background preloader

Liberté

Facebook Twitter

#ChapelHillShooting versus #Copenhagueshooting ! - Technologies. « Place aux fantasmes islamophobes et aux caricatures des médias », écrit un twittos dès l’annonce de la fusillade meurtrière dans une synagogue puis un centre culturel, qui a fait deux morts et cinq blessés à Copenhague le week-end du 14 février.

#ChapelHillShooting versus #Copenhagueshooting ! - Technologies

L’auteur ajoute : « Quand c'est Charlie Hebdo, c'est du terrorisme mais quand c'est des musulmans qu'on tue ils appellent ça "homicide" ». Et les « ils » en question ce sont évidement les journalistes qui ont couvert les attentats. « Les médias en parlent alors arrêtez votre victimisation », rétorque un internaute, « où sont les "Je suis Charlie" ?

Ce monde est rempli d’hypocrites », renchérissent les suivants. Le ton monte sur les réseaux sociaux : « A la terreur islamique, il faut répondre par la terreur ! », s’emporte alors un internaute. « Médiatisation, indignation et condamnation à géométrie variable. Attentats à Paris : 4 questions sur une couverture médiatique hors normes.

Quel avenir pour la France du 11 janvier? Les multiples manifestations d'hommage aux victimes des terroristes ont réveillé le sentiment républicain.

Quel avenir pour la France du 11 janvier?

Mais qu'est-ce que « l'esprit du 11 janvier »? Est-il le signe de l'unité nationale enfin retouvée ou le révélateur de fractures sociales? Après le recueillement, le temps est venu de passer du réflexe à la réflexion. Et de penser cet événement qui a à la fois ébranlé, unifié, divisé la société française et solidarisé l’Europe entière. - Penser l'événement, par Nicolas Truong. . - Des tabous sont enfin tombés, par Eric Deschavanne (philosophe), Serge Guérin (sociologue), Pierre-Henri Tavoillot, (philosophe) . - « La réponse des Français à ce crime est une prouesse », propos de Peter Sloterdijk (philosophe, professeur de philosophie et d’esthétique à la Hochschule für Gestaltung de Karlsruhe) recueillis par Nicolas Truong. . - La politique divise, le politique rassemble, par Francis Wolff, philosophe et professeur à l’École normale supérieure. 11 janvier : « Il a manqué quelque chose ce jour-là en France » Il est rare d’être soumis à des sentiments aussi contradictoires que ceux que l’on pouvait ressentir le 11 janvier dernier devant la force de ce qui se produisait dans l’espace public.

11 janvier : « Il a manqué quelque chose ce jour-là en France »

Comment ne pas se laisser porter par l’élan qui entraînait une partie aussi importante de la population devant un événement tragique qui inspirait indignation et chagrin, mais aussi réunissait la foule dans ces sentiments ? Mais comment faire taire la petite voix qui a murmuré dès ce moment et de façon insistante que tout cela sonnait faux ? Alors il faut bien tenter d’exprimer le malaise et espérer retrouver ceux avec lesquels on avait cru à une connivence, mais sur un accord plus subtil, plus difficile aussi, moins euphorique, plus exigeant. C’est qu’il n’y avait pas beaucoup d’autocritique dans l’unanimisme de ce dimanche historique. Toutes les personnalités politiques qui défilaient là, étaient des partisans convaincus de la démocratie, de la laïcité, de la liberté d’expression. Arresting Dieudonné for “defending terrorism” is exactly what he wants. “Je me sens Charlie Coulibaly.”

Arresting Dieudonné for “defending terrorism” is exactly what he wants

Translation: “I feel like Charlie Coulibaly.” Infamous French comedian Dieudonné M’bala M’bala wrote these words in a puzzling Facebook post published (and since deleted) in the wake of massacres at the offices of satirical newspaper Charlie Hebdo and a kosher supermarket in the Parisian suburbs. (Amédy Coulibaly being the gunman who prosecutors say killed four hostages held in the market.) It was offensive as it was unfunny and bizarre. Such is Dieudonné’s comedic MO. In fact, the funniest thing about Dieudonné is the swirling mass of contradictions he embodies. Nevertheless, this one of many weird, sophomoric social-media missives landed Dieudonné in hot water on Monday. Fleur Pellerin : «La liberté d'expression peut être une liberté d'offenser»

La ministre de la Culture était l'invitée, ce matin, de France Info.

Fleur Pellerin : «La liberté d'expression peut être une liberté d'offenser»

Un mois après l‘attentat contre Charlie Hebdo, elle est revenue sur la libre communication des pensées et des opinions, cette valeur française intangible mais en danger. Un mois après les attentats de janvier, Fleur Pellerin était l'invitée de la matinale sur France Info, délocalisé pour l'occasion à Dammartin-en-Goële. La ministre de la Culture et de la Communication s'est réjouie à l'antenne du vote par le Sénat, dans la nuit et à l'unanimité, de l'amendement «Charb». Un amendement à la proposition de loi sur la modernisation de la presse qui porte le nom du dessinateur et directeur de la publication de Charlie Hebdo, assassiné le 7 janvier dans les locaux du journal satirique, car Charb militait en faveur de ce dispositif. Manuel Valls : il existe "un apartheid territorial, social, ethnique" en France. Devant "l'apartheid territorial, social, ethnique" en France, Manuel Valls a promis mardi un combat contre les inégalités pour refonder "la citoyenneté", un mot qu'il préfère à celui d'intégration qui, a-t-il dit, "ne veut plus rien dire", suscitant de nombreuses réactions politiques.

Manuel Valls : il existe "un apartheid territorial, social, ethnique" en France

La lutte "avec acharnement" contre les inégalités "est au coeur de cet enjeu fondamental qu'est la citoyenneté. C'est-à-dire ce sentiment d'appartenir à une même nation, d'avoir un destin commun, d'avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs", a déclaré le Premier ministre lors de ses voeux à la presse à Matignon. "Cette citoyenneté - ne parlons pas d'intégration, oublions les mots qui ne veulent plus rien dire - nous le sentons bien [...] a besoin d'être refondée, renforcée, relégitimée", "peut-être d'autant plus" depuis la grande manifestation d'hommage aux victimes des attentats le 11 janvier. In Solidarity With a Free Press: Some More Blasphemous Cartoons.

Defending free speech and free press rights, which typically means defending the right to disseminate the very ideas society finds most repellent, has been one of my principal passions for the last 20 years: previously as a lawyer and now as a journalist.

In Solidarity With a Free Press: Some More Blasphemous Cartoons

So I consider it positive when large numbers of people loudly invoke this principle, as has been happening over the last 48 hours in response to the horrific attack on Charlie Hebdo in Paris. Usually, defending free speech rights is much more of a lonely task. For instance, the day before the Paris murders, I wrote an article about multiple cases where Muslims are being prosecuted and even imprisoned by western governments for their online political speech – assaults that have provoked relatively little protest, including from those free speech champions who have been so vocal this week.

But no matter. Their cartoons were noble and should be celebrated – not just on free speech grounds but for their content. France Arrests a Comedian For His Facebook Comments, Showing the Sham of the West's "Free Speech" Celebration. Forty-eight hours after hosting a massive march under the banner of free expression, France opened a criminal investigation of a controversial French comedian for a Facebook post he wrote about the Charlie Hebdo attack, and then this morning, arrested him for that post on charges of “defending terrorism.”

France Arrests a Comedian For His Facebook Comments, Showing the Sham of the West's "Free Speech" Celebration

The comedian, Dieudonné (above), previously sought elective office in France on what he called an “anti-Zionist” platform, has had his show banned by numerous government officials in cities throughout France, and has been criminally prosecuted several times before for expressing ideas banned in that country. The apparently criminal viewpoint he posted on Facebook declared: “Tonight, as far as I’m concerned, I feel like Charlie Coulibaly.”

Sans titre. FRANCE - "Je suis Charlie Coulibaly" : Dieudonné sera jugé pour apologie du terrorisme. These are the biggest hypocrites celebrating free speech today in Paris. The Copenhagen attacks have brought the free speech fight full circle. Two attacks in Copenhagen—one at a free-speech debate and another at the city’s biggest synagogue—have left one dead and three injured.

The Copenhagen attacks have brought the free speech fight full circle

The gunman behind both was later killed by police. The event, attended by the French ambassador to Denmark, was hosted by Lars Vilks, a Swedish cartoonist who became infamous after a cartoon portraying the Prophet Mohammed as a dog in 2007 attracted death threats. Vilks, who was unscathed, was the apparent target. Couverture des attentats de janvier 2015 : RMC mise en demeure.