background preloader

Pour et contre

Pour et contre
Les scientifiques espèrent que les cellules souches humaines ouvriront des voies totalement nouvelle pour soigner des affections incurables comme la maladie de Parkinson, les maladies cardio-vasculaires, la maladie d'Alzheimer, les paralysies, les attaques cérébrales et le diabète. A l'heure actuelle, les cellules souches sont prélevées sur des embryons humains quelques jours seulement après la fécondation. A ce stade, l'embryon a la taille du quart d'une tête d'épingle ! "Instrumentaliser" ainsi l'embryon humain soulève d'énormes problèmes éthiques. C'est pourquoi les scientifiques espèrent qu'à l'avenir, ils seront capables d'utiliser des cellules souches prélevées sur des adultes ayant donné leur consentement. Est-il -il éthiquement acceptable d'utiliser un embryon comme "usine" productrice de cellules souches? Un embryon est-il déjà un être humain, ou bien n'est-ce qu'un simple amas de cellules? A quel moment un embryon ou un fœtus deviennent-ils un être humain? Related:  TPE clonage et ethique

Clonage humain - les risques L'objectif de la recherche sur le clonage humain n'a jamais été de cloner une personne ou de faire naître des bébés pouvant servir de " pièces de rechanges ". Cette recherche vise à obtenir des cellules souches destinées à soigner des maladies graves (clonage thérapeutique). Ces personnes ne travaillent pour aucune université, hôpital ou autre institution reconnus par un gouvernement. Personne ne sait exactement jusqu'où sont parvenu les tentatives de cloner un bébé. Les médecins considèrent que les risques liés au clonage humain sont considérables. " Exposer les êtres humains au clonage n'est pas prendre un risque inconnu, c'est faire sciemment du mal au gens ", précise John Kilner. La plupart des scientifiques partagent ce point de vue. Qui accepterait de réaliser des d'expériences aussi hasardeuses sur des bébés humains? Cependant, certaines personnes accepteraient le clonage pour avoir un enfant.

Législation La question du clonage touche à la bioéthique. Apparue en 1982-83, le mot bioéthique désigne l'étude des préceptes moraux qui doivent ou devraient accompagner toute pratique médicale, toute intervention biologique sur l'être humain depuis sa conception. Des commission se réunissent régulièrement pour étudier une multitude de thème ou de cas concrets. En France la législation en matière de bioéthique est récente et particulièrement délicate. L'urgence des lois en la matière s'est faite au cours des dernières année du fait des progrès dans certains domaines de la biologie et de la recherche médicale qui ont amené le développement de certaines pratiques dangereuses en matière de reproduction, génétique... Le dispositif législatif majeur s'articulait jusqu'à présent autour de 3 grandes lois : 1975 : loi Veil (IVG) 1976 : loi Caillevet (Prélèvement d'organe) 1989 : loi Huriet (Protection des personnes se soumettant à des essais biomédicaux) loi sur le respect du corps humain

Pas de clonage humain au Canada Pas de clonage humain au Canada Mise à jour le mercredi 29 octobre 2003 à 11 h 45 Après dix ans de débat, le projet de loi sur la reproduction assistée a été adoptée en troisième lecture aux Communes par 149 voix contre 109. Ce projet de loi interdit le clonage humain, le recours aux mères porteuses rémunérées et le commerce de spermatozoïdes et d'ovules. Le projet de loi établit aussi des normes pour la recherche sur les cellules souches, en autorisant l'utilisation d'embryons congelés non utilisés par des couples infertiles, à condition qu'ils ne soient pas âgés de plus de 14 jours. Cette clause du texte a conduit les députés alliancistes, la plupart des députés conservateurs et 16 députés libéraux à voter contre. Le projet de loi devra maintenant franchir l'étape du Sénat, où il pourrait mourir au feuilleton si la session se termine avant que son étude soit complétée.

clonage Indra Balassoupramaniane, avocate Le 24 avril dernier avait lieu le cocktail-causerie organisé une fois par an par l'Association des diplômés de droit de l'Université de Montréal (ADDUM) et le thème de cette soirée fut consacré au clonage humain. Devant près d'une quarantaine participants, le conférencier invité, Dr David Roy, a livré ses réflexions sur cette question difficile et controversée, en mettant essentiellement l'accent sur les aspects scientifiques. La présentation du Dr Roy a porté sur trois points particuliers du clonage : le clonage reproductif, le clonage thérapeutique et la thérapie génique. Le clonage reproductif Le Dr Roy amorce sa conférence en expliquant le fonctionnement du clonage reproductif : « Le clonage reproductif consiste à créer, à partir d'une cellule prélevée sur un organisme adulte, un être humain génétiquement identique à la personne sur qui a été prélevée la cellule ». Clonage thérapeutique : La thérapie génique

Premier clonage d’embryon humain Dimanche 25 novembre 2001, la firme américaine Advanced Cell Technology annonce la création du premier clone d'embryon humain. Pas question pour autant de cloner des bébés, mais plutôt d'obtenir des cellules souches potentiellement capables de traiter des maladies incurables. Cette première mondiale suscite autant d'intérêt de la part des sociétés de biotechnologies que de controverses éthiques. Retour sur cet événement. Le gynécologue italien Antinori promettait le premier embryon cloné avant fin 2001. Et bien, ces "cloneurs" de l'extrême se sont finalement fait coiffer au poteau par la firme américaine Advanced Cell Technology. Un Clone à Durée Déterminée qui ne passe pas sa période d'essai Depuis quelques années, on peut dire que les chercheurs clonent et "déclonent" à plein tube à essai. Car c'est bien des prémices du début d'un développement embryonnaire dont il s'agit actuellement. Tempête autour de l'éprouvette Biotechnologies : nouvel eldorado ou nouveau western ? David Bême

Science Citoyen : Clonage Le clonage animal permet de développer dans un premier temps une lignée de cellules animales à partir d’une cellule unique, et/ou dans un second temps d’obtenir un organisme vivant identique à un organisme d’origine. Si le concept n’attire vraiment l’attention que depuis près de cinq ans, il suffit pourtant d’ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure pour constater que le principe du clonage n’est pas une découverte scientifique. Quelques exemples Mais la révolution qui va remettre au goût du jour ce vieux thème de science-fiction a lieu en Ecosse, dans un laboratoire d’agronomie sur le port d’Edimbourg. Le 23 février 1997, le monde découvre Dolly, la réplique génétiquement parfaite d’une brebis. Cette prouesse technique suscite alors l’engouement aussi bien que les interrogations. Dolly, le premier mammifère issu d’un clonage génétique. Les autres animaux clonés depuis Dolly . Bilan sur le clonage animal (2006) . Le principe. Les conséquences : santé des clones et biodiversité.

Mort de Dolly, la première brebis clonée Par le Dr. Olivier Namy - Futura-Sciences Le 5 juillet 1996, les chercheurs du "Roslin Insitute" à Edinburgh annonçaient la naissance du premier mammifère cloné à partir de cellules adultes. Cette brebis répondait au nom de Dolly. Avant le clonage de Dolly, les chercheurs étaient parvenus à cloner des brebis à partir de cellules embryonnaires. Des problèmes précoces habituellement liés à l'âge. Comme d'autres animaux clonés, Dolly possédait des télomères plus courts qu'un animal du même âge. De nombreux autres animaux clonés Depuis Dolly, les succès du clonage reproductif chez les animaux ont permis d'obtenir de nombreux animaux clonés, notamment des cochons, des vaches, des souris, et des chèvres. Une fois les analyses post mortem effectuées, Dolly sera donnée au "National Museum of Scotland" à Edinburgh où elle sera exposée. Ce sujet vous a intéressé ? Commenter cette actualité ou lire les commentaires

Comment est perçu le clonage humain ? 1. Opinion des scientifiques et personnalités vis à vis du clonage humain On a distingué 2 types d'avis : Avis favorables au niveau social Joshua Lederberg, prix nobel de médecine, a défendu le clonage humain comme moyen de reproduire « les individus supérieurs ». Joseph Flechter, université de Virginie, écrivit que « la société pourrait avoir besoin de clones humains spécialisés pour remplir certains rôles particuliers, par exemple des individus spécialement résistants aux radiations, ou dotés d'une toute petite taille pour les vols à haute altitude et les vols spaciaux. MacFarlane Burnet, prix nobel de médecine en 1960, publia en 1978 un livre pour expliquer l'intérêt qu'aurait la société à mettre en œuvre une sélection génétique systématique des individus. Avis favorables au niveau médical Simon Fishel (embryologiste anglais) est favorable à l'idée de faire un clone d'un malade pour produire des cellules souches embryonnaires pouvant être utilisées pour réparer des tissus endommagés. 2.

Le premier clone humain est prêt Toujours d'après le même scientifique, l'embryon humain cloné est actuellement conservé congelé. Son implantation chez une mère porteuse aurait dû avoir lieu en juillet, mais la mère porteuse a développé des complications obligeant à repousser la date de l'implantation. Celle-ci devrait avoir lieu avant la fin de l'année. Aucune précision n'a été donnée sur le pays où sera pratiquée l'implantation, si ce n'est que cela ne sera ni les Etats-Unis, ni le Royaume Unis, ni la France, ni l'Allemagne. L'embryon a été obtenu en fusionnant un oeuf humain vide avec une cellule de la granulosa (la granulosa est composée des cellules du follicule entourant l'ovocyte qui sécrètent les oestrogènes durant l'ovulation).L'embryon obtenu a été congelé au stade 8-10 cellules. Des embryons hybrides homme-vache Scepticisme Même s'il est plus que probable qu'un jour nous nous réveillerons dans un monde qui aura vu naître le premier clone humain, de sérieux doutes peuvent être émis sur cette annonce.

La viande provenant d’animaux clones est « sécuritaire », malgré les hésitations des consommateurs Le grand public dispose de 90 jours pour faire connaître ses commentaires sur la question, qui elle-même a été révisée et examinée par des experts en clonage et santé animale. Si l’ébauche est ratifiée, ces produits entreront sur le marché, mais pas avant 2008. Durant la période de révision, la FDA a demandé aux fermiers, sur une base volontaire, de ne pas vendre de viande ou de lait provenant d’animaux clônés. Avant cette sonde lancée par la FDA, un sondage mené en décembre dernier par le Pew Initiative on Food and Biotechnology a démontré que même si les américains ne sont pas particulièrement bien informés au sujet du clonage animal (ce qui est aussi vrai concernant leur connaissances quant aux OGM, par ailleurs), ils n’en demeurent pas moins particulièrement réfractaires à la pratique : 61 pour cent des gens interrogés se déclaraient ambivalents au sujet du clonage animal, contre 27 pour cent que cela ne dérangeait pas.

Clonage : tout savoir sur le clonage Les progrès de la médecine sur le clonage partagent l’opinion publique et provoquent des débats sur la bioéthique. Le mot clone vient du grec klon et désigne une petite branche ou une jeune pousse. Aujourd’hui le terme clone décrit un individu génétiquement identique à un autre, donc par définition les vrais jumeaux (« jumeaux monozygotes ») sont des clones naturels car ils sont génétiquement identiques. Mais il y a une différence à faire entre le clonage reproductif et thérapeutique. Actualités

I) LE CLONAGE HUMAIN JUSQU' AUJOURD'HUI (quelques dates importantes) 1) Quelques definitions: 2) Quelques dates importantes qui ont marquees l'histoire et l'evolution du clonage: -Apparition du mot « clone » -Le botaniste H.J. Webber utilise pour la première fois ce mot « clone », pour désigner des plantes reproduites de façon asexuée. -Première évocation d'un transfert de noyau -Le prix Nobel de médecine accordé à Hans Spemann évoque la possibilité éventuelle de transplanter des noyaux de cellules dans des ovocytes. -Clonage de grenouilles par transfert de noyau de cellules embryonnaires -Les américains Robert Briggs et T.J. -Clonage de grenouilles par transfert de noyau de cellules adultes -Le biologiste J.B. -Première tentative de clonage humain: L'américain L.B. -Tentative de clonage de souris par transfert de noyau de cellules embryonnaires -L'allemand Karl Illmense et l'américain Peter Hope revendiquent la naissance de trois clones de souris. -Clonage d'un mouton par séparation des cellules d'un embryon - Premières lois de bioéthique - Premier clone de chat.

Définition du clonage Reproduction asexuée : Création d'organismes à partir d'un organisme parental unique, sans apport de matériel génétique nouveau. Tous les organismes obtenus par reproduction asexuée d'un organisme particulier ont un ensemble de gènes identiques dans le noyau de leurs cellules : ils forment un clone. Dans la nature, la reproduction asexuée est observée dans le règne végétal et chez certains animaux invertébrés ; elle donne naissance à des individus génétiquement semblables. Au contraire, la reproduction sexuée produit des individus qui sont génétiquement différents. Cette diversité, qui est à la source de l'évolution et de la sélection naturelle, a une telle importance qu'on la trouve chez presque tous les animaux, vers, insectes et vertébrés. Mais, attention, il faut bien distinguer 2 types de clonage : il faut distinguer le clonage reproductif, aboutissant à la naissance d'êtres humains et le clonage non reproductif, qui ne conduit pas à la naissance d'un enfant.

Le premier clonage humain passe presque inaperçu... Comme le révélait « le Quotidien du Médecin » daté du jeudi 16 mai, une équipe de chercheurs a produit pour la première fois des cellules souches embryonnaires humaines (CSEh) par le transfert d’un noyau de cellule cutanée dans un ovocyte préalablement énucléé. Pour une meilleure compréhension de ces travaux très fondamentaux détaillés dans la revue Cell nous avons demandé à Mathilde Girard, responsable de l’équipe Modélisation pathologique iPS au sein de l’Institut I-Stem dirigé par Marc Peschanski, des précisions sur cette technique de production de cellules souches qui s’apparente en tout point au clonage humain. Les travaux ont été menés aux États-Unis par l’équipe de Shoukhrat Mitalipov (Oregon Health & Science University) qui a toute la confiance des équipes françaises. « C’est le premier clonage humain », assure Mathilde Girard. C’est exactement le principe du clonage. La technique est la même que celle utilisée pour Dolly. › Dr ANNE TEYSSÉDOU-MAIRÉ

QR sur le clonage avec avantages et inconvénients by thomas51460 Oct 16

Related: