background preloader

Les marchés gratuits, la nouvelle tendance anticonso

Les marchés gratuits, la nouvelle tendance anticonso
Argentine / / Amérique du sud Né dans la capitale argentine, le concept fait fureur et a déjà conquis de nombreuses villes à travers tout le pays. L’idée est simple, il s’agit de donner le superflu sans rien attendre en retour, pour que plaisir d’offrir ne rime pas avec consommation effrénée. Les marchés gratuits connaissent un grand succès en Argentine. © jforth (Flickr) Une idée qui gagne du terrain Imaginez un instant une brocante ou derrière chaque étal vous seriez accueillis par un : « Servez-vous, tout est gratuit ». Baptisés gratiferias, ces événements ont vu le jour grâce à Ariel Bosio, un jeune argentin lassé de devoir transporter ses possessions de déménagement en déménagement. « J’ai découvert que je pouvais vivre avec moins d’affaires que ce que je possédais et que c’était surtout une question d’habitude ». N’importe qui peut organiser un gratiferia, à la seule condition que le lieu soit public, ouvert à tous et qu’aucun droit d’entrée ne soit exigé. Ni troc, ni réciprocité

http://www.greenetvert.fr/2012/06/01/les-marches-gratuits-la-nouvelle-tendance-anticonso/58756

Related:  zones de gratuité & magasinsécologieDons, partages...Dans les parages de Rifkinameliemelo0euro

Une zone de gratuité éphémère e système d'échanges local (SEL) existe depuis un an sur la commune sous le nom de Sel de la dune. La présidente Viviane Roesch souligne que « cette association a pour but de développer la solidarité, l'entraide et la convivialité par des échanges de biens, de savoir et de services de proximité sans utilisation d'argent ». « Notre association, poursuit-elle, organise une zone de gratuité à l'occasion de la Semaine de la solidarité, le dimanche 25 novembre à 14 heures à l'espace Jean-Fleury. Le principe est des plus simples : les participants amènent des objets dont ils ne se servent plus mais qui seraient utiles à d'autres, et n'importe qui peut les prendre. Pas d'échange d'argent, le sourire suffit. »

Agir pour la planète : les espèces animales en danger sur Newmanity Peu à peu, l’homme urbanise les régions qui abritent certaines espèces animales déjà fragilisées de par leur mode de nourriture ou de reproduction. L’Europe est loin d’être épargnée par ce phénomène. La France, selon l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), figure parmi les 10 pays du monde hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées : 1013 espèces au total, en métropole et en outremer. L’ours… Et les autres Si on parle beaucoup de l’ours des Pyrénées, il est vrai en grand danger d’extinction, on cite moins souvent les espèces suivantes, pourtant elles aussi durement menacées de disparition :

Cinq tendances économiques anti-crise > Cet article a initialement été publié dans la Lettre professionnelle "Tendances de l’innovation sociétale" N°52 du 22 février 2013. Économie circulaire En opposition au mode de production linéaire "extraire-fabriquer-consommer-jeter" dans lequel 80% des matériaux issus de l’industrie manufacturière finissent à l’incinérateur, le terme générique d’"économie circulaire" fait référence à un modèle de production qui s’inspire des écosystèmes naturels, où les déchets des uns sont les ressources des autres. D’après le premier rapport de la fondation Ellen MacArthur, la conception et l’utilisation de biens durables (voitures, machines à laver, téléphones portables) en accord avec les principes circulaires, permettraient de réaliser à court terme en Europe une économie annuelle en matières premières de plus de 380 milliards de dollars (280 milliards d'euros).

Du troc au gratuit: l’économie collaborative qui grandit On connaissait le troc depuis la nuit des temps. En ces temps de crise, on y revient à tous ces trucs qui traquent les bonnes affaires. Covoiturage, achats groupés, potagers collectifs, bonnes affaires de récup’ sur Internet… Pêle-mêle, les multiples initiatives s’empilent et infiltrent peu à peu les esprits. Vivre sans argent en France, pas si difficile que ça Après avoir passé trois ans sur le continent américain à « vivre sans argent », c’est-à-dire sans salaire, me voici de retour en France. Ce choix de vie fonctionnait plutôt bien outre-Atlantique et j’étais curieux de voir comment la France et les Français réagiraient à ce genre d’initiatives. Making of Depuis que Benjamin Lesage a ouvert son porte-monnaie de voyageur sans argent à Rue89, nous avons gardé contact. Il est rentré en France fin avril avec sa femme, Yazmin, rencontrée au Mexique. Le jeune couple a un projet fou : monter une communauté sans argent, dans le sud de la France.

Les zones de gratuité, le lien social grâce au don Partout en France émergent des initiatives proposant aux particuliers désirant se séparer de biens matériels de les mettre à disposition de leur communauté. Simplement en demandant aux municipalités de fermer une portion de rue durant une ou deux journées, les zones de gratuité sont instaurées. Le concept est le suivant : tout ce qui est dans cette zone (ou plutôt sur les étalages de cette zone, vous ne vous y ferez pas dépouiller), est gratuit.

La maison qui prend soin de vous J’ai découvert, il y a quelques jours, une vidéo de Francis Gendron sur l’écoconstruction. Un thème qui nous parle beaucoup. Nous rêvons de construire dans quelques années notre petite maison écologique (après avoir voyagé Je suis vraiment admirative devant son travail. L'association Rejoué propose un noël plus solidaire L’atelier de Rejoué, dans le 14e arrondissement à Paris, prend des airs de caverne du père Noël solidaire. Même si les jouets arrivent parfois en piteux état. Car l’équipe de cette association s’active pour que poupées et jeux de construction reçus en dons trouvent une deuxième vie et de nouveaux propriétaires. Les vingt-deux salariés, des personnes qui ont été éloignées de l’emploi et ont signé un contrat d’un an pour s’essayer à différents métiers, trient, testent, nettoient et reconditionnent les joujoux donnés par des écoles, des collectivités, entreprises ou particuliers. «La première étape, c’est de peser la collecte, dévoile Claire Tournefier, à l’origine du projet. Depuis l’ouverture de l’atelier en mars 2012, 14 tonnes de jouets ont trouvé un nouveau départ.

Nous sommes au bout du modèle fordiste, il faut passer à un modèle contributif Bernard Stiegler est philosophe, théoricien de l’évolution des systèmes techniques. Il a découvert les modèles du libre de façon presque accidentelle, en tant que Directeur de l’INA. Initiateur et président du groupe de réflexion philosophique Ars industrialis créé en 2005, il dirige également depuis avril 2006 l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) qu’il a créé au sein du centre Georges-Pompidou. Peut-on vivre sans argent? Cet homme l'a fait INSOLITE - "Je suis sur le point de pénétrer un monde qui m'est quasiment étranger et, pour la première fois, je me sens vulnérable". Et il y a de quoi. Car le monde que l'idéaliste Mark Boyle s'apprête à découvrir ne connait pas l'argent. Au lendemain de la crise des subprimes, cet Irlandais de 29 ans a fait un rêve, vivre les poches vides pendant un an. Une expérience radicale, l'utopie ultime qu'il a raconté dans un essai, L'homme sans argent dont la traduction vient de paraître (ed.

« La gratuité, c’est ce qui a le plus d’importance dans nos vies » Jean-Louis Sagot-Duvauroux passe une bonne partie de son temps comme dramaturge au sein d’une compagnie de théâtre malienne, Blonba. Il est aussi, en tant que philosophe, le co-auteur de « Voyageurs sans ticket. Liberté Egalité Gratuité. Une expérience sociale à Aubagne » (éd. Au diable Vauvert). Felix, 9 ans, plante 4 millions d’arbres à la surface du globe Au cours de son année de CM1, Félix Finkbeiner doit faire un exposé sur le réchauffement climatique. Lors de ses recherches, il découvre que les arbres peuvent absorber le gaz carbonique, responsable de la hausse des températures. À la fin de sa présentation, il propose donc à toute sa classe : « Et si on plantait un million d’arbres dans chaque pays du monde ? ». Naïveté ?

Related:  Marché gratuit