background preloader

L'avalanche du gratuit

L'avalanche du gratuit
Donne, le consommateur te le rendra : de l’économie à l’ère d’Internet, telle semble être la nouvelle loi. Les success stories du numérique sont en effet fondées sur la gratuité pour l’usager : Facebook, Twitter, et surtout Google. La capitalisation boursière de ce dernier a récemment dépassé celle de Microsoft. Son logiciel libre Android équipe 75 % des smartphones vendus dans le monde, son moteur de recherche est devenu l’ami public n° 1 en offrant à la terre entière l’accès libre, légal ou non, à tout : musique, livres et vidéos. Abécédaire de Gilles Deleuze, Gangnam Style ou gags de chats : Youtube (filiale de Google) débite de la culture à gogo(s). Quand il ne fournit pas lui-même les contenus, l’internaute et son temps de cerveau disponible sont monnayés aux annonceurs. La gratuité financée par la pub, TF1 ou les radios privées le font depuis une paye. Et ce n’est qu’un début, prophétise Chris Anderson, dans son livre Free ! L’empire de la rareté contre-attaque « Barbares du Net »

http://www.terraeco.net/L-avalanche-du-gratuit,47405.html

Related:  QG4 Le produit a-t-il un prix ?Chapitre 9 - Quelles options s’offrent à une entreprise pour fixLes politiques tarifairesPrixExiste t-il une ou des politiques de prix ?

L’impact d’Internet sur les prix des offreurs : les nouvelles conditions et méthodes de fixation des prix. Les chiffres publiés par la FEVAD [1] (Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance) témoignent d’un dynamisme pour le secteur qui ne se dément pas : progression des ventes sur les 6 premiers mois de l’année de +20 % par rapport au 1er semestre 2010. Cette progression résulte d’une augmentation encore forte du nombre d’offreurs : plus de 20 000 nouveaux sites en un an soit plus de 100 000 en 2012. En 2009, Internet représente 6 % des ventes de détail, ce qui correspond à une progression des ventes équivalentes à celles des hypermarchés à leurs débuts. La croissance des achats sur Internet est plus dynamique que celle de la population internaute : le nombre d’acheteurs en ligne a été multiplié par 5 entre 2002 et 2010 soit deux fois plus que la population internaute.

Prix de vente du livre - professionnels Le régime du prix unique s'applique aux livres tels qu'ils sont considérés par la définition fiscale du livre, quel qu'en soit le support physique : sous forme papier, audio ou numérique (téléchargement, disque compact, cédérom ou clé USB), y compris les ouvrages comprenant des disques, films ou diapositives qui ne sont pas vendus séparément. Lorsque le livre souhaité par l'acheteur n'est pas présent en magasin, tout libraire doit proposer un service de commande à l'unité, avec un retrait en magasin, sans expédition chez l'acheteur, dès lors que ce livre est commercialement disponible. Ce service est gratuit, sauf si la demande de l'acheteur suppose des prestations exceptionnelles (faire acheminer le livre depuis l'étranger, par exemple). Ces coûts éventuels doivent être portés à la connaissance de l'acheteur et son accord est requis avant la commande. Le prix du livre numérique est aussi fixé par l'éditeur et doit être porté à la connaissance du public.

Pourquoi les prix des trains ou des avions varient d’une minute à l’autre Licence CC Tout le monde sait que, pour obtenir un billet de train pas cher, il faut s'y prendre à l'avance. Mais beaucoup d'internautes nous font part de leur surprise, lorsqu'ils voient les prix augmenter d'une minute à l'autre. Claire ouvre ainsi son ordinateur pour acheter un billet de train, sur le site Voyages-sncf.com. La machine a un bug, et Claire doit tout recommencer à zéro.

Si c’est gratuit, c’est vous le produit : la vidéo qui décrypte comment vos données enrichissent certaines entreprises Prenez garde, on utilise contre votre gré vos informations personnelles sur Internet sans que vous le sachiez ! Découvrez comment les entreprises de l’Internet monétisent vos données personnelles à travers cette vidéo ludique et complète. Les réseaux sociaux, les moteurs de recherche et les journaux en ligne sont autant de services gratuits que vous consommez tous les jours sur Internet. Cependant, si vous ne dépensez pas un sous, vous participez sans le savoir à la rémunération de ces sites : c’est ce que cette vidéo appelle le principe de monétisation du web. Ainsi, si Facebook, Twitter, Mixcloud ou encore Google sont libres d’accès, leurs sources de revenus résident dans la publicité. Omniprésente, cette dernière peut apparaître sous des formats divers et variés tels que les bannières, les pop-ups, les mailings et bien d’autres : vous êtes donc gavés de force à la pub et cette dernière gagne de l’argent grâce à vous.

La gratuité est-elle l’avenir de l’économie ? La gratuité est l’avenir de l’économie clame Chris Anderson (blog) qui prépare dans cet article pour la revue Wired, dont il est rédacteur en chef, son prochain livre intitulé Free. Chris Anderson rappelle tout d’abord que la gratuité s’inscrit dans un processus commercial classique, comme l’a exploré avec succès Gillette, en offrant ses rasoirs et en faisant payer ses lames. Mais avec l’internet, une nouvelle gratuité s’est développée, fondée sur des coûts de reproduction nuls du fait de la numérisation, et sous la pléthore de l’offre qui tire encore plus les prix vers le zéro absolu. Un peu comme si Gillette devait maintenant offrir le rasoir et la lame et percevoir son argent sur autre chose. « Il n’y a jamais eu un marché plus concurrentiel que l’internet, et chaque jour le coût marginal de l’information devient plus proche de rien du tout », explique le brillant éditorialiste.

Le "dynamic pricing" va-t-il devenir la norme ? Un site de fast fashion va tester l’adaptation des prix sur le modèle des compagnies aériennes Une étude menée fin 2013 a révélé qu’Amazon changeait en moyenne ses prix 2,5 millions de fois par jour ! Le géant du e-commerce s’ajuste ainsi en permanence pour proposer les tarifs les plus compétitifs possibles. Retour en force du facteur prix - Métier enquête - Etudes L'augmentation du niveau de vie, l'accessibilité à de nouveaux services (téléphonie mobile, écrans plasma, nouvelles technologies, par exemple) ont considérablement modifié les besoins des consommateurs. De nouveaux arbitrages se font, souvent à l'avantage des loisirs et au détriment des dépenses en produits alimentaires qui diminuent. “L'apparition de nouveaux modèles économiques de “bas coût” et les nouvelles offres d'illimité et de gratuit ont considérablement modifié les repères des consommateurs”, constatent Pascale Hebel et Nicolas Fauconnier dans le Cahier de Recherche du Crédoc consacré à “La nouvelle sensibilité des consommateurs aux prix”(1). Parallèlement, la montée des MDD, des premiers prix et du hard discount souligne la baisse de la reconnaissance de la qualité des marques. Le consommateur face au prix Qui dit nouveaux comportements, dit besoin de les connaître.

L’Oréal, Unilever, Colgate... près d’1 milliard d’euros d’amende pour entente illicite sur les prix Une amende record. La cour d’appel de Paris a confirmé, ce jeudi 27 octobre, le verdict rendu fin 2014 par l'Autorité de la concurrence qui épinglait alors les plus grands fabricants de produits d’hygiène et d'entretien pour s’être secrètement entendus sur leurs prix. L’Oréal, Unilever, Procter & Gamble etc., devront ainsi bel et bien régler une amende de près d’un milliard d’euros, 948,9 millions (contre 951,1 millions d’euros initialement) pour s'être concertés, entre 2003 et 2006, sur le prix de leurs shampoings, gels douche, dentifrices, liquide-vaisselle ou encore détachants… "La cour d'appel vient de confirmer la sanction la plus élevée qu'ait jamais prononcée l'Autorité de la concurrence, alors que par le passé, elle avait largement réduit, voire annulé, les amendes records du gendarme de la concurrence", explique de fait à l’AFP Gildas de Muizon, associé du cabinet d'expertise économique Microeconomix. Quand une entente illicite en cache une autre

Pourquoi les ententes entre entreprises sont-elles interdites? Alors que plusieurs compagnies pétrolières viennent d'être condamnées à des amendes pour s'être entendues sur les prix, retour sur la notion d'«entente anticoncurrentielle» et les sanctions qui lui sont applicables. La pratique a beau être notoirement interdite, certaines entreprises continuent à la pratiquer. La Cour de Cassation a confirmé cette semaine la sanction de 41,1 millions d'euros que l'Autorité de la Concurrence avait infligée à quatres compagnies pétrolières, dont l'entreprise française Total, en 2008. Téléphonie mobile : la Cour de cassation reconnaît l'entente entre les opérateurs Condamnés à une amende record en 2005, Orange, Bouygues Télécom et SFR ont tenté par tous les moyens de casser cette décision. L'affaire est définitivement close. La Cour de cassation a publié mercredi 30 mai un arrêt rejetant un pourvoi formulé par l'opérateur télécom Orange, mettant de ce fait un terme à l'affaire de l'entente sur le secteur français des mobiles.

Comment la SNCF vous fait payer un strapontin au prix fort Une majorité de Français réservent désormais leurs billets d'avion ou de train sur internet. Crise oblige, au moment de partir en vacances, chacun cherche le meilleur prix. Dans le cadre de ses "Carnets de voyage", le magazine de France 2 "Envoyé spécial" diffuse, jeudi 11 juillet à 20h45, une enquête sur les techniques commerciales du rail ou des airs. Certains s'y prennent à la dernière minute, d'autres plusieurs mois à l'avance. Car pour un même trajet, les tarifs varient du simple au double.

Les volaillers soupçonnés d'entente sur les prix L'autorité de la concurrence s'apprête à épingler le secteur des volailles. Une trentaine d'entreprises se seraient mis d'accord sur les prix pour se battre contre la grande distribution. L'autorité de la concurrence veut le prouver. Pour elle, entre 2000 et 2007, les industriels de la volaille se seraient réunis illégalement. Parmi eux, des poids lourds du secteur, la fédération de l'aviculture, mais aussi Loué, Le Gaulois, Gastronome, Duc ou encore Doux. Week-end pour la Saint Valentin pas cher avec lastminute.com Vous cherchez un cadeau original pour la prochaine Saint Valentin ? Et pourquoi pas un week-end ? Le partenaire de vos voyages lastminute.com vous propose une sélection exclusive de courts séjours pour un week-end romantique pour la Saint Valentin.

Restaurants - L'Escargot d'Or à Saint Etienne - Salade Lyonnaise - 12 € - Croustillant de chèvre chaud - 12 € - Mouse de saumon fumé et saumon mariné - 12 € - Escargots de Bourgogne - 12 € - Feuillantin d'escargots en poivrade - 14 € - Salade de filet de caille tiède et tartare d'aiguillette de canard - 14 € - Fois gras frais de canard mariné huile de noisette et vinaigre de framboise 18 € - Fois gras de canard aux figues - 18 € - Salade de homard et coquille st jacques - 20 € - Filet de julienne poché sauce tomate - 20 € - Cuisse de grenouilles persillées - 20 € - Pavé de lotte à la graine de moutarde - 20 € - Trilogie de Poissons Grillés - 20 € - Brochette de st jacques crème de petits pois - 22 € - Sole meunière - 22 € - Poêlée de st jacques vert de poireaux - 22 € - Pavé de saumon frais aux morilles - 22 € - Médaillon de lotte aux morilles - 24 € Croustillant de chèvre chaud ou Tomate mozarella

Related: