background preloader

La montée de la consommation collaborative

La montée de la consommation collaborative
« La consommation collaborative correspond au fait de prêter, louer, donner, échanger des objets via les technologies et les communautés de pairs », explique le site éponyme lancé par Rachel Botsman et Roo Rogers, les auteurs de What’s mine is yours, the rise of collaborative consumption (Ce qui est à moi est à toi, la montée de la consommation collaborative). Ceux-ci affirment d’ailleurs que cette pratique est en passe de devenir un « mouvement ». Un mouvement qui va des places de marchés mondiales comme eBay ou Craiglist à des secteurs de niches comme le prêt entre particuliers (Zopa) ou les plates-formes de partage de voitures (Zipcar). « La consommation collaborative modifie les façons de faire des affaires et réinvente non seulement ce que nous consommons, mais également comment nous consommons », affirment ses défenseurs. Vidéo : la vidéo promotionnelle du livre de Rachel Botsman et Roo Rogers. Les fans du partage ont déjà leur magazine : Shareable.net.

http://www.internetactu.net/2010/09/22/la-montee-de-la-consommation-collaborative/

Related:  Consommation collectiveEconomie collaborative / P2P economyArticles, Medias, Presse et Analyses sur la conso Collaborativecitoyenneté pouvoir d'agirconsommation collaborative

Evolution de la consommation collaborative au rythme des réseaux Panorama des plateformes de consommation collaborative qui, si elles multiplient, ne partagent pas toutes la même vision ni les mêmes modèles économiques. La consommation collaborative correspond au fait de prêter, louer, donner, échanger des objets via les technologies et les communautés de pairs”, explique le site éponyme lancé par Rachel Botsman et Roo Rogers, les auteurs de What’s mine is yours, the rise of collaborative consumption (Ce qui est à moi est à toi, la montée de la consommation collaborative). Ceux-ci affirment d’ailleurs que cette pratique est en passe de devenir un “mouvement”. La régulation de l’économie collaborative en question En septembre, rapporte Ron Lieber pour le New York Times, Nigel Warren a loué la chambre qu’il occupe dans son appartement à New York sur Airbnb pour 100 $ la nuit. Mais à son retour quel ne fut pas sa surprise d’être convoqué par son propriétaire et les agents de la ville de New York pour avoir enfreint plusieurs interdictions et se retrouver condamné pour plus de 40 000 $ d’amendes ! En effet, les lois locales ou votre contrat de location peuvent interdire la sous-location voir la location de courte durée. A New York, par exemple, vous ne pouvez pas louer d’appartements ou de chambres pour moins de 30 jours, sauf si vous vivez dans les locaux en même temps. Des lois plus restrictives existent encore à San Francisco ou à la Nouvelle-Orléans, mais également à Paris ou Londres.

Gouvernance territoriale démocratique (du social, de l’économique et de l’écologique à multiple niveaux) Axe thématique : Redéfinir l’économie à partir du territoire « - entre toutes ces composantes et des ensembles plus vastes (macro) ou plus petits (micro), car dans le monde d’aujourd’hui, les interdépendances se sont multipliées. La résolution de problèmes les plus concrets doit tenir compte : - des contraintes et des atouts d’une production et d’une distribution des biens et des services mondialisées ; - des insuffisances actuelles de la gouvernance internationale pour gérer, de façon équitable et efficace, les ressources naturelles et culturelles et des nouvelles articulations et formes d’organisation (institutionnelles, économiques, sociales mais aussi transversales, financières, fiscales, techniques etc.) que la gouvernance territoriale doit créer ».

Les locavores: manger local pour vivre mieux En ce moment, je suis en train de lire Le Guide du locavore, d’Anne-Sophie Novel. Ce guide m’a d’autant plus intéressé que j’ai rencontré l’auteur il y a quelques temps. C’était lors d’une discussion avec son amie Isabelle. Nous avions échangé sur l’écologie, l’environnement, le bio _ des sujets qu’elles développent notamment sur leur blog respectif. Je vous donne ici une petite note de lecture, pour appréhender le phénomène des locavores (Wikipedia), ces personnes qui consomment des produits locaux. 1.

Gite de groupe Loire Atlantique 44 - Hébergement pour groupe - GrandsGites.com Pays de Loire Map Data Map data ©2014 Google Map Manoir de l'Espérance 44560 CorceptJusqu'à 20 couchagesDemi-Pension / Pt déj. / Gestion libre Semaine / Week-end Consommation collaborative et achat collectif Cela fait un petit moment que je voulais rédiger cet article, sur la consommation collaborative. Ce concept, introduit par Rachel Botsman il y a quelques mois, fait figure de tendance émergente, mais pas que. La facilité avec laquelle on peut entrer en contact avec d’autres personnes, ayant besoin de choses dont nous n’avons plus besoin, est fascinante. Pourtant, cette pratique est tout sauf nouvelle. Le livre sur le banc Avez-vous déjà trouvé un livre sur un banc public ?

Consommation collaborative Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La consommation collaborative désigne un modèle économique où l'usage prédomine sur la propriété : l'usage d'un bien, service, privilège, peut être augmenté par le partage, l'échange, le troc, la vente ou la location de celui-ci. Cette optimisation de l'usage est une réaction à la sous-utilisation classique supposée des :

Ses outils - Université du Nous Outils et bien commun L’UdN a choisi de mettre au bien commun tout le fruit de sa recherche et sa production. Elle oeuvre ainsi en cohérence avec ses valeurs et sa raison d’être en offrant à l’humanité la possibilité de s’emparer pleinement ce qu’elle souhaite partager, en permettant ainsi la pollénisation de ses pratiques. Changer de système de production Ce n'est pas la crise économique et financière, aussi grave soit-elle, qui pourra provoquer la fin du capitalisme qui en a connu bien d'autres. Mais si la sortie du capitalisme a déjà commencé, c'est pour de toutes autres raisons, plus profondes et plus durables, liées à notre entrée dans l'ère du numérique et du travail immatériel. Ce sont ces nouvelles forces productives qui remettent en cause les bases même du capitalisme industriel : aussi bien la rémunération du travail que la valeur d'échange ou la gratuité numérique. C'est pour des raisons matérielles, liées à la reproduction des forces productives, que le système de production est contraint de changer radicalement, de même que c'est pour des raisons liées à la reproduction matérielle que ce système devra intégrer les limitations écologiques, notamment en favorisant la relocalisation de l'économie. C'est en tout cas dans ce cadre matériel que notre action peut être décisive, loin de toute utopie ou subjectivisme des valeurs.

Aménagement, mobilier de bureau, sièges et rangements - Séparations d'espace Majencia Réenchanter les espaces de vie professionnelleavec le leader du mobilier de bureauet d'aménagement d'espaces tertiaires Dernières innovations Projets récents La Consommation Collaborative : quel impact sur l'économie ? Nous voici en terrain glissant. A force d’évoquer avec vous la Consommation Collaborative et ses contours, il m’a semblé intéressant, bien que risqué, de commencer à questionner le concept, sa portée réelle et son impact potentiel sur l’économie et notre vie « sociale ». Photo by Deshazkundea under Creative Common licence Alors que je suis amené à présenter le mouvement de la Consommation Collaborative à des proches ou des amis, une remarque m’est souvent faite en ces termes : « la Conso Collaborative, c’est une contestation anticapitaliste en fait… le collectivisme, c’est le propre de l’organisation communiste non ? »

L’open source : l’esprit du don La propriété intellectuelle libre (open source) ne se limite pas à l’informatique. Plusieurs réalisations de projets en agriculture, production d’énergie ou dans l’industrie prouvent que l’auto-construction, les licences libres et le partage de savoir-faire sont efficaces, moins coûteux et à la portée de tous. “Dis Joseph, cela te dirait qu’on édite un livre et qu’on monte des formations ?

Centre de Ressources sur la non-violence de Midi-Pyrénées Le Centre de ressources sur la non-violence de Midi-Pyrénées diffuse de nombreux outils sur la non-violence et la gestion positive des conflits. Ils sont disponibles pour les adhérents à l’espace vente du local. La vente par correspondance est possible uniquement pour les brochures de la collection « Culture de non-violence« . Pour l’achat par correspondance de tout autre document, merci de vous adresser à Non-Violence Actualité, association partenaire du Centre de ressources. Le Centre édite la collection « culture de non-violence » : brochures pédagogiques qui proposent des repères conceptuels, historiques et thématiques pour réfléchir et agir dans l’esprit de la non-violence.

Bricoler, jardiner, coudre... Et si on réapprenait à autoproduire ? Une trousse à couture (photographerpandora/Flickr/CC). La persistance d’un taux élevé de chômage en France tend à enfermer les populations les plus précaires dans un cercle vicieux d’exclusion économique et sociale. Cela en dépit des multiples politiques de retour à l’emploi mises en place par les pouvoirs publics. Depuis quinze ans, le Pades (programme d’autoproduction et développement social) promeut une nouvelle approche, l’« autoproduction accompagnée », dont le mot d’ordre est : « Faire, et en faisant, se faire. » L’idée Relevant de l’économie non-monétaire, « l’autoproduction englobe toutes les activités destinées à produire des biens et des services pour soi et son entourage, sans contrepartie monétaire ».

Related:  Peer productioncricestmoiEconomie du partageConsommation collaborativeConsommation collaborativeAgriculture herboristerie et botaniqueL'économie de partage peut il devenir une alternative au capitalEconomie 2.0consomation collaborativeEconomie collaborative