background preloader

Consommation de viande : éthique

Facebook Twitter

Un nutriment essentiel au développement du cerveau. Ces images illustrent le cerveau d'un enfant touché par l'anomalie qui décédera par la suite. Photo : Université de Montréal Un acide aminé présent dans la viande, les œufs et les produits laitiers est indispensable au développement normal du cerveau, ont découvert des chercheurs québécois de l'Université de Montréal et du CHU Sainte-Justine. Jusqu'à aujourd'hui, l'asparagine était considérée comme non essentielle puisqu'elle est produite naturellement par le corps. C'était avant les travaux du Pr Jacques Michaud et ses collègues. « Les cellules du corps peuvent s'en passer, car elles utilisent l'asparagine fournie par l'alimentation.

Ainsi, les cellules cérébrales dépendent de la synthèse locale de l'asparagine pour leur fonctionnement. Une maladie génétique rare En 2009, une famille québécoise a perdu un troisième enfant en raison de la même maladie qui cause microcéphalie congénitale, déficience intellectuelle, atrophie cérébrale et convulsions réfractaires. Vers un traitement. Interviews - Pascal Picq : "La cuisson nous a donné un cerveau plus gros. L’homme est-il un végétarien dévoyé ? Si l’on se réfère aux singes, on voit que l’équation à résoudre, c’est l’accès aux protéines. Les petits singes les trouvent dans les insectes, les gros dans les feuilles. Les gorilles ne sont pas chasseurs. Leur intestin s’est développé pour favoriser la fermentation des feuilles qu’ils consomment. Les Orang-outang chassent occasionnellement. L’espèce humaine est l’une des rares, avec les chauve-souris et quelques rongeurs, à ne pas fabriquer de vitamine C.

Aucun primate ne synthétise de vitamine C. Comment se nourrit-on avant le Paléolithique ? Les australopithèques comme Lucy ont des mâchoires démentes, qui leur servent à broyer des aliments végétaux comme les noix, les tubercules, les racines. Le premier homme est un charognard ? Oui, il y a à l’époque abondance de carcasses en raison du grand nombre de grands carnivores. La consommation de viande a-t-elle eu des conséquences sur l’évolution ? Il n’y a pas que cela. C'est en mangeant de la viande que l'homme est devenu intelligent (Vidéos)

"Tout d’abord oui, il est clair qu’il fut une époque où l’homme fut moins intelligent. Il n’a inventé le feu qu’il y a 500 000 ou 800 000 ans, selon les sources. Donc après s’être mis à manger de la viande. " Si l’on définit l’intelligence humaine comme la faculté de l’homme à résoudre les problèmes qui se posent dans son environnement ton assertion n’a pas grand sens.

Ensuite, oui, auparavant, l’homme était végétarien avant de manger de la viande et de devenir intelligent. Cette croyance, liée à la théorie maintenant abandonnée du chaînon manquant reste à établir scientifiquement. L’intelligence peut se mesurer à ce que l’homme est capable d’inventer, comme le feu, dont je parlais précédemment. Le feu n’est pas une invention, mais une découverte. Il me reste à te préciser que non, l’homme de Cromagnon n’était pas plus intelligent que nous, puisque toi et moi sommes justement des hommes de Cromagnon. Je ne vois pas le rapport avec le racisme, ni avec le "sexisme". Amitiés, Patrice. Viande avariée, asticots dans les steaks : un ancien employé d'abattoir raconte. Si vous n’aviez pas encore décidé de devenir végétarien, ce livre pourrait bien vous aider. Ou au moins, il pourrait vous convaincre de ne plus acheter la dernière promo sur le rôti en grande surface. Dans son Omerta sur la viande, Pierre Hinard raconte les dessous de l’industrie agro-alimentaire, et plus particulièrement ce qui se passe dans les abattoirs, où il a travaillé pendant plusieurs années en tant que responsable du service qualité.

Avant de se faire virer pour avoir dénoncé de multiples manquements aux règles d’hygiène, entre autres. Des asticots dans les steaks, et pas seulement Pierre Hinard déballe tout. Flunch a certaines fois renvoyé des lots de viande qu’il jugeait “verdâtre”, ou malodorant. “On la mettra à William Saurin, ils en feront des sauces et des conserves, pasteurisées on n’y verra que du feu !” Tout le monde se tait Comment une entreprise peut-elle avoir de telles pratiques sans que personne ne puisse le voir ? Plus de garanties pour les lanceurs d’alerte. Le flexitarisme : pourquoi devenir flexitarien - Bio Nutrition Bjorg. Le flexitarisme, une réponse Bio-Nutrition aux modes de vie actuels Le flexitarisme, ou cette volonté de consommer moins de viande, peut être une réponse adaptée aux évolutions de notre monde moderne et de notre alimentation. - c’est bon pour la santé : l’excès de viande rouge est pointé du doigt dans les problèmes d’obésité, de cholestérol, de maladies cardio-vasculaires, … - c’est bon pour l’organisme : car les végétaux regorgent de bienfaits nutritionnels : protéines, eau, minéraux, vitamines, acides gras essentiels, fibres,… - c’est bon pour le poids : en mangeant moins de viande et plus de végétal, on réduit l’apport énergétique, les graisses saturées, et le cholestérol - c’est bon pour le porte-monnaie : manger d’autres sources de protéines animales (comme les œufs par exemple), et plus de protéines végétales (issues des légumes frais, des légumineuses, des céréales, ou du soja) permet de faire des économies Le flexitarisme, une réponse Bio-Nutrition aux enjeux environnementaux.

Consommation-viande-monde.jpg (Image JPEG, 760x2147 pixels) 2. Ethiquement, manger de la viande n’est plus acceptable.