. Aux Pays-Bas, 100% des trains roulent désormais à l'éolien ! Ils l’avaient promis, ils l’ont fait !

Aux Pays-Bas, 100% des trains roulent désormais à l'éolien !

Désormais, aux Pays-Bas, tous les trains sont propulsés par le vent, autrement-dit, par l’électricité éolienne ! Une performance unique, remarquable et exemplaire qui prouve une nouvelle fois avec panache qu’il existe des alternatives propres et efficaces aux énergies carbones et au nucléaire. Explications. Fin 2015, les Pays-Bas s’étaient fixé un défi plutôt gonflé : faire rouler tous les trains du pays exclusivement grâce au vent, et ce, dès 2018. Eh bien, non seulement c’est réussi mais, en plus, le pari a été relevé avec un an d’avance !

Pour parvenir à un tel niveau de performance, les Pays-Bas utilisent de l’électricité produite par ses propres fermes éoliennes (50% de l’énergie nécessaire) mais aussi de l’électricité produite en Belgique et en Scandinavie. Une seule éolienne tournant pendant une heure serait capable de propulser un train sur 200km. Cette ampoule s'allume en contact avec l'eau (Côte d'Ivoire) L’accès à l’électricité reste encore aujourd’hui l’un des enjeux majeurs de notre planète.

Cette ampoule s'allume en contact avec l'eau (Côte d'Ivoire)

Prenez la Côte-d’Ivoire par exemple : dans ce pays, à peine plus de la moitié des habitants ont de la lumière à la maison (55,8% en 2012 pour être précis). Peut-on s’en contenter ? Pour Delphine Oulaï, la réponse est clairement non. Le Portugal a fonctionné pendant 4 jours uniquement avec des énergies vertes. Le charbon ?

Le Portugal a fonctionné pendant 4 jours uniquement avec des énergies vertes

Non merci. Le gaz de schiste ? Non plus. Du nucléaire ? Très peu pour eux. Copenhague, première capitale européenne neutre en carbone d'ici 2025 ? La ville économise 230 millions d'euros grâce à la pratique du vélo (Crédit : Moyan Brenn/FlickR) À Copenhague, le temps est frais et le ciel, couvert.

Copenhague, première capitale européenne neutre en carbone d'ici 2025 ?

Un bateau de pêche quitte le port de Scanport, à quelques kilomètres de l’aéroport, au sud de la capitale, et met le cap vers vingt éoliennes alignées au large. Réunis sur le pont arrière, neuf cadres de compagnies électriques nippones font cercle autour de Hans Christian Sørensen, spécialiste de l’éolien offshore. "Lors de la crise pétrolière de 1973, le Danemark était très dépendant du pétrole. Nous avons souffert des restrictions d’énergie et avons pris conscience qu’il fallait mettre un terme à cette dépendance en misant sur les énergies renouvelables.

Trois éoliennes terrestres et sept nouveaux mâts d'ici 2018. Brésil : Des agrocarburants bons pour le climat… et les sols tropicaux. Culture de canne à sucre (Crédit : Louise Ravier/Flickr) Et si les agrocarburants, souvent perçus comme anti-écologiques, pouvaient être bons pour le climat ?

Citation "Les déchets de canne à sucre sont quant à eux transformés en électricité : chaque usine de canne alimente le réseau et leur potentiel cumulé de production électrique atteint 12 GW, soit l’équivalent de dix centrales nucléaires de taille moyenne." – magickara

Dans le cadre de ma thèse, je me suis intéressé au cas du bioéthanol au Brésil.

Brésil : Des agrocarburants bons pour le climat… et les sols tropicaux

Mes recherches m'ont fait découvrir que ce pays avait incorporé des techniques issues de l'agroécologie pour enrichir les sols et stopper leur érosion. Résultat : des cultures de canne à sucre plus écologiques, mais aussi une solution prometteuse pour le stockage du CO2. Le Brésil est le premier producteur mondial d’éthanol de canne à sucre, un agro-carburant à qui le pays doit son indépendance énergétique et qui est présenté comme le plus efficace en termes de réduction des émissions de CO2. Edouard Lanckriet (Crédit : DR) Une production électrique équivalente à dix centrales nucléaires. En 2016, une électricité 100% verte pour éclairer les rues de Paris. (Crédit : FranziWa/Pixabay) [Repéré sur Le Monde] En présentant, jeudi 12 novembre, à moins de trois semaines de la conférence mondiale sur le climat (COP21), un plan "inédit" pour la transition énergétique de Paris, la maire, Anne Hidalgo, veut une nouvelle fois montrer que les villes constituent des acteurs clés de la lutte contre le réchauffement de la planète.

En 2016, une électricité 100% verte pour éclairer les rues de Paris

Et qu’elles agissent. Parmi les mesures phares, dès 2016, l’ensemble des bâtiments municipaux et l’éclairage public de la capitale seront alimentés par une électricité 100 % renouvelable. Amenée, avec la fin des tarifs réglementés de vente d’électricité le 1er janvier 2016, à renouveler l’ensemble de ses contrats, la Ville de Paris exigera désormais de ses fournisseurs une électricité verte. Lire la suite de l'article. Le vrai sens du rapport Ademe : le nucléaire n’est plus compétitif face aux renouvelables. En 2050, la France pourrait avoir une électricité 100 % fournie par les énergies renouvelables et se passer du nucléaire.

Le vrai sens du rapport Ademe : le nucléaire n’est plus compétitif face aux renouvelables

Passer à l'électricité 100% renouvelable en 2050, c'est possible ! Voir la vidéo Francetv info.

Passer à l'électricité 100% renouvelable en 2050, c'est possible !

Au Costa Rica, 98,7 % de l’électricité produite est « verte » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Frédéric Saliba (Costa Rica, envoyé spécial) À 2 400 mètres d’altitude sur la cime du Montecristo, au nord-ouest du Costa Rica, des dizaines d’éoliennes fendent l’air dans un bourdonnement lancinant. En contrebas, le lac d’Arenal s’étend à l’infini dans la vallée. Au loin, trois volcans trônent au milieu d’une végétation luxuriante. Cet écrin de nature est au cœur du mix énergétique propre de ce petit pays de cinq millions d’habitants qui rêve de devenir la première nation neutre en CO2 à l’horizon 2021. « De janvier à octobre, nous avons produit 98,7 % de notre électricité à partir d’énergies renouvelables », se félicite Elbert Duran, directeur de la communication de l’Institut costaricain d’électricité (ICE). Le rapport 100% énergies renouvelables. Une électricité 100% verte en France est possible selon une étude de l'Ademe.

Des éoliennes près de Brest en Bretagne, le 20 février 2015© AFP/Archives Damien Meyer. Le 100 % renouvelable en France, pourquoi pas ? Une France avec 100 % d'électricité renouvelable : pas plus coûteux que le nucléaire. Une étude pilotée par l'Ademe conclut qu'un scénario « 100 % électricité verte » est possible en France, à un coût comparable à celui d'un mix conservant 50 % de nucléaire. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir C'est un véritable brûlot que vient, à son corps défendant, d'allumer l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), établissement public placé sous la tutelle des ministères de l'écologie et de la recherche.

Une étude, qu'elle a commandée et pilotée, conclut qu'à l'horizon 2050, la France pourrait tirer la totalité de son électricité de ressources renouvelables, sans nucléaire. Et cela, à un coût comparable à celui de l'atome. La présentation de ce document avait été déprogrammée d'un colloque organisé les 14 et 15 avril à Paris, l'agence expliquant qu'il « n'était pas finalisé » et qu'il serait rendu public dans les prochains mois.

Le scénario escamoté d’une France « 100 % énergies renouvelables » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir Ce devait être le clou d’un colloque organisé, les 14 et 15 avril à Paris, par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). L’établissement public, placé sous la double tutelle des ministères de l’écologie et de la recherche, devait y dévoiler un scénario « 100 % énergies renouvelables », traçant la voie vers un bouquet électrique intégralement composé de ressources « vertes » à l’horizon 2050. L’Ademe l’avait elle-même annoncé en fanfare au début de l’année : « Le point d’orgue de ce colloque est la présentation d’une étude inédite qui fournit les pistes pour une production d’électricité 100 % renouvelable. » Las, la présentation a disparu du programme des deux journées, sobrement intitulées : « Les énergies renouvelables dans le mix électrique français ».

Chassez un scénario 100% renouvelables, il revient au galop ! / Actualités / TEPOS en France - 100 % RES. "40% d'électricité renouvelables électriques en 2030 : la France est-elle prête ? " Telle est l'accroche du colloque sur les EnR dans le mix électrique français, qui aura lieu les 14 et 15 avril 2015 à Paris. Publié par Yannick Régnier le 09/04/2015 Mercredi 8 avril, Médiapart dévoilait le rapport d’une étude technique sur une France 100 % renouvelables (pour son bouquet électrique) en 2050, commandée par l'Ademe. Épilogue en fanfare de 3 mois de rebondissements, qui ont fait d’un exercice technique une affaire politico-médiatique. « Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050 » Tel était le titre de la séquence de 30 minutes, prévue entre les tables rondes 3 et 4 du colloque de l’ADEME (désormais) intitulé « Les énergies renouvelables dans le mix électrique français » (les 14 et 15 avril 2015 à Paris) . « Une contribution technique aux échanges entre experts et aux débats publics »