background preloader

The Inquirer - Pour taper sur les doigts de ceux qui se rongent les ongles

The Inquirer - Pour taper sur les doigts de ceux qui se rongent les ongles

Vie privée : le point de vue des “petits cons” Nombreux sont ceux qui pensent que les jeunes internautes ont perdu toute notion de vie privée. Impudiques, voire exhibitionnistes, ils ne feraient plus la différence entre vie publique et vie privée. Et si, a contrario, ils ne faisaient qu’appliquer à l’internet ce que leurs grands-parents ont conquis, en terme de libertés, dans la société ? Dans « La vie privée, un problème de vieux cons ?« , je dressais un parallèle entre la façon désinhibée qu’ont les jeunes internautes de se dévoiler sur le Net et la révolution sexuelle, et me demandais si ceux qui sont gênés par cette façon décomplexée de s’exprimer ne seraient pas un peu coincés. Au-delà des problèmes d’inhibition des « vieux cons« , il est difficile d’aborder la question sans essayer de regarder de plus près comment, et pourquoi, les jeunes qui ont grandi avec le Net évoquent ainsi leurs vies privées dans des espaces publics. La vie privée ? Dans l’arène publique, ou via une interface technique. Une génération « rock’n roll »… 1.

Clochix Y’aura-t-il un scandale Sesam Vitale ? | InternetActu.net Fin 1998, Serge Humpich, un informaticien, était arrêté par une armada composée d’une trentaine de policiers et d’experts. Son crime : avoir tenté de négocier avec le Groupement des Cartes Bancaires la découverte d’une faille de sécurité dans les CB, qui les rendait facilement falsifiables. Le Groupement CB aurait pu traiter le problème de façon relativement discrète, il préféra diaboliser l’informaticien. Cet été, deux ingénieurs ont démontré que la carte Sesam Vitale était d’autant plus faillible qu’elle n’était tout simplement pas sécurisée. Jérome Crétaux, un informaticien indépendant auteur de logiciels médicaux, domaine auquel il se consacre depuis 10 ans, affirme avoir prévenu le GIE Sesam Vitale, dès l’an 2000, de la présence d’un bogue qui permettait d’intercepter les codes porteurs confidentiels (qui autorisent l’activation et le déblocage de la carte des professionnels de santé), et n’a depuis de cesse de lui faire part des failles et problèmes de sécurité qu’il y trouve.

Standblog Si quelqu’un (moi ?) vous a envoyé sur cette page, c’est qu’il ou elle estime que vous êtes dans le déni du problème climatique. Oh, bien sûr, vous êtes au courant qu’il y a un problème avec le climat : il change, il se réchauffe, et tout le monde en parle. Comprenons-nous bien : je ne dis pas que vous niez le changement climatique, juste que vous refusez juste les changements qui s’imposent. Car pour limiter ce changement climatique, il va falloir changer beaucoup de choses : Changer notre façon de consommer, et consommer moins ;Changer notre façon de nous déplacer, et se déplacer moins ;Changer notre façon de nous alimenter, et consommer moins de viande ;Changer notre façon de produire et produire moins ;Changer notre façon de créer de la richesse, et la partager plus. En fait, le plus dur, c’est d’abandonner ses habitudes, revisiter ses certitudes et pire encore, de renoncer à ses rêves. Je sais de quoi je parle, je suis fait comme vous.

Rigolons un peu avec la sécurité des passeports RFiD - BUG BROTH Ce que j'aime bien, avec les hackers (bidouilleurs, en français) c'est leur rapport décomplexé à l'information, et leur façon d'exposer, par l'exemple, et l'humour, ce qu'ils veulent démontrer.Prenons l'exemple des passeports et autres titres d'identité, soi-disant sécurisés, parce que dotés d'étiquettes RFiD (pour identification par radio-fréquences), ces puces "sans contact" qui permettent d'identifier (à distance) un objet voire, par extension, le détenteur de cet objet. Lorsqu'on recherche des informations sur le "passeport RFiD", Google (en français) nous renvoie, en premier, vers des pages intitulées "Le scandale du passeport RFiD" (plusieurs chercheurs ont en effet démontré qu'on pouvait le pirater, le cloner, ou encore, et plus simplement, en lire les données soi-disant sécurisées), ou encore vers cette démonstration du fait qu'il était possible de reprogrammer un passeport RFiD "sécurisé" pour se faire passer pour... Elvis Presley.

François Nonnenmacher (FR) Questions au Commissaire désigné Reding sur les libertés dans l' La Quadrature du Net a envoyé cette lettre aux membres des comités LIBE et JURI du Parlement européen afin de les enjoindre de poser les questions ci-dessous à Viviane Reding, Commissaire désignée pour la Justice, les Droits fondamentaux et la Citoyenneté, lors de son audition le mardi 12 janvier 2010 à 13h. Tout citoyen se sentant concerné par les questions liées aux libertés dans l'environnement numérique et l'accord ACTA peut contribuer en appelant les membres des comités LIBE et JURI afin de s'assurer que la Commissaire Reding prenne publiquement position sur ces sujets essentiels. Cher Membre du comité LIBE/JURI Le 12 janvier, vos collègues et vous-même conduirez l'audition de la Commissaire Viviane Reding. Nous serions honorés si ces questions pouvaient vous aider à déterminer l'engagement de Madame Reding à défendre les valeurs européennes fondatrices que sont la liberté, la démocratie et l'État de droit. Accès au Net, filtrage du web et droit fondamentaux

La rupture Internet Les papiers biométriques sont falsifiables Je ne m’y attendais pas : j’ai été interviewé par ONPP, et le syndicaliste policier et l’universitaire sécuritaire à qui, a priori, j’étais censé faire la claque, sont d’accord avec moi : les papiers biométriques sont falsifiables, et n’empêcheront nullement les terroristes de terroriser. Quand bien même c’est précisément ce pour quoi ils nous sont vantés, et imposés. Journaliste, et membre des Big Brother Awards , je suis régulièrement contacté par certains confrères en mal d’intervenants ès-atteintes à la vie privée (et donc aux droits de l’homme). J’ai ainsi été récemment interviewé pour un reportage d’ On ne peut pas plaire à tout le monde , consacré au « « . Ma mission : relativiser le discours officiel vantant les papiers (passeports, cartes d’identités) biométriques et électroniques « » et soit-disant « « . Pour le second, « « . La position de Christophe Naudin qui, seul sur le plateau, ne pouvait donc être critiquée, mérite à tout le moins d’être commentée. . . . . . . . Répondre

La surveillance high tech est-elle soluble dans le low tech ? | Un appareil photo jetable pour détruire les puces RFID, des stylos lasers pour aveugler les caméras de vidéosurveillance, de la pâte à modeler pour flouer les contrôleurs biométriques, le dossier brouillon d’un webmail pour déjouer l’interception des communications, un vrai-faux passeport biométrique pour endormir la confiance des policiers…: la surveillance high tech serait-elle soluble dans le low tech ? Dans mon billet consacré aux enjeux pour 2006 et intitulé Qui surveillera les surveillants ?, je m’étonnais de voir qu’il fut beaucoup question en 2005, sur InternetActu, de technologies de contrôle et de surveillance (RFID, vidéosurveillance “intelligente”, biométrie, traçabilité comportementale, géolocalisation GPS ou WiFi, etc.), et quasiment jamais d’outils conçus, précisément, pour surveiller, contrôler voire désactiver ces surveillants. La cybersurveillance, “techniquement inepte et inefficace à combattre les criminels” Une mini-bombe à impulsion électromagnétique contre les RFID

La nouvelle carte d'identité britannique déjà piratée - Numerama 12 minutes. C'est le temps qui aura été nécessaire pour qu'Adam Laurie casse les protections de la nouvelle carte d'identité britannique. Un exploit qui relativise l'intérêt d'engloutir d'importantes sommes d'argent dans des systèmes censés être très solides et qui jette le trouble sur la capacité d'un gouvernement à protéger efficacement les données sensibles des citoyens. Car ce n'est pas la première fois qu'Adam Laurie s'illustre de la sorte : il y a quelques temps, le hacker avait réussi à hacker le passeport britannique en quatre heures. Recueillant pas moins de 50 catégories d'informations sur un individu (caractéristiques physiques, empreintes digitales, adresse postale, numéro de sécurité sociale, statut d'immigration, plaque d'immatriculation du véhicule), cette carte d'identité a été déployée grâce à la loi Identity Card Act. Mieux encore, Adam Laurie a pu modifier les informations pour les adapter à un autre individu.

La confiance électronique

Related: