background preloader

Comment la presse a affirmé et protégé son rôle civique

Comment la presse a affirmé et protégé son rôle civique
Ce détour par l’histoire permet de mieux saisir les missions de la presse d’information politique et générale : assurer le bon fonctionnement d’une société démocratique par l’information les citoyens. Comme le proclamait Georges Clemenceau lors des débats sur la loi de 1881, « La République vit de liberté »[+] NoteDébats parlementaires, séance du 1er février 1881, JORF, 2 février 1881, page 120. Le 18 juin 1881, le rapporteur du Sénat, Eugène Pelletan, explique : « La presse à bon marché est une promesse tacite de la République au suffrage universel. Ce n’est pas assez que tout citoyen ait le droit de voter. Il importe qu’il ait la conscience de son vote, et comment l’aurait-il si une presse à la portée de tous, du riche comme du pauvre, ne va chercher l’électeur jusque dans le dernier village ? [9] La mission de la presse d’information politique et générale est bien de donner vie à l’agora, à la réunion des citoyens, sans laquelle la démocratie n’est qu’un mot creux. [11].

http://www.inaglobal.fr/presse/article/comment-la-presse-affirme-et-protege-son-role-civique-7770

Related:  La liberté de la presse, d'expression et d'internetLiberté de la presseLa liberté de la presseLa liberté d'expressionLiberté de la presse

Journalistes sous pression(s) Les métiers et les genres du journalisme sont si divers que tout diagnostic global est menacé de simplification abusive, du moins si un tel diagnostic ne se borne pas à identifier les tendances les plus lourdes et à les présenter comme telles, en soulignant d’emblée qu’elles ne vont pas sans contre-tendances ni exceptions. De même, les pressions qui s’exercent sur les journalistes et sur leurs pratiques émanent de sources si différentes, dépendent de causes et produisent des effets si variés qu’on ne se focalisera ici que sur certaines d’entre elles. Emprises, dépendances

La liberté d’expression visée dans l’attentat contre « Charlie Hebdo » Mercredi 7 janvier, une attaque terroriste contre le journal satirique « Charlie Hebdo » a fait 12 morts et 11 blessés. « La République est et sera toujours aux côtés des défenseurs de la liberté d’information et d’expression », a réagit Fleur Pellerin. Douze personnes ont été tuées mercredi 7 janvier lors de l'attentat contre le journal satirique « Charlie Hebdo ». Il s’agit de huit journalistes, un employé du journal qui était à l'accueil, un invité, un policier affecté à la protection des personnalités et un policier qui patrouillait à l'extérieur. Il y a eu également, 11 blessés dont 4 graves, parmi lesquels le journaliste Philippe Lançon et deux policiers. « Je veux saluer le courage de ces combattants de la liberté, de toutes les femmes et de tous les hommes qui portent haut les valeurs de la liberté d’expression dans l'exercice quotidien de leur métier, l'un des plus beaux qui soient. Je veux saluer avec force leur engagement pour la démocratie », a déclaré Fleur Pellerin.

Liberté de la presse : « En France, nous n'avons ni la qualité des textes, ni les bonnes pratiques Explications avec Antoine Héry, responsable du classement de Reporters sans frontières sur la liberté de la presse. Terra eco : Votre classement 2014 sur la liberté de la presse, publié évidemment bien avant l’attentat contre Charlie Hebdo, place la France en 39e position mondiale. Comment justifiez-vous cette place ? Antoine Héry : Cela s’explique par un problème de structure du champ éco-médiatique et par le manque d’indépendance des rédactions vis-à-vis des annonceurs et des patrons de presse. Ce n’est pas un problème incontournable mais, moins tangible, il peut aussi être plus sérieux que des atteintes directes à la liberté de la presse. Le fait que le secret des sources puisse être violé par des magistrats est aussi un point d’accrochage.

« Au cœur de la censure », un webdocu pour RSF et Rue89 Chaque jour, combien de journalistes subissent une entrave à leur métier ? Combien meurent dans l’exercice de leur fonction ou sont injustement emprisonnés ? La censure de l’information est une réalité quotidienne au Mexique, en République démocratique du Congo, en Russie, en Iran comme en Chine. Cinq nations où le silence médiatique fait force de loi, par le muselage systématique des canaux de l’information. La censure s’y opère par des voies spécifiques à chaque pays : presse mexicaine, radio africaine, TV russe, Internet iranien et chinois y subissent de graves atteintes à leur liberté d’expression. Ce webdocumentaire de 45 minutes s’articule en cinq parties (une par pays, déclinées en trois sous- parties) et propose pour chacune éclairages et liens complémentaires.

La manipulation de l'information à l'ère des médias sociaux - Optimiser votre contenu sur le Web Ces derniers temps de nombreux articles ont été écrits sur le thème de la manipulation de l’information à l’ère des réseaux et médias sociaux. Photos recadrées, sorties de leur contexte. Vidéos ne correspondant pas à la période citée ou au pays mentionné, faux comptes Twitter, absence de sources… Toutes les manipulations possibles sont utilisées pour entretenir la désinformation, la rumeur, le dénigrement… L’utilisation des médias et réseaux sociaux comme le retweet automatique sans vérifier l’information participent-ils à la propagation de la manipulation de l’information ? Comment vérifier l’information face aux manipulateurs ? Quels outils peut-on utiliser ? Outre le fait que les canaux de communication ne cessent de s’accroitre, que chaque individu devient une source d’information, le simple quidam devient l’annonceur de THE «breaking news», retweeté, liké, partagé par ses amis, followers…

N’y a-t-il vraiment plus de censure en France crédit photo: Dasemarcalvarez La question se pose encore en 2014, tant les velléités de contrôle de l’État sur le 4ème pouvoir sont importantes, tous bords confondus. Contrôles des sources, des contenus, influence du politique sur les rédactions… Mais la censure contemporaine, loin d’avoir disparue, est beaucoup plus large que la simple surveillance des journaux. Si la liberté d’expression est garantie par l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, son respect a historiquement été mis à mal à plusieurs reprises. «Charlie Hebdo», des unes en deuil Beaucoup de noir, des journaux qui se rebaptisent «Charlie» et le mot liberté qui revient souvent, les quotidiens français et internationaux, affichent tous ce jeudi des unes graves et dramatiques au lendemain de l'attentat qui a fait douze morts au siège de Charlie Hebdo. À lire aussi :Nous sommes tous Charlie, l'édition spéciale de Libération de ce jeudi. Pour le Figaro, «la liberté [a été] assassinée». Pour son édition de jeudi, le quotidien se drape de noir, en deuil des douze personnes mortes dans la fusillade contre Charlie Hebdo. Le même titre se retrouve à la une de l'Humanité. «Liberté» revient aussi dans Le Parisien et l'Equipe.

Dix façons de faire taire un ou une journaliste Andrzej Poczobut - journalist au Bélarus. © Chryscina Marchuk Les gouvernements et d'autres organisations à travers le monde perfectionnent les techniques destinées à empêcher les journalistes de faire la lumière sur la corruption et les violations des droits humains. Fausses accusations, retrait du permis de travail, assassinats, etc., voici 10 façons de faire taire un ou une journaliste. Les attaques physiques En mai 2012, un sniper a tué Abd al Ghani Kaake, un journaliste âgé de 18 ans. © Privée

La Liberté de la Presse Après les événements tragiques survenus à Paris le mercredi 7 janvier 2014, nombreux sont les enseignants qui se questionnent sur la façon d’aborder un sujet aussi délicat en classe. Sophie Garcia, professeur de FLE, propose à cette occasion une activité qui aborde premièrement le concept de « Liberté de la presse », pour ensuite tenter de fournir aux apprenants un panorama des attentats contre Charlie Hebdo. Elle met à leur disposition une sélection d’images et des videos pour mieux comprendre cette tragédie, car il est nécessaire d’en parler, et surtout de fournir aux élèves les outils nécessaires à la comphréhension de cette tragédie pour que cela ne se reproduise plus jamais. L’activité a été créée originalement pour des élèves de FLE niveau B1-B2, mais elle est tout à fait adaptée aux élèves de primaire ou de collège.

Related:  Semaine de la Presse 2016histoireLiberté