background preloader

Santé publique

Facebook Twitter

L’appel des députés pour la reconnaissance du burn out. Employés, cadres, artisans, agriculteurs… Environ 3,2 millions d’actifs risquent un épuisement nerveux au travail. Alarmée par cette "souffrance", Marie-Françoise Bechtel, députée MRC (chevènementiste) de l’Aisne, a fédéré une trentaine d’élus de gauche autour d’un appel au gouvernement publié dans le JDD. D’autres politiques sont appelés à s’engager.

Les signataires souhaitent que le burn-out soit reconnu maladie professionnelle par la Sécurité sociale. Une initiative indispensable pour que le stress au travail "soit à la charge de ceux qui en sont responsables, c’est-à-dire les employeurs". Aujourd’hui, le congé maladie ou le temps partiel thérapeutique sont supportés par le régime général de la Sécu et pèsent pour plus de 1 milliard d’euros dans ses comptes. "Basculer" le remboursement sur la branche accident du travail et maladies professionnelles (AT-MP), financée par les cotisations patronales, mettrait fin, selon les signataires de l’appel, à "une situation inéquitable".

L’avocat des patients sonne l’alarme. La population « doit se réveiller », car elle se fait passer sous le nez une réforme du réseau de la santé et des services sociaux qui la privera de droits primordiaux. L’avocat spécialisé en droit de la santé Jean-Pierre Ménard lance un cri d’alarme : « Ça va beaucoup plus loin qu’une simple réforme de structure, analyse-t-il. On recule en matière de transparence, d’indépendance du réseau et d’imputabilité, et la population ne se rend pas compte de ce qui est en train de se passer. » Le plus grave impact de la réforme consiste à priver les patients du libre-choix de leur lieu de soins, lequel est pourtant garanti dans la loi sur la santé et les services sociaux.

En fusionnant les établissements de santé en 19 établissements régionaux, légalement, le choix des patients est réduit à peau de chagrin. « C’est une valeur fondamentale. On ne veut pas que notre mère soit placée dans n’importe quel CHSLD, on veut choisir où on accouche, où on se fait traiter pour un cancer, dit Me Ménard. Questions d'économie de la santé : 2013 (état de santé, protection sociale, enquête, analyses économiques, comparaisons internationales) Question d'économie de la santé est un mensuel de 8 pages maximum, d'une grande lisibilité, sur l'actualité de la recherche en économie de la santé.

NB : disponible en texte intégral et téléchargeable gratuitement Un conseil ? Mesurer la fragilité des personnes âgées en population générale : une comparaison entre les enquêtes ESPS et SHARE Questions d'économie de la santé Irdes n° 199. Juin 2014 Sirven N. (Irdes), en collaboration avec Rochereau T. (Irdes) Le récent développement des travaux sur la fragilité des personnes âgées présente un potentiel de recherche important, permettant notamment une meilleure compréhension des mécanismes conduisant à la dépendance. L’Enquête santé et protection sociale (ESPS) 2012. L’enquête santé et protection sociale, menée par l’Irdes tous les deux ans, existe depuis 1988. Voir l'étude complète dans le rapport Irdes n° 556 Peu d’études françaises ont jusqu’à présent analysé la question du recours aux soins des personnes en situation de handicap.

Rapport 556 : Enquête sur la santé et la protection sociale 2012. IRDES. Institut de Recherche en Economie de la santé. Enquête sur la santé et la protection sociale 2012 Célant N., Guillaume S., Rochereau T. Juin 2014. 302 pages. Prix net : 40 €. Voir aussi le Questions d'économie de la santé Irdes n° 198 Résumé Conduite par l’Irdes depuis 1988, l’Enquête santé et protection sociale (ESPS) est un outil qui explore à l’échelon national (France métropolitaine) les relations entre l’état de santé, l’accès aux services de santé, l’accès à l’assurance publique et privée et le statut économique et social des individus enquêtés.

La périodicité biennale de l’enquête, son lien avec les données de prestations de l’Assurance maladie et sa dimension longitudinale permettent d’alimenter le suivi et l’évaluation des politiques en santé, d’analyser finement les déterminants du recours aux soins et de traiter les problématiques d’équité du système de soins ou de santé publique. En 2012, l’enquête ESPS a interrogé plus de 8 000 ménages et près de 23 000 individus. Abstract Sommaire I. 1. 2. 3. 4. 5. 5.1. 5.2. 5.3. 6. 6.1. 6.2. U.S. Healthcare: Most Expensive and Worst Performing - Olga Khazan. In a new international ranking, the United Kingdom ranks first, while the U.S. performs poorly across almost all health metrics. Suzanne Plunkett/Reuters The origin of the phrase "You get what you pay for" is sometimes attributed to the fashion mogul Aldo Gucci, who said, "The bitterness of low quality is remembered long after the sweetness of low price has faded.

" But when it comes to healthcare, Americans get neither quality nor affordability. The United States healthcare system is the most expensive in the world, but when it comes to health outcomes, it performs worse than 11 other similar industrialized nations, according to a new report released today by the Commonwealth Fund. The nonprofit examined the health systems of Australia, Canada, France, Germany, the Netherlands, New Zealand, Norway, Sweden, Switzerland, and the United Kingdom, and it found that the U.S. was last or near-last in measures of health access, efficiency, and equity. Action communautaire en santé : un outil pour la pratique (2013) - Fédération des maisons médicales.

Guide de conduite à la suite d'un EIG. Le code de Nuremberg - Le code, par Bruno Hakioua (4/4) Le code de Nuremberg - Le procès de Nuremberg, par Bruno Hakioua (3/4) Le code de Nuremberg - Eugénisme, par Bruno Hakioua (2/4) Le code de Nuremberg - Expérimentations, par Bruno Hakioua (1/4)

Affaire Cytotec

Les blogueurs de la santé. Désert médical et hôpital. Instances Santé publique. Médecine libérale. Médicaments et laboratoires pharmaceutiques. Santé et Social. Quarante ans de progrès pour le scanner / Vidéos / 50 ans. Le scanner utilise les rayons X pour observer l’intérieur du corps. Comme la radiographie. Sauf qu’il surpasse largement cette dernière et révolutionna pour ainsi dire l’imagerie médicale. Au lieu de regarder les objets en projetant des rayons X sur un plan (comme sur la valise de l’aéroport dans cette vidéo), le scanner permet de découper les objets en "tranches" et donc d’en observer tous les détails.

"Avec la radiographie, tous les organes sont projetés sur le même plan et il n’est pas possible de savoir, par exemple, si une tumeur est devant ou derrière un autre tissu. Pour obtenir ce résultat étonnant, l’appareil émet un faisceau de rayons X en rotation autour du corps du patient. Des images de plus en plus précises Françoise Peyrin rappelle par exemple que les coupes obtenues aujourd’hui sont en 3D et non plus en 2D. Quant au niveau d’équipement des hôpitaux français, le vœu du journaliste s’est exaucé. Note* Unité 1044 Inserm/Université Lyon 1-Claude-Bernard/CNRS – Insa, Lyon. Une bande dessinée pour mieux comprendre les remboursements de la Sécurité Sociale et de la mutuelle - Santecool. Mutuelle-conseil.com a ainsi réalisé une première bande dessinée pédagogique, accessible à tous.

Par son aspect ludique, elle explique pas à pas le remboursement d’une consultation chez un médecin généraliste, en mettant en scène 3 personnages : un patient, un médecin et un expert mutuelle-conseil.com. En faisant intervenir ce dernier, le comparateur souhaite aider les internautes à choisir la mutuelle qui convient le mieux à leurs dépenses de santé. « Les questions que se posent le plus souvent les internautes au sujet des remboursements médicaux, sont du type « 300% de quoi ? Qu’est-ce que le BR ? Et le TC ? Comprendre cela, c’est déjà un grand pas vers le choix d’une mutuelle réellement adaptée aux besoin. Cette bande dessinée sera largement diffusée sur les pages du site Internet de mutuelle-conseil.com ainsi que sur les réseaux sociaux. Un problème médical résolu grâce à Dr. House. Une insuffisance cardiaque aussi sévère qu'inexplicable, une fièvre d'origine inconnue, une inquiétante déficience visuelle et auditive, une mystérieuse inflammation de l'oesophage : le cas de cet Allemand de 55 ans sans antécédent médical sérieux restait un mystère pour la médecine.

Jusqu'à ce qu'un professeur de la Clinique universitaire de Marbourg (centre), Juergen R. Schaefer, fasse le rapprochement avec un épisode de la série américaine Dr House dans lequel était évoqué un cas improbable d'empoisonnement au cobalt, rapporte vendredi The Lancet. "A la recherche d'une cause combinant tous ces symptômes et se souvenant d'un épisode de la série télé Dr House que nous avions utilisé comme matériel pédagogique pour des étudiants en médecine, nous avons suspecté une intoxication au cobalt", explique ce professeur dans un article publié dans la revue médicale britannique.

En novembre 2010, la prothèse gauche avait cassé et été remplacée par une prothèse utilisant du métal. Débris de métal. VIDEO. Dépenses de santé: ceux qui abusent. L e nouveau livre de Véronique Vasseur, Santé, le grand fiasco (Flammarion), est un cri du coeur, à double titre. Parce que cette praticienne qui avait dénoncé les conditions de vie des détenus (1) écrit cette fois en famille, avec sa fille, Clémence Thévenot, journaliste. Parce que ce travail doit beaucoup à l'expérience du Dr Vasseur, confrontée tous les jours, à l'hôpital Saint-Antoine, à Paris, aux travers, aux dérapages, aux difficultés qu'elle décrit.

Et qu'elle combat. "J'ai chassé les visiteurs médicaux de mon service depuis trois ans, je donne très peu de médicaments et je passe du temps avec les patients afin de leur expliquer pourquoi", explique-t-elle à L'Express, qui publie de larges extraits de cet ouvrage (voir page 48). Que les Français consomment trop de médicaments, que la logique du marketing des laboratoires pharmaceutiques ne rencontre guère de résistances, que les médecins ne se trouvent pas là où l'on en a besoin, etc., d'autres l'ont déjà établi. Une émotion? Surmédicalisation, surdiagnostics, surtraitements | Un site utilisant WordPress. Fichier pdf - crédoc.fr. Www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/CAE-note008.pdf. Statistiques sanitaires mondiales 2013. Accueil | Prévention des suicides. Article. Suicide Québec - Prévenir le suicide: coup d'oeil sur quelques stratégies québécoises Le Québec a longtemps été montré du doigt comme l’un des champions du suicide dans le monde.

En 1999, triste année record, 1620 personnes se sont suicidées au Québec. Dix ans plus tard, on comptait 1146 suicides, soit 474 de moins. La baisse est encourageante et prouve que les investissements en prévention portent leurs fruits, mais il est hors de question de parler de succès quand trois personnes se donnent encore la mort chaque jour. Comme en Belgique, le suicide représente au Québec un problème majeur: plus d’un millier de personnes s’enlèvent la vie chaque année. La prévention: possible et efficaceDe 1999 à 2009, dernière année pour laquelle des statistiques complètes sont disponibles au Québec, le taux de suicide est passé de 22,2 à 14,6 pour 100 000 personnes. Un suicide individuel résulte toujours d’une multiplicité de facteurs. . (1) Voir l’article « est né. Démocratie sanitaire : les associations à la peine ! 03 juin 2013 Y aura-t-il un volet « démocratie sanitaire » dans la stratégie nationale de santé en cours d’élaboration ?

La réflexion a commencé sans représentants des usagers au comité des sages. Ce n’est pas une raison pour ne pas y contribuer, à l’aune de nos (mauvaises) expériences. Car si la démocratie sanitaire est à l’usage de tous, les associations d’usagers sont tentées de juger qu’elles en sont encore trop souvent mises à l’écart… alors qu’elles y jouent un rôle unique, seul capable de dépasser les corporatismes des acteurs historiques L’argent du Fonds d’intervention régional : disparu pour les associations ? Inséré par amendement du député Christian Paul dans la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, une contribution de 5 millions d’euros est apportée aux associations d’usagers, et notamment des patients, pour conforter leur indépendance à l’égard de l’industrie pharmaceutique.

Tel en est l’exposé des motifs. La représentation des usagers : ma non troppo ! Pratiques managériales et santé au travail - Direccte. Les contrats les plus souscrits auprès des complémentaires santé en. En 2010, neuf Français sur dix sont couverts par une assurance maladie complémentaire privée, hors couverture maladie universelle complémentaire. 57 % d’entre eux sont couverts par des contrats individuels contre 43 % par des contrats collectifs souscrits via un employeur. Les organismes d’assurance maladie complémentaire ont financé 13,5 % des dépenses de santé, soit 0,5 point de plus qu’en 2006. L’enquête annuelle de la DREES auprès des organismes complémentaires permet d’observer les garanties offertes par les contrats les plus souscrits.

La grande majorité des bénéficiaires de ces contrats sont remboursés au moins à hauteur du tarif de base de la Sécurité sociale. Le remboursement va souvent au-delà en cas de dépassement, surtout pour les dépenses d’optique et de prothèses dentaires. Le niveau de prise en charge de ces dépassements varie fortement selon le type de contrat souscrit. Référence : M. Colonoscopies Explain Why U.S. Leads the World in Health Expenditures.

MERRICK, N.Y. — Deirdre Yapalater’s recent at a surgical center near her home here on Long Island went smoothly: she was whisked from pre-op to an operating room where a gastroenterologist, assisted by an anesthesiologist and a nurse, performed the routine screening procedure in less than an hour. The test, which found nothing worrisome, racked up what is likely her most expensive medical bill of the year: $6,385. That is fairly typical: in Keene, N.H., Matt Meyer’s colonoscopy was billed at $7,563.56. Maggie Christ of Chappaqua, N.Y., received $9,142.84 in bills for the procedure. In Durham, N.C., the charges for Curtiss Devereux came to $19,438, which included a polyp removal. “Could that be right?” In many other developed countries, a basic colonoscopy costs just a few hundred dollars and certainly well under $1,000.

Whether directly from their wallets or through insurance policies, Americans pay more for almost every interaction with the medical system. Consider this: Submit No thanks. Reste à charge, dépassements d'honoraires et ticket modérateur. Le CISS (Collectif Interassociatif Sur la Santé) vient de publier des chiffres sur le reste à charge des patients en médecine libérale, c’est à dire la différence entre les sommes qui lui sont facturées par les professionnels libéraux et celles qui sont remboursées par l’Assurance maladie (AM).

Ce reste à charge est constitué : du ticket modérateur, pourcentage du coût des soins non remboursé par l’AM dans le but de modérer la consommation de soins. des franchises, sommes forfaitaires minimes prélevées sur les remboursements. des dépassements d’honoraires, sommes facturées par certains professionnels de santé en sus du tarif conventionnel. Les chiffres sont ici : Les deux principaux enseignements que j’en retire sont les suivants : 1) Les dépassements d’honoraires sont quasi inexistants chez les auxiliaires médicaux comme les infirmiers ou les kinésithérapeutes (5,2% du reste à charge), rares chez les médecins généralistes (15,3%) et massifs chez les dentistes (82,9%).

La check-list de sortie sûre de l’hôpital. Rembourser les soins selon le niveau de revenu : deux économistes relancent le débat. Halte aux privilèges, à bas les dépassements d'honoraires ! Nous, soignants et citoyens, sommes profondément indignés de l’accord qui vient de légitimer le racket des malades par certains médecins, dits de « secteur 2 », qui abusent sans vergogne de patients en situation de faiblesse. Que ces médecins, « décomplexés » osent publier leurs revenus ! Nous sommes encore plus indignés que le budget de la sécurité sociale, soi-disant au fond du trou, mais aussi nos complémentaires santé, puissent, de quelque manière que ce soit, participer à les engraisser, sans aucune contrepartie de garantie de leurs compétences, de leur indépendance, ni encore de maintien ou de développement de leurs connaissances.

Nous sommes écœurés que des milliers de personnes soient empêchées d’accéder aux soins du fait de la faiblesse de leurs revenus, parce que la sécurité sociale rembourse de moins en moins les soins de base, mais aussi, faute de pouvoir obtenir un rendez-vous dans certaines spécialités, à un prix acceptable. Accroissement des inégalités en santé - Sciences. Atoute.org : forum médical. L’ONU salue l’apport des sages-femmes à la santé maternelle. INPES Prospective santé 2030–prévention 2010Rapport final. L’état de santéde la populationen FranceSuivi des objectifs annexés à la loi de santé publiqueRapport 2009-2010. Les organismes de conseil et d'éducation familiale IGAS. La population en chiffres. La population en cartes. Population et Sociétés. Www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/facteurs_rh_ssms-2.pdf. Coordination nationale de défense des hopitaux de proximité.

La judiciarisation de la santé. Stratégie nationale de santé ou erreur stratégique de santé ? Le pari d'un avis citoyen sur le système de santé. La réforme du système de santé - Sciences.